On peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres

C’est un peu de la répétition de ce que mon collègue de la Kaverne racontait aujourd’hui, mais c’est que ça m’impressionne de voir la logique implacable des Conservateurs et leur habileté machiavélique à manipuler les faits. Franchement, c’est du pur génie ni plus ni moins !

Pensons-y : prenons l’affaire de Statistiques Canada qui, selon Stockwell Day (le « grand penseur » de l’Alliance canadienne si vous vous souvenez de votre histoire politique canadienne), ne révélerait pas de bons chiffres sur le crime. Effectivement pour un conservateur qui rêve chaque nuit de voir les gens de la gauche dans des camps de concentration établissements de réforme, qui souhaite voir pousser des prisons comme de la moisissure et qui veut établir de régime de terreur, des chiffres indiquant une baisse de la criminalité, ça défait la fête un peu.

Alors, pour se justifier, il sort des « sondages » indiquant que beaucoup de Canadiens ne dénoncent pas des crimes auxquels ils sont témoins. 1) Déjà, ça part mal quand tu utilises le terme sondages de manière vague sans les citer. 2) Qu’est-ce qu’on entend pas crime non dénoncés ? Parce que, par exemple, j’ai vu souvent sur la route des chauffards chauffeurs pour qui, malheureusement, les clignotants semblaient être une option (particulièrement sur les voitures munies des trois lettres suivantes: B M & W). Il est donc vrai que je n’ai jamais dénoncé cela à la police. Ou une voiture qui grille un feu rouge. J’ai déjà connu des gens qui se faisaient payer sous la table pour des services. C’est effectivement illégal et je ne les ai pas dénoncés. Donc, oui, si on me posait la question dans un sondage, je pourrais dire que j’ai déjà omis de dénoncer un « Canadien » ayant commis une infraction à la loi. Or, il me semble que quand on parle de crimes graves, on parle de fraudes, de cambriolages, de hold-up, d’agressions, de tentatives de meurtre, d’homicides et de viols. Or, il doit pas y avoir TANT de Canadiens qui se la bouclent quand ils assistent à ce type de crimes. Mais, 3) cela va directement dans la stratégie conservatrice de manipuler les faits pour ses besoins.

Ce sont comme les supposées milliers de plaintes que Maxime Bernier (alias M. Joe Louis ou M. J’oublie des documents confidentiels chez ma maîtresse) aurait reçues sur le recensement alors qu’officiellement, seulement 3 plaintes en 10 ans sur le fameux formulaire composé pour nous transformer en zombies de l’État. Mais là, encore, manipulons les chiffres pour alerter la population: c’est horrible, cette version va dans votre intimité et veut savoir VOTRE REVENU !!! Ouh ! Donc, si je suis cette logique, l’an prochain lors de la période des impôts, je pourrais refuser d’envoyer mes formulaires. Après tout, on cherche à savoir un chiffre intime:  combien j’ai gagné dans l’année.

Ce qui est amusant dans toute cette bataille commencé en plein milieu du mois de juillet (façon que le public ne s’intéresse pas à l’histoire), c’est de voir les grands partisans de la droite sur Internet crier que le recensement est une laisse étatique pour nous contrôler (j’imagine qu’on tombe en transe en prenant le papier en question), MAIS lorsque vient le temps de nous démontrer qu’on tue la richesse au Canada avec nos impôts, que le niveau de vie des pauvres n’est pas aussi dramatique que le disent les organismes de gauche, ils sont les premiers à ressortir les chiffres de l’entité qui veut laver nos cerveaux au détergent Statistiques Canada.

