Non, mais ta g…

J’écoutais le retour de Tout le monde en parle (parce que, franchement, j’en avais rien à foutre du SuperBowl) hier et franchement, je m’attendais à mieux. Ou disons que l’émission qui semblait prometteuse a été gâchée par un invité en particulier: Richard Martineau.

Bon, je sais qu’il est bien vu dans la blogosphère de démolir Richard Martineau. Ici, je ne ferai pas ça. Pour moi, l’homme a droit de parole. On peut être totalement en désaccord avec ses positions (genre son billet insipide sur le mandat de Radio-Canada), mais il a droit de s’exprimer. Sauf que… Hier, c’était l’hystérique Martineau. Hystérique avec un grand « H ». Et surtout celui qui coupait la parole À TOUT LE MONDE.

Comprenons-nous bien. J’aime quand les invités de l’émission parlent entre eux, argumentent et discutent entre eux. Ça rend l’émission dynamique et on sort de l’énergie « question de l’animateur / réponse de l’invité ». Sauf qu’il y a une règle qui dit que si on est poli, on laisse l’autre finir avant de continuer son argumentation. Ou on s’excuse de l’avoir coupé. Hier, alors que Jean-François Mercier essayait de s’expliquer, Martineau ne cessait de le couper à tous les deux mots. Et moi, c’est le genre de comportements qui m’exaspère au plus haut point.

Tellement que je n’ai pu m’empêcher de lâcher un « Non, mais ta gueule ! » à la télé hier soir. Et quand je l’ai vu s’offusquer que le président du syndicat ne lisait pas ses chroniques… MAN ! Si je devais m’offusquer de chaque personne qui n’a pas lu mes écrits, j’irais bouder dans une cabane en bois dans le fond du Grand Nord québécois. Pour un gars qui disait comprendre la « game » de l’argumentation, il serait peut-être temps que tu prennes des cours de « sang-froid 101 » parce qu’hier, t’avais l’air d’un enfant de 3 ans à qui on refusait d’acheter une bébelle dans un magasin à grande surface.

Et là, je suis chien pour les enfants de 3 ans…

Pour clore le dossier, ça aurait été bien que l’animateur au grand menton Guy A. Lepage fasse preuve d’un peu plus d’ordre. Juste de dire à Richard Martineau: « Richard, on peut-tu le laisser finir de dire ce qu’il y a à dire ? » ou « S’il vous plaît, on le laisse finir »… Je sais, habituellement, ce n’est pas son rôle. Mais quand ça devient chaotique comme hier, me semble que c’est la job de mettre de l’ordre là-dedans. Par contre,  excellente réplique quand Guy A. a répondu à la critique de Martineau qui s’est OUTRÉ que la direction de Quebecor n’ait pas été invité sur le plateau.

De toute façon, avez-vous vu bien souvent dans les dernières années Pier-Karl Péladeau sur les ondes de Radio-Canada ? Je ne pense pas, non. Et qui vous dit qu’ils n’ont pas tenté de les rejoindre ?

En tout cas, Richard, hier tu as prouvé que tu étais bel et bien le Goebbels de l’empire Quebecor. Quoi ? L’image du ministre de la propagande nazie est trop forte ? Désolé, c’est que j’ai étudié à la « Richard Martineau Academy » où on nous apprend à faire des comparaisons exagérées… Sans farces, je trouve ça dommage car j’aimais bien ta place de bulldog qui ne mâchait pas ses mots dans les Francs-Tireurs, mais plus ça va et tu ressembles au caniche à Pier-Karl.

Mise à jour (12h55): Intéressant billet de blogue de Richard Therrien sur l’émission d’hier.

Publicités

Le Bye Bye du Satellite: 1er décembre 2008

[Dring !]
-Animalerie Rouet ? Oui, c’est ça. On vend des animaux et tout ce qu’il faut pour s’en occuper.
[Dring !]
-Agence d’escortes « L’Exotique » ? Oui, c’est ça, des putes pas chers et des ITS faciles à avoir.
[Dring !]
-Les entreprises Vito Rizzuto, bonjour ? Oui, c’est ça : on fait de l’extorsion, on casse des jambes, on vend de la drogue, on se fait condamner, mais on ne va pas en prison !
[Dring !]
-Placement et fourrage Québec ? Oui, c’est ça madame, ce sont des placements garantis par le gouvernement du Québec. En effet, c’est garanti que si tu y déposes ton argent, le gouvernement va piger là-dedans comme un guichet automatique pour payer les chauffeurs de limousine des ministres ainsi que leurs voyages de pêche avec leurs chums !

