Je n’ai pas les ailes d’un ange, mais je partirai pour…

… Québec ! (je sais, pas original pour cinq sous…)

Hé oui, je me suis avancé au boulot et je vais passer le reste de la semaine chez un ami dans la ville de Régis le fief de Harper la cité qui aurait, selon les dizaines de médias appartenant à Quebecor, gagné la « télé-rivalité » Québec-Montréal qui a eu autant de buzz que la sortie d’un spectacle de ballet-jazz à St-Clin-Clin-des-Meuh-Meuh la Capitale Nationale. Je pourrais quasiment croiser notre PM adoré puisque je résiderai temporairement très près de l’Assemblée nationale. Note à moi-même: ne pas oublier ma douzaine d’oeufs si ça arrive (blague).

Mais qu’est-ce qui justifie ce voyage ? Premièrement, un désir de dépaysement pour quelques jours. Deuxièmement, un peu de tranquillité pour des projets personnels et me redonner de l’énergie (du moins, je le souhaite). Tertio, et la raison principale en fait, je vais assister jeudi au lancement de la BD « L’Origine de la Vie » de Leif Tande. 😀 Ça devrait être très plaisant. Qui sait ? Croiserai-je peut-être d’autres personnes dont j’ai pu lire les écrits sur la blogosphère à Québec ? 😉

Comme par exemple un autre collègue blogueur, Pascal Colpron (nouveau papa d’ailleurs d’une autre adorable fillette tout récemment) dont l’album est disponible depuis plusieurs semaines et qui sera au Salon du Livre de Québec. Et puis, bon, s’il y a aussi de gentils célibataires durant ce voyage… (sifflotements innocents)

Là où je serai, il y aura Internet donc j’irai faire quelques tours ici. Et tiens, tant qu’à se dépayser, aussi bien le faire deux fois plutôt qu’une. Depuis ce soir, je suis sur Twitter ! C’est le printemps alors je me disais que c’était de bon ton de gazouiller. 😉

Je préviens tout de suite que je ne serai pas de ces maniaques complètement dépendant et qui doivent twitter à tous les 5 minutes, mais je vais essayer d’y ajouter des gazouillis aussi souvent que possible.

Sur ce, à plus tard cette semaine, en direct de Québec !

Publicités

Perdu dans l’espace

Espace: ultime frontière. Là où la main de l'homme n'a jamais le pied - dixit une ancienne série télé. Et peut-être que c'est pour le mieux quand on y pense.

Ouaip… Contrairement à ce que tous ont cru, je ne suis pas mort. En fait, réutilisant la métaphore du satellite, disons que j’ai perdu mon orbite depuis – oh là là ! – plusieurs mois.

Après plusieurs événements malheureux par-dessus événements malheureux, je vous avoue que j’ai eu une seule réaction: celle de l’huître. On se referme sur soi et on se la ferme !

J’ai délaissé Facebook qui me projetait un reflet ultra négatif de moi-même. Pourquoi ? Parce que j’avais l’impression de ne pas être à la hauteur des quelques bonnes âmes ayant bien voulu m’accorder leur intérêt. Tant de vies pleines et heureuses alors que la mienne… Et ne vous inquiétez pas, je le sais: j’en suis pleinement responsable. Et on s’arrêtera là, c’est déjà trop de dévoilement !

Pratiquement adieu à ce blogue aussi qui me donnait presque la nausée. Depuis l’été dernier, je n’avais plus aucun plaisir ici. Je ne répondais plus aux commentaires malheureusement. J’avais une anxiété monstre qui se bâtissait à chaque fois que ma boîte courriel affichait un « Un nouveau commentaire a été posté sur [nom du billet]. »

Quand j’ai créé cet endroit il y a 2 ans, il me semble que je n’avais que du plaisir. J’écrivais inconsciemment, sur tout et sur rien, les commentaires me passionnaient et même si parfois j’étais affecté par certaines critiques, je finissais toujours par retomber sur mes pattes.

