Le film le plus attendu des prochaines années*

OK. Billet léger aujourd’hui, parce que je me sens d’humeur pour ce type de billet. Un billet léger s’adressant surtout aux « geeks ». On le sait, plusieurs grosses franchises de jeux vidéo s’apprêtent à avoir leur version cinématographique (Bioshock, Prince of Persia, Dead Space, etc.) dans les années à venir. Évidemment, on s’attend à ce que beaucoup soient mauvais (mais bon, qui sait, on peut être surpris !), mais là, je tiens un chef d’oeuvre* d’adaptation de jeux vidéo en film. Une surprise car cela n’était pas annoncé nulle part. Un film sur une franchise pas encore exploitée et avec pourtant, beaucoup de potentiel.  Il s’agit de Mario Kart !!! Oui, la série rassemblant Mario et tous les personnages de son univers qui s’amusent à faire des courses de kart et s’envoyer des carapaces de tortues et des pelures de bananes à la figure pour se ralentir entre eux.

Voici la bande-annonce de ce qui devrait être un classique (trouvée via Jeuxvideo.org):

*Lorsque le blogueur parle de chef d’oeuvre et du film le plus attendu des prochaines années, il est possible que celui-ci ait mis beaucoup d’ironie sachant qu’il s’agissait d’une vidéo fait par un groupe de cinéastes amateurs humoristiques. Nous ne sommes pas responsables de la fausse représentation que les termes en question auraient pu susciter chez les lecteurs. Merci de votre compréhension. Pour des plaintes, vous pouvez vous adresser au service à la clientèle les vendredi soir des années bissextiles où il y a une lune bleue et qu’il tombe des pluies de grenouilles à dentiers qui parlent allemand. Pour tout le reste, il y a une carte de crédit très connue.

Publicités

On vit vraiment à une époque formidable

Une époque où la mort de quelqu’un peut servir soit pour des petits pirates des temps modernes ou des éditeurs avides d’argent qui voient des millions de jeux vidéo s’écouler.

Non, vraiment, quelle belle société que nous avons ! La meilleure au monde ! Une société complètement obnibulée par le dieu Argent dans toute sa splendeur… Tout pour dégoûter en un beau samedi matin.

P.S.: Dans la deuxième nouvelle, on dit que ce fameux chanteur décédé était en accord avec ce jeu vidéo et tout. Dites-moi ce fameux « come back » qui finalement n’aura jamais eu lieu, c’était quoi ? Une grosse pompe à fric pour vider les poches des fanatiques qui ne voient plus clair quand il s’agissait de ce chanteur. Et le pire c’est que même décédé, la pompe à fric s’est mise en marche…

La justice est aveugle, chers amis

Aujourd’hui, un nouveau développement dans l’affaire de Guy Lafleur déclaré coupable d’avoir déclaré des témoignages contradictoires en Cour. En effet, l’ancien Canadien risque d’être radié de l’Ordre national du Québec à cause de cette condamnation. J’entends déjà les lignes ouvertes pleines de gens décrier cette possible (car elle n’est pas confirmée) radiation, comment on ostracise le joueur de hockey, etc.

C’est drôle comment, aux lendemains de la condamnation, tout le monde a pris la défense de l’ex hockeyeur: « C’est épouvantable, c’est de l’acharnement, c’est un  scandale ! » Euh… les amis, je ne veux pas péter votre party d’adoration mais… LE GARS A MENTI EN COUR. J’ai été même assez épouvanté d’entendre des gens dire: « j’aurais fait la même chose pour mon enfant. » Quoi ?! C’est quoi cette vague de désobéissance civile tout d’un coup ? C’est drôle, car je ne suis pas certain que cette vague d’appui serait la même pour un parfait inconnu.

Reprenons l’exemple Guy Lafleur sans M.Lafleur. Situation: M. Tartampion, un travailleur honnête dans une usine d’outils,  a un fils qui est accusé d’agression sexuelle sur des filles. Le juge dit à M. Tartampion: « Votre fils doit respecter un couvre-feu pour garder sa liberté et en tant que parent responsable, vous devez vous assurer qu’il soit à la maison à partir de 10h le soir. » Or, on apprend par les journaux que M. Tartampion a laissé son fils passer une nuit dans un motel et que, mieux que ça, monsieur a menti lorsqu’il fut interrogé sur cette situation en Cour.

