Le Bye Bye du Satellite: 9 décembre 2008

Maintenant que l’automne électoral est terminé, Claude Dubois nous offre sa vision des élections avec « Comme deux millions de gens« .

C’était un automne électoral
Bas était le moral
Un contribuable découragé
Des chefs de partis écœuré
Comme deux millions de gens
Il a refusé de voter
Croyant que ça serait contester
Mais les élus s’en sont fichés

Autour de lui c’était la désolation
À quand un nouveau mode de scrutation ?

Comme deux millions de gens
Il a refusé de participer
Il n’a maintenant qu’à se la fermer
Comme les deux millions de crottés,
De débiles,
De paresseux,
De caves,

– Ok, M. Dubois, calmez-vous !
De niaiseux,
De lâches,
De mongols,
De sales,

– M. Dubois, s’il vous plaît !
De déficients,
De fous,
De fils et filles de p…
– M. DUBOIS ! Donnez-y donc sa pilule de Prozac, quelqu’un !

Publicités

Ça peut être décevant, mais…

Bon, il est 23h00 et on peut confirmer que les résultats de l’élection confirme que les libéraux seront majoritaires.

Bon, je sais, c’est décevant… 4 autres années, voire 5 (je crois pas qu’il y aura d’élections avant 2013) de Libéraux et surtout de Charest. Mais bon, ceux qui ont voté auront alors d’excellentes occasions de chialer.

Et puis, malgré que moi aussi je suis très mal à l’aise avec l’aspect de discrimination positive envers les femmes comme Louis-Philippe l’a déjà dit, je trouve ça drôle que Québec Solidaire réussisse à élire un député… un homme. LOL 😛 Excusez, mais avouez que l’ironie est bonne pareille !

Autre sujet de réjouissance, la claque solide de l’ADQ qui a reçu de plein fouet la vague qui l’avait porté étrangement à l’opposition officielle en 2007… Néanmoins, je ne pensais pas que cette image que j’ai fait rapidement un soir serait prémonitoire
anti-dumont

Mais là, je suis un peu trisse… Sur quel crétin populiste je vais m’attaquer maintenant ? Mon beau-père m’a dit que c’est sa femme qui prendrait le flambeau, qu’elle gagnerait plein de votes auprès des mères de famille de la classe moyenne. J’en doute. Parce que même si elle a de la gueule, les idées de l’ADQ restent des idées de droite complètement déconnectées – même pas des BONNES idées de droite (car on pourrait – comme le propose Jean-François Lisée – prendre des idées de droite et les recycler à la sauce sociale-démocrate) ! Mais bon, je n’ai pas peur pour Dumont. Il pourra facilement se recycler dans le Conseil du Patronat ou comme animateur polémiste de lignes ouvertes. 😉

Et puis, bon, même si je continuerai toujours à mépriser le politicien, j’ai quand même été touché par l’homme brisé ce soir. Le gars qui a vu son parti réduit en lambeaux partout au Québec n’avait pratiquement pas le choix. Comment justifier sa place comme chef quand, alors que le parti goûtait presque au pouvoir, il est retombé aussi bas qu’à une époque pas si lointaine ?

Puis, finalement, le taux de participation serait de 56,5%… 56,5% ?!!! Calvaire ! Ça, ça veut dire qu’il y a à peu près 2 millions de lâches au Québec ? D’ailleurs, t’as Lagacé qui a dit: moi, j’ai pas voté car aucun m’attirait. Moi, non plus, Lagacé mais j’ai voté parce que je voulais avoir le droit de critiquer. Un droit qu’on devrait peut-être enlever au chroniqueur de la Presse. Ou disons qu’il n’a pas un mot à dire pour les prochaines années en termes de politique provinciale… Dire qu’une annulation de vote aurait été rapide à faire.  Mais bon, je vais arrêter, ça me met trop en tabar… Et puis, je sais que ça ne donne rien, il va continuer pareil.

Et puis bon, on pourra rejaser élections provinciales dans 4-5 ans, non ? 😉 Et ça va faire du bien au Québec, une petite période sans élections (même si j’aurais préféré que ça ne soit pas Charest au pouvoir pour cette période).