Placement et fourrage Québec : investissez maintenant, perdez tout votre argent dans les minutes qui suivent !


Annonceur : Et nous voilà de retour à la deuxième ronde de Paquet Voleur avec Vérotique Cloutée !
Véro : Merci, merci. Alors, on est à la deuxième ronde de cette émission de Paquet Voleur. Alors, je vous rappelle qui sont nos derniers concurrents. Alors, on a l’exécrable ancienne lieutenant-gouverneure Lise Thibault qui a refusé de céder les pastilles qu’elle a amassées dans les rondes suivantes.
Lise : Sont à moi, je les ai ramassées, je suis handicapée, sacrez-moi patience !
Véro : Bon… On a aussi Vincent Lacroix ! Oui, je sais, vous allez me dire qu’il ne devrait pas être là, mais en prison.
Vincent : Ça, c’est injuste madame Cloutée ! Je ne suis qu’une pauvre victime de ma jeunesse et de l’alcool qui s’est engraissé considérablement sur le dos de pauvres épargnants ! Alors, je mérite le respect sur ce plateau, sinon j’appelle mon avocat, bon !
Véro : On a également le président-directeur de la Caisse de dépôt, M. Richard Guay. Bonsoir Richard!
Richard : ‘soir madame Cloutée.
Véro : Mon dieu, vous êtes bien blême !
Richard : Je ne suis pas blême, tout va bien à la Caisse de dépôt du Québec ! Avez-vous un petit sac pour vomir ?
Véro : Non. Les petits sacs pour vomir, c’est à Tout le monde en parle pour les jokes de Dany Turcotte. Finalement, on a les présidents de Fanny Mae et Freddie Mac !
Présidents : Hi !
Véro : Bon, alors, pendant la pause nos concurrents ont choisi une pastille avec un montant dessus. Donc, ils vont répondre à une question et le plus rapide d’entre eux sera celui qui jouera en dernier. Alors, on y va pour la question. Quelle partie du corps complète la phrase suivante : « Depuis des années, les responsables financiers gèrent comme… »

A. Des pieds B. Des fesses C. Des cheveux D. Des trous de… beigne

Véro : Bon, alors, la réponse était A, mais on aurait accepté D si on avait remplacé beigne par un mot de trois lettres commençant par C. Deux personnes l’ont eu : Vincent Lacroix et les présidents de Freddie Mac et Fanny Mae. Mais ce sont les présidents qui ont été le plus rapide, donc ils finiront la ronde. Alors, on commence avec vous Madame Thibault. Alors, voulez-vous garder votre pastille, voler celle d’un autre concurrent ou piger une autre pastille ?
Lise : Est-ce que je peux piger une autre pastille tout en gardant celle-là ?
Les autres : Ouin ?
Véro : Non, le but, c’est de savoir lequel d’entre vous a LA plus haute pastille.
Lise : Ben là, je suis handicapée pis Jésus serait pas content de savoir que vous traitez une pauvre dame infirme de la sorte. Je vais aller me plaindre en haut lieu à monsieur Trudeau pis les autres et vous allez voir comment ils vont vous punir. Je suis un modèle madame ! Y a des enfants qui m’arrêtent sur la rue pour me dire qu’ils ne me connaissent pas.
Véro : Bon, vous êtes éliminé madame Thibault, c’est assez ! Hé le bodyguard qui charge 125$/minute, ramenez madame à l’asile !
Lise : Ah ben ça se passera pas de même, c’est de la discrimination ça mademoiselle ! De la discrimination !!!
Véro : Bon, alors, Vincent, c’est à vous.
Vincent : Bon ben moi, je vais voler…
Véro : Grosse surprise !
Vincent : …UNE PASTILLE, celle des présidents !
Véro : Parfait, messieurs les présidents, voulez-vous bloquer le vol ?
Présidents : Yes, ma’am !
Véro : Alors, vous devez répondre à la question suivante : À quelle pièce d’échecs, le secteur compare-t-il les petits investisseurs et contribuables qui nous regardent en ce moment ?

