La culture de mort

Artiste: Casey Brown

Difficile de ne pas parler des propos de Monseigneur Ouellet qui viennent de rallumer le débat sur l’avortement. Déjà la question se pose: était-il vraiment éteint ? Il me semble que depuis que les Conservateurs sont au pouvoir avec Harper, on frôle le reniement de ce droit acquis depuis quelques décennies à peine.

Ce qui est amusant des fanatiques catholiques, c’est qu’ils ressortent toujours le même argument quand vient le temps de parler soit de l’avortement, des homosexuels, des féministes ou de la contraception:  « Ce sont tous des éléments qui participent à la culture de mort ambiante. »

La culture de mort ? Vraiment ? S’il est vrai que dans l’avortement, il y a une question de décès, pour le reste, j’ai du mal à comprendre cette fameuse « culture de mort » dont ils se servent si souvent comme argumentaire.

Et puis, bon, vous me direz que je ne suis qu’un pion, un participant de cette culture de la mort et donc mon opinion équivaut à une fiente de moineau, mais voici ce que je perçois.

Alors, on a une religion qui  :

  • A voulu exterminer une culture complète (musulman au temps des Croisades)
  • A assassiné des centaines de milliers « d’hérétiques » grâce à l’Inquisition (hérétiques en question = scientifiques, personnes d’autres croyances, libres penseurs, femmes célibataires)
  • A commis des meurtres en leur propre sein (amusez-vous à faire des recherches sur les papes assassinés)
  • Laisse mourir des millions de personnes du VIH en Afrique en leur conseillant de NE SURTOUT PAS PORTER DE CONDOM
  • Par leur position extrêmement violente contre l’avortement, obligent près de 68 000 femmes par année à avoir recours à des avortements clandestins qui vont les tuer et qui vont laisser des séquelles à des millions d’autres (d’ailleurs, Monseigneur Ouellet serait « content » d’apprendre que pour la plupart, elles avortent à cause d’un viol)
  • A plusieurs militants – particulièrement aux États-Unis et dans l’Ouest canadien – qui sont pour la peine de mort, le port d’armes à feu et pour les systèmes de santé privés qui laissent mourir ceux qui sont sans-le-sou
  • En brimant la sexualité de leurs prêtres, a fermé les yeux sur certains d’entre eux qui ont brisé la vie de centaine de milliers d’enfants

Mais non, ce sont les féministes, celles qui avortent et les homosexuels qui sont LA CAUSE de la culture de mort dans le monde. Ben ouais…

Ça me fait penser à un sketch de Kaamelott que j’adore. Ça se passe entre le Répurgateur (joué par Eli Semoun) et le roi Arthur (Alexandre Astier). Le Répurgateur, homme de Dieu dévoué s’il en est un, demande au roi de se confesser.  Évidemment, on parle d’un roi celte/breton élevé par les Romains alors les confessions catholiques, il ne s’y connaît pas trop. Donc, il demande un exemple de faute à confesser. Alors, le Répurgateur lui dit (je simplifie ici, ce n’est pas le texte mot à mot):

– Ben, par exemple, avez-vous déjà ôté la vie à quelqu’un ?

– Ben… ouais. Plusieurs, en fait.

(mal à l’aise) – Ah ouais, parce que ça, c’est super mal vu, c’est un péché suprême. Dans quel contexte, c’est arrivé ?

– Ben à la guerre !

(soulagé et en souriant) – Ah, mais ça, ça ne compte pas. C’est pas la même chose !

– Ah bon ?!

– Ah non, c’est correct. La guerre, là, on a droit le tuer. En plus, est-ce que c’était en lien avec la quête du Graal ?

– Ben oui, c’est toujours un peu lié…

– Alors là, c’est encore mieux ! Si c’est pour Dieu, vous pouvez buter, sans problèmes. Même que dans ces cas-là, vous pouvez les torturer autant que vous voulez. (Intéressé, presque sadique) D’ailleurs, dans ces hommes que vous avez butés, il y en avait qui suppliaient leur mère que vous leur rendiez grâce ?

– Je ne sais pas. Possible…

– Ah ouais, parce que j’aime bien quand ils couinent !

Ça représente tellement bien, même dans un contexte humoristique, ce qu’est l’Église: une entité hypocrite de part en part. D’un côté, elle joue la carte de la moralité, mais quand ça s’applique à ELLE – ah ben là ! – la moralité prend, tout d’un coup, un aspect d’une flexibilité étonnante.

Vive le deux poids, deux mesures j’imagine !

On vit vraiment à une époque formidable

Une époque où la mort de quelqu’un peut servir soit pour des petits pirates des temps modernes ou des éditeurs avides d’argent qui voient des millions de jeux vidéo s’écouler.

Non, vraiment, quelle belle société que nous avons ! La meilleure au monde ! Une société complètement obnibulée par le dieu Argent dans toute sa splendeur… Tout pour dégoûter en un beau samedi matin.

