En symbiose ?

Image trouvée ici.

Je ne sais pas ce qui se passe dernièrement, mais je commence à comprendre ce billet du Renart. Je suis comme « beurk… », mon biorythme est dans une pente descendante. Je croyais que ça remonterait mais ce n’est pas le cas. En fait, ce n’est même pas une question « d’écoeurantite » du blogue plus que… l’actualité ne m’inspire tellement pas. Je crois que je préférerais vous parler de 100 000 autres trucs que de l’actualité. Je suis presque blasé.

La ministre Raitt et ses bourdes ? Bah… C’est une conservatrice, ce ne m’étonne plus. Ils ont prouvé bien avant ça leur incompétence.

Le Plan Marois ? Ben sérieusement, je le trouve mieux expliqué et il me semble plus acceptable que lorsque décrit la semaine passée. Sinon, bah, rien à dire. Par contre, je me permettrai un bémol : je ne suis pas certain que ça fonctionnerait dans la mesure où le fédéral se dirait que « Ils ne seront jamais satisfaits tant qu’ils ne seront pas indépendants, alors pourquoi on bougerait ? »

La souveraineté vole pas haut selon les sondages ? Sommes-nous vraiment surpris ? Y a-t-il vraiment un enjeu qui soulève les Québécois en ce moment ? Ça chiale ben gros contre le statut quo, mais ça aime bien les choses comme elles sont. C’est le paradoxe québécois dans toute sa splendeur.

Pour le reste, c’est encore pire. Vraiment, on sent que l’été s’amorce… L’actualité devient terriblement ennuyeuse, on s’accroche au moindre détail qui pourrait avoir peut-être le début d’une effluve d’un semblant de scandale. 😛

Alors, quoi faire pour se remettre sur le piton ? Je ne sais pas. Présentement, je songe à une transfusion intensive de soleil et de bonnes nouvelles dans mes veines. 😉

La vidéo du jour: Tout le monde en parle avec raison. Ce fantastique numéro de Christian Vanasse, Zapartiste de renom, qui devient l’espace d’un moment Pier-Karl Péladeau le patron de Quebecor Média. Ce numéro me rappelle à quel point je souhaite ardemment que l’homme n’acquiert pas le Canadien de Montréal… Ouf, pitié non ! C’est par le blogue de Cécile Gladel que j’ai découvert cette captation faite par Christian Aubry.

Publicités

L’insensibilité bureaucratique

Fausse couverture de Martine (texte sous Martine de moi)

Fausse couverture de Martine (texte sous Martine de moi)

Merci à Renart tout d’abord qui m’a pointé que le site pour faire des parodies de couverture de Martine est de retour !

Bon, OK, ma parodie est plutôt sombre mais comment réagir autrement face à cette nouvelle et, surtout, la réaction du ministre Yves Bolduc en Chambre qui a répondu à peu près de la sorte:

On va vérifier si l’étude est conforme, on va vérifier si elle est indépendante et par la suite, on verra ce qui en est avec les gens du ministère et nous agirons en conséquence.

Ça, je m’excuse, mais j’appelle ça premièrement du gros n’importe quoi comme discours (et ça les politiciens de toutes formations confondues nous en servent quotidiennement) et deuxièmement, de l’insensibilité bureaucratique. Ça, c’est une réponse de fonctionnaire, de petit gratteux de papier qui te fait chier parce que tu n’as pas la copie jaune du formulaire 128-B-E95.

Ce n’est pas la réponse d’un ministre de la Santé.

Que le gars veule être prudent avec les résultats, OK, qu’il veuille vérifier l’étude, parfait ! Mais il n’a pas le droit de ne pas être empathique et en phase avec la population: celle-ci a peur bordel ! Toutes ces femmes qui ont peut-être reçu un mauvais traitement pour leur cancer du sein sont inquiètes et tant qu’à y être, tous ceux qui ont reçu des traitements pour un quelconque cancer si on se fie au docteur Barrette de Fédération des médecins spécialistes.

