Lettre au Papa Noël

…qui descendra du ciel avec des jouets par milliers.  Non, mais ho ! À défaut d’avoir 6 ans et de l’attendre impatiemment, aussi bien lui écrire directement et lui dire les affaires directement.

Cher Père Noël,

Comme tu vois, c’est bientôt l’heure de ton quart de travail. J’espère que tu es encore prêt à défoncer les limites de la physique et du temps pour perpétuer un mythe et surtout, défaire la santé financière de tous les papas et mamans du monde. M’enfin, passons. Tu sais que malgré tout ce que l’on pourrait te reprocher, j’aime bien ta figure rassurante… même si on ne l’a vu que dans des dessins ou des pubs de boisson gazeuse. Peu importe.

Ai-je été sage cette année ? Hum… Difficile à dire. D’un côté, oui, et d’un autre non. Il semble que j’aie été passablement gentil dans la vraie vie, mais que je me suis permis quelques vacheries sur le blogue. Je sais, c’est horrible, hein ? Mais tu me connais personnel: derrière ces mots durs se cache un coeur meurtri, n’est-ce pas ?

C’est pourquoi je crois qu’avec ta générosité, ton grand coeur et surtout la menace puissante que je puisse révéler ton imposture à une génération d’enfants au complet (ce qui t’annihilerait, soit dit en passant) que tu vas m’accorder mes quelques voeux de Noël. Bon, on s’entend que je sais que tu ne pourras me donner tout cela demain ou après-demain. En fait ce sont des voeux pour 2009.

Alors, à partir de Noël et de 2009,  je veux:

  • Travailler dans des environnements stimulants
  • Avoir quelques autres boulots à la pige en communication écrite  si possible
  • Apprendre à cesser d’angoisser et prendre les choses avec plus de sérénité comme certaines personnes m’ont démontré ce talent cette année
  • Faire attention à mon droit de parole car il m’est précieux (y a des pays où on crève pour parler alors…)
  • Être heureux, tout simplement.
  • Oh et pendant qu’on y est… Vous auriez pas un bel homme dans votre sac, le genre que j’aime ? D’ailleurs, faites attention à vous Père Noël ! Ça fait un bail que je n’ai pas été intime avec un bel homme et donc, votre présence, qui ma foi peut être délicieuse malgré votre âge plutôt avancé , pourrait m’émoustiller… Non, mais sans farces, Père Noël. Je sens que très bientôt, je vais être capable d’ouvrir mon coeur, de recevoir l’amour de quelqu’un d’autre dans ma vie. J’aimerais donc que vous vous arrangiez qu’avec votre « supposée magie », vous puissiez me faire rencontrer quelqu’un le moment venu. Sinon, je n’aurai pas le choix de faire appel à Harry Potter ou Gandalf: eux, leur magie fonctionne !

Par la même occasion, je ne serai pas totalement égoïste. Au contraire, je souhaiterais pour mes amis et collègues blogueurs et blogueuses qu’ils trouvent ce qu’ils désirent en cette fin d’année et le début d’une suivante. Qu’ils soient heureux avec eux-mêmes et leurs proches (parents, ami(e)s, conjoint(e)s, enfants, etc.). Ça serait déjà un monde meilleur si vous arriviez à le faire. Je vous souhaiterais bien la paix sur la Terre et la justice pour tous, mais vu que je vous demande cela depuis que j’ai 7 ans et qu’on voit que rien n’a changé, je resterai réaliste. De toute façon, je comprends aujourd’hui que vous ne pouvez changer la nature humaine – ce que j’étais incapable de comprendre étant petit.

Alors, voilà ! Ce n’était rien que ça ! Ben en fait, un gros rien, mais ce n’est qu’un rien tout de même ! 😉

En espérant que vous vous montriez à la hauteur de vos « compétences » d’être surnaturel,

Veuillez donc agréer, monsieur Noël, de mes sentiments les meilleurs,

Le Satellite Voyageur

P.S.: Vous aurez compris, Père Noël, que j’ai été un peu cynique avec vous uniquement pour que la blogosphère ne sache pas que je vous aime bien, que je n’aime Noël qu’à cause de vous et que je vous voue un culte presque malsain… Euh… Dites-moi pas que cette partie a été publiée sur le blogue ? Oups ! Malaise…

😉 Allez, sans farces, je vous laisse la section commentaires pour vos souhaits de Noël si vous en avez.

Parmi mes voeux, une pensée spéciale à mon ami qui a perdu sa mère cette année et à Blogue L’Éponge qui vient de perdre son grand-père

Publicités

Mon boycott personnel

Donnez du sang qu'ils disaient !

Tout le monde a un boycott personnel envers une entreprise ou un produit. Y en a qui boycottent Wal-Marde (avec raison), y en a qui boycottent Nestlé et moi j’essaie boycotter les produits Olymel (allô crosseur de l’industrie porcine) et surtout Héma-Québec. Hein ?! Héma-Québec vous allez dire ? Qu’est-ce qu’ils font de mal ? C’est une entreprise responsable et qui sauve des vies en faisant des collectes de sang.