Sauf que depuis l’été dernier, je me suis mis… à me prendre au sérieux, malgré moi. Oh le blasphème du blogueur que je viens d’admettre ! Car voilà le danger: croire que notre petit espace Web gratuitement offert a un quelconque impact sur la vie des gens. Oh bien sûr, ils viennent nous lire mais changent-ils vraiment d’idée ? Après tout, soyons honnêtes: des grandes gueules ont parfois énormément d’espace média. Suis-je pour autant influencé par ce qu’ils disent ? Nah… Ils me font rarement changer d’avis.

Disons que tout d’un coup, je me suis mis à croire qu’il fallait dénoncer à tous vents les Harper et Charest de ce monde, les injustices et les imbécilités comme si – et voilà le péché (désolé pour cet autre terme judéo-chrétien) mortel – j’étais un des juges en importance sur cette planète.

« Pardon mon petit père ?!! » dit ma raison tout ébaubie d’une telle idée. « Te rends-tu compte que tu n’es qu’un simple citoyen et que par moment, il y a des dossiers qui te dépassent ?!! »

Dur jugement, certes, mais pas totalement dénué de sens. Je me suis parfois embarqué sur des terrains extrêmement minés dont je ne connaissais pas toute l’ampleur. Normal car rapidement on se rend compte de 2 choses lorsqu’on aborde sans cesse politique et actualités:

1) On ne peut pas avoir une opinion sur tout: horrible à dire, mais il y a des sujets dont je ne peux pas m’étendre sur un billet de 300, 500, 700 ou 2000 mots. Par exemple, le sujet de Clotaire Rapaille à Québec. Je pourrais m’étendre en long et en large et utiliser de nombreux épithètes pour choquer le lecteur. Pourtant, ma pensée se résume ainsi: quel gaspillage d’argent pour une ville qui avait déjà une super carte de visite et tout ça  dans les poches d’un moulin à paroles (sic) qui dit n’importe quoi. Point. Je ne peux m’y attarder plus car comment dire, c’est seulement ça qui me vient.

2) Il faut avoir l’esprit militant 365 jours/année, 24h/24: Disons que les vrais bons blogues sur l’actualité sont capables de s’alimenter et de brûler de tous leurs feux grâce au militantisme qui les anime. Or, ce n’est pas qu’il n’y ait pas de causes qui me tiennent à coeur, mais je ne suis pas toujours militant. Ou disons que le militantisme à tous les moments de ma vie crée chez moi des frustrations qui s’en ressentent dans mes propos et mes attitudes… ce qui fait que je nuis 100x aux causes qui me tiennent à coeur.

Bon, est-ce donc à dire que ce blogue va dériver et mourir comme beaucoup de blogues ces temps-ci (exemple tout récent: Le Petit Émerillon) ? Hé bien…

Non. 😉 Sauf que disons que je prendrai une tangente différente. Je crois que je veux revenir à mes débuts: plus de légèreté, plus de plaisir, plus de passion. Donc, en contrepartie, un peu moins d’opinions politiques et sur l’actualité.

Est-ce à dire que je laisserai totalement mon mouton frisé de l’Assemblée nationale et ses amis les clowns qui lui servent de cabinets, la Castafiore de Charlevoix, les gamins de la droite (alias l’ADQ), le Moïse trompeur (alias M. Lucien Bouchard) ou ma tête carrée albertaine préférée (sic) à Ottawa lorsqu’ils feront des bêtises ? Non… Mais je ne le ferai que par parcimonie, si je sens que je suis à l’aise avec le sujet et disons que je risque de citer des gens plus « bollés » que moi en la matière.

Le rythme de publication sera aussi plus raisonnable. Un billet par 2 jours environ. Parfois un peu plus, parfois moins.