Sans tomber dans la panique, ça aurait été quoi de dire des paroles rassurantes et pleine d’empathie à l’égard de la population ? Probablement que la face de boeuf du ministre aurait craqué et tombé j’imagine. C’est génial: en un an, on est passé d’un ministre de la Santé arrogant à un ministre de la Santé insensible et qui n’a clairement pas été mis au courant qu’en 2003, Bozo Charest avait promis que les attentes dans les urgences, ça serait réglé en un an ! On est en 2009 et le ministre promet qu’on devrait baisser le nombre de gens qui attendent plus de 48 heures dans les urgences de 30% d’ici 3 ans

Ah ouais, définitivement, Charest a le don de choisir son équipe… Certains ont ri qu’il s’est presque auto-proclamé comme premier ministre passant à l’Histoire le week-end passé… Quoique…

À suivre demain...

Mise à jour — Durant la rédaction de ce billet, le ministre a affirmé qu’il y aurait mise en place d’une ligne téléphonique pour les gens inquiets au début de la semaine prochaine, entre autres, et que le gouvernement prendra de « sérieuses mesures », dit-il, pour qu’il n’y ait plus d’erreurs de la sorte. Bon, évidemment, je reste COMPLÈTEMENT sceptique et cynique (on parle d’un gouvernement du PLQ ici), mais enfin le ministre a presque une pensée pour la population… C’est quoi ? C’est le Club des Ex à RDI qui l’a fait bouger ou la gueule des députés de l’opposition en face éberlués de son manque de sensibilité ?  N’empêche que je déteste profondément ce ministre. Vraiment, quel c… !

Le billet du jour: Du Prof Solitaire, le genre de billet qui démontre que non seulement le bilinguisme est un concept qui ne veut pas s’implanter au Canada, mais que le ROC n’a rien à foutre du fait francophone au pays. Une autre raison de faire l’indépendance mais qui tombera dans l’oreille d’un sourd, as usual. Welcome to Canada, hating country from coast to coast !

Ah, les mamans !

Hier, c’était la Fête des Mères. Dans le contexte actuel dont je vous ai parlé la semaine dernière, c’était un peu triste… Surtout avec la pluie et le vent qui ne cessait de marteler nos fenêtres. Mais bon, je dois vous dire que comme après n’importe quelle tempête, le calme se refait sentir de plus en plus.  Nous sommes prêts à toute éventualité, mais prêts à continuer de vivre et de ne pas s’empêcher de la vivre cette chienne de vie. Une sacrée décision, croyez-moi !

Par le plus étonnant des hasards, j’ai reparlé à l’ex sur Internet et on parlait de tout et de rien et il m’a fait écouter cette chanson de Pierre Lapointe. OK, ce clip amateur qui consiste à un diaporama d’images est pas super, mais il vous permet d’écouter la chanson en question:

Je l’écoutais et j’avais les larmes aux yeux: dieu qu’au début de ma vingtaine, j’ai eu le goût de dire ça à ma mère aussi. Comment j’avais le don de briser le bonheur que j’avais, comment je pouvais me sentir aussi perdu. Mais je crois qu’elle serait contente que malgré toute la merde qui pleut chez nous, je me sens plus prêt à accueillir le bonheur, à accepter celui-ci comme un cheminement. Plus prêt qu’à 20 ans, en tout cas.

Allez, bonne fête en retard à toutes les mamans ! Car elles doivent apprendre à gérer nos humeurs en plus de leurs boulots, leurs occupations, etc.

Le billet du jour: Bon, j’ai parlé de Guy Lafleur samedi (ce qui a ramené du monde à la messe) et il ne perdra pas son ordre du Québec. Correct, j’ai pas de problèmes avec ça. Je continue à dire qu’il a commis un crime et qu’il ne faut pas l’oublier, mais faut quand même pas le mettre dans le même panier qu’un autre Guy qui a, disons, abusé d’une chanteuse connue… Cependant, certains se servent de cette affaire pour faire passer d’autre message. On défend le démon blond en comparant son geste aux « meurtres » commis par le docteur Henry Morgentaler… C’est du moins ce que m’a montré Renart aujourd’hui. L’art de comparer des pommes et des oranges, j’imagine ? Mais il semble que les cathos extrémistes sortent de plus en plus au Québec ces jours-ci.