Et ça va recommencer…

Bon, je sais que Noisette est presque hystérique de bonheur de voir qu’il y aurait des élections en décembre, 😉  mais moi je ne suis pas autant en joie. Parce que j’ai foutrement peur des résultats et surtout du scrutin qui serait très peu élevé. La taux de participation risquent d’être encore moins fort, les gens seront alimentés par le cynisme car ils verront que Charest a fait ça juste à cause de bons sondages (même chose pour le PQ qui voient les appuis adéquistes qui fondent). En plus, on va se retrouver en début décembre: les gens vont avoir plus en tête les achats de Nowel que la politique. Peut-être pire, les gens pourraient être tellement écœurés des débats Marois/Charest que – oh misère ! – ils voteraient ADQ juste pour foutre la merde…

Bon, bon, bon… Cessons de divaguer ! N’empêche que ça me faisait du bien de ne plus voir les affiches laides sur les poteaux, les publicités poches à la télé et les interminables émissions spéciales sur les élections. Mais bon… S’il en est ainsi, j’irai voter bien sûr. Et forcément, on jasera politique provinciale. C’est juste que j’ai l’impression que la campagne électorale, je ne pourrais la suivre aussi intensément que celle fédérales. Ça m’a comme brûlé parler contre Harper… pour rien finalement puisqu’il a non seulement été rééelu mais avec plus de sièges que la dernière fois. Mais bon, j’imagine que Noisette comblera le vide que parfois je laisserais, hein Noisette ? 😉

Et non, ce n’est pas un exercice inutile d’aller voter, je me répète encore. Parce que sinon, laissons entrer une dictature si les gens sont si écoeurés de la démocratie, ils vont regretter leur choix rapidement, mais ils n’auraient plus à voter. C’est juste que là, personnellement, je suis indécis: aucun parti provincial ne me parle.

Je refuse de voter pour la gang d’incompétents et d’arrogants de Libéraux…

Je refuse de voter pour le duplessiste Mario Dumont et sa gang de gérants de dépanneur ou d’avocats ayant ratés leur profession…

Pauline Marois et le PQ me parlent peu et je les trouve guidounes en maudit (quand j’ai vu Marois dire: « Ben vous savez, on accepterait sans problèmes des transfuges adéquistes… » Euh… Pas sûr que j’aime ça ce genre de déclaration-là.)

Québec Solidaire… ils ont de bonnes idées, mais le problème est qu’on les entend peu et j’aimerais savoir ce qu’ils feraient concrètement. Pour l’instant, ça me semble juste une regroupement d’idéalistes.

Et le Parti Vert est encore plus invisible que celui canadian

Ah oui, c’est vrai, il y a le parti Indépendantiste maintenant… Mais je ne sais pas, un parti qui accueille Victor-Lévy Beaulieu a bras ouverts… Mouhahahahahaha ! 😉

Bref, ça ne va pas bien. Ou c’est peut-être mon cynisme du lundi qui parle. En tout cas, à suivre…

Quelques livres de cynisme…

Bon, je peux enfin écrire ce billet. Si je l’avais écrit hier, j’aurais été d’une méchanceté rare dans mon cas. Puis, avec un peu de recul, je me permets d’écrire sur le sujet. Bon, on ne reviendra pas sur les résultats d’élections. Et même si j’ai écrit que je trouvais ça ridicule comme résultat, qu’on revenait au même point et que – pire – plus de gens avaient voté pour les conservateurs de Harper, je suis d’accord avec le Détracteur: ces élections n’ont pas été inutiles. Résultats fort décevants, mais pas inutiles. Par contre, ça donnait quoi à Harper de les déclencher pour le même résultat… m’enfin !

Sauf que quand j’ai vu le faible taux de participation, c’est là que j’ai vraiment pété ma coche: 42% n’ont pas voté ! Phoque ! On est rendus aussi incultes politiquement que les États-Unis, on ne vote plus. J’étais tellement en maudit, moi qui a même fait mon devoir de citoyen un peu plus d’une semaine avant les élections ! Sauf qu’il me fallait un point de vue contraire pour comprendre la « mentalité » d’un non-votant assumé. Je l’ai trouvé par le biais de commentaires sur le blogue de Louis-Philippe Lafontaine. Le billet de ce blogueur assumé dans son désir de ne pas participer à la démocratie est ici.

Là, attention ! Je ne veux pas que mes prochains propos soient considérés – ni même par l’auteur de ce billet – comme des attaques personnelles mais comme une attaque de son point de vue. Méchante différence entre les deux ! Surtout que je ne connais pas ce blogueur, alors… Sauf que je vous avertis également que lorsque vous lirez son billet, attention ! Il y a du cynisme au pouce carré comme je n’ai jamais vu ça. Disons que sur le coup, j’ai dû prendre un bon 2 livres de cynisme que j’ai rapidement perdu.