A. Des reines B. Des tours C. Des fous D. Des pions

Présidents : D.
Véro : C’est exact. Bravo ! Donc, Vincent, le vol est bloqué. Vous avez donc le choix entre garder votre pastille ou l’échanger avec une autre.
Vincent : Je vais prendre la valise 26.
Véro : (soupir) Non, ça c’est le Banquier !
Vincent : Ah ben là, là si c’est comme ça, moi je m’en vais, j’appelle mon avocat ! C’est injuste le traitement qu’on me fait ici, ça n’a pas d’allure. Pas parce que j’ai crossé des centaines de petits épargnants pour des millions de dollars que je mérite d’être traité comme un déchet !
Véro : Bon, alors, il reste le président-directeur de la Caisse de Dépôt. Qu’allez-vous faire ? Richard ?
Richard : Euh… Je pense que je vais tomber sans connaissances.
(bang !)
Véro : Bon ben on vient de le perdre ! Au fait, il regardait sa pastille ou les résultats de la Caisse ? On félicite les présidents de Freddie Mac et Fanny Mae qui vont aller directement en finale, ça a de l’air ! Mais les gars, vous aviez combien sur votre pastille ?
Présidents : Huh… 10 000 ?
Véro : Excellent, mais pourquoi vous n’avez pas l’air content ?
Présidents : Ben on s’est dit qu’on pourrait inconsidérément mettre le money en Bourse pour avoir plus de cash but… On a presque tout perdu.
Véro : C’est parce que c’est l’argent de la production, ça ! Ils vous restent combien ?
Présidents : 5 cents…
Véro : Ah ben c’est bon, ça garde l’esprit de l’émission. C’est à peu près le montant moyen remporté par les participants. Donc, félicitations aux crosseurs des deux institutions américaines en importance qui remportent 5 cents ! Canadiens !
Présidents : Shit…
Véro : Alors, à la semaine prochaine pour d’autres déceptions à Paquet Voleur !

« Hum, hum, hum, hum » pendant une heure

Ameriquebec.net (source)

Ameriquebec.net (source)

Bon, j’ai regardé Tout le monde en parle hier. Je ne soulignerai pas encore la prestation pleine de courage et remarquable de Michelle Blanc que tout le monde a applaudi (avec raison !), mais je parlerai juste quelques lignes de celle de Madame Marois. Comme le souligne Renart, la dame du PQ s’en est bien sorti et a bien sorti son message.

Sauf que…

Sauf qu’il y a un tic chez madame Marois qui m’agresse au plus haut point. Elle a fait ça à Tout le monde en parle et également à l’émission de Patrice Roy de vendredi, « Un Chef chez vous » (où les chefs du PQ, du PLQ et de l’ADQ doivent répondre aux questions du public). J’ai remarqué que quand on lui parle directement, la dame a tendance à faire du « Hum, humage ». Pendant que Michelle Blanc lui parlait de son site Internet, Mme Marois faisait « Hum, hum » presque tout le long. Or, comment dire, moi j’ai appris en psychologie que les adeptes de la psychothérapie faisait de l’écoute flottante (pour que le patient puisse déjà commencer à s’auto diagnostiquer) et une des armes les plus utilisées pour une écoute flottante, c’est le fameux « Hum, hum ». Or, peut-être aussi qu’elle fait ça pour, au contraire, bien signaler qu’elle écoute son interlocuteur. Sauf que c’est fatigant quand c’est systématique comme dans son cas. Un « Hum, hum » de temps en temps, ça passe. Systématiquement à chaque chose qu’on lui dit pendant une heure, ça donne le goût de fesser.