Histoires d’humains

Ce billet provient d’une discussion que j’avais avec un ami hier soir. On jasait de trucs et d’autres (dont la fameuse religion catholique), une discussion qui a vite tourné en discussion historique sur la religion, entre autres. Finalement, après quasiment une heure, on en venait au constat suivant: l’Histoire avec  le grand « H » peut être vraiment plaisante, peut emmener à des découvertes et discussions fascinantes. Alors pourquoi elle a autant mauvaise presse ? Pourquoi, pour la plupart, quand on dit le mot « Histoire », ils deviennent verts et sur le point de dégobiller ?

Je me dis que probablement c’est l’obsession des dates. On associe l’histoire avec l’apprentissage pénible de dates. Bon, personnellement, je n’ai pas tant de problèmes avec les dates. Lorsque je veux bien les retenir, je suis en mesure de le faire. Mais je comprends que si pour le commun des mortels, l’histoire ne veut dire que « apprentissage de dates », ça lève le coeur. Pourtant, le nom le dit: l’histoire, c’est la trame narrative qui nous a emmenés jusqu’ici avec ses grands moments et ses moments pathétiques.

Anecdote personnelle: ma soeur était en révision pour son cours d’histoire du Québec. Elle voulait que je l’aide à réviser car elle avait de la difficulté à comprendre. Je me suis rendu compte pendant que je lui posais des questions qu’elle compartimentait le tout comme on classe nos chaussettes, nos livres, etc. Bref, elle était capable de comprendre les questions directement associées à la classification, mais elle ne comprenait pas les liens qui menait d’une période à une autre. Alors, je me suis mis à reprendre sa matière et lui dire en gros l’histoire de chaque période et les liens entre elles. Aussitôt, ça a fait comme: « Ah ! » Une grande lueur a éclairci son visage comme si elle venait de comprendre que l’histoire, c’est plus que d’apprendre c’est quoi l’Acte de Québec ou le rapport Durham. C’est aussi le POURQUOI et qu’est-ce qui explique que ce soit arrivé. Bon, malheureusement, comme on n’a fait qu’une révision ensemble et un peu trop collée sur son examen, elle a échoué et a été obligée de le reprendre mais je sens quand même qu’elle a, un tant soit peu, compris que l’histoire n’est pas juste une question de par coeur. Il y a une question de compréhension aussi.

Évidemment, l’histoire n’est pas parfaite. On sait beaucoup de choses des vainceurs, jamais des vaincus. On sait que certains textes anciens ont été traduits de façon arbitraire par certains moines de l’époque, etc. Il n’empêche qu’elle est fascinante, vaste, qu’elle est une source infinie d’inspiration. Juste de lire un site sur la Rome Antique comme celui-ci fait par un amateur (mais supra bien renseigné, passionné et avec un bon sens de l’humour) me transporte ailleurs, me fait découvrir un pan de l’humanité et me rassure sur le fait qu’il y a encore des gens qui aiment ça l’histoire. Parce que provenant d’un coin de Terre où la devise est « Je me souviens », il me semble important de se souvenir de son histoire et celle d’autres peuples.

Et vous, quelle est votre relation avec l’histoire ? L’aimez-vous ? Y a-t-il une période qui vous fascine plus que les autres ? Ah et tiens, je vais me permettre aussi une question de sondage (ça faisait longtemps):

Mais hé, pas parce qu’il y a un sondage que vous ne pouvez pas laisser de commentaires.

Le billet du jour: Bon ben il semble que sois pratiquement le seul à ne plus Twitter, même Renart s’y est mis ! Bon, sans blague, ça ne me cause pas vraiment de problème, c’est juste que… Pour moi, je n’y vois pas l’intérêt et qui ça intéresserait. M’enfin ! Puisque je suis un homme de Cro-Magnon… Houmpf, houmpf ! Moi, homme des cavernes ! Moi va chasser dinosaure pour dîner (ben quoi, selon les créationnistes, l’homme aurait vécu en même temps que les dinosaures… 😛 ).  Oh et Blogue l’Éponge fait une montée de lait fort intéressante sur les compagnies de cartes de crédit qui sont rendus à faire de la sollicitation dans les stations de métro