Comme quoi, on peut faire dire ce qu’on veut aux chiffres…

Pierre-Hugues Boisvenu et la paranoïa

Sur ces fameuses statistiques de la criminalité qui n’est, du moins, pas en progression fulgurante comme le croit M. Day, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu crie littéralement au complot. J’imagine que ce sont les corps de police du pays qui ont arrangé le tout pour pouvoir se prendre le beigne à deux mains…

Vous savez, M. Boisvenu, je vous l’avoue, je ne l’aime pas. J’ai été très touché par la mort de sa fille (voire ses filles car une autre est morte dans un accident de la route) par un meurtrier. Mais – comment dire ? – son deuil s’est carrément mal fait. Au départ, ça semblait pourtant constructif. Il avait conçu un organisme de défense des victimes, il apportait des points intéressants dans un système de justice qui croule un peu trop sous la paperasse et qui fait durer des procès indéfiniment. Sauf que le problème de M. Boisvenu, c’est qu’il est toujours au stade « colère » du deuil. C’est ainsi qu’il en est venu à dire des énormités sur les détenus, à voir tous ceux en prison sur le même pied: comme des psychopathes sanguinaires et violeurs. Il a tenté de soutirer de l’argent au corps policier de Sherbrooke, réclamant vengeance. Cela lui fut refusé par la Cour car, même s’il est vrai que les policiers auraient pu arrêter le meurtrier de sa fille plus rapidement, il n’y a jamais eu de mauvaise foi de leur part.

Et c’est à cet homme qu’Harper a offert un poste de sénateur. À un homme qui, visiblement, est loin d’avoir fait le deuil de sa fille. Un homme ultra en colère a désormais le pouvoir de voter des législations au Parlement ? Y a-t-il rien que moi qui voit les dérives que cela peut entraîner ? Cet homme avait la capacité de faire quelque chose de bien. Il est tombé dans le côté sombre. Bien sûr, pour tous, il sonne comme le « Robin des bois des victimes » et il trouve facilement son public chez ceux en quête d’une justice sanglante. Mais le pire, dans tout ça, c’est que cette « guerre aux criminels » ne lui ramènera ni sa fille ni même un bien-être qu’il cherche visiblement.

Publicités

Un peu de lumière en 2010 ?

C’est du moins ce que je nous souhaite. Car je ne suis pas fâché de finir 2009 qui a été, disons-le, une année extrêmement moche. Et là, j’évite de vous parler de mon année personnelle, je ne parle qu’au niveau sociétal.

C’est l’année des occasions ratées et des rendez-vous manqués: Copenhague, la réforme de la santé aux États-Unis (acceptée, je l’admets, par le Sénat dans une version tellement diluée que finalement, ça ne changera pas TANT QUE ÇA le système américain), la « belle main tendue de Charest qui disait en décembre 2008 avoir compris que les gens n’en voulaient plus de son arrogance, mais chassez le naturel et il revient au galop », etc.

C’est l’année de décès importants qui ont occupé une place importante dans les médias, parfois avec goût et sobriété (Nelly Arcan, Pierre Falardeau, Gilles Carle)et parfois avec des dérapages à faire friser les cheveux sur la tête… genre un certain MJ.

C’est l’année qui a démontré les faiblesses de la démocratie (élections en Iran, faiblesse de la participation aux élections municipales), mais à la fois la puissance du journalisme lorsqu’il est bien fait (scandales de toutes sortes sortis dans les médias). Néanmoins, c’est l’année du renforcement du cynisme et qui démontre de plus en plus qu’au Québec, on aime bien se faire marcher sur la tête et en redemander sans protester.

Bref, je ne sais pas pour vous, mais 2009 me laisse un goût amer en bouche. Alors, je nous souhaite à tous, citoyens de la Terre, un peu d’espoir et de lumière en 2010. Je ne rêve pas, je connais l’homme et son fond plus noir que blanc mais… C’est l’espoir qui garde en vie. Bon, vous allez me dire que ça part mal: Harper proroge le parlement jusqu’en mars, après les Olympiques de Vancouver… Ah les Conservateurs et la démocratie ! Ça fait deux, c’est peu de le dire !

Sur ce, à tous, santé et meilleurs voeux pour 2010 !

En symbiose ?

Image trouvée ici.

Je ne sais pas ce qui se passe dernièrement, mais je commence à comprendre ce billet du Renart. Je suis comme « beurk… », mon biorythme est dans une pente descendante. Je croyais que ça remonterait mais ce n’est pas le cas. En fait, ce n’est même pas une question « d’écoeurantite » du blogue plus que… l’actualité ne m’inspire tellement pas. Je crois que je préférerais vous parler de 100 000 autres trucs que de l’actualité. Je suis presque blasé.