Disons qu’il faut que je m’approprie deux nouveaux mots dans ma vie: « plaisir » et « positivisme ». Et ça commence à partir de maintenant. 🙂

Quand à mes collègues blogueurs qui croient que je les ai boudés, soyez sans craintes. Je vous ai toujours lu même dans les plus durs moments de ces derniers mois. Vous savoir toujours présent était rassurant. D’ailleurs, pour vous indiquer mon retour, il est possible que vous revoyez ma prose dans les prochaines heures et jours. 😉 Oh et à partir d’aujourd’hui et les billets à venir, je répondrai aux commentaires quand je le peux.

Bon, hé bien, le Satellite a été retrouvé. Il est bien amoché, mais il paraît que tout est réparable, non ? 😉 Alors, en selle mon gaillard et surtout – message à moi-même – fais-toi plaisir !

P.S.: Tiens, pendant que j’y suis, je fais un léger appel à tous. Y a-t-il des gens patients et gentils qui voudraient m’enseigner à gazouiller ? Je compte m’y mettre bientôt et j’aimerais être informé sur cet univers, ma foi, assez unique de ce que je peux comprendre…

Un peu de lumière en 2010 ?

C’est du moins ce que je nous souhaite. Car je ne suis pas fâché de finir 2009 qui a été, disons-le, une année extrêmement moche. Et là, j’évite de vous parler de mon année personnelle, je ne parle qu’au niveau sociétal.

C’est l’année des occasions ratées et des rendez-vous manqués: Copenhague, la réforme de la santé aux États-Unis (acceptée, je l’admets, par le Sénat dans une version tellement diluée que finalement, ça ne changera pas TANT QUE ÇA le système américain), la « belle main tendue de Charest qui disait en décembre 2008 avoir compris que les gens n’en voulaient plus de son arrogance, mais chassez le naturel et il revient au galop », etc.

C’est l’année de décès importants qui ont occupé une place importante dans les médias, parfois avec goût et sobriété (Nelly Arcan, Pierre Falardeau, Gilles Carle)et parfois avec des dérapages à faire friser les cheveux sur la tête… genre un certain MJ.

C’est l’année qui a démontré les faiblesses de la démocratie (élections en Iran, faiblesse de la participation aux élections municipales), mais à la fois la puissance du journalisme lorsqu’il est bien fait (scandales de toutes sortes sortis dans les médias). Néanmoins, c’est l’année du renforcement du cynisme et qui démontre de plus en plus qu’au Québec, on aime bien se faire marcher sur la tête et en redemander sans protester.

Bref, je ne sais pas pour vous, mais 2009 me laisse un goût amer en bouche. Alors, je nous souhaite à tous, citoyens de la Terre, un peu d’espoir et de lumière en 2010. Je ne rêve pas, je connais l’homme et son fond plus noir que blanc mais… C’est l’espoir qui garde en vie. Bon, vous allez me dire que ça part mal: Harper proroge le parlement jusqu’en mars, après les Olympiques de Vancouver… Ah les Conservateurs et la démocratie ! Ça fait deux, c’est peu de le dire !

Sur ce, à tous, santé et meilleurs voeux pour 2010 !

Joyeuses Fêtes !

Je ne voulais pas nécessairement souhaiter Joyeux Noël car effectivement, certains – même des chrétiens – ne fêtent pas Noël. Je ne voulais pas non plus souhaiter « Joyeux décembre ! » comme certains commerçants du Plateau Mont-Royal, car comment dire ? Je trouve que c’est une formulation un peu idiote.

Alors, de vous souhaiter Joyeuses Fêtes m’apparaît l’accommodement le plus raisonnable qui soit ! 😉

Et pour Noël, je vous offre simplement deux petits contes de Noël provenant de la blogosphère. Ils ne sont pas fantasmagoriques, mais assez fantastiques dans leur humanité. 🙂

Le Père Noël qui puait de la bouche (Les 7 du Québec)

Un conte de Noël chez notre amie Noisette

Et comme j’ai la chance, contrairement à bien des gens malheureusement 😦 , d’avoir une famille avec qui fêter Noël, je vais de ce pas finir les préparations pour recevoir en ce 24 décembre. Allez, joyeuses Fêtes à nouveau !