Après une révolution

Image concoctée gentiment par le Renart éveillé ;)

Image concoctée gentiment par le Renart éveillé 😉

Je me répète mais: Image ci-dessus de Renart

Nous sommes le 15 avril 2009. Il y a un an jour pour jour, quelqu’un, quelque part envoyait un satellite dans la blogosphère pour voir ce qui allait en résulter. Après une première révolution, nous reçûmes enfin un message. Voici en exclusivité le premier message officiel de cet appareil sophistiqué :

Il y a un an, ma vie était bousculée, plutôt noire et morne. Sans dire que j’avais atteint le fond du baril, je dirais que j’étais dans une stratosphère où j’avais l’impression d’être réduit au silence. J’avais besoin d’un lieu où écrire, cette passion que j’avais négligée depuis trop longtemps. Alors, en tant  que satellite, je me suis envolé en essayant de ne pas avoir trop le vertige. En un an, ce périple dans les méandres de la blogosphère m’a apporté de tout: des secousses, du bruit, des essais ratés mais surtout des rires, des révélations et des découvertes sans fin. Je vous en remercie infiniment. Je ne sais pas où mènera la route ni quand elle prendra fin. Je ne sais pas si la plume me laissera à jamais ici ou m’emmènera autre part. Mais une chose est sûre: en tant que Satellite, je croyais justement que j’étais loin de la population terrestre, isolé, un paria… Et pourtant, depuis le début de ce voyage, je n’ai jamais été aussi proche de vous.

Je ne sais qu’une chose: sans vous, le périple aurait été long et chaotique. Probablement que ma charpente de métal frêle n’aurait survécu aux aléas de l’espace Web sans votre soutien. Et pour cela, je vous en remercie. Profondément. De vous revoir ici, même en petit nombre, me réchauffe le coeur. Je vous apprécie énormément. Prenez soin de vous. Moi, j’amorce ma seconde révolution…

Merci à Renart pour l’image et le clin d’oeil aujourd’hui (en passant, oui, je crois qu’on est des dinosaures Renart pour ne pas être sur Twitter 😉 ). À tous ceux qui veulent laisser témoignages, images, etc. Ne vous gênez pas ! On fête aujourd’hui ! 😀

Blogue, blogue, jase, jase

Je ne sais pas si vous vous rappelez de cet appel à tous que j’avais fait au début du mois de mars ? J’avais demandé à des blogueurs s’ils voulaient bien répondre à un appel à tous pour une chronique mensuelle que je fais dans le Sans-Papier, le journal électronique de la TÉLUQ. Hé bien ! J’ai eu pas mal de réponses positives et c’est aujourd’hui que l’article est en ligne ! C’est gratuit, alors on ne se gêne pas pour lire. Pour la peine, je fais une récapitulation des blogueurs qui ont participé à ces échanges:

De plus, je me suis permis de citer dans l’article les blogues suivants pour des raisons qu’on a parlé d’eux dans l’article ou simplement parce qu’ils m’ont donné une chance dans cette blogosphère : Renart, Radicarl, Leif (qui sous son pseudonyme Molécule a été un des premiers à commenter 😛 ), Pascal Colpron

Et j’en ai omis plein dans l’article… Je vous aurais tous mis,  mais il aurait été trop long malheureusement. Mais bon, hé, c’est à ça que sert la Communauté du Blogue !

Par contre, je me sers aussi de ce billet pour rectifier une impardonnable bévue. Un autre blogueur s’était intéressé à mon appel à tous. Le très gentil et amusant Dark Remi of Doom, gardien de l’Antre de la Vérité. Sauf que malheureusement, des problèmes de communication auront fait que nous n’avons pas pu nous parler à temps avant la remise de l’article. Par contre, comme il a pris le temps de m’écrire ses réponses, j’ai décidé de lui donner l’espace présent pour les mettre. Alors, les voici (avec une répétition des questions):

1. Comment as-tu commencé à bloguer ? Qu’est-ce qui t’a motivé ? Un autre blogue que tu lisais, tu as entendu parler du phénomène ?