La ministre Raitt et ses bourdes ? Bah… C’est une conservatrice, ce ne m’étonne plus. Ils ont prouvé bien avant ça leur incompétence.

Le Plan Marois ? Ben sérieusement, je le trouve mieux expliqué et il me semble plus acceptable que lorsque décrit la semaine passée. Sinon, bah, rien à dire. Par contre, je me permettrai un bémol : je ne suis pas certain que ça fonctionnerait dans la mesure où le fédéral se dirait que « Ils ne seront jamais satisfaits tant qu’ils ne seront pas indépendants, alors pourquoi on bougerait ? »

La souveraineté vole pas haut selon les sondages ? Sommes-nous vraiment surpris ? Y a-t-il vraiment un enjeu qui soulève les Québécois en ce moment ? Ça chiale ben gros contre le statut quo, mais ça aime bien les choses comme elles sont. C’est le paradoxe québécois dans toute sa splendeur.

Pour le reste, c’est encore pire. Vraiment, on sent que l’été s’amorce… L’actualité devient terriblement ennuyeuse, on s’accroche au moindre détail qui pourrait avoir peut-être le début d’une effluve d’un semblant de scandale. 😛

Alors, quoi faire pour se remettre sur le piton ? Je ne sais pas. Présentement, je songe à une transfusion intensive de soleil et de bonnes nouvelles dans mes veines. 😉

La vidéo du jour: Tout le monde en parle avec raison. Ce fantastique numéro de Christian Vanasse, Zapartiste de renom, qui devient l’espace d’un moment Pier-Karl Péladeau le patron de Quebecor Média. Ce numéro me rappelle à quel point je souhaite ardemment que l’homme n’acquiert pas le Canadien de Montréal… Ouf, pitié non ! C’est par le blogue de Cécile Gladel que j’ai découvert cette captation faite par Christian Aubry.

Cohérence

Ah que c’est beau de voir un organisme aussi important que l’OMS dire une chose une journée, et dire le contraire le lendemain !

Vraiment, ce sont les producteurs de porc qui les remercie du fond du coeur.

Rien d’autre à ajouter là-dessus.

Le billet du jour: Richard Therrien m’a fait un énorme plaisir aujourd’hui en annonçant qu’André Arthur disparaîtrait de nos ondes télévisuelles à la fin août. Bon, vous allez me dire que Mario Dumont sera en ondes sur à TQS, mais entre les deux, je préfère 100x plus Dumont. Ce qui est amusant, c’est qu’Arthur blâme TVA pour l’échec de son émission. C’est drôle, hein ? C’est impossible que ce soit peut-être parce que c’était une émission de radio à la télé (comme la défunte M.Showbizz), parce qu’à part une certaine tranche de la population de la ville de Québec ailleurs ça ne fonctionnait pas… Et je me permets un autre commentaire sur le commentateur. Pour un gars qui se dit « indépendant des partis politiques », vous ne trouvez pas qu’il a beaucoup d’amis conservateurs et que la majorité de ses votes à la Chambre des Communes c’est pour lécher le derrière de ce même parti ? Au point que je me demande, comment se fait-il qu’il n’est pas chez les Conservateurs alors ? Ah, peut-être parce que jamais le parti n’aurait permis qu’un de ses députés aient trois jobs en même temps…

Tout va bien dans le meilleur des mondes

(Attention: Peut contenir de l’ironie et du sarcasme)

Non, mais vraiment, j’en ai marre de ceux qui chialent contre notre société. Sans farces, il me semble que l’actualité des derniers jours donnent amplement de raison de dire que notre société va bien, qu’il ne faut pas qu’elle change, que le statut quo est fantastique ! Bon, vous voulez des preuves ?

Le Parti Libéral  qui refuse l’implantation d’un commissaire à l’éthique. C’est pas beau de voir un parti qui veut protéger ses pauvres ministres de leurs belles relations pleines de parti pris et de conflits d’intérêt ? Ça ne vous met pas la larme à l’oeil ?