C’est juste de la TV…

Oui, je sais, je vous néglige. Bien occupé, je suis, et pas toujours sûr de pouvoir écrire, je suis également. Je ne suis pas fin, mais c’est peut-être parce que 2008 avait été trop intense que 2009 a été plus bas. M’enfin, je vais revenir peu à peu. Réapprivoiser le média du blogue qui commençait à me stresser plus qu’à m’emballer.

Mais bon, pas pour ça que je vous écris. Je vous écris car ceux qui connaissent un peu ARTV, vous devez connaître l’émission « C’est juste de la TV » avec André Robitaille, Marc Cassivi, Liza Frulla et Anne-Marie Withenshaw qui analysent la télévision. Hé bien, pour leur dernière avant les Fêtes, ils font une émission avec le public… et devinez qui était dans le public ? Votre humble serviteur. Hé oui ! J’ai été invité comme un paquet de gens intéressants que vous verrez intervenir dans l’émission pour parler de la télé et de notre automne.

Attention SPOILERS !

Et ça sera difficile de me manquer: et non, ça ne sera pas uniquement la voix insupportable et la vision qui risque de faire sauter votre téléviseur HD seulement qui me trahiront mais le fait que je suis carrément dans la première rangée, qu’on me voit souvent et que je parle 4 fois dans l’émission dont à Serge Boucher (ça, par contre, c’est mon coeur de coeur: j’ai pu lui parler à cet auteur de théâtre de talent et scénariste d’Aveux… dommage que ce soit ma voix insupportable qui ait été le seul à souligner la qualité d’Aveux).

FIN DES SPOILERS

Comme je disais, difficile de me manquer: avec ma voix, mon petit look nerd et je suis complètement en avant et la manière dont je suis placé (ils ont assigné les places), si je me tourne pour voir quelqu’un jaser dans mon estrade, on me voit majoritairement. Je tiens à dire que ce n’est pas vraiment pas volontaire. En plus, il me semble qu’on me voit me gratter le nez (au moins, je me fouille pas dedans)… C’est bizarre, car sur place, je n’étais pas si nerveux. Ça ne paraît pas quand je parle, mais quand même, je le confirme. Ce qui est dommage c’est qu’on n’a pas tant de temps, alors je n’ai pas pu m’étaler de long en large sur les divers sujets… mais c’est peut-être mieux ainsi, avec ma voix arrache-oreille.

Bref, je vous avoue que je ne risque pas de le regarder tout de suite. Ma famille va probablement l’enregistrer et tout alors… Mais bon, si vous voulez me voir, je vous invite à régler votre télé sur ARTV:

Vendredi 4 décembre à 21h
Dimanche 6 décembre  à midi et minuit
Lundi 7 décembre à 10h et 19h
Mardi 8 décembre à 16h
Jeudi 10 décembre à 19h

L’émission dure une heure trente, soit-dit en passant et je vous rassure, je ne suis pas là si souvent… 😉 Pour ceux qui n’auraient pas le câble (fort possible), je crois bien que l’émission sera en ligne à partir du vendredi 4 décembre à 22h et ce jusqu’au jeudi 10 décembre.

Mais je suis bien critique envers moi, mais j’ai passé un super bon moment à enregistrer le tout. Ce fut fort plaisant ! Et pour ceux qui diront: mais ton nom est révélé, je leur dirai que ce n’est pas un problème. Je ferai d’ailleurs probablement des changements sur le blogue pour qu’il apparaisse. De toute façon, il suffisait d’aller voir mes quelques articles « plogués » du Sans-Papier pour voir mon nom et ma face. Alors…

Vous laisserez des commentaires si ça vous plaît sur ma « performance » (remarquez les gros guillemets)… 😉

Bon, et on fait quoi ?

