Souverainiste, autonomiste, hé cr…


Je n’ai jamais été un fan fini du PQ. Ça m’a d’ailleurs causé quelques problèmes à l’époque où je connaissais un partisan fini du Parti où tout ce que faisait le parti était bon et etc.

Ce fanatisme exacerbé m’a rendu malade de la formation politique, mais avec le temps et surtout avec le fait que je suis souverainiste, forcément, on n’a pas trop le choix. C’était ça ou voter pour le fédéralisme de soumission (Parti libéral) ou un fédéralisme mou où « on-espère-que-peut-être-Ottawa-va-nous-donner-plus-d’autonomie-mais-bon-on-ne-fera-pas-de-crise-si-jamais-ça-n’arrive-pas » (ADQ). Bon, alors, on comptait sur le PQ avec sa souveraineté par voie de référendum.

Sauf que la  grande dame de Charlevoix ne voit pas les choses du même œil et propose, sous un PQ régnant, une série de référendums pour rapatrier petit à petit des pouvoirs d’Ottawa au Québec… Les partisans s’exclamant même que sous leur gouvernance, le Québec aura une position « très autonomiste ». Euh… Si vous êtes pour adopter le programme de l’ADQ, dites-le tout de suite que je ne vote pas pour vous autres dans 3 ans.

Oui, je sais… L’heure souverainiste sonne croche dernièrement. Il n’y a plus de mouvement de masse, un référendum serait perdant à l’heure actuelle, etc. Sauf que pourquoi copier mot à mot une résolution adéquiste ? C’est drôle, je sens que le PQ n’a toujours pas digéré sa défaite de 2007, voyant les adéquistes les dépasser… Alors, la stratégie péquiste: « On va copier les grandes lignes de l’ADQ. Leur parti sans Mario Dumont va s’effondrer et on pourra reprendre des votes dans la région de Québec et ailleurs. » Sauf que ceux qui votaient PQ ne voulaient surtout pas voter pour des résolutions adéquistes. Le PQ était le dernier refuge (excluant Québec Solidaire) pour ceux qui ne voulaient pas voter pour un parti de droite et un parti de centre-droit.

Alors, si je vous ai bien compris, vous êtes en train de me dire de voter Québec Solidaire la prochaine fois…

Ah oui, bon, j’oubliais le Parti indépendantiste mais comment dire, mis à part Victor Lévy-Beaulieu qui gueulait fort, ce parti était facile à oublier, mettons.

Le billet du jour: Le gros Bon Sens qui parle de ce nouvel acte d’éclat questionnable de la PETA (excusez mon pléonasme= le manque de jugement dicte la majorité de leurs actions). Alors, comme ça en boycottant le sirop d’érable canadien, ils pensent arrêter le massacre des blanchons (bébés phoques). Une petite nouvelle pour ces ignorants: ça fait une vingtaine d’années que la chasse aux bébés phoques est interdite. En fait, s’ils ont trouvé des bébés phoques morts dans les dernières années, on pourrait même se demander si ce ne sont pas eux qui sont en arrière de ces meurtres… Après tout, pour certains, la fin justifie les moyens. Même Christian Vanasse qui a déjà défendu le groupe n’en revient pas de leur position actuelle. Parfois, en voyant cela, j’ai l’impression que les végétariens et les gens qui ont à coeur le bien-être animal sont représentés par les Talibans de la protection de la faune…

Publicités

Ça peut être décevant, mais…

Bon, il est 23h00 et on peut confirmer que les résultats de l’élection confirme que les libéraux seront majoritaires.

Bon, je sais, c’est décevant… 4 autres années, voire 5 (je crois pas qu’il y aura d’élections avant 2013) de Libéraux et surtout de Charest. Mais bon, ceux qui ont voté auront alors d’excellentes occasions de chialer.

Et puis, malgré que moi aussi je suis très mal à l’aise avec l’aspect de discrimination positive envers les femmes comme Louis-Philippe l’a déjà dit, je trouve ça drôle que Québec Solidaire réussisse à élire un député… un homme. LOL 😛 Excusez, mais avouez que l’ironie est bonne pareille !