En tout cas, je dis ça de même. Pas que ça change quoique ce soit au niveau du vote, mais c’est un tic à proscrire car il envoie deux messages pas super, super. Dans un cas, elle n’écoute que vaguement, dans l’autre, elle veut trop prouver qu’elle écoute et ça agresse (particulièrement en télévision où les micros amplifient les « Hum, hum »). Et là, ce n’est pas parce que c’est une femme que je dis ça. Je remarquerais ça de Charest ou Dumont que j’aurais fait le même billet. Or, ces deux-là ne font pas de « Hum, hum ». Car, pour en faire, il faut écouter le monde… L’un a prouvé qu’il n’écoutait pas alors qu’il a déclenché des élections quand 70% de la population n’en voulait pas et l’autre n’a pas écouté son bon sens quand il est allé se mettre une perruque blonde sur la tête pour jouer dans Dieu merci !…

Trop sensible ?

Voir.ca

Voir.ca (source)

C’est la vidéo dont tout le monde parle au Québec. La parodie de l’émission de Télé-Québec de Christian Bégin « Curieux Bégin » que Marc Labrèche a parodié il y a deux semaines à 3600 secondes d’extase. Je vous avoue, quand je l’ai vue la première fois, j’étais plié par terre. Je trouvais ça très bon, de bon goût (sauf l’imitation de Marc Labrèche qui n’était pas toujours égale mais bon…). Ça parodiait gentiment l’émission culinaire de M. Bégin. Le sketch a été tellement apprécié qu’il est devenu viral sur YouTube et presque tous en ont parlé.

Sauf que là, j’apprends par Steve Proulx qui l’apprend par Sophie Durocher, que Christian Bégin serait à terre (dixit Mme Durocher). C’est là que je tombe sur le cul. Particulièrement en lisant ceci:

J’ai entendu à travers les branches que Christian Bégin était dévasté par cette imitation. On le serait à moins. Et ça pose la question: est-ce que les humoristes ont TOUS les droits? Incluant celui de briser une vie?

Briser une vie ? Coudon, est-ce que M. Bégin serait suicidaire ces derniers temps ? Parce qu’il me semblait que tout allait très bien dernièrement pour lui… Mais bon, c’est possible, après tout je ne lis pas les revues à potins. Elle sait probablement des choses que je ne sais pas. Et « On le serait à moins » ? Excusez-moi, mais je n’ai pas senti une graine de méchanceté dans le sketch. Oui, quelques petites taquineries avec la phrase répétée « Je suis comédien » et sur l’abus de vin, mais rien de terrible. Rien à voir avec certaines parodies de RBO.  Je veux dire, pour moi, l’opinion que j’avais de M. Bégin n’est pas pire qu’avant ce sketch.

Au contraire, j’ai senti un clin d’œil. C’est une parodie: forcément, on se moque de la forme de l’émission mais jamais j’ai senti d’attaques personnelles envers le comédien. N’importe qui de brillant se doute que cette parodie a exagéré la typographie du show, la consommation de vin de l’animateur/comédien et son fameux scooter qu’il utilise pour se promener. On suppose que ça serait une « vengeance » pour ses propos acerbes sur les chanteurs/humoristes et autres qu’on engage comme comédien. Hein ? Je suis le seul à ne pas voir ça ? Parce que sérieusement, j’aurais vu plus une vengeance de la sorte si c’était un humoriste ou un chanteur qui avait fait la parodie. Mais Marc Labrèche… À ce que je sache, c’est un comédien d’abord et avant tout !

Alors j’imagine que je suis insensible. Ou, peut-être que M. Bégin (quoique je dirais plus que c’est Mme Durocher) est trop sensible ? Allons, ne vous en faites pas M. Bégin: il n’y a pas de haine là-dedans. À moins que je sois carrément aveugle et ça, c’est pas impossible…

Par la même occasion, Richard Therrien nous apprend que Mario Dumont va être à Dieu merci ! bientôt… Vous croyez que je dénoncerais ce choix douteux du chef de l’ADQ. Que nenni ! Au contraire, c’est compréhensible: il préfère improviser dans une émission faite pour ça que dans une émission où on peut le coincer dans ses improvisations ! En tant que chef de la politique improvisée, je prédis déjà que Mario Dumont va remporter haut-la-main la porte bleue des mains d’Éric Salvail qui récompense le meilleur pour dire n’importe quoi… Vous voyez, Mme Durocher, ça c’est un commentaire méchant ! 😉