Maudite grippe H1N1 ! Dieu que ça doit faire l’affaire des politiciens ! Parce qu’avec la panique créée autour de la supposée deuxième vague à venir et toutes ces infos contradictoires, on ne sait plus où donner de la tête.

Se faire vacciner ou pas ? Certains disent que le vaccin à la va-vite, qu’il est donc plus dangereux que le virus lui-même, y en a même qui disent que le vaccin sera un produire qui fera un génocide, stratagème de compagnies pharmaceutiques (quoique ça, comment dire, je doute pas mal de cet argument). De l’autre côté, on dit que le virus s’attaque encore plus durement aux gens de mon âge, que les conséquences peuvent être plus dangereuses si une grande partie de la population ne se fait pas vacciner.

Mais bon, il n’y a pas d’obligations de le prendre. Sauf que… Moi, je vis avec quelqu’un qui a une maladie pulmonaire. Cette personne n’aura pas le choix de se faire vacciner pour la maladie comme elle doit le faire de toute façon pour la grippe saisonnière. Sauf que je me demande si ça ne serait pas plus prudent de le faire aussi, éviter que le virus court chez moi, question de ne pas mettre en danger la personne en question.

De l’autre côté, et si on s’énervait le poil des jambes pour rien ? À ce que je sache, la saison de grippe durant l’été (l’hiver dans l’hémisphère sud) dans les pays du Sud n’a pas été plus mortelle qu’à l’habitude. Et puis, rappelez-vous la panique du virus du Nil il y a 7 ans. On ne pouvait plus sortir dehors l’été sans chasse-moustique selon les « experts ». Et aujourd’hui, le virus est pratiquement invisible et même les oiseaux sont rendus immunisés !

Alors, est-ce la pandémie n’est pas déjà amorcée ? Celle de la peur ? De l’autre côté, peut-on vraiment prendre le virus à la légère ? Vous voyez le dilemme… En tout cas, vivement qu’on arrête de prendre des bribes d’informations à droite et à gauche pour faire des suppositions alarmistes. Peut-on avoir de l’information rigoureuse à ce sujet s’il vous plaît ? Ça serait déjà un bon remède à la confusion actuelle.

Quart de siècle

J’atteins mon quart de siècle aujourd’hui. Je ne sais pas trop quoi en penser.

Jovialiste, je dirais que c’est déjà extraordinaire quand on pense que certains n’atteignent même pas cet âge ici ou ailleurs (particulièrement ailleurs où la mortalité infantile est grande).

Réaliste, je dirais que ce fut réalisable grâce à un système de santé qui – bien qu’imparfait – permet aux gens de vivre plus longtemps et le fait que je ne suis pas un casse-cou ne m’a pas mis dans une situation dangereuse dans ma vie.

Surpris, je dirais que je suis bouche bée d’être déjà rendu à cet âge.

Pessimiste, je dirais qu’avec les tensions mondiales et les problèmes environnementaux/de santé qui nous guettent, je ne suis pas certain si je vivrai un autre quart de siècle.

Comique, je dirais que je suis devenue une vieille jeune peau. 😉

Incertain, je dirais que je ne sais pas si je suis satisfait de mon bilan de ces 25 dernières années.

Émotif, je dirais que j’ai l’impression que ce quart de siècle a été une montagne russe avec des grands hauts et des descentes vertigineuses à donner la nausée.

Apeuré, je dirais que je suis bien angoissé de savoir ce qui adviendra de moi dans le futur.

Triste, je dirais que c’est la fin d’une époque.

Positif, je dirais que c’est le début d’un temps nouveau.

Mais étant d’humeur créative, j’ai préféré écrire ce billet ressassant quelques-uns de mes sentiments qui m’habite alors que je viens de franchir cette barre psychologique du quart de siècle. 😉

Bonne fin de journée à tous ! 😀