Souverainiste, autonomiste, hé cr…


Je n’ai jamais été un fan fini du PQ. Ça m’a d’ailleurs causé quelques problèmes à l’époque où je connaissais un partisan fini du Parti où tout ce que faisait le parti était bon et etc.

Ce fanatisme exacerbé m’a rendu malade de la formation politique, mais avec le temps et surtout avec le fait que je suis souverainiste, forcément, on n’a pas trop le choix. C’était ça ou voter pour le fédéralisme de soumission (Parti libéral) ou un fédéralisme mou où « on-espère-que-peut-être-Ottawa-va-nous-donner-plus-d’autonomie-mais-bon-on-ne-fera-pas-de-crise-si-jamais-ça-n’arrive-pas » (ADQ). Bon, alors, on comptait sur le PQ avec sa souveraineté par voie de référendum.

Sauf que la  grande dame de Charlevoix ne voit pas les choses du même œil et propose, sous un PQ régnant, une série de référendums pour rapatrier petit à petit des pouvoirs d’Ottawa au Québec… Les partisans s’exclamant même que sous leur gouvernance, le Québec aura une position « très autonomiste ». Euh… Si vous êtes pour adopter le programme de l’ADQ, dites-le tout de suite que je ne vote pas pour vous autres dans 3 ans.

Oui, je sais… L’heure souverainiste sonne croche dernièrement. Il n’y a plus de mouvement de masse, un référendum serait perdant à l’heure actuelle, etc. Sauf que pourquoi copier mot à mot une résolution adéquiste ? C’est drôle, je sens que le PQ n’a toujours pas digéré sa défaite de 2007, voyant les adéquistes les dépasser… Alors, la stratégie péquiste: « On va copier les grandes lignes de l’ADQ. Leur parti sans Mario Dumont va s’effondrer et on pourra reprendre des votes dans la région de Québec et ailleurs. » Sauf que ceux qui votaient PQ ne voulaient surtout pas voter pour des résolutions adéquistes. Le PQ était le dernier refuge (excluant Québec Solidaire) pour ceux qui ne voulaient pas voter pour un parti de droite et un parti de centre-droit.

Alors, si je vous ai bien compris, vous êtes en train de me dire de voter Québec Solidaire la prochaine fois…

Ah oui, bon, j’oubliais le Parti indépendantiste mais comment dire, mis à part Victor Lévy-Beaulieu qui gueulait fort, ce parti était facile à oublier, mettons.

Le billet du jour: Le gros Bon Sens qui parle de ce nouvel acte d’éclat questionnable de la PETA (excusez mon pléonasme= le manque de jugement dicte la majorité de leurs actions). Alors, comme ça en boycottant le sirop d’érable canadien, ils pensent arrêter le massacre des blanchons (bébés phoques). Une petite nouvelle pour ces ignorants: ça fait une vingtaine d’années que la chasse aux bébés phoques est interdite. En fait, s’ils ont trouvé des bébés phoques morts dans les dernières années, on pourrait même se demander si ce ne sont pas eux qui sont en arrière de ces meurtres… Après tout, pour certains, la fin justifie les moyens. Même Christian Vanasse qui a déjà défendu le groupe n’en revient pas de leur position actuelle. Parfois, en voyant cela, j’ai l’impression que les végétariens et les gens qui ont à coeur le bien-être animal sont représentés par les Talibans de la protection de la faune…

Publicités

Pourquoi on vous dit de ne pas croire aux promesses…

De mes promesses, jen ai accompli zéro ! - Jean Charest

"De mes promesses, j'en ai accompli zéro !" - Jean Charest

En effet, quand on regarde, le bilan Charest, beaucoup de gens avec peu de mémoire diront que « bof ! ce n’est pas si pire ! ». Sauf que Denis Lessard de la Presse nous rappelle aujourd’hui que les promesses de Charest en 2003 pour « redéfinir le Québec »… Ben on n’en voit pas encore la trace. Extrait plutôt révélateur de l’article :

Pour lui (Jean Charest), il était intolérable que le niveau de vie des Québécois soit au 52e rang sur les 60 États ou provinces de l’Amérique du Nord.

«C’est le prix payé pour des gouvernements qui ont manqué à leur devoir, à leur devoir de réviser périodiquement leurs façons de faire», soutenait-il, solennel.