Initialement, je voyais le blogue comme un outil d’une médiocrité peu commune avec lequel les adolescents déblatéraient sur leur vie en écrivant des textes « emo » vides tout en affichant régulièrement des photos d’amis en écrivant quelque chose du style « Change pas *surnom X* j’t’aime fow. » Ceci dit, j’ai éventuellement fait la connaissance du Détracteur Constructif qui m’a fait porter un regard nouveau sur ce phénomène. À force de lire différents blogues pertinents, j’ai révisé ma position et j’ai décidé de m’y mettre moi-même afin d’assouvir un besoin croissant d’écriture qui me tenaillait depuis belle lurette puisque je n’ai pas vraiment l’occasion d’écrire en français dans le cadre de mon travail ou de mes hobbys.

2. On sait qu’autant il y a des blogueurs qui font des billets très rares que des gens (genre Patrick Lagacé) qui en font 4-5 par jour, voire plus. D’après toi, quel est le bon rythme pour afficher des billets ? 1 par jour, 2 par jour ? Plus ?

Je serais bien mal placé pour juger d’un nombre décent de billets puisque je suis très irrégulier dans mon horaire. Je crois que ça dépend tout autant du type de blogue que de son écrivain. En ce qui me concerne, j’aimerais tenter d’écrire au moins un billet par semaine mais c’est parfois difficile alors je me rattrape parfois la semaine suivante. Le fait est que, pour moi, le but n’est pas tant d’établir un auditoire fixe que d’écrire aléatoirement ce qui me passe par la tête pour mon propre plaisir et en dépit de ce que les gens en pensent. Pour ceux qui ont des blogues avec une thématique d’actualité, de politique et/ou qui établissent un large auditoire et une routine fixe, il est évident que les messages ont intérêt à être plus réguliers. Je dirais donc que 2 à 3 billets par semaine seraient les bienvenues.

3. Certains parlent du renouveau du journalisme (journalisme citoyen) lorsqu’on parle de blogue. D’après toi, quel est l’impact d’un billet ? Y en a-t-il vraiment un ? Ne parle-t-on pas qu’à ceux qui nous ressemblent ?

Comme toute tribune, l’impact du message est extrêmement variable selon le message véhiculé, sa pertinence et les gens qui sont là pour en profiter. L’avantage majeur du blogue est qu’il offre une fenêtre sur le monde pour quiconque décide y regarder. De ce fait, les gens qui ont un message à offrir et qui sont en mesure de le partager avec d’autres internautes qui partagent leur champ d’intérêt rejoignent rapidement bon nombre de gens. Contrairement à un journal populaire qui fait partie de la routine du commun des mortels, le blogueur doit construire son auditoire par divers moyens, comme en étant actif un peu partout sur la blogosphère et en se faisant connaître. Beaucoup d’efforts sont donc requis pour atteindre un niveau acceptable de notoriété sur la blogosphère mais lorsque l’on est connu et qu’on traite de sujets chauds, il est de plus en plus facile d’atteindre l’effet « boule de neige » en rejoignant rapidement les habitués et en attirant d’autres gens par les moteurs de recherche. De ce fait, il est probablement plus facile d’avoir un impact quelconque en divaguant sur les déboires de Britney Spears qu’en élaborant exhaustivement sur des sujets mathématiques complexes. Il est donc très difficile de juger de l’impact réel d’un billet sinon que c’est possible d’affecter les gens par ce médium. Si on réussit à vendre son produit et à attirer des lecteurs, il va sans dire que, à petite ou grande échelle, on fait une différence dans la vie des gens qui prennent la peine de lire.

4. Tu as décidé, dans ton blogue, de faire des textes plutôt amusants sur des thèmes plus ou moins sérieux. Explique-moi ton choix éditorial.