Ouais, c’est vrai. Sauf que – et ça j’imagine que peu le savent – l’entreprise extraordinaire fait de la discrimination. En effet, alors qu’elle ne cesse de crier sur tous les toits qu’on manque de sang, que c’est important de donner, elle rejette du revers de la main 10% de la population sous prétexte de sécurité. En effet, en tant que homosexuel, mon sang n’est pas acceptable. Pourquoi ? Trop de risque de contamination avec le VIH. Parce qu’on sait bien sûr qu’il y a JUSTE les gais qui sont affectés par le VIH, voyons donc ! Tous les gais sont des irresponsables sexuellement et les hétéros sont responsables, c’est évident ! C’est pas parce que près de 50% des séropositifs qui sont hétérosexuels qu’on va changer la donne…

D’ailleurs, fait amusant: quand on leur dit que chez les hétérosexuels, il y a autant de risques de toutes sortes de maladies transmises par le sang, on nous prétend que « oui, mais on le teste ». Ah ok, parce que le sang des fifs on ne peut pas le tester ?

Certains me diront: oui, mais tu es pas obligé de dire que tu l’es. C’est vrai. Un de mes amis gais l’a déjà fait pour pouvoir donner du sang parce qu’il avait envie, lui, de sauver des vies et il savait qu’il était propre. On me dira également que ça ne s’applique pas aux homosexuels qui n’ont pas eu de relation sexuelle depuis plus d’un an ou 18 mois, je ne sais plus. OK. Donc, pour être un citoyen généreux, faut que j’arrête d’avoir une vie sexuelle ? Si la vie m’offre la chance d’avoir un amoureux, faudrait que je refuse sous prétexte de pouvoir donner du sang ?! Ben à cela, je dis de la marde ! Vous n’aurez pas de mon sang et c’est tout. D’ailleurs, depuis que je sais cette discrimination, je cesse de me culpabiliser quand je vois des annonces demandant de faire des dons de sang.

Hier, il y avait une collecte à – c’est le cas de le dire – 2 pas de chez nous. En passant devant, je leur ai fait un doigt d’honneur monumental (dans ma tête). De toute façon, pas comme si j’étais donneur universel… Mon sang n’est pas rare alors arrangez-vous avec vos troubles ! Quand vous aurez changé vos politiques, on s’en reparlera mais d’ici là, mangez un char de… boudin !

Mise à jour (20/10): Attention ! Je n’appelle PAS au boycott de l’organisme ! Je dénonce seulement une situation inexplicable pour une compagnie qui ne cesse de nous culpabiliser sur le don de sang et qui se permet de rejeter des donneurs. Pour ceux qui auraient compris le contraire, j’en suis fort désolé.

Les enfants et la P-R-E-S-S-I-O-N

Savez-vous ce que sont les compétitions de Spelling Bee ? Ce sont des compétitions, très populaires aux États-Unis et au Canada anglais, d’épellation. Les juges un mot à un compétiteur et il doit l’épeler sans fautes du premier coup. Ces compétitions chez les juniors sont plus qu’intenses et la pression sur eux est énorme. Pourquoi ? Beaucoup d’argent (35 000 $ liquide plus 5000 $ en prix divers). Le dernier gagnant a pratiqué pendant 7 ans ! Forcément, quand je vois ce genre de compétition, je me sens mal. Aussi mal que quand je vois la pression énorme mise sur les jeunes hockeyeurs ici: quand est-ce qu’on va laisser nos enfants être des enfants ? J’ai l’impression qu’on cherche de plus en plus à en faire de jeunes adultes à des âges qui n’ont aucun sens. On panique dès qu’il y a un léger retard dans le développement de l’enfant (alors qu’on sait que chaque enfant a des intelligences différentes (mathématiques, artistiques, cognitives, etc.) et qui se développent à un rythme différent), on veut qu’ils soient des champions dans tout ce qu’ils font et pas de place à l’erreur. Bref, autant c’est bien de les stimuler à devenir des citoyens allumés et dynamiques, est-ce qu’on en met pas un peu trop sur leur dos ? Je veux dire, il me semble que de mon temps, on s’ennuyait par moments et c’était correct. Nous meublions nos moments d’histoires inventées, de danses endiablées, d’amis imaginaires, peu importe ! Aujourd’hui, il faut que le planning soit surchargé de peur qu’ils s’ennuient quelques minutes… Définitivement, je crois que je ne serais pas un bon père. Autant je ferais des activités avec eux, autant je les laisserais parfois s’ennuyer, les laisser stimuler leur imagination. Mais je suppose que la DPJ me les enlèverait pour ça… Bref, c’était une pensée comme ça sur la parentalité. Voici une vidéo comique de la compétition de cette année où le gagnant n’est pas trop sûr du mot donné et, contrairement à d’habitude dans ce genre de compétition, tout le monde rit de la situation (et non du garçon):

Pauvre bonhomme ! Tant de stress ! En espérant au moins qu’il jouisse un peu de sa victoire et qu’il puisse continuer à vivre une vie d’enfant de 13 ans. Oh, il est 2 heures du matin et en faisant du « zapping », je me suis rappelé que c’était le téléthon Opération Enfant Soleil à TVA. Donnez généreusement si vous le pouvez.