Le programme électoral du PLQ, publié à l’automne 2002, promettait déjà de «hisser le Québec dans la première moitié des 60 États et provinces du nord du continent où le niveau de vie est le plus élevé d’ici 10 ans». «Il n’est pas acceptable que le niveau de vie des Québécois les place au 52e rang», martelait le document qui promettait de «Réinventer le Québec».

Cinq ans plus tard, le Québec est… au 53e rang, selon une étude récente de l’Institut économique de Montréal. Une autre étude sur l’investissement, publiée le printemps dernier par le gouvernement du Québec, le reléguait même au 55e rang, selon les données de 2006 !

Content de voir que quelqu’un se rend compte que le PLQ sous Charest a autant pratiqué l’immobilisme que les gouvernements précédents. Aussi, content de voir M. Lessard arrêter de s’acharner sur le PQ, surtout après son article peu pertinent sur la « fatigue » de Madame Marois.

Par la même occasion, mon collègue Anarcho s’intéresse à Jean Charest qui bloguerait… Non, pardon, c’est plutôt Jean Charestt et disons que son « bilan » nous rappelle que ça lève pas fort au PLQ. 😛 (Bravo au Petit Émerillon pour cette trouvaille comme me le rappelle Anarcho.)

De plus, j’aimerais souligner quelque chose. Pourquoi tout le monde capote avec la fameuse ligne « Un enfant, une place en garderie » du PQ ?  Car après la juge (ancienne juge) Ruffo chez les crétins militants adéquistes, y a le docteur Chicoine – par le biais de Richard Martineau – qui s’insurge.  Premièrement, arrêtez de capoter: c’est une promesse électorale ! Les chances que ça se produise sont de 0,05%. Et là, je suis généreux. Deuxièmement, je comprends le point des deux intervenants : « Il ne faut pas que la garderie devienne le lieu où on élève les enfants, où on les « garroche » selon notre bon vouloir comme certains le font. » Vrai. Or, ce que « promet » l’équipe Marois, c’est que vous savez ces parents qui DOIVENT travailler le jour et qui sont pratiquement obligés de réserver leur place à une garderie cinq ans… avant la naissance de l’enfant. Hé bien, pour ces parents, un gouvernement péquiste s’arrangerait pour que ce soit plus facile pour eux d’avoir une place sans courir dans tous les CPE en espérant en obtenir une (comme ce qui se passe avec les médecins de famille).

Oui, je suis tout à fait d’accord: ce n’est pas aux garderies d’élever les enfants et ceux qui jettent leurs enfants inutilement dans les CPE pour leurs caprices d’adultes sont des irresponsables dont on devrait songer sérieusement à retirer les droits parentaux. Sauf que la majorité des utilisateurs de CPE sont des gens qui en ont besoin et pour qui trouver une place, c’est un cauchemar. Alors, c’est si grave que ça leur miroiter l’idée que « PEUT-ÊTRE », ils pourraient avoir une place en garderie plus facilement ?

Sans commentaires

Petit billet aujourd’hui sur quelque chose dont je me rends compte. Je me rends compte que je commente de moins en moins sur les blogues. Je ne sais pas pourquoi. Ce n’est pas que les billets ne sont pas intéressants, ce n’est pas que je ne les lis pas, ce n’est pas (uniquement) de la paresse… En fait, je pense savoir pourquoi. Je pense que je commente peu parce que je me suis tanné d’écrire des affaires banales – ou des trucs que je ressens comme tel. Je veux dire que je déteste ça écrire la même affaire que 25 autres personnes avant moi (même si je l’ai écrit en premier). Par exemple, avant, je commentais SUR CHAQUE BILLET de la Molécule, du petit Nombril et d’autres. Maintenant, je commente par parcimonie. Pourquoi ? Parce que pour moi, un commentaire que je fais se doit d’être « intéressant », original, même « punché » si possible. Or, je n’y arrive plus aussi souvent qu’avant. Surtout que je lis de plus en plus de blogues et que ça me laisse moins de temps pour commenter chacun d’eux. Quant aux blogues plus sérieux ou aux billets plus sérieux, je n’ose pas trop laisser ma griffe. Je ne sais pas. J’ai l’impression d’arriver davantage à commenter sur un blogue où j’ai le contrôle, où je peux corriger mes écrits, les rectifier, les expliquer davantage que dans une case de commentaires où – si je fais une faute (d’orthographe ou de jugement) – je ne peux me corriger… Niaiseux, hein ? Mais bon, aux membres de ma Communauté du Blog,  je vais continuer à commenter (je vais peut-être même le faire un peu plus souvent qu’à l’heure actuelle) et si vous ne voyez pas ma griffe sur un billet ou une planche, sachez que ce n’est pas parce que je ne vous lis pas ou que je n’ai pas aimé ça. C’est uniquement parce que je considère que ce j’aurais à dire serait sans intérêt ou banal. 😉 Voilà ! Le message est fait !