Autre sujet de réjouissance, la claque solide de l’ADQ qui a reçu de plein fouet la vague qui l’avait porté étrangement à l’opposition officielle en 2007… Néanmoins, je ne pensais pas que cette image que j’ai fait rapidement un soir serait prémonitoire
anti-dumont

Mais là, je suis un peu trisse… Sur quel crétin populiste je vais m’attaquer maintenant ? Mon beau-père m’a dit que c’est sa femme qui prendrait le flambeau, qu’elle gagnerait plein de votes auprès des mères de famille de la classe moyenne. J’en doute. Parce que même si elle a de la gueule, les idées de l’ADQ restent des idées de droite complètement déconnectées – même pas des BONNES idées de droite (car on pourrait – comme le propose Jean-François Lisée – prendre des idées de droite et les recycler à la sauce sociale-démocrate) ! Mais bon, je n’ai pas peur pour Dumont. Il pourra facilement se recycler dans le Conseil du Patronat ou comme animateur polémiste de lignes ouvertes. 😉

Et puis, bon, même si je continuerai toujours à mépriser le politicien, j’ai quand même été touché par l’homme brisé ce soir. Le gars qui a vu son parti réduit en lambeaux partout au Québec n’avait pratiquement pas le choix. Comment justifier sa place comme chef quand, alors que le parti goûtait presque au pouvoir, il est retombé aussi bas qu’à une époque pas si lointaine ?

Puis, finalement, le taux de participation serait de 56,5%… 56,5% ?!!! Calvaire ! Ça, ça veut dire qu’il y a à peu près 2 millions de lâches au Québec ? D’ailleurs, t’as Lagacé qui a dit: moi, j’ai pas voté car aucun m’attirait. Moi, non plus, Lagacé mais j’ai voté parce que je voulais avoir le droit de critiquer. Un droit qu’on devrait peut-être enlever au chroniqueur de la Presse. Ou disons qu’il n’a pas un mot à dire pour les prochaines années en termes de politique provinciale… Dire qu’une annulation de vote aurait été rapide à faire.  Mais bon, je vais arrêter, ça me met trop en tabar… Et puis, je sais que ça ne donne rien, il va continuer pareil.

Et puis bon, on pourra rejaser élections provinciales dans 4-5 ans, non ? 😉 Et ça va faire du bien au Québec, une petite période sans élections (même si j’aurais préféré que ça ne soit pas Charest au pouvoir pour cette période).

Et ça va recommencer…

Bon, je sais que Noisette est presque hystérique de bonheur de voir qu’il y aurait des élections en décembre, 😉  mais moi je ne suis pas autant en joie. Parce que j’ai foutrement peur des résultats et surtout du scrutin qui serait très peu élevé. La taux de participation risquent d’être encore moins fort, les gens seront alimentés par le cynisme car ils verront que Charest a fait ça juste à cause de bons sondages (même chose pour le PQ qui voient les appuis adéquistes qui fondent). En plus, on va se retrouver en début décembre: les gens vont avoir plus en tête les achats de Nowel que la politique. Peut-être pire, les gens pourraient être tellement écœurés des débats Marois/Charest que – oh misère ! – ils voteraient ADQ juste pour foutre la merde…

Bon, bon, bon… Cessons de divaguer ! N’empêche que ça me faisait du bien de ne plus voir les affiches laides sur les poteaux, les publicités poches à la télé et les interminables émissions spéciales sur les élections. Mais bon… S’il en est ainsi, j’irai voter bien sûr. Et forcément, on jasera politique provinciale. C’est juste que j’ai l’impression que la campagne électorale, je ne pourrais la suivre aussi intensément que celle fédérales. Ça m’a comme brûlé parler contre Harper… pour rien finalement puisqu’il a non seulement été rééelu mais avec plus de sièges que la dernière fois. Mais bon, j’imagine que Noisette comblera le vide que parfois je laisserais, hein Noisette ? 😉

Et non, ce n’est pas un exercice inutile d’aller voter, je me répète encore. Parce que sinon, laissons entrer une dictature si les gens sont si écoeurés de la démocratie, ils vont regretter leur choix rapidement, mais ils n’auraient plus à voter. C’est juste que là, personnellement, je suis indécis: aucun parti provincial ne me parle.

Je refuse de voter pour la gang d’incompétents et d’arrogants de Libéraux…

Je refuse de voter pour le duplessiste Mario Dumont et sa gang de gérants de dépanneur ou d’avocats ayant ratés leur profession…

Pauline Marois et le PQ me parlent peu et je les trouve guidounes en maudit (quand j’ai vu Marois dire: « Ben vous savez, on accepterait sans problèmes des transfuges adéquistes… » Euh… Pas sûr que j’aime ça ce genre de déclaration-là.)