P.S.: Comprenons-nous bien: ce n’est pas un devoir d’aller à Tout le monde en parle. Absolument pas. M. Dumont est en droit de ne pas y aller. Sauf que quand ton parti traîne de la patte dans les sondages, il me semble que tu ne craches pas sur une tribune de 1,5 millions de personnes qui regardent en moyenne. Là-dessus, c’est sûr qu’il doit y avoir des indécis que tu peux rejoindre. Alors, tu en profites. Oui, au risque de se faire écorcher. Mais au pouvoir aussi, tu te fais écorcher. C’est quoi ? Un Dumont premier ministre interdirait toutes les mauvaises nouvelles à propos de son gouvernement ?

Dernier billet de campagne électorale

En fait, je viens de faire mon politicien: je reparlerai sûrement des résultats des élections mercredi, mais c’est mon dernier billet avant le jour du scrutin – demain le 14 octobre de 8h à 20h, je le rappelle. Mais bon, faire un billet demain sera trop tard puisque vous serez aux urnes de toute façon (sauf si vous me lisez d’ailleurs qu’au Canada). Je n’aurai peut-être pas fait une campagne blogesque aussi importante et bonne que lutopium (que je félicite par la même occasion), mais j’espère au moins que vous aurez compris mon message déjà pris par plusieurs: n’importe quoi sauf Harper majoritaire. Parce que, personnellement, je sens le gouvernement conservateur minoritaire, mais pas majoritaire. Je le souhaite en tout cas. Y aurait toujours l’option de coalition NPD-Libéral qui serait bien, mais je ne suis pas sûr que ça se fera.

Mais bon, pour ceux qui branleraient dans le manche et qui considèrent l’option Harper par dépit, une petite liste de trucs pour vous rappeler que ce n’est pas le choix le plus intelligent que vous pouvez faire:

1 ) Il y a deux ans, ce « grand leader » faisait un cabinet de ministres avec une ministre de l’environnement à la solde de l’industrie pétrolière et, surtout, une ministre de la Culture UNILINGUE ANGLAISE !

2 ) Il a changé Bev Oda pour Josée Verner… Sauf qu’une cruche ferait mieux que Josée Verner qui n’a JAMAIS expliqué par quoi elle changerait le 45 millions coupés, ce qui aurait évité aux artistes et blogueurs de critiquer le gouvernement.

3 ) Stephen Harper songe à augmenter le budget militaire… (dépenses fortement inutiles si vous voulez mon avis)

4 ) Stephen Harper dit ne pas flirter avec la droite morale, mais pourtant il a une candidate membre de l’Opus Dei, il a déjà eu un ministre créationniste, il s’est fait convaincre par un pasteur évangélique du projet de loi C-10 (pour censurer des oeuvres à la moralité douteuse… selon l’Église catholique qui a la notion du vice pas mal trop large), …

5 ) M. Harper n’a aucun respect pour les langues officielles, alors qu’il a pratiquement voulu enlever la commission aux langues officielles.

6 ) Il a adopté une série de mesures pour « barrer » le travail des journalistes sur la Colline parlementaire.

7 ) Mise à part lui, où étaient ses candidats sur la place publique ? Ah oui ! Muselés, sauf les têtes « populaires » comme Michael Fortier et Josée Verner.

8 ) Parlant de Michael Fortier, rappelons-nous que monsieur Harper a mis le gars ministre sans qu’il soit élu et pas pendant quelques mois comme le nouveau ministre de la Santé à Québec Yves Bolduc, mais pendant 2 ans alors qu’il y a eu des partielles pendant cette période de temps-là !

9 ) Monsieur Harper a proposé un super plan pour les gaz à effets de serre qui seront réduits… en 2050. C’est-à-dire quand il sera mort et que ça coûtera au Canada des milliards de dollars par année pour les catastrophes naturelles. D’ailleurs, savez-vous que ça coûte déjà plus d’un milliard de dollars les dégâts et problématiques causées par les problèmes de pollution, changements climatiques et etc. ? Mais évidemment, selon Harper, IL Y EN A PAS DE PROBLÈMES ! Ben non !