Ou de voir enfin le Parti Conservateur mettre enfin ses culottes et couper ses damnés scientifiques (qui ont la prétention de dire que la science vaut quelque chose) en coupant la subvention de  l’observatoire du Mont-Mégantic, ce terrible repère qui forme des astronomes qui vont travailler partout dans le monde. Bon, certains oseraient dire que c’est presque ironique quand on pense que le député du comté c’est… Christian Paradis, ministre responsable du Québec sous l’égide de Harper. Mais là, ce sont des mauvaises langues.

Oh et puis, il y a cette convention collective qui vient de s’implanter dans un Wal-Mart de St-Hyacinthe. Ah, ce que ce sera magnifique quand on verra d’ici 2 mois la fermeture de cette grosse boîte grise pour des motifs comme quoi la succursale « ne faisait plus assez de profits » (car c’est toujours ça qu’ils disent quand ça ferme à cause d’un syndicat). Et ça sera merveilleux car Wal-Mart continuera de dire qu’il est un gros employeur au Québec, encourageant les produits québécois et etc. Bon, de mauvaises langues pourraient dire que 90% de leur matériel est fait en Chine, mais hé ! Ce sont des mauvaises langues qui disent ça. D’ailleurs, le gros Bon Sens fait un « pool » à savoir quand la succursale de St-Hyacinthe va fermer. Moi, j’ai été généreux et j’ai dit 25 à 45 jours. Et vous ?

Et finalement, y a Hollywood qui prend une série de mangas et d’anime décente comme Dragonball et qui la « scrappe » carrément (à la manière d’un Speed Racer) en étant trop coloré, trop d’effets spéciaux moches et des acteurs qui surjouent…

Définitivement, Hollywood continue de se surpasser de jour en jour et mérite qu’on l’encourage en payant 10$ pour cette merde (sans compter qu’on paye les hypothèques des multiplexes avec les cochonneries à bouffer…).

Non, mais hé, « c’es-ti » pas beau la vie pareil ?

(Fin de l’ironie et du pétage de coche)

Journée pourrie

Bon, je vais le dire. D’ordinaire, je n’aime pas beaucoup le mercredi. Ça vient je crois de l’époque de l’école: le mercredi, c’était le milieu de la semaine donc encore assez loin de la fin de semaine et c’était souvent les journées les plus chargées. Hier, la journée ne pouvait avoir un climat plus pourri (malgré qu’il faisait beau avec une température relativement agréable).

Tout d’abord, je me lève et je vois un autre drame familial qui s’est déroulé à Laval. Pire, j’apprends que cet homme a brisé 3 ou 4 fois les bris de condition… Euh… Qu’est-ce qu’il faisait encore en liberté alors ? Et puis, j’ai adoré comment à LCN, on a bien souligné qu’il s’agissait d’un Libanais qui avait fait ça. Ah le groupe TVA: continuons à surfer sur la vague des accommodements raisonnables et des « maudites ethnies »… Je m’excuse, mais ça change quoi ? Depuis le début de l’année, ce genre de drames se font autant par des Québécois que d’autres nationalités. Pire, un peu plus tard dans la journée, on apprendra qu’il y a une femme qui a assassiné son fils pour ensuite se donner la mort. Ça s’est passé à 10-15 minutes de voiture de chez moi… Mais non, je ne connais absolument pas ces personnes, je tenais à le dire. Sauf que j’avais ce type de réflexion en fin d’après-midi: « Merde, qu’est-ce qui se passe au Québec avec ces séparations qui se vivent aussi mal ? C’est quoi, est-ce qu’il va falloir donner des cours aux enfants de comment digérer une séparation amoureuse ? Sans farces, ça serait à envisager. Parce que 4 drames familiaux en 3 mois (sans oublier qu’il y en a sûrement d’autres non médiatisés), y a un problème SÉRIEUX auquel, évidemment, le gouvernement se fiche, préférant faire une xième table de concertation pour un christie de CHUM qui ne verra pas le jour avant 2275. » Je vous invite d’ailleurs à lire ce papier de Luc Larochelle dans La Tribune sur le drame.