Québec Solidaire… ils ont de bonnes idées, mais le problème est qu’on les entend peu et j’aimerais savoir ce qu’ils feraient concrètement. Pour l’instant, ça me semble juste une regroupement d’idéalistes.

Et le Parti Vert est encore plus invisible que celui canadian

Ah oui, c’est vrai, il y a le parti Indépendantiste maintenant… Mais je ne sais pas, un parti qui accueille Victor-Lévy Beaulieu a bras ouverts… Mouhahahahahaha ! 😉

Bref, ça ne va pas bien. Ou c’est peut-être mon cynisme du lundi qui parle. En tout cas, à suivre…

Où suis-je politiquement ?

Mon dieu, mais je me révèle cette semaine ! Qu’est-ce qui se passe ? Est-ce l’été qui me rend loquace ? Peu importe, car c’est encore un chevalier de ma Communauté du Blog (désolé pour les comparaisons médiévales, c’est en dehors de ma volonté 😛 ) qui m’a instauré un questionnement. C’est encore le blogue du Détracteur Constructif qui est concerné ici. Je vais voir son dernier article mis en ligne vers 18h30, je crois. Puis, je ne peux m’empêcher de focuser sur une page qu’il a nommée: « Strictement réservée aux gauchistes« . Ça fait longtemps que je la vois, elle m’intrigue, mais je n’ose pas… Finalement, je clique dessus, ma curiosité prenant les commandes de mon corps. Je lis le texte. C’est un texte qui explique qu’il y a un regroupement de blogues québécois gauchistes/progressistes. Je lis la description. Je me rends compte que certains blogues que je lis sont là-dedans (dont celui de Leif, par exemple). Sur le coup, je fais: hein, je pense que mon blogue pourrait être là-dedans ! Puis, un doute m’assaille. Suis-je vraiment un gauchiste ? Un progressiste, ça c’est certain. Je suis pour les droits des homosexuels, l’égalité hommes-femmes, la justice sociale, le respect de l’environnement, etc. Je suis contre le capitalisme sauvage, les gros pollueurs qui ne doivent rendre de comptes à personne, contre le fait qu’on privilégie beaucoup trop la technique sur le savoir dans les universités (on essaie de faire des travailleurs alors que l’université a été conçue pour faire des citoyens cultivés d’abord et avant tout), contre tout ce qui rend l’humain un moyen et non un être vivant digne de respect, contre les tentatives de la droite d’effrayer la population et etc.

Bref, à m’écouter, je suis de gauche. Sauf que puis-je vraiment affirmer que je suis de gauche ? Parce que si je regarde par exemple les critères de Québec Solidaire, je ne suis vraiment pas de gauche (pour eux). Si je regarde les tenants du communisme et je les compare à mes indignations, je ne suis pas de gauche. Quand je compare mes habitudes de vie à ce que prêchent les écologistes radicaux, je suis loin d’être de gauche. Bref, si je me compare à la « vraie » gauche (ou la gauche radicale), je ne suis pas de gauche. Pour eux, je suis un pleutre, un gars qui leur donne raison du bout des lèvres tout en gardant des réserves pour appuyer à fond la cause. Un traître, en quelque sorte. Alors, j’ai décidé de savoir où était mes positions politiques sur l’échelle gauche-droite. J’ai donc passé ce test gratuitement sur le Net: bon, les partis dont ils parlent sont ceux de France, mais il te situe sur chaque niveau des préoccupations sociales d’une société (exemples: avortement, chômage, droit des femmes, environnement, etc.) à savoir si tu es à gauche ou à droite. Après avoir fait le test, on m’annonce que je suis de centre-gauche. J’avoue que je regarde les résultats et ça me semble bien en lien avec qui je suis. Sauf que quand arrive le moment de me nommer quel parti français se rapprocherait le plus de mes idées, il me donne celui de François Bayrou… Le gars est reconnu pour être un gars incapable de se brancher politiquement et plutôt « dictateur » dans son parti. Bref, un mélange entre Robert Bourassa et Mario Dumont. 😦 Et la déprime et la confusion revinrent.

Bref, je ne sais pas si je serais éligible aux blogues gauchistes (alors, je vais m’abstenir), mais j’ai appris une chose: non seulement ma position politique ne représente rien dans la situation politique actuelle (ça veut dire quoi ça, centre-gauche ?) mais en plus, je suis une paria pour les deux extrêmes de la ligne politique gauche-droite. Peut-être pour ça que je hais les extrémistes… et que c’est réciproque. 😉