C’est drôle, je ne suis pas certain que l’opinion publique serait aussi favorable envers M. Tartampion. Je ne suis pas certain qu’elle goberait l’histoire du « il s’est trompé ». Même si son fils était atteint du syndrome de Tourette. Même si c’était un gentil travailleur qui prenait au moins 20 heures de son temps chaque semaine à faire du bénévolat. Je crois que l’opinion publique serait alors celle-ci: « Il a menti en Cour, qu’il paie pour le (censuré) ! »

Mais là, parce que c’est un ancien hockeyeur, on pardonne tout et on recommence ? Avoir su qu’être hockeyeur te donnait le droit de faire n’importe quoi et de défier la loi, j’aurais joué au hockey étant jeune… Alors, c’est quoi, on est prêt à accepter deux systèmes de justice ? Parfait ! Qu’il en soit ainsi ! Mais que j’en entende plus jamais un dire qu’il trouve injuste qu’un policier, un avocat ou un juge a des traitements favorables en Cour. Je leur rappelerai avec plaisir qu’il souhaitait pourtant la même chose pour un joueur de hockey… Même Claude Poirier, qui dénonce la justice partiale pour les hommes de loi, aurait voulu qu’on s’attendrisse devant le cas Lafleur. Monsieur Poirier, n’êtes-vous pas un partisan des Bruins, anyway ? 😉

Satellite, tu fais du « Guy Lafleur bashing » là ! Faux. Je n’ai rien contre l’homme, même qu’il me semblait (me semble toujours aussi) sympathique. Sauf que je suis objectif: le gars a menti en Cour, a donné des témoignages contradictoires et c’est interdit par la loi.

Satellite, il n’a pas volé ou tué quelqu’un, il s’est juste trompé dans ses témoignages ! Tout d’abord, qui peut nous dire qu’il s’est vraiment trompé ? Parce qu’habituellement, très rare que tu donnes des témoignages contradictoires quand tu ne caches rien… Quand tu ne protèges pas quelqu’un. C’est pour ça d’ailleurs que c’est interdit par la loi: imaginez le nombre de criminels qui seraient liberté si on ne punissait pas ceux qui essaient de protéger des accusés ! Alors, oui, il est vrai que le crime est moins grave, mais il n’empêche qu’objectivement, selon la loi, c’est un crime.

Satellite, un gars saute à pieds joints sur le visage d’une femme et ne va pas en prison mais toi tu souhaiterais que pour un petit mensonge, Guy Lafleur aille en taule ? Tout d’abord, je ne crois pas que Guy Lafleur aille en prison. Trop connu, première offense à la loi, il risque d’avoir seulement une amende. Même le procureur demandait peut-être une peine à purger dans la communauté… Ce qui est pas terrible pour une violation de la loi qui peut être puni de 14 ans de prison. D’ailleurs, je ne demande pas la prison. Mais si on a réussi à prouver qu’il a menti en Cour, j’espère qu’il aura une punition pour la faute. Pour ce qui est du gars qui a sauté à pieds joints sur le visage de cette femme, je suis aussi scandalisé que vous de ce jugement. Or, c’est ça la justice : c’est la combinaison d’un procureur (visiblement incompétent dans cette cause), de la preuve (visiblement pas assez solide), d’un avocat de la défense (visiblement bien payé et assez fort) et d’un juge (visiblement… j’aime dire visiblement)… La justice est aveugle chers amis et devrait même l’être davantage. Elle doit se foutre que vous vous appeliez président Obama ou madame Doyon, gentille propriétaire de dépanneur. Elle doit juger impartialement que vous soyez le président de la Caisse de dépôt ou Joe « The Plumber ».

Évidemment, ça peut la rendre imparfaite, scandaleuse. Parfois, elle n’est pas impartiale. On aimerait tous – moi, le premier – qu’elle soit meilleure. Mais je préfère notre système imparfait à un système chinois ou russe où vous devez prouvez que vous ne l’avez pas fait. Car oui, un système où tu es coupable jusqu’à preuve du contraire fait plus d’emprisonnés… mais il emprisonne plus des gens qui n’ont peut-être rien fait aussi.