Tel que mentionné précédemment, le but premier de mon blogue est de me divertir moi-même. Étant une personne plutôt humoristique et colorée, j’aime élaborer sur ce qui me passe par la tête sans nécessairement savoir ce que ça va donner. Il m’arrive souvent de commencer un billet sans savoir comment il va finir ou, au contraire, de cesser d’écrire après deux paragraphes parce qu’une idée qui semblait bonne à la base me semble momentanément moins bonne. Le fait est que j’ai plusieurs passe-temps, plusieurs goût très prononcés qui semblent parfois douteux pour les êtres humains dits « normaux » mais j’adore manifester explicitement mon intérêt pour des choses qui n’intéressent pas vraiment les gens ou qui ne suscite tout simplement pas de réflexion habituellement. C’est le genre de chose que je fais normalement sur une base orale au cours de festivités bien arrosées mais j’ai décidé de mettre le tout sous forme de texte pour le simple plaisir de l’écriture et du partage, caricaturant ma propre personnalité et espérant que les gens vont avoir autant de plaisir à me lire j’ai moi-même du plaisir à écrire. Bien que les gens qui ne me connaissent pas n’ont aucun moyen de le savoir, mon blogue est tout bonnement une fenêtre sur mon esprit que quiconque me côtoie régulièrement connaît déjà très bien. Je n’ai aucune limite, aucune restriction de sujet ni aucun but précis si ce n’est de divertir et inciter à la réflexion pour qui sait lire à travers mon humour empreint de sarcasme et d’ironie.

5. (Question avocat du diable) Le principe même du blogue veut qu’il offre une plateforme de discussion autant pour les blogueurs que pour ceux qui commentent. Or, n’importe qui peut commenter sur un blogue. N’ouvre-t-on pas la porte là à l’excès, au dérapage ?

Il est évident que le blogue est une porte grande ouverte pour les dérapages en tous genres, comme l’Internet en général d’ailleurs, mais il faut savoir modérer son blogue. Il existe probablement qui tirent partie de ce phénomène pour créer le chaos mais je crois que les outils mis en place par les différents fournisseurs de cette plate-forme sont suffisants pour faire taire les éléments perturbateurs. De plus, si les blogueurs ne voulaient pas de dérapage, ils évideraient sûrement de traiter de sujets qui risquent d’en créer. On récolte généralement ce que l’on sème.

6. (Autre question avocat du diable) Y a-t-il une blogosphère de droite importante ? Parce que quand je voyage personnellement sur la blogosphère, je vois beaucoup de blogues de gauche, mais la droite me semble silencieuse à part quelques exceptions (Richard Martineau, Martin Masse). Est-ce parce que dans la fond, la blogosphère est très divisée en clique et que la blogosphère de droite existe et je ne la vois pas en tant que blogueur de gauche ? Connais-tu la blogosphère de droite un peu ou tu l’évites ?

Malheureusement, je ne suis pas très politisé et j’ai tendance à me perdre dans les dédales infinis de la complexité gouvernementale. Bien que j’aie un intérêt marqué pour les différents enjeux de notre société, j’ai une approche plutôt philosophique de la chose et je me contente généralement d’élaborer sur les différents sujets de ce genre d’un point de vue personnel qu’en me rattachant à une idéologie pré-définie. Ne fréquentant pas vraiment ces blogues, il m’est donc difficile de répondre avec des faits mais je me permet quand même une réflexion sur le sujet. Je crois que le mouvement gauchiste est mieux représenté pour la simple et bonne raison que ses adeptes sont probablement plus jeunes, plus motivés, idéalistes et révolutionnaires tandis que ceux qui prônent la droite sont de la vieille école et prennent leur idéologie pour acquise. Pourquoi prendre le temps de défendre la logique pure contre une bande de hippies?

7. Dans ton cas, tu as décidé de bloguer sous un pseudo. Pourquoi ?

En ce qui me concerne, j’ai tout bonnement décidé d’opter pour le pseudonyme que j’utilise sur MSN Messenger depuis plusieurs années. Je trouve que ça donne bien et que ça cadre bien avec mon style d’écriture. Quoi qu’il en soit, la plupart de mes visiteurs me connaissent personnellement et je n’ai aucun intérêt à cacher mon identité. D’ailleurs, je fournis quelques liens vers des critiques musicales et personne ne m’a jamais demandé mon nom. Bref, aucune raison outre la sonorité et l’esthétisme.

