Pourquoi on vous dit de ne pas croire aux promesses…

De mes promesses, jen ai accompli zéro ! - Jean Charest

"De mes promesses, j'en ai accompli zéro !" - Jean Charest

En effet, quand on regarde, le bilan Charest, beaucoup de gens avec peu de mémoire diront que « bof ! ce n’est pas si pire ! ». Sauf que Denis Lessard de la Presse nous rappelle aujourd’hui que les promesses de Charest en 2003 pour « redéfinir le Québec »… Ben on n’en voit pas encore la trace. Extrait plutôt révélateur de l’article :

Pour lui (Jean Charest), il était intolérable que le niveau de vie des Québécois soit au 52e rang sur les 60 États ou provinces de l’Amérique du Nord.

«C’est le prix payé pour des gouvernements qui ont manqué à leur devoir, à leur devoir de réviser périodiquement leurs façons de faire», soutenait-il, solennel.

Le programme électoral du PLQ, publié à l’automne 2002, promettait déjà de «hisser le Québec dans la première moitié des 60 États et provinces du nord du continent où le niveau de vie est le plus élevé d’ici 10 ans». «Il n’est pas acceptable que le niveau de vie des Québécois les place au 52e rang», martelait le document qui promettait de «Réinventer le Québec».

Cinq ans plus tard, le Québec est… au 53e rang, selon une étude récente de l’Institut économique de Montréal. Une autre étude sur l’investissement, publiée le printemps dernier par le gouvernement du Québec, le reléguait même au 55e rang, selon les données de 2006 !

Content de voir que quelqu’un se rend compte que le PLQ sous Charest a autant pratiqué l’immobilisme que les gouvernements précédents. Aussi, content de voir M. Lessard arrêter de s’acharner sur le PQ, surtout après son article peu pertinent sur la « fatigue » de Madame Marois.

Par la même occasion, mon collègue Anarcho s’intéresse à Jean Charest qui bloguerait… Non, pardon, c’est plutôt Jean Charestt et disons que son « bilan » nous rappelle que ça lève pas fort au PLQ. 😛 (Bravo au Petit Émerillon pour cette trouvaille comme me le rappelle Anarcho.)

De plus, j’aimerais souligner quelque chose. Pourquoi tout le monde capote avec la fameuse ligne « Un enfant, une place en garderie » du PQ ?  Car après la juge (ancienne juge) Ruffo chez les crétins militants adéquistes, y a le docteur Chicoine – par le biais de Richard Martineau – qui s’insurge.  Premièrement, arrêtez de capoter: c’est une promesse électorale ! Les chances que ça se produise sont de 0,05%. Et là, je suis généreux. Deuxièmement, je comprends le point des deux intervenants : « Il ne faut pas que la garderie devienne le lieu où on élève les enfants, où on les « garroche » selon notre bon vouloir comme certains le font. » Vrai. Or, ce que « promet » l’équipe Marois, c’est que vous savez ces parents qui DOIVENT travailler le jour et qui sont pratiquement obligés de réserver leur place à une garderie cinq ans… avant la naissance de l’enfant. Hé bien, pour ces parents, un gouvernement péquiste s’arrangerait pour que ce soit plus facile pour eux d’avoir une place sans courir dans tous les CPE en espérant en obtenir une (comme ce qui se passe avec les médecins de famille).

Oui, je suis tout à fait d’accord: ce n’est pas aux garderies d’élever les enfants et ceux qui jettent leurs enfants inutilement dans les CPE pour leurs caprices d’adultes sont des irresponsables dont on devrait songer sérieusement à retirer les droits parentaux. Sauf que la majorité des utilisateurs de CPE sont des gens qui en ont besoin et pour qui trouver une place, c’est un cauchemar. Alors, c’est si grave que ça leur miroiter l’idée que « PEUT-ÊTRE », ils pourraient avoir une place en garderie plus facilement ?

Publicités

L’école, pour vous, devrait être…

Selon mon sondage très scientifique de Lourd & Très Lourd, voici les résultats du sondage instauré mardi sur vos priorités dans le cursus scolaire:

  1. Le français avec 19% des voix.
  2. Les sciences humaines (histoire, géographie, etc.) avec 14% des voix
  3. Les arts en général avec 11%
  4. La technologie (informatique, robotique, etc.) à 10%
  5. L’économie, les autres langues (anglais, espagnol, etc.) et l’éducation physique à 9%
  6. Les sciences naturelles (incluant mathématiques, sciences physiques, etc.) et d’autres cours non mentionnés dans le sondage à 7 %
  7. Et finalement, la religion et/ou la morale à 6% des voix

Ouin, ben les parents catholiques en croisade (sic!) pour le retour du cours religieux dans les écoles seront déçus du résultat du cours de religion. 😉 Quant au français, ça semble être primordial. Une bonne chose – dommage que le Ministère en pense autrement. En fait, non, ils disent prioriser le français mais ils prêtent oreille (et déjà, c’est beaucoup trop de temps perdu) à quelques « crackpots » dans le ministère qui proposent d’arrêter de pénaliser les fautes de français dans d’autres cours que le français… Euh… C’est parce qu’une langue, ça s’applique dans tous les domaines. Désolé, mais pour moi, un jeune qui écrit « Jacke Kartier » ou lieu de « Jacques Cartier »… je ne sais pas, mais ça me prouve qu’il n’a que retenu le nom à l’oreille. Il n’a pas saisi la matière, il l’a apprise par coeur pour l’écrire comme ça se prononce.