P.S.: Dans la deuxième nouvelle, on dit que ce fameux chanteur décédé était en accord avec ce jeu vidéo et tout. Dites-moi ce fameux « come back » qui finalement n’aura jamais eu lieu, c’était quoi ? Une grosse pompe à fric pour vider les poches des fanatiques qui ne voient plus clair quand il s’agissait de ce chanteur. Et le pire c’est que même décédé, la pompe à fric s’est mise en marche…

Indépendance, escalier roulant et autres sujets de prédilection

Tout d’abord, mes excuses. Je n’ai pas écrit de billet lundi et hier: le boulot m’a tenu fort occupé en rédaction/recherche. Et j’ai profité un peu de mon temps de libre pour me reposer après tout cela… et aller au cinéma, mais j’en parlerai plus tard.

Mais bon, en ce mois de mai mouvementé, ça bouge pas mal dans l’actualité.

Tout d’abord, parlons Patriotes… Lundi, c’était la journée des Patriotes et j’avoue que je n’ai pas blogué là-dessus… Ce n’est pas une question de mon affaiblissement face à la cause souverainiste (car on s’entend-tu que cette fête n’est clairement pas pour les fédéralistes qui, eux, continuent de fêter la Reine ?) ou quoique ce soit. Seulement voilà, y avait le boulot qui exigeait de mon temps premièrement et deuxièmement… Je vous avoue que je ne savais pas quoi dire. En fait, j’essaie de trouver le moyen de parler du sujet (la souveraineté) sans tomber dans les clichés et les arguments déjà entendus. Et je vous avoue que ce n’est pas facile. Il semble y avoir une telle morosité à l’égard de la souveraineté dans le Québec ambiant. Surtout avec un gouvernement libéral majoritaire jusqu’en 2012-2013, forcément, ça tue la flamme ambiante.

Deuxième sujet de discussion: la madame qui s’est fait donner un ticket pour ne pas avoir tenu les escaliers roulants dans le métro de Laval. Jamais j’aurais cru qu’un fait divers puisse retenir autant l’attention. Bon, ça aide quand un des blogueurs professionnels les plus populaires fait trois billets de blogue là-dessus et en parle dans sa chronique. Et là, ça se bat. Certains disent – comme ce chroniqueur populaire que c’est ridicule – d’autres disent que la loi c’est la loi… Personnellement, je trouve que le problème c’est qu’à voir la réaction de plusieurs, tout le monde semble surpris de l’existence de cette loi. Alors, c’est peut-être que ce n’est pas bien indiqué aussi qu’on peut se faire donner une amende pour ça. Je sais: nul n’est censé ignorer la loi. Sauf que, à croire les flics, c’est un crime presque digne d’un dossier criminel… Pourtant, ce n’est pas une loi en fait, mais un règlement. Pas la même chose.

En tout cas, une chose est sûre, prochaine fois que je prends le métro, je vais tenir ma rampe d’escalier en maudit, éviter qu’un policier zélé me file une amende salée.

Finalement, je voulais parler brièvement de ce rapport commandé par la Régie des Jeux du Québec qui a été tronqué de 61 pages sans l’accord d’un des auteurs… Coupant ainsi l’aspect trop éditorial et critique face aux machines de vidéo poker de Loto-Québec. Premièrement, je hurle: NON RESPECT DU DROIT D’AUTEUR ! C’est la liberté de l’organisme de ne pas être en accord avec le rapport, mais c’est interdit de le tronquer. Point à la ligne. Et puis, il y a quelque chose de malsain avec Loto-Québec et ses machines de vidéo poker: cette protection presque malsaine cache pratiquement le désir de la société d’État que les joueurs compulsifs continuent de remplir la caisse. Oh bien sûr, on se défendra: nous avons mis une ligne d’aide pour les joueurs compulsifs. Sauf qu’un joueur compulsif auquel on lui donne accès partout et sans problèmes à des vidéo pokers accompagnés de guichets automatiques, il n’appellera pas une ligne d’aide. Il va jouer. Et ça, ça fait plaisir quand Loto-Québec diffuse ses profits annuels…

Sur une note plus personnelle, ce proche dont je vous avais parlé qui a reçu un pronostic d’un an à vivre par son médecin généraliste a reçu des nouvelles plus encourageantes de son médecin spécialiste qui, lui, ne voit pas pourquoi ce proche ne pourrait pas vivre plusieurs années et vieillir avec cette maladie (s’il fait attention à lui).

Le billet du jour: Je ne sais pas si vous tombez parfois sur The View, l’avant-midi. Vous savez, ce qui a inspiré La Fosse aux lionnes, avec Whoopi Goldberg et quelques personnalités féminines qui commentent l’actualité et reçoivent aussi des personnalités. Il y a une blonde qui s’appelle Elisabeth Hasselbeck: une VRAIE républicaine. Son schéma de pensée est le suivant: tout ce qui est républicain est bien, tout ce qui est démocrate est mal. Aucune nuance. À Satruday Night Live, on se paie sa tête régulièrement pour sa pensée tout noir/tout blanc. Pour vous dire, elle défend le « waterboarding », cette magnifique technique de torture utilisé sur des terroristes. Or, comme le souligne Patrick Lagacé dans ce billet, l’équipe recevait l’ancien gouverneur du Minnesotta, Jesse Ventura, un gars qui a déjà été dans la Navy… Le gars est carrément contre et a quelque peu donné une volée intellectuelle à la blondasse. Et croyez-moi, c’est jouissif ! 😛 Ah pis tiens, je le mets ici !