Et voilà ! Merci encore Dark Rémi pour tes réponses très appréciées. 🙂 Par la même occasion, je voulais profiter de l’occasion de ce billet joyeux et plein de franche camaraderie blogesque pour dire ceci: bon, je le répète encore mais je tenais à le dire, le 15 avril prochain, ça sera le premier anniversaire de ce blogue. Pour ce faire, j’aimerais faire quelque chose de spécial, quelque chose que VOUS voudriez que je fasse, des idées farfelues ou moins farfelues. Évidemment, la décision finale resterait à ma discrétion (quoiqu’il n’est pas dit que je ne vous demanderais pas votre avis dans un sondage ou autres…) et il n’est pas impossible qu’il y ait un autre billet d’ici le 15 abordant ce sujet, mais vous pourriez déjà lancer des idées comme ça. Je trouverais ça intéressant, en tout cas.

De plus, et là, peut-être que j’en demande trop, mais comme on dit: un gars s’essaie. 😉  Je sais qu’il y a des lecteurs de ce blogue qui dessinent/gribouillent, qui font du montage, etc. Bref, qui ont 1000 fois plus de talent que moins avec le visuel (surtout le dessin). Là, je lance ça dans les airs, mais pensez-vous que ça serait possible qu’il y en ait parmi vous qui fasse un petit dessin spécial d’ici le 15. Je trouverais ça amusant une petite galerie « bloganniversaire » où je pourrais afficher vos oeuvres avec vos noms (surnoms) et tout… Mais bon, on s’entend que c’est juste une suggestion et c’est pas grave s’il y en a pas. Cependant, si ça vous branche et que vous avez du temps, faites-moi signe ! 😉

Bon, allez, il se fait tard: cessons ce billet interminable et on se reparle ! Merci encore aux blogueurs qui ont participé et même aux autres dans mon aggrégateur. 😉 Pas de billet du jour aujourd’hui, demain par contre…

Mise à jour (13h52): J’ai oublié d’ajouter qu’effectivement, cette initiative de ma part ressemble à ces très intéressantes entrevues de Il Blogue. Mais bon, les questions sont différentes et je n’ai pas pu en mettre autant que lui, ça aurait été cacophonique à plusieurs blogueurs en même temps. N’empêche que je trouve intéressant ce genre de travail, alors, je voulais le souligner. Donc, finalement, c’est mon billet du jour si on veut. 😉

Pape pi po pue

Source de limage: Branchez-Vous !

Source de l'image: Branchez-Vous !

Définitivement, le pape aura réussi à faire jaser – et sacrer – un tas de monde sur la planète. Et malgré ses déclarations àl’emporte-pièce digne du Moyen Âge, il aura réussi à attirer des milliers de fidèles alors que son voyage africain prend fin aujourd’hui.

Alors qu’il appelait à la paix, ses propos sur le préservatif ont créé des élans de contestation à Notre-Dame de Paris et même ailleurs, parfois même venant de membres du clergé comme dans cette petite ville de Suisse où 1500 catholiques ont protesté contre les propos et la politique rétrograde du pape Benoît XVI. Et voilà le mot important à retenir: politique. Car plus ça va, plus on sent du Vatican qu’il devient politique, une politique qui se fout d’avoir le plus grand nombre de croyants dans ses rangs. Non, il faut les fidèles les plus conservateurs, les plus durs. Vous savez le genre de « freak » religieux prêt à tuer pour la Foi digne d’un roman de Stephen King ?

Alors, l’apostasie vous intéresse ? Ou pas ? Découragés par Benoît XVI ? En tout cas, il y en a qui le sont avec raison et il y en a qui se permettent d’en faire une caricature, tout simplement:

Source: Renart Léveillé / 20 mars 2009

Source: Renart L'éveillé / 20 mars 2009

Les billets du jour: Je retiens tout d’abord Carl qui nous raconte son expérience radiophonique sur le journalisme citoyene et la blogosphère en général (d’ailleurs, en passant, l’article sur la blogosphère devrait être très bon, merci aux participants encore).  Et puis, il y a le très rarissime François Parenteau qui emmène un point de vue « différent » sur la fameuse reconstitution – qui n’aura pas lieu – de la Bataille des Plaines.