Par la même occasion, novembre est le mois des précipitations: précipitations de pluie et de péquistes qui se battent à coups de poing sur la gueule ! Pendant ce temps, il y a la roucoulante ministrrrrre Jérrrrrrrôme-Forrrrrget qui a traité Gilles Taillon de con (c’est pas faux, mais pareil) et Mario Dumont qui veut déménager le CHUM encore une fois… Comme le dirait une vieille annonce de Sico: le vois-tu comme c’est beau… notre classe politique ? 😛

Je regrette…

Sabrihakim.com (source)

Sabrihakim.com (source)

C’est l’heure du résultat du sondage de la semaine. Alors, je vous demandais « Y a-t-il une chose que vous regrettez sincèrement dans votre vie ? » et vous avez répondu :

  • Oui à 56 %
  • Non à 33%
  • Indécis à 11%

Finalement, on est plus de la moitié à regretter quelque chose sincèrement dans notre vie. Vous savez, je ne réponds (et ne répondrai jamais) aux sondages en votant. Je ne réponds que par ses billets de retour sur les résultats. Mais moi aussi je répondrais « oui ». En fait, ça fait partie des choses qu’il faut que je change chez moi, je dois cesser de regretter. Parce que j’ai l’impression d’avoir plus de regrets derrière moi qu’autre chose. En fait, je regrette…

  • d’avoir fait souffrir des gens à 15-16 ans (voir mon billet sur mon coming out en juillet dernier)
  • d’avoir piqué des colères inutiles
  • de ne pas avoir été le fils que mon père aurait voulu que je sois
  • que mon père n’ait pas été le père que j’aurais voulu qu’il soit
  • d’être celui qui est capable de s’exprimer clairement à l’écrit, mais pas en face-à-face
  • d’être incapable d’avoir l’impression de pouvoir être moi-même, peu importe où je suis
  • d’avoir été pour deux personnes, un « chum » pitoyable
  • de certains mensonges du passé faits uniquement par étourderie ou par besoin stupide d’attention (une chance que j’ai réglé ça il y a 5 ans)
  • de ne pas être capable de toujours dire ce que je pense, même à mes proches, ce qui cause de sérieux problèmes parfois
  • de ne pas être aussi vert que je le devrais, aussi tolérant que je le devrais, aussi intellectuel que je le devrais

Méchante liste, hein ? Évidemment, certains de ces regrets ne sont pas en tant que ça des regrets plus que des points de ma vie que j’aimerais corriger. Il n’empêche quand même qu’en les écrivant, il y a tout de même une sorte de regret qui sort de ces affirmations. Mais il ne faut pas s’en faire. Déjà, les écrire, ça fait du bien, ça les met à une place où je pourrai les relire.

Mais bon, je me dis que je ne suis pas le seul qui a des regrets. Juste dans l’actualité, il y a le PQ qui va regretter très sincèrement de ne pas avoir repris la candidature de Jean-Claude St-André… Sans parler du document très critique à l’égard de l’image de Pauline Marois qui est sorti dans les médias grâce à Denis Lessard (d’ailleurs, c’est quoi sa job à La Presse ? défaire le PQ ? parce que c’est lui aussi qui a sorti la nouvelle des problèmes financiers du parti cette semaine…)*. Oui, le PQ doit regretter que René Lévesque ne se soit pas encore réincarné… 😉

* Je viens de lire ce commentaire de Patrick Lagacé sur son blogue alors qu’il abordait la nouvelle du document et que quelqu’un a eu la même pensée que moi en se disant que peut-être M. Lessard voulait torpiller le PQ (même si le PQ est capable de se torpiller tout seul):

@ Maxlx : je vous soumets respectueusement que M. Lessard sort des scoops qui font damner pas mal tous les partis. C’est un gratteux, un plogué, un brillant. Il n’a pas comme objectif de nuire au PQ. Ce qui m’étonne, ce n’est pas que Denis l’ait sorti : une fois que tu l’as, tu le sors. C’est que ça ait PU sortir. Ce document n’est pas un document public. C’est un truc sensible, FOR PQ EYES ONLY, pour parler comme James Bond. Et pourtant, ça sort ! Il y a quelqu’un qui a été grossièrement négligent ou particulièrement indiscret. Et ce quelqu’un est au PQ.