10 ) Il a confié un ministère aussi important que celui des relations internationales à un amateur comme Maxime « Jos Louis » Bernier qui a été – selon tous les analystes, même des pro-conservateurs – LE PIRE ministre des affaires extérieures du Canada.

11 ) M. Harper dit que les autres partis vont faire des dépenses stupides. Pourtant, il est prêt à payer pour des centres de prison pour les 20-30 jeune contrevenants d’en bas de 16 ans qui commettent des crimes graves… Logique !

12 ) M. Harper a une désinvolture presque malsaine face à la crise économique actuelle, allant jusqu’à encourager les gens à acheter des actions alors que le marché est clairement instable. Bravo ! Belle sensibilité cowboy !

13 ) Oui, M. Harper a déclaré qu’il y avait une nation québécoise… Sauf que le titre ne vaut rien et quand Jean Charest parle d’un type de souveraineté culturelle (dans le sens qu’on s’occupe nous-mêmes de la culture au Québec), là, M. Harper a oublié son « fédéralisme d’ouverture » assez sèchement merci.

Bon, je sais que mon billet n’aura aucun impact sur ceux qui sont déjà très conservateurs et là, je ne nommerai pas l’électeur conservateur type, ça serait méchant et ça ne voudrait rien dire. N’empêche que j’aimerais qu’on y pense à deux fois avant de mettre au pouvoir à nouveau un ancien gars du Reform Party, un parti fédéraliste tellement moraliste et avec des idées de contrôle que ça fait peur…

Mais bon, c’est votre choix ! Et voilà, le dernier paragraphe de la campagne électorale: il est essentiel que vous alliez voter demain. Peu importe votre choix – même en désaccord complet avec moi – il faut le faire. C’est que je dis ça alors qu’hier, à Tout le monde en parle, le très comique Pierre Légaré a dit quelque chose qui m’a fatigué. Il a dit qu’il ne votait plus et que c’est un geste qui ne valait pas la peine. Je comprends un peu le sens de son discours qui est un peu anti-étatique, un peu comme un certain blogueur très appréciable sur le Net (quoique les idées ne sont pas exactement pareilles entre les deux). Mais de dire que voter est inutile… pour lui, OK, et heureusement, il n’a pas dit de ne pas aller voter. Néanmoins, sur une tribune aussi forte que l’émission de Radio-Canada, dire que le vote ne sert à rien alimente le cynisme et le taux de participation faible alors que c’est notre seule chance d’avoir un léger pouvoir dans notre supposée démocratie. Alors, votez en grand nombre ! C’est important !

Mon devoir de citoyen accompli

Bon ben pour moi, personnellement, les élections sont finies. J’ai accompli mon devoir de citoyen vendredi passé (vote par anticipation). Pourquoi ? Premièrement, parce que c’était plus facile pour moi d’aller voter vendredi le 3 que mardi la semaine prochaine. Deuxièmement, parce que mon choix était déjà fait depuis des semaines et qu’il n’allait pas changer d’ici le 14 octobre. Troisièmement, parce que c’était bien plus appréciable d’aller voter dans le sous-sol d’église quand on était à peine 4-5 personnes à voter que quand ça sera bien plein mardi prochain. Pas que je déteste le monde, mais le sous-sol d’église proche étant… petit, je n’avais pas envie de me retrouver dans la cohue. Je l’ai déjà fait lors des dernières élections fédérales et j’avais trouvé ça chiant: tous tassés, pressés de voter, le système d’identification qui rend le processus encore plus long…

Évidemment, si j’étais un indécis, peut-être que j’aurais attendu au 14. Le temps de me faire une idée. Sauf que ce n’était pas le cas. Et voilà ! J’ai fait mon devoir démocratique ! 😀 En espérant que tout le monde le fasse mardi prochain !

Pendant ce temps…

Julie Couillard pleure à Tout le monde en parle, nous informe sur la guerre pour contrôler la main-mise sur le pavot (une des vraies raisons de la guerre en Afghanistan) et son langage « gossait » Renart (t’inquiètes pas Renart, tu n’es pas seul).

La Louis Champagne au féminin remporte « La Joute ».

