« Moé chu Mario, chu plombier pis je sauve la même princesse depuis 20 ans ! »

Pour le Temps des Fêtes, je me suis offert une petite gâterie. Ou plutôt j’ai offert une petite gâterie à ma Wii: je lui ai offert la première aventure (car il y en aura une deuxième sur la même console) de Mario sur la console blanche du géant Nintendo. Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait un Mario au complet. En fait, même je n’ai jamais fait un Mario en 3D, le dernier réussi étant l’excellent Super Mario World sur Super Nintendo…

Ainsi, Mario 64 et Mario Sunshine n’ont jamais touché mes… doigts. 😉 Pour Mario 64, comme je n’ai jamais eu de Nintendo 64, c’est explicable. Quant à Mario Sunshine, il ne me semblait pas attirant. Par contre, Super Mario Galaxy me titillait. L’idée originale des planètes, l’aspect « féérique » d’une aventure dans l’espace avec le sympathique plombier italien replet me plaisait.  😛 Je me suis donc procuré une copie des dernières aventures de notre moustachu favori.

Il faut dire aussi que j’étais curieux. J’étais curieux car partout on lisait que le jeu contenait 3 pistes de langages au Canada : anglais, espagnol et… français. Le tout étant déterminé par le langage de la console. Et j’avais lu un billet sur le sujet du Détracteur Constructif (désolé, ce n’est pas le lien de son blogue car celui-ci a explosé, mais j’ai retrouvé son billet grâce à Google) comme quoi la traduction française canadienne du jeu était à saveur québécoise…

Après avoir fini le jeu, je peux confirmer: oui, il y a bien du joual dans le jeu. Pas tout le temps, mais on le rappelle régulièrement avec des expressions comme « awaye ! », « grouille ! », « on est bien adonnants », un postier Toad qui parle en « moé », « toé », « ben fine »…

D’un côté, ça peut être un peu énervant. On se dit pourquoi ne pas avoir gardé un français international, un français compris par tous ? Premièrement, c’est moins long sur la traduction et deuxièmement, ça évite des malaises. Le malaise de se dire que pour Nintendo Canada, le Québécois moyen parle pauvrement. D’un autre côté… peut-être qu’ils se sont dits: « on va leur faire plaisir, ils vont parler le dialecte québécois, on va respecter leur langue distincte ! ». Sauf que comme le dirait le Détracteur, c’est juste dommage qu’on dirait que c’est aux personnages idiots que la traduction « joualesque » s’est faite… ce qui est dommage.

Mais bon, le jeu est bon alors je pardonne ce genre de traduction. Néanmoins, j’ai un message pour Nintendo Canada:

Merci de vouloir offrir des produits vidéoludiques en français au Québec. C’est très apprécié et continuez de faire de même pour les consommateurs francophones qui méritent de jouer dans la langue qu’ils désirent. Cependant, vous n’êtez pas obligé d’ajouter du joual pour qu’on apprécie un jeu vidéo Nintendo en français. Une simple traduction en français international, sans argot parisien, nous suffirait amplement et éviterait de propager l’image de Québécois qui ne parlent qu’en joual… Ce qui est un peu cliché, avouez-le !

Alors, le prochain Mario qui risque de sortir en 2010-2011 ou le prochain Zelda sur Wii… français international, OK ? 😉 Merci.

Publicités