La petite brute quitte

Source: Le Devoir

Le défenseur du gouvernement, le bras droit de Jean Charest, le ô combien partisan Jacques Dupuis quitte le navire de la politique pour un monde plus honnête autre chose. On imagine un poste dans le privé quelque part où il fera un salaire dans les six chiffres (en plus de sa pension de ministre). Peu importe…

Reste que le Parti Libéral perd un gros morceau, son chien de garde qui défendait absolument tout – même des dossiers pratiquement indéfendables en termes d’éthique. Personnellement, je ne le regretterai pas. Comment dire, Jacques Dupuis, j’ai toujours trouvé que c’était la petite peste à l’Assemblée nationale. Si j’étais anglophone, j’utiliserais le terme plus exact de « bully ». Si vous avez moindrement assisté à certaines de ses interventions uniquement ce printemps, on pouvait voir le style de M. Dupuis qui se résumait à:

  • « Monsieur le Président, je veux que député(e) X retire ses paroles car ses propos sont anti-parlementaires! »
  • « J’inviterais député(e) X à dire ses propos hors de la chambre, qu’il (elle) assume les conséquences de ces accusations ! »
  • Tous propos visant à souligner la supposée grandiloquence de l’opération Marteau

Le tout sous un ton arrogant qui attire bien ce qu’on appelle une claque par chez nous. Liza Frulla me dirait, comme elle le disait si souvent au Club des Ex, que le ton de M. Dupuis était compréhensible: « Quand on est attaqué sur son intégrité… »

N’empêche que son ton belliqueux et sa manière virulente de défendre la supposée éthique du PLQ auront servir en quoi les intérêts du Québec ? Mise à part, de belles prises de becs dignes d’une maternelle, évidemment. Surtout qu’on a appris dernièrement qu’un certain Amir Khadir avait raison en ce qui a trait à l’usage de prête-noms par des firmes de génie-conseil (du moins, une est condamnée).

Son départ changera-t-il l’atmosphère à Québec ? Je reste sceptique. On parle quand même de Jean Charest ici. Le têtu en chef. Le « je ne veux rien voir » suprême. Néanmoins, avec un(e) second(e) moins enragé(e), on peut peut-être espérer que le niveau de la discussion passe de maternelle à deuxième année.

Par contre, on apprend que Jean-Marc Fournier va revenir. Il risque fortement de se faire réélire (Saint-Laurent étant un château fort libéral), ce qui n’est pas une bonne chose car Charest a promis que monsieur aurait des « responsabilités ». Or, je ne sais pas si vous vous rappelez mais monsieur Fournier, c’est celui qui a tergiversé pendant des mois afin de savoir si on allait revenir aux bulletins chiffrés… un grand signe de compétence.

Et pas que je veuille enculer des mouches, mais un détail m’a fait tiquer dans l’article de Radio-Canada. Il est écrit que:

M. Fournier était, depuis avril dernier, vice-président principal en planification stratégique de Socodec, une filiale de SNC-Lavalin.

Comprenons-nous bien: nous ne sommes pas pour interdire tout ceux qui ont travaillé ou travaillent pour des firmes de construction ou de génie-conseil au Québec. Mais dans le contexte actuel, vous ne trouvez pas que c’est déplacé ?

Alors, la petite peste part et du vieux stock vient pour le remplacer… C’est moi ou ça ne sonne pas très excitant pour un parti déjà moribond ?

Ouin, ben ça va mal dans le monde…

De retour, enfin (ou trop tôt selon les points de vue). J’ai pris congé d’aggrégateur pendant 5-6 jours et voilà t’y pas que j’apprends que deux blogueurs disparaissent de la carte: Noisette sociale et Lutopium.

Pour Noisette, j’avais malheureusement des doutes étant au courant des derniers développements assez poches merci qui se sont passés. Pour le merdeux « anonyme » qui a eu sa tête, j’espère qu’il a vécu son petit « trip power », il va pouvoir retourner à sa vie de (censuré pour cause de « bitchage »). Dans le cas de Lutopium, par contre, c’est l’appel du militantisme qui est en cause. Alors, je lui souhaite bonne chance dans ces projets. Sincèrement. 🙂

Sinon, ah oui,  Ahmadinejad a été remis au pouvoir… probablement d’ailleurs grâce à la technique Duplessis (on met des beaux « goons » dans les bureaux de vote au cas où certains oublieraient de voter du bon bord). Les tensions Iran-Occident ne feront donc que s’accentuer dans les prochains mois…

Oh formidable aussi d’hypocrise cette affaire de la FTQ qui veut, via son Fonds de solidarité, aider PKP à acheter le Canadien pour une convergence à son meilleur… Je ne sais pas pourquoi, mais il y a comme des « lock-outés » -membres de la FTQ – qui ne le prennent pas. Mais vraiment pas. Très hypocrite en tout cas d’un syndicat qui dénonçait haut et fort les manières de faire de Quebecor de pactiser avec l’ennemi pour faire quelques bidous… C’est du cynisme à l’état pur, mes amis. Ces jours-ci, si le cynisme était coté en Bourse, il vaudrait cher tellement il en pleut !

Côté personnel, je reprends du poil de la bête, fatigue mentale s’estompant graduellement. Cependant, mon ami le Chibougameux n’est plus… car il est revenu de Chibougamau après un an. 😉 Ça fait partie des bonnes nouvelles de mon côté.

Bon sur ce je vais revenir tranquillement au blogue, même si je suis encore secoué de la perte de deux blogueurs… Cependant, est-ce que je peux vous faire confiance pour éviter des guerres de blogueurs ici, s’il vous plaît ? Que j’aie pas à faire un dictateur de moi-même encore une fois ? Est-ce que ça peut être civilisé s’il y a des commentaires ? Non, mais c’est qu’avec tout ce que j’ai entendu dans les dernières semaines, je me demande si ça se peut encore jaser sans se tomber dessus…

Cohérence

Ah que c’est beau de voir un organisme aussi important que l’OMS dire une chose une journée, et dire le contraire le lendemain !

Vraiment, ce sont les producteurs de porc qui les remercie du fond du coeur.

Rien d’autre à ajouter là-dessus.

Le billet du jour: Richard Therrien m’a fait un énorme plaisir aujourd’hui en annonçant qu’André Arthur disparaîtrait de nos ondes télévisuelles à la fin août. Bon, vous allez me dire que Mario Dumont sera en ondes sur à TQS, mais entre les deux, je préfère 100x plus Dumont. Ce qui est amusant, c’est qu’Arthur blâme TVA pour l’échec de son émission. C’est drôle, hein ? C’est impossible que ce soit peut-être parce que c’était une émission de radio à la télé (comme la défunte M.Showbizz), parce qu’à part une certaine tranche de la population de la ville de Québec ailleurs ça ne fonctionnait pas… Et je me permets un autre commentaire sur le commentateur. Pour un gars qui se dit « indépendant des partis politiques », vous ne trouvez pas qu’il a beaucoup d’amis conservateurs et que la majorité de ses votes à la Chambre des Communes c’est pour lécher le derrière de ce même parti ? Au point que je me demande, comment se fait-il qu’