Pour agrémenter cette journée de m…, on apprenait que Radio-Canada n’a pas reçu de prêt du gouvernement pour s’aider dans la conjoncture actuelle difficile. Bref, à RDI et Radio-Canada, c’est avec un ÉNORME malaise que les journalistes annonçaient la coupure de 800 postes coast-to-coast à CBC et la SRC. Trop bizarre pareil que ces annonces arrivent la journée même de la finale des Invincibles, 8 heures avant celle-ci. Comme si la fin de cette série annonçait définitivement la fin d’une époque. Ce qui rendait le tout encore plus triste, plus triste quand on pense au saignement qu’a provoqué le Parti Conservateur de cette télé qui – bien que nous offrant aussi des navets – avait le mérite d’innover, particulièrement au niveau des dramatiques.

Quant à la finale des Invincibles… Bon là, si vous n’avez pas encore vu de la série, sautez la fin du billet. Mais bon, sans être plate, la fin est racontée sur plein de blogues.

Alors, je dirai : « Ouch et wow ! » Bon, on s’entend-tu que la chanson des Scorpions qui est diffusée à la fin va nous marquer pour le reste de nos jours ? Je veux dire, je ne pourrai plus l’entendre sans passer à Carlos dans le taxi avec sa fille qui se font poursuivre par une soucoupe volante sous un ciel gris de fin d’après-midi, ou également cette SUPERBE séquence en animation de Dark Evil-Hin qui laisse couler des larmes sur ses joues pendant que son corps plonge dans l’abîme sous le regard épouvanté de Phantoman. Hé oui, Lyne-la-pas-fine a trépassé et Dieu merci, on ne nous a pas fait le coup du moniteur cardiaque qui se remet à battre juste comme ça finit. Ce qui démontre que c’est bel et bien fini. Avec la séparation des gars (trop évident), leur décision ultime de changement de vie aura des conséquences bonnes et mauvaises sur chacun d’eux. Étonnamment, alors que ce n’était pas mon personnage favori, P-A aura eu la meilleure fin, celle la plus prometteuse. Steve ben… sera resté Steve mais en cessant de se mentir (c’est déjà ça !). Quant à Rémi, y aura fallu que son père lui apparaisse pour lui faire comprendre ce que Vicky lui avait très bien comprendre d’ailleurs (j’avais adoré cette scène d’il y a deux épisodes). Et Carlos… Celui qu’on considérait le plus « loser », le lâche dans la première saison… Pauvre Carlos qui se retrouve veuf et père monoparental et en même temps, incroyable Carlos. Vous vous rappelez que dans la première saison, il se faisait mettre hors du « pacte des montres bleues » quand les gars ont fini par apprendre enfin qu’il était toujours avec Lyne-la-pas-fine ? Là, merveilleusement, c’était le contraire. C’est lui qui a dissout le groupe pour le meilleur (et en même temps pour lui, pour le pire quand vint le temps de chercher du réconfort par téléphone…). Et franchement, Pierre-François Legendre, je lui remets un Gémeau de l’interprète masculin juste pour cet épisode. Franchement, je ne détestais pas l’acteur, mais j’avais hâte de le voir dans ce genre de scène à fleur de peau. Wow ! Il ne m’aura pas déçu à ce niveau-là.

Je lisais bien des commentaires sur différents billets de blogue et plusieurs disaient qu’il faut une suite. C’est drôle, je ne suis pas sûr. Avec le temps, j’ai appris que les meilleures séries nous laissaient avec plein de questions sans réponses auxquelles le spectateur peut s’imaginer ce qu’il veut. Parce que ça serait bien beau des « retrouvailles », mais ça serait risquer de revenir en arrière pour les personnages, de se répéter et qu’au final, on soit déçu. Depuis hier soir, je fais l’exercice d’imaginer la vie de nos Invincibles (ces super-héros qui n’en sont pas) après ces événements et j’aime bien ça. Je me dis que c’est ça la beauté de l’art: ne pas répondre à tout, laisser des réponses en suspens aux spectateurs. Mais bien sûr que je vais m’ennuyer et désormais, lorsque j’entendrai Still loving you, je reverrai la fin et également Steve dans des partys échangistes, Rémi dans un domaine professionnel (arpenteur-géomètre ?), P-A qui revient de son voyage d’Haïti avec un peu moins d’ego et Carlos avec sa petite Camille (et même son petit Arthur)…

Cette drôle, malgré cette finale bien emmenée, ça me rend triste. Je vous l’ai dit: journée pourrie que ce mercredi.