Michael Fortier veut des excuses des attaques du chef du Bloc Québécois contre Stephen Harper… Calvaire ! On es-tu en campagne électorale ou dans une cour d’école ? Un moment donné, c’est normal qu’il y ait des attaques ! Et à ce que je sache, Gilles Duceppe a pas souhaité qu’Harper crève, mais il a dénoncé ses positions et son attitude qui méritent qu’on s’y attaque. Monsieur Fortier dit que c’est haineux et que ça va au-delà des attitudes d’une campagne électorale. Euh… Et si on parlait de sa campagne vicieuse qui sous-entend que finalement, ça ne donne rien d’être dans une démocratie puisque tous les membres de l’opposition sont payés et ne peuvent prendre de décisions ? Ça, c’est pire que les petites insultes du Bloc… c’est carrément de dire: « Hé ! Pourquoi on deviendrait pas une dictature, gang ?! Ça vous coûterait moins cher ! »

L’effet Tout le monde en parle

Bon, après un week-end en sabbatique d’Internet (mon Google Reader était plein de nouveaux billets ma boîte courriel… de courriels !), me voilà de retour ! Tout d’abord, pour les 3-4 que ça intéresse, d’ici demain soir (probablement en ligne demain soir) un nouveau chapitre de l’histoire en cours sur l’Île de Circé. Deuxièmement, je vais être plus actif sur ce blogue et ce à partir d’aujourd’hui.

Alors, hier, c’était le début de la grande messe dominicale (qu’on n’aime ou pas) Tout le monde en parle. Évidemment, nous sommes en période électorale et forcément ça tourne là-dessus et on invite des politiciens des différents partis qui se présentent. On se rappelle qu’en mars 2007, beaucoup avaient apprécié entre autres les présences de Jean Charest et Mario Dumont à cette émission (et on a vu que ce sont les deux partis qui ont eu des résultats intéressants, même si c’était une baisse majeure pour les libéraux). André Boisclair est allé, par contre, se dissocier de son sketch des Justiciers Masqués en clamant être une victime et à ce moment-là, on a fait: « Quel menteur et trouillard ! » Il faut dire que depuis que Noisette et moi avons parlé de l’ex-chef du PQ, ouf ! Mon opinion pour lui a baissé 100 fois plus qu’il ne l’était déjà. Parce que, ce n’est pas parce qu’il est gai que c’était un bon chef. Come on ! Mais ça, on pourra en reparler.

Bref, c’est Gilles Duceppe qui a été le premier à briser la glace des chefs à venir se péter la gueule ou la redorer à l’émission. On a appris que la semaine prochaine (je crois) que Jack Layton du NPD viendrait sur le plateau et quant à Stéphane Dion, je crois que c’est à venir. Pour Stephen Harper, par exemple, ouh ! Grosse surprise ! Il risque de ne pas venir. Ou plutôt il viendra quand IL LE voudra. Sa majesté décide, bien sûr ! Évidemment, je peux comprendre le roi Harper d’être mal à l’aise à aller là. Tout le monde en parle est le dangereux repaire de sociaux-démocrates… ceux qui mettent le monde dans le trou selon bien des gens ! (Alors que sérieusement les amis, où sont les gouvernements sociaux-démocrates ?… Y en a plus !)

Donc, c’était Gilles Duceppe qui était là. Croyez-vous qu’il a fait une bonne performance ? Disons que, comment dire, ça a changé un peu de l’attitude de défensive qu’il a durant cette campagne. Mais peut-on dire que ça a amélioré son image ? Hum… Je ne sais pas. Je pense qu’elle va rester la même qu’avant l’émission. Mais bon, au moins, il n’est pas allé se foutre dans la merde avec une déclaration. Il est resté bien bien beige. 😉 Et vous, qu’est-ce que vous en avez pensé ?

En passant, une remarque spéciale à cet excellent article de Patrick Lagacé sur les barbares qui font du « culture bashing ». Étonnant qu’il ait le droit d’écrire ça dans un groupe comme Gesca… Bon, bon, bon. Désolé, mais la campagne me déprime et j’ai presque le goût de dire des énormités. 😉 En tout cas, je voulais en parler car j’ai bien aimé.