Des scoops qui font suer tous les partis Patrick ? Me semble que je n’ai pas encore vu de nouvelles qui nuisent au PLQ à part la sortie du vérificateur général. Je dis ça de même…

Le sport comme métaphore (et autres nouvelles)

J’écoutais l’athlétisme qui se déroulait dans le nid d’oiseau de Beijing hier matin et j’ai bien ri. Bien ri de voir que les deux équipes américaines de relais 4x100m (gars et filles) ne se sont pas qualifiées pour les finales. Pourquoi ? Parce qu’ils ont tous deux laissés tombés le témoin que doivent se transmettre les coureurs dans cette course. Ce qui signifie une disqualification automatique. En fait, je suis peut-être le seul, mais je trouvais que c’était une belle métaphore des athlètes américains (surtout d’athlétisme) : incapables de travailler en équipe, l’idéologie du « chacun pour soi » qui persiste et une arrogance sans nom. En fait, l’équipe d’athlétisme américaine était probablement la plus arrogante de toutes. Entre autres, au lancer du poids, les Américains criaient sur tous les toits: nous ferons un triplé sur le podium. Or, si vous avez suivi la compétition vendredi passé, un seul américain a réussi de peine et de misère à avoir la deuxième place sur le podium, délogeant une des surprises de ces Jeux, le très solide (et mignon… quant à moi 😉 ) Dylan Armstrong du Canada. En tout cas, l’équipe américaine d’athlétisme devrait pratiquer l’esprit d’équipe et prendre déjà plus exemple sur leur équipe de natation qui ont prouvé leur cohésion la semaine dernière. Quoique, selon Jacques Rogge et moi aussi, le Jamaïcain Usain Bolt (alias l’autre roi des Jeux) devrait aussi apprendre la modestie…

Autres nouvelles non liés aux sports, y a évidemment les déclarations controversées de François Legault qui a dû s’expliquer à son caucus aujourd’hui. Je n’ai pas grand chose à dire là-dessus: mon collègue Renart a fait un billet plus étoffé que j’aurais pu le faire. 😉 Néanmoins, j’ajouterai que je trouve ça presque drôle ce désir de monsieur Legault à se mettre sur la sellette de temps en temps. À croire qu’il aime l’eau bouillante…

Y a aussi cette nouvelle effroyable d’un gars de la région qui a posté une petite annonce qui disait textuellement – attention ! cœurs sensibles s’abstenir de lire la suite – « Homme cherche femme monoparentale pour abuser de ses enfants. » Vous savez, le genre de nouvelles qui me met en sacram… Le genre d’individus dégueulasses que je déteste parce qu’ils propagent l’idée dans les grands centres urbains qu’en région, on se reproduit encore entre cousins et qu’on créent des aberrations. Quoique dans son cas, c’est peut-être ça aussi… Bref, un être si abject que même le mal en lui-même a eu la nausée ce matin.

Finalement, nouvelle plus « réjouissante »: Céliiiiine Dion a reçu un doctorat honoris causa. Je tiens à spécifier le nom complet du « diplôme » qui est en fait une reconnaissance plus qu’autre chose. Parce que je m’excuse, mais quand j’ai vu que le maire Régis LaBeaume a appelé la chanteuse pop « docteure », ça a été comme le déclencheur en moi d’une certaine rage: Non ! Elle honorée par l’Université Laval ! Elle n’est pas une docteure en quoique ce soit ! Elle ne s’est pas endetté de 200 000$ et plus, elle n’a pas passé des sessions complètes à étudier et à vivre misérablement pendant 7 années de stress, de rédactions de thèses, d’examens et de stages. Non, pendant 7 ans, elle chantait à Vegas dans un hôtel construit pratiquement pour elle avec toutes les commodités qu’elle voulait et en empochant des millions de dollars… Pas la même chose, mettons. Je n’ai rien contre le fait qu’elle reçoive un honneur. Tant mieux ! Mais de là à l’appeler docteure… WÔÔÔÔÔÔÔÔ ! Non ! Ce titre est réservé à ceux qui font un VRAI doctorat. Point.