Les billets du jour: Requiem pour 4 ados qui ont enfin décidés de devenir adultes. Alors, je vous invite à lire l’opinion de Richard Therrien et celle de Steve Proulx. Aussi, pourquoi pas, laissez des fleurs virtuelles sur la tombe virtuelle de Lyne-la-pas-fine sur le blogue de Martin Petit.

Le Bye Bye du Satellite: 14 décembre 2008

Sébastien: Bonsoir, tout le monde ! Je suis Sébastien Bennoix et bienvenue à Pyramide, le jeu où des artistes passent pour une bande de sans-dessein en étant pas capable de deviner des mots simples comme « lapin » ou « rotoculteur ». Alors, aujourd’hui, on a une concurrente qui vient de Lanaudière, elle s’appelle Martine Chantal. Bonsoir Martine !
Martine: Bonsoir Sébastien !
Sébastien: Alors, qu’est-ce que vous faites dans la vie Martine ?
Martine: J’ai différents boulots pour subvenir aux besoins de ma famille depuis que notre père s’est fait écraser par le toit de sa « shop » l’hiver passé à cause des précipitations record de neige. Alors, j’espère me ramasser un peu d’argent ici mettons…
Sébastien: On vous le souhaite. Hé bien, Martine, vous êtes jumelée à Julie Couillard qui est avec nous !
Julie: Bonsoir, hein, Sébastien !
Sébastien: Je vous avoue que je ne m’attendais pas à vous recevoir sur ce plateau, mademoiselle Couillard.
Julie: Ah, tsé, je serais prête à faire n’importe quoi pour passer dans le kodak ! C’é-ti-vident !
Sébastien: Bon, je rappelle les règles du jeu pour les 3-4 déficients qui n’arriveraient pas à se souvenir : Pyramide est un jeu où fait deviner des mots; 7 mots en 30 secondes. Dans cette partie du jeu, on a le droit de mimer, de gesticuler, de faire de la musique avec sa bouche, de parler avec son derrière, de péter dans la gueule d’une petite vieille, etc. Mais, par contre, on n’a pas le droit d’utiliser des mots de même famille que le mot recherché. Par exemple, s’il faut faire deviner le mot « pomme », on n’a pas le droit de dire « tracteur », par exemple. Parce que ça serait très idiot genre. Alors, Martine, choisissez un sujet parmi ceux présentés à l’écran.
Martine: Euh… « Des mots et des maux ».
Sébastien: Oh ! Julie vous allez aimer ça deviner ces mots-là car ce sont des mots « associés au Parti conservateur ». Vous devriez vous y connaître, vous les connaissez de très près mettons. Pourquoi des « mots et des maux » ? Ben mots comme des mots à trouver et des maux dans le sens que le Parti Conservateur, c’est mal. Ben quoi, ça fait partie de mon contrat d’expliquer les jeux de mots poches des thèmes. Alors, vous êtes prête Martine ?
Martine: Oui !
Sébastien: Top Pyramide !
Martine: (Mot à deviner: financement) Euh… Harper a voulu retirer ça aux partis et c’est pour ça qu’il a mis le Parlement dans la marde.
Julie: Euh… droit de parole ? Un foie, un rein ?
Martine: Non, c’est quand tu donnes de l’argent…
Julie: Subvention ?
Martine: Passe ! (Mot à deviner: censure) Oui, oui ! Ça c’est quand on ne veut pas montrer quelque chose au monde ! Ce sont des barres noires sur quelque chose !
Julie: Moi, au Journal de Mourial ?
Martine: Non ! Passe ! (Mot à deviner: Stephen Harper) Ok, gros épais de l’Ouest canadien, il se prend pour un cowboy et rêve de diriger le Canada en dictature !
Julie: Maxime Bernier ?
Martine: Non ! Passe ! (Mot à deviner: Michael Fortier) Ok, il est chauve, il s’est fait mettre dehors aux dernières élections par des Montréalais, il a fait une annonce presque anti-démocratique contre le Bloc Québécois !