En fait, j’aurais fait un long discours sur l’éducation au Québec, mais je l’ai déjà fait plus tôt sur ce blogue. Comme c’est un sujet vaste, je m’en tiendrai à ce qui a démarré cette idée de sondage (outre le fait que je n’avais pas de temps pour écrire un billet): c’est la colère des parents catholiques face au cours d’éthique et de culture religieuse. Eux, évidemment, souhaiteraient qu’on ramène le cours de religion catholique dans les écoles (et pourquoi pas les évêques tant qu’à y être…). Or, le débat est stérile: pour moi, aucune religion n’a sa place dans l’école. On peut brièvement aborder les croyances dans un cours d’histoire, par exemple, mais ça ne doit pas être enseigné comme une « matière exacte » à maîtriser. À la place, un bon cours de morale – non teinté de mythologies religieuses – ferait bien l’affaire sur les questions morales qui jalonneneront leurs vies.

À écouter ces parents – et leurs enfants brainwashés par « The Bible » – c’est comme si sans cours de religion, point de salut. Tout d’un coup, l’école devienne quasiment inutile. Bref, eux auraient répondu la réponse qui n’a eu que 6% dans le sondage… Sur cette question, je trouve que l’opinion de Richard Martineau est bonne (hé oui ! ça lui arrive des fois !).  Pour moi, l’école, c’est un lieu d’apprentissage, de stimulation intellectuelle. D’ailleurs, dans vos commentaires, on a souligné beaucoup que toutes ces matières sont importantes. Et ce n’est pas faux. Même que – si je devais réformer le système scolaire (encore !) – j’instaurerais ce que j’appellerais la politique de la connaissance globale. Je m’explique. Forcément, plus on avance dans le système scolaire, plus on se « spécialise ». C’est normal. Or, moi, je trouve ça imbécile de former des gens uniquement bon dans une matière et carrément occulter d’autres connaissances qui peuvent servir à un être humain. Ainsi, si j’établissais une politique comme celle ci-haut, la proposition serait la suivante: les élèves doivent prendre minimalement dans une session (donc, ça serait surtout une politique de Cégep et d’université) un cours non lié au domaine d’études. Exemple: un étudiant en administration à l’université serait obligé de prendre un cours dans la faculté des sciences humaines, naturelles, arts et lettres, etc. Bref, un cours non en lien avec sa formation pour lui faire ouvrir d’autres raisons. Attention ! Ici – et c’est là que ça serait plus intéressant – le cours serait au choix de l’élève. Par exemple, un élève de psychologie s’intéresse à un cours sur le cancer ou sur la littérature anglaise ? Parfait ! Un futur cardiologue s’intéresse à la comptabilité ou aux mythologies européennees ? Soit !

Bon, je sais que c’est utopique et que jamais ça ne se fera, mais il me semble qu’une politique du genre ouvrirait les horizons, obligeraient les élèves à se munir non seulement d’une expertise mais d’une connaissance globale et variée de ce monde. Il me semble que ça ferait une population plus curieuse, allumée, intéressée… et pas juste un intérêt pécunier ! M’enfin ! C’est mon côté idéaliste qui parle. Parce qu’avant qu’un gouvernement ait une idée du genre, faudrait qu’ils arrêtent de joueur les enfants d’école. Parfois, j’ai l’impression que l’Assemblée nationale est une grosse garderie qui nous coûte très cher – même si nos députés clament qu’ils sont peu payés pour le travail accompli. Travail accompli ? Si je me fie aux débuts des soi-disant « travaux » de l’Assemblée nationale cette semaine, ça ressemblait plus à du bitchage de cours d’école. Je vais dire comme Lagacé: ça ne vous tente pas de gouverner à la place ?

Hé ! J’ai bien aimé ça ce sondage ! Je pense que je vais faire un sondage différent par semaine, genre le week-end quand j’ai moins le temps de bloguer, et je pourrais commenter les résultats tous les vendredis, qu’est-ce que vous en dites ? Probablement aussi que je cocherais l’option pour que le billet du sondage reste le premier billet sur la page – afin qu’il ne se perde pas dans les méandres d’autres écrits après. En tout cas, prochain sondage en ligne en fin de semaine ! Merci WordPress pour le nouvel outil (ça sonne comme une mauvaise infopub) ! 😉