Les billets du jour: Tout d’abord, en tant que « geek », j’ai été très « touché » par le billet du Détracteur constructif qui a ramené chez moi un dilemme que je vis également. Solidarité mon Détracteur ! 😉 Plus sérieusement, j’ai bien ri en lisant le billet de Richard Hétu parlant des catholiques extrémistes aux États-Unis. C’est rendu qu’ils font presque peur au Vatican, c’est dire… 😛

« Moé chu Mario, chu plombier pis je sauve la même princesse depuis 20 ans ! »

Pour le Temps des Fêtes, je me suis offert une petite gâterie. Ou plutôt j’ai offert une petite gâterie à ma Wii: je lui ai offert la première aventure (car il y en aura une deuxième sur la même console) de Mario sur la console blanche du géant Nintendo. Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait un Mario au complet. En fait, même je n’ai jamais fait un Mario en 3D, le dernier réussi étant l’excellent Super Mario World sur Super Nintendo…

Ainsi, Mario 64 et Mario Sunshine n’ont jamais touché mes… doigts. 😉 Pour Mario 64, comme je n’ai jamais eu de Nintendo 64, c’est explicable. Quant à Mario Sunshine, il ne me semblait pas attirant. Par contre, Super Mario Galaxy me titillait. L’idée originale des planètes, l’aspect « féérique » d’une aventure dans l’espace avec le sympathique plombier italien replet me plaisait.  😛 Je me suis donc procuré une copie des dernières aventures de notre moustachu favori.

Il faut dire aussi que j’étais curieux. J’étais curieux car partout on lisait que le jeu contenait 3 pistes de langages au Canada : anglais, espagnol et… français. Le tout étant déterminé par le langage de la console. Et j’avais lu un billet sur le sujet du Détracteur Constructif (désolé, ce n’est pas le lien de son blogue car celui-ci a explosé, mais j’ai retrouvé son billet grâce à Google) comme quoi la traduction française canadienne du jeu était à saveur québécoise…

Après avoir fini le jeu, je peux confirmer: oui, il y a bien du joual dans le jeu. Pas tout le temps, mais on le rappelle régulièrement avec des expressions comme « awaye ! », « grouille ! », « on est bien adonnants », un postier Toad qui parle en « moé », « toé », « ben fine »…

D’un côté, ça peut être un peu énervant. On se dit pourquoi ne pas avoir gardé un français international, un français compris par tous ? Premièrement, c’est moins long sur la traduction et deuxièmement, ça évite des malaises. Le malaise de se dire que pour Nintendo Canada, le Québécois moyen parle pauvrement. D’un autre côté… peut-être qu’ils se sont dits: « on va leur faire plaisir, ils vont parler le dialecte québécois, on va respecter leur langue distincte ! ». Sauf que comme le dirait le Détracteur, c’est juste dommage qu’on dirait que c’est aux personnages idiots que la traduction « joualesque » s’est faite… ce qui est dommage.

Mais bon, le jeu est bon alors je pardonne ce genre de traduction. Néanmoins, j’ai un message pour Nintendo Canada:

Merci de vouloir offrir des produits vidéoludiques en français au Québec. C’est très apprécié et continuez de faire de même pour les consommateurs francophones qui méritent de jouer dans la langue qu’ils désirent. Cependant, vous n’êtez pas obligé d’ajouter du joual pour qu’on apprécie un jeu vidéo Nintendo en français. Une simple traduction en français international, sans argot parisien, nous suffirait amplement et éviterait de propager l’image de Québécois qui ne parlent qu’en joual… Ce qui est un peu cliché, avouez-le !

Alors, le prochain Mario qui risque de sortir en 2010-2011 ou le prochain Zelda sur Wii… français international, OK ? 😉 Merci.

Pas de « gamers » chez nous !

Petite nouvelle insolite et « presque » comique sous un certain angle, manière de compenser que le Bye Bye du Satellite prend une pause aujourd’hui pour des raisons exceptionnelles. Et bon, ça fera des vacances à ceux qui n’aiment pas mes petits sketches de fin d’année… 😉

Semble-t-il, en tout cas, que des employeurs demanderaient à leurs recruteurs de ne pas engager des amateurs de World of Warcraft car ils seraient moins productifs et seraient plus fatigués que d’autres. S’il est vrai qu’il y en a qui sont complètement dépendant à ce jeu de rôle  multijoueur joué en ligne (à ce sujet, l’épisode de South Park « Make Love, not Warcraft » est un bijou de parodie du jeu et surtout des accrocs du jeu). Sauf que la question qui m’est venue face à ce sujet c’est: comment on peut justifier une telle question à une entrevue pour un emploi ?