Julie: Maxime Bernier ?
Martine: NOOOOON ! Passe ! (Mot à deviner: évangéliste) Ok, c’est un groupe religieux très à droite moralement, très en lien avec les Conservateurs, ils ont poussé la loi C-10 avant qu’elle ne soit annulée…
Julie: Les Saguenéens ?
Martine: NOOON ! Ils prennent leur nom de livres dans la Bible écrit par 4 gars… (Voyant la face qui ne comprend pas de Julie Couillard) Passe ! (Mot à deviner: dictature) C’est un type de gouvernement. Y a une seule personne en tête. J’en ai parlé tantôt que Harper aimerait quasiment être dans ce régime-là.
Julie: Weight Watchers ?
Martine: Noooon ! Un régime politique, épaisse ! Ah, pis passe ! (Mot à deviner: Maxime Bernier) Ah ben facile ! Tu as couché avec pendant un temps !
Julie: Gilles ? Stéphane ? Luc ? Marc ? Jean-Jacques ? Roger ? Sophie ?
Martine: NOOOOOOOOONNN ! Come on ! T’as fait un livre qui s’est pas vendu à cause de lui ! Tu as dit 2 fois son nom tantôt !
Sébastien: C’est malheureusement terminé ! C’était Maxime Bernier, Julie, Maxime Bernier.
Julie: Ben oui, hein, c’étai-tivident !
Sébastien: Bon, aucun point Martine, mais il vous reste un autre sujet où vous pouvez vous rattraper.
Martine: Pfft ! « On est Canadiens ou ben on l’est pas ».
Sébastien: Ouh… Serait-ce en lien avec le hockey ? Hé bien, non, c’est en lien avec la « politique fédérale ». Vous ai-je dit que les auteurs des thèmes écrivaient les jokes de Guy Mongrain dans le temps ? Bon, alors Martine, des mots liés à la politique fédérale. Allez ! Top pyramide !
Martine: (Mot à deviner: communes) Euh… Quand dans un vestiaire, tout le monde prend sa douche dans la même place, on dit que ce sont des douches…
Julie: Parfaite pour tourner un porno. Porno dont je parle dans mon livre au chapitre 22, hein.
Martine: PASSE ! (Mot à deviner: constitution) Ok, c’est un papier qui décrit l’état canadien et qui fourre les droits du Québec depuis des années.
Julie: Les contrats de Star Académie ?
Martine: PASSE ! (Mot à deviner: prorogation) Ah, c’est le mot du mois de décembre, on a appris ça quand Harper a – hum, hum – la session parlementaire.
Julie: Fourrer ?
Martine: PASSE ! Même si tu as un peu raison… (Mot à deviner: député) Il siège la Chambre des Communes. Il est censé représenter ton comté mais quand tu veux le voir, il n’est jamais là ou il est ministre alors il se fout de son comté comme de l’an 40.
Julie: Représentant… Non, hein ?
Martine: PAAAAASSSE ! (Mot à deviner: coalition) Ah, c’est une assemblée de politiciens qui vont théoriquement dans le même but. Y en a eu une récemment et ça a fait chier les gens de l’Ouest: y avait un clown, une face de rat et un air bête québécois.
Julie: Une coalition !
Martine: OUIII ! (Mot à deviner: ministre) J’ai dit ce mot il y a deux instants. Ils oublient des documents top secrets un peu partout…
Julie: Ministre !
Martine: OUIII ! (Mot à deviner: plate) Ok, on dit souvent que la politique fédérale c’est ennuyant, c’est…
Julie: Long ?
Martine: Oui, mais on dit que c’est… Euh… Ah, je l’ai ! C’est ce qu’on dit des discours de Stephen Harper.
Julie: Plate !
Sébastien: C’est terminé ! Il restait le mot « Ottawa » à faire deviner par la suite. Mais hé, c’est beau les filles ! 3 points de fait. Malheureusement, ce n’est pas assez pour la grande pyramide. Martine, la partie est finie pour vous. Des commentaires ?
Julie: C’était le fun, hein ?
Martine: (frustrée) Ouin, mettons.
Sébastien: Alors, on se retrouve demain pour une autre pyramide !