Je vous souhaite un bon vendredi et un bon samedi. En effet, il n’y aura pas de billets demain. Quoi, Satellite ? 2 jours en août sans billets ?  Mais t’es un vrai « rebel », voire « rebelle » ! 😉 Non, mais je reviendrai dimanche avec le 400ème billet de ce blogue. En plus, c’est une bonne affaire 2 jours calmes au niveau des billets. Ça permet à des lecteurs comme lutopium de me suivre… 😛 Une chance que je me suis calmé depuis les débuts du blogue où il est arrivé que j’en fasse de 4 à 6… PAR JOUR ! 😉 Ouf, j’étais UN PEU TROP motivé… N’oubliez pas qu’il est encore temps d’ici samedi de donner votre avis sur la question que j’ai posée un peu plus tôt cette semaine. Allez, bonne fin de semaine et rassurez-vous: les Jeux finissent dimanche ! 😛

« De kossé » ou ces titres qui nous font réagir

Ok, petit billet très « niaiseux ». C’est la fin de semaine, on met son cerveau en pause un brin. 😉 Je me reprendrai demain ou après-demain pour les billets plus « sérieux » et « intenses ». J’écris ce billet parce que je me suis rendu compte que souvent, quand on lit le journal ou les articles Web, que ce soit les titres ou une citation à l’intérieur, on finit par toujours par avoir une réflexion subite. Qu’elle soit colérique, cynique ou juste carrément stupide, nous avons toujours un commentaire intérieur. Alors, moi, je vous partage ce commentaire intérieur spontané qu’on ne dévoile jamais d’habitude.  Attention ! Ce n’est pas une analyse fouillée, donc ça peut sembler démagogique (c’est de l’humour les amis…), mais hé ! Sur le coup, quand on lit un titre, on ne se fait pas immédiatement un essai sur la chose. Alors, je feuillette par exemple Cyberpresse…

Appel à la prudence sur les routes – Désolé, erreur de numéro. Pour rejoindre le Québec, c’est le 1-800-« Tasse-toi mononcle, fonce dans le tas, fais un doigt d’honneur, dépasse en fou et tourne sans signaler ».

Un véhicule récréatif explose dans la cour d’un supermarché – C’est le cas de le dire, ça a eu l’effet d’une bombe (je vous l’ai dit, parfois les réflexions sont VRAIMENT niaiseuses…) !

Évaluation psychologique ordonnée pour des hommes qui ont tué un chatExplication freudienne: Ils ont un blocage au stade anal qui pousse le ça à inhiber le bon sens du moi. Explication plus simple que ça: Ce sont des caves finis d’Alberta qui vivent dans une province tellement poche qu’ils se sentent obligés de foutre des animaux dans leur micro-ondes pour mettre un peu de piment dans leur vie.

Vincent Lacroix radié du secteur financier – HEIN ? Pas sérieux ?! Ben voyons donc ! 😉

Les musulmans «veulent nous tuer» affirme un proche de McCain – Ils font peut-être bien de penser de même affirme un gars qui déteste les Républicains.

Le PC contre-attaque – Ah oui ? Il fait ça comment ? Avec un « blue screen of death » (v.o.a. de « écran bleu de la mort ») ?

Paul McCartney sur les Plaines : le PQ se dissocie de Curzi, Turp et Lemay – Pour le reste des députés et partisans reniés sur cette affaire, contactez le PQ qui vous remettra « Le cahier noir des péquistes dont on veut plus entendre parler » avec à peu près 30 000 noms dedans… Ainsi Curzi, Turp et Lemay se trouvent aux côtés des Bouchard, Brassard, Cliche, Boisclair et Landry de ce monde. C’est le fun, hein ?

Denis Coderre, entraîneur de football – Il fait quoi ? Le ballon ? (Ah ma grande stupeur en lisant l’article, j’ai su qu’il avait un fils ce gars-là… Qui l’a laissé se reproduire ?! Hon ! OK, j’avoue, c’est méchant… Mais c’est Denis Coderre, il me semble que ça justifie la faute.)