« Mon cher ami, je vois que vous avez expérience dans une compagnie fort connue, une maîtrise dans le sujet, etc. Mais dites-moi, jouez-vous à World of Warcraft ? »

Et puis, c’est pas un peu réducteur ? Comme si tous les joueurs de WoW (acronyme du jeu) étaient dépendants ! On revient finalement sur ce sujet-là, mais cette fois de façon négative…

P.S.: Non, je ne joue pas à ce jeu. Je n’aime pas vraiment les MMORPG bien que j’en aie déjà joué.

Une petite crosse signée Blizzard

À chaque fois que je fais un article plus « geek », ça m’énerve dans le sens que je me dis: pourquoi j’en parle ? Qui ça intéresse de toute façon ?

Mais bon, on est dimanche soir, il est relativement tard et je suis un peu fatigué. Donc, pas envie d’écrire tout de suite un dernier billet sur les élections. 😉 Non, c’est que j’étais sur le Net et je tombe sur un article qui m’a mis sur le derrière. Disons que comme moyen de faire cracher des « bidous » aux joueurs, les éditeurs deviennent de plus en plus « malins ». Un jeu très attendu sur les ordinateurs PC est la suite du jeu de stratégie StarCraft: StarCraft II (oui, je sais, un titre débordant d’originalité). Sauf qu’on a appris récemment que le jeu – toujours pas daté – serait divisé en 3 « stand alone » (jeux individuels) et que, donc, pour jouer les 3 races prévues au départ dans un seul jeu, il faudra débourser pour 3 !

Oui, bon, on me dira que sûrement que les jeux ne se vendront sûrement pas à 50$/chaque. Sauf que même si c’était 30$/chaque. Ça revient cher 90$ pour avoir l’entièreté de la chose, alors que plusieurs joueurs préféreraient une boîte à 50$, par exemple… Mais avec tout dedans !!! La raison invoquée par Blizzard: on ne veut pas trop retarder la mise en marché du jeu… C’est drôle, je pense que plusieurs vont attendre que éventuellement, les 3 soient sortis dans un coffret mis ensemble pour acheter le jeu, ce qui n’aurait pas été le cas s’ils n’avaient pas divisés le truc. Personnellement, je m’en fiche. Ce jeu ne m’intéresse pas. Sauf que ça me fait suer de voir des gros éditeurs – surtout Blizzard qui va plus que bien financièrement grâce au jeu multijoueur en ligne World of Warcraft, entre autres – essayer d’arnaquer ses vaches à lait.

En espérant juste que les vaches à lait retiennent le coup et fassent suer aussi l’arnaqueur… Disons que ça serait mon souhait sur ce dossier. Bon, allez, on va aller écouter un bon film ! 😉

Les boucs émissaires, encore et toujours

Le Point)

Image du tueur de Virginia Tech, ça fait froid dans le dos hein ? (Source de l'image: Le Point.fr)

C’est incroyable… Encore une fusillade cette semaine, cette fois à Toronto. Sans dire que ça se produit souvent, il faut admettre qu’il y en a à un rythme assez effarant depuis Columbine en 1999. Évidemment pas aussi grosse que dans la polyvalente du Colorado ou à Montréal en 2006 ou, 7 mois plus tard, en avril 2007 à Virginia Tech. Surtout que cette fois, il semble que ça se soit fait dehors surtout. Mais bon, c’était quand même dans un secteur scolaire. À l’époque, en avril 2007, j’avais écrit un texte intitulé « Les boucs émissaires » pour le Sans-Papier. Un texte qui avait d’ailleurs suscité quelques réactions. Je me permets donc puisqu’à chaque fois, ça me met la gueule à terre ce genre d’événements de reprendre le texte publié à cette adresse et de le mettre exceptionnellement ici. Pour ceux qui diront que je suis paresseux, tant pis pour eux, ça ne m’empêchera pas de le faire. 😛 Allez, ça commençait comme ceci:

Les mois se suivent et parfois se ressemblent. Il y a sept mois environ, on parlait d’une fusillade à Montréal et là, ces dernières heures, on parle d’une tuerie en Virginie. Même continent, le problème ne s’est que déplacé vers le sud. Pire, on a battu un record et on parle, peut-être, d’une des pires bourdes policières depuis un bail. Bref, tout pour que l’événement amène à jaser. Le nom du tueur, un sud-coréen d’origine au nom dont je n’arrive même pas à prononcer, est sorti ainsi que des détails sur son état dépressif, sur sa note misanthrope, etc. Et ça n’a pris que quelques heures pour que les classiques jeux vidéos, musique, Internet et médias soient ciblés comme responsable de cette tragédie. Vous savez, la grosse accusation, avec le doigt tendu et tremblant pour signaler qu’il ne fallait qu’un autre événement du genre pour que ces experts ressortent leur fiel sur la culture populaire de « nos jeunes ».