Bref, si on résume sa position: ça ne donne rien de voter, les gouvernements sont corrompus, le monde est individualiste et c’est ceux qui votent qui devraient fermer leur gueule et non le contraire parce que ceux qui ne votent pas envoient un message… Une conclusion globale qui nous fait dire premièrement: « Ben coudonc ! À quelle heure on se suicide collectivement ? » Deuxièmement, je peux comprendre le dégoût politique. Je le sais, moi aussi, dans le coin droit de mon cœur, il y a une partie cynique qui s’amuse à haïr profondément la politique québécoise/canadienne. Pendant longtemps, je ne voulais RIEN SAVOIR là-dessus. Je préférais être ignorant que dégoûté. Sauf que… Je me suis vite rendu compte que ça ne donnait rien cette attitude. Le gouvernement s’en fiche des cyniques. Au contraire, pendant qu’ils broient du noir, ils se permettent n’importe quoi. Or, quand un groupe de citoyens informés et militants prennent le flambeau, là, le gouvernement regrette quasiment de ne pas être en dictature. C’est d’ailleurs le problème que j’ai avec cette position cynique de la politique et du fait de ne pas voter: c’est cracher sur ce pour quoi tant de gens sont morts. Oui, oui, parce que le combat de la liberté d’expression n’a pas commencé avec l’affaire Jeff Fillion. Ça a commencé il y a fort longtemps et on peut se considérer chanceux d’y avoir droit quand on voit que dans plein de pays au travers le monde, ils n’ont pas droit de démontrer une position contre le gouvernement (voir pays d’Asie, du Moyen Orient, etc.).

Il y a l’idée que le non-vote est un message pour les partis. Or, ils s’en fichent. Ils se fichent de ceux qui ne vont pas voter: un député adéquiste/libéral/péquiste est bien plus inquiet d’un citoyen qui lui dit « je vais voter pour quelqu’un d’autre que toi » que la personne qui lui dit « de toute façon, je ne vais pas voter ». Parce que la première personne peut entraîner plusieurs autres à ne pas voter pour lui. Le deuxième n’a aucun pouvoir de persuasion, alors… En fait, vous voulez faire un vrai message aux dirigeants ? Allez au bureau de scrutin et annuler votre vote. Ça, ça parle ! Et au moins, vous aurez vraiment fait votre devoir. Puis, cette équation dans le billet de ceux qui votent n’ont pas à chialer parce qu’ils ont voté pour le gouvernement et qu’ils endurent leur choix. Premièrement, il ne faut pas oublier que parfois ce n’est pas notre candidat(e) qui gagne. Deuxièmement, même si c’était le cas, si mon député ou ma députée fait un mauvais boulot dans le comté et que j’ai voté pour lui ou pour elle, je suis encore PLUS en mesure de le ou la critiquer puisque je lui ai donné ma voix. Celui qui ne s’est même pas levé pour se prononcer n’a pas le droit à cette voix: il a décidé de subir, de cracher sur son droit que lui donne la démocratie…

En conclusion, ce fiel de cynisme est tout à fait permis (puisqu’on est justement en démocratie), mais il apporte quoi de bon ? On lit ça et on se dit: « Bon ben on va subir et mourir en ayant subi ! » Moi, on m’a toujours dit que les petits gestes avaient de l’impact. Il serait peut-être bon de lâcher le confort facile du cynisme et sortir un peu le nez dehors… sans rêver en couleurs, ça s’appelle vouloir améliorer son monde à sa façon. Mais bon, je dis ça de même !

Un petit P.S.: Comme l’a fait remarquer Vegekat aujourd’hui, c’est plaisant, WordPress offre désormais la possibilité de mettre des sondages dans ces billets. Amusant. Je vais peut-être m’essayer bientôt… 😛

Les experts des excuses foireuses

Y a-t-il de quoi de plus beau qu’un politicien qui essaie de se justifier d’une défaite électorale ? Les voir patiner, sortir n’importe quoi et être incapable d’une honnêteté totale et de dire: « On a échoué cette fois… On n’ a pas réussi à toucher l’électorat. » On aurait aimé que Dumont ait une réaction du genre, mais s’il l’a admis du bout des lèvres, il a surtout blâmé le faible taux de participation.

Il a souligné le contexte difficile, pour le parti, dans lequel cette élection s’est déroulée. Ce contexte est plus difficile, selon lui, dans le cadre d’une élection partielle, où il est moins aisé d’inciter les électeurs à aller voter.

Bon, bon, bon…  S’il est vrai qu’il est rare que les partielles attirent peu l’électorat, il ne faudrait pas que Mario charrie: ils sont passés de deuxième dans deux comté à troisième et quatrième dans ces mêmes comtés ! De plus, ce n’est pas comme si les partisans adéquistes de ces comtés ne savaient pas que le parti piquait du nez dans les sondages… S’ils étaient AUSSI nombreux qu’on le dit, ils auraient dû sortir, non ? Sauver leur Sauveur avec un « S » majuscule. Mais non… Ils étaient probablement occupés à autre chose. Après tout, il faisait beau hier. Et si, je dis ça de même, ils s’étaient rendus compte que le programme de l’ADQ tient sur une feuille de cartable et ne propose rien de bon pour le Québec ? Une idée comme ça…