Le règlement sur la propreté viole la convention des cols bleus – C’est vrai, ça ! Les citoyens et commerçants risquent de rendre la ville de Montréal plus propre qu’une gang de fier-à-bras qui ne passe leur temps qu’à surveiller leur convention syndicale pour trouver un vice et ainsi déclencher une autre grève… Et ça, c’est inacceptable ! 😉

Citation d’un article sur le Net:

Lors d’un discours devant des représentants des religions juive, musulmane, hindouiste et bouddhiste à la cathédrale Ste. Mary, de Sydney, le souverain pontife a affirmé que la religion peut résoudre les conflits.

« Dans un monde menacé par les formes de violence sinistres et aveugles, la voix unie des religieux exhorte les nations et les communautés à résoudre les conflits par des moyens pacifiques et avec le plus grand égard pour la dignité humaine », a-t-il déclaré.

C’est vrai que les jihads, le conflit israélo (juïf)-palestinien (musulman) et les chrétiens qui se promènent avec des pancartes « When a fag dies, God laughs » (Quand un fif meurt, Dieu rigole), c’est des moyens pacifiques et plein d’égard pour la dignité humaine… Ah, ça oui !!! Sérieusement, y as-tu quelqu’un qui peut informer le pape qu’on est en 2008 ? Parce que même ma vieille lampe débranchée depuis 4 ans est plus allumée que lui…

Et finalement, le meilleur pour la fin…

Vache folle: Recours collectif : le processus suivra son cours – Pensez-vous vraiment que Michèle Richard va vous redonner tout le temps qu’on a perdu à couvrir ses frasques ? 😉

Je suis bien baveux ce matin… Ça doit être que je me suis levé du mauvais pied ! 😉 Excusez-la !

Pauvre ti-prout !

La Presse Canadienne/ Ryan Remiorz (source)

La Presse Canadienne/ Ryan Remiorz (source)

Là, ça suffit ! Je suis patient d’habitude, mais là, ça en est trop ! Depuis que la nouvelle sur la diminution de peine de Vincent Lacroix est sortie hier après-midi qu’on dit des méchancetés sur lui. Là, je dis que c’est assez ! C’est une pauvre âme en peine que vous torturez à coups de méchants mots comme « crosseur », « bandit », « salaud », « criminel », etc. Pas parce qu’un gars a volé 130 millions de dollars à 9200 petits épargnants que c’est un trou-de-cul fini ! Il l’a dit lui-même : c’est l’alcool et le jeunesse qui l’ont poussé dans les bas-fonds. On parle d’un homme qu’on a mis en faillite ici – bon, oui, il avait la grosse cabane, la belle voiture, un chalet de 800 000 $ sur les bords du lac Memphrémagog et des actifs d’à peu près 37 millions de dollars, mais peut-on blâmer un homme d’avoir réussi dans la vie ? D’accord, il a réussi sur le dos de petits épargnants qui ont tout perdu et qui vont devoir travailler jusqu’à 95 ans pour survivre convenablement, mais alors ? N’est-ce pas ce que nous a enseigné le rêve américain ? En fait, vous ne connaissez pas Vincent. Parce que si vous le connaissiez, vous comprendriez que Vincent est un romantique dans l’âme et qui aime les femmes avec de la classe. En plus, regardez-le : il est rachitique, épuisé par l’acharnement médiatique scandaleux. Je les poursuivrais à sa place. Mais non, Vincent a trop de classe pour ça. D’ailleurs, il a toujours montré sa modestie face aux victimes et les a traitées avec respect et d’ailleurs, ses excuses étaient sincères. Elles n’étaient pas juste faites parce qu’il venait d’être déclaré coupable ! Écoutez, même Irvin Pelletier du Parti Québécois a défendu le brave Vincent en souhaitant qu’il revienne dans le milieu des affaires après cette terrible méprise… Hein, quoi ?… Il s’est rétracté ? Pfft, aucun courage ! Pleutre ! Moi, Vincent, je me réjouis de la diminution de ta peine. Vivement que tu reviennes parmi nous pour travailler et que tu sois acquitté des accusations au criminel !

(Pour ceux qui n’auraient pas compris, le billet est du sarcasme de bout en bout. Je n’en pense pas un mot. Voir si je vais pleurer sur le sort de Vincent Lacroix ! Come on ! Mais c’était le meilleur moyen de sortir ma frustration pour la réduction de peine du plus gros crosseur que le Québec ait jamais connu… après Jean Pelletier et ses amis des commandites…)