Bref, si on comprend bien, au-delà du jeune psychopathe (on peut parler de psychopathie quand un individu tue avec la froideur décrite par les survivants), les vrais coupables sont les médias. Hé bien voilà! C’est simple finalement. On a le coupable, arrêtez-le! C’est incroyable comment, dans les dernières années, on a pris les médias comme bouc émissaire. Les jeunes sont trop sexués : c’est la faute à Internet et aux magazines qui montrent des pubs trop osées. Il y a trop de violence dans les écoles : c’est la faute aux films violents et aux jeux vidéos. Il y a des jeunes qui commencent à fumer : on voit trop de fumeurs dans les émissions de télé et dans les films. Wow! Si on se fie à ces analyses, c’est surprenant qu’Internet, la télévision, les magazines, le cinéma et la radio ne soient pas illégaux. Mais est-ce que la corrélation n’est pas simpliste au maximum?

Oui, c’est vrai que les médias ont une certaine influence sur nous. On l’a abordé le mois passé avec les campagnes publicitaires et l’image d’un politicien qui influencent le vote. Mais attention! J’ai bien dit une CERTAINE influence. Parce que c’est très facile de prendre la discographie d’un tueur comme ceux de Columbine et dire : « HA! HA! Famili… Euh, je veux dire, c’est Marilyn Manson qui les a influencés pour commettre le massacre! » Je m’excuse, mais qui leur a mis un fusil dans les mains à ces jeunes? Marilyn Manson? Je ne pense pas. Peut-être qu’effectivement, juste avant le massacre, pour se pomper, ils ont écouté une dernière fois une chanson du chanteur, mais l’influence s’arrête là. Et regardons le profil fait du tireur de Virginia Tech : il était solitaire, sur les antidépresseurs, il ne parlait à personne, etc. Sans vouloir accuser qui que ce soit, ne pensez-vous pas que tous ces indices auraient dû allumer les lumières de plusieurs? Quand on regarde le profil de plusieurs tireurs comme celui de Dawson, on voit une belle corrélation. Une vraie, cette fois.

Pourquoi ils attaquent des écoles? Ne comprenez vous pas qu’ils frappent les édifices qui leur rappelle des souvenirs douloureux? Je veux dire que quand pour toi l’école est une torture, que tous les étudiants t’ignorent ou te ridiculisent et que personne ne s’arrête pour te demander comment ça va, t’offrir de l’aide ou, tout simplement, discuter avec toi… Disons que ça sent la bombe à retardement. Avouons-le, à certains moments dans notre cheminement scolaire, on aurait voulu nous aussi nous venger de ceux qui nous faisaient du mal, qui nous harcelaient, etc. Pourtant, la plupart de nous ne l’avons pas fait parce que nous avions la chance d’avoir des parents ou des amis qui nous supportaient. Mais laissez un individu tout seul avec de la colère… Les résultats sont presque toujours funestes. Alors là, si, en plus, il ne consomme que des médias qui contiennent de la violence, ça peut aider à déclencher le tout. Bien sûr, ils ne veulent pas toujours se faire aider et on ne peut prévenir la folie, mais il y a tout de même des signes qu’il faudrait prendre en compte.

Je me rappelle d’une entrevue que l’auteur d’horreur Stephen King avait fait, je crois, au début des années 90. L’intervieweur lui avait demandé si le fait que ses romans soient adaptés au cinéma n’allait pas provoquer une vague de violence. Il avait répondu très calmement en racontant une anecdote. Dans l’année de la sortie du film Psychose (Psycho) d’Alfred Hitchcock, on avait accusé le film d’avoir influencé un homme à assassiner sa mère à coup de couteaux. Pourtant, comme le raconte King, quand on a commencé à s’intéresser à l’histoire personnelle de cet homme, on s’est rendu compte qu’il était déjà psychotique et que, oui, il avait vu le film d’Hitchcock… 60 fois! Forcément, ça finit par légèrement influencer le comportement. Comme dit alors l’auteur, il y avait déjà un terreau fertile pour y planter des idées macabres. Mon grand-père aime l’horticulture. Il ne nous a pas donné beaucoup de cours, mais il nous a dit cette évidence : « Les plantes ne pousseront pas dans une terre infertile. » Combien de millions de personnes ont acheté un disque de Marilyn Manson? Combien de millions vont sur Internet? Ou ont joué à des jeux comme Grand Theft Auto? Sont-ce tous des psychopathes pour autant? Non.

Bien sûr, on me sortira l’argument qu’on savait déjà cet état de fait, mais qu’on devrait cesser de banaliser la violence comme on le fait présentement. C’est vrai que nous sommes plus exposés à la violence qu’à d’autres époques puisque nous sommes dans un monde de communications, de médias rapides et qui affichent des images toujours plus chocs dans un désir de reflet de la réalité. Mais de là à dire qu’il s’agit d’un problème contemporain… J’ai des doutes. En fait, je crois que c’est un problème qui date de quelques années avant. Environ 5000 ans. Parce que, mes chers amis, si vous croyez que nos ancêtres étaient des pacifistes qui chantaient les louanges de la paix, l’amour et l’amitié… Hiiii! On n’a qu’à nommer les guerres du Moyen-Âge, la chasse aux sorcières, les guerres antiques, les invasions barbares, etc. Désolé, mais il y a une époque où des gens allaient régulièrement s’extasier en voyant des gens se faire mutiler par des gladiateurs ou dévorer par des fauves! Sans oublier les multiples joies d’assister à des crucifixions en direct, des flagellations publiques ou, mieux, à voir des gens mourir de faim et de soif en face de chez soi, prisonniers de cage accrochés à des arbres de la municipalité. Puis, que dire des conquêtes? Est-ce qu’on s’entend pour dire que les Espagnols, par exemple, n’ont pas salué les Aztèques avec des chansons d’amour et des fleurs? Ils les ont salués à coup d’arquebuses, de canons et de cavaliers prêts à dépecer de l’autochtone. Ces mêmes Aztèques qui faisaient de « pacifiques » sacrifices humains avec les peuples qu’ils conquéraient…

Bref, la violence est humaine. C’est navrant, mais c’est factuel. De plus, dans une société individualiste à l’extrême dans laquelle on se doit d’être le plus discret possible, où on réprime tous les sentiments, il n’est pas étonnant de voir que l’homme qu’on a tenté de civiliser, sans défouloir quelconque, se « rebelle » un tant soit peu. Et je dis l’homme parce que malheureusement ces tueries sanglantes n’ont été effectuées, pour l’instant, que par des hommes. Pourtant, les femmes aussi sont violentes, très violentes… mais d’une autre manière. Mais bon, ici, on ne fait pas un essai sur la violence plus que sur le réflexe automatique de pointer un bouc émissaire sans jamais chercher à creuser plus loin. C’est vrai que c’est facile d’accuser Internet, par exemple. Ça soulage : ça met un visage rapide sur la tragédie. Mais est-ce la bonne attitude? Peut-être, quand la douleur de l’échec de la civilisation est trop vive.

Or, quand le mal s’estompe, ne devrait-on pas traiter la blessure avec un désinfectant plutôt que de mettre un diachylon qui va se décoller rapidement? Je sais, le désinfectant chauffe et est douloureux. Au moins, il fonctionne réellement.

Alors, qu’en pensez-vous ? Évidemment, c’était un point de vue au niveau des médias que je trouvais que c’était facile de pointer du doigt alors que la responsabilité est plus globale. Puis, bon, le style n’était pas encore tout à fait à point, mais c’était quand même mieux que mes premiers articles de l’époque… Les événements de cette semaine n’ont peut-être pas tant de choses en commun mentionnées ci-haut. Mais un événement de la sorte rappelle qu’on parle peu des douleurs que certains peuvent vivre à l’école ou dans la société. Attention, ça ne justifie aucunement leurs gestes mais ça prouve qu’il y en a qui souffre… Bref, on s’en reparle dans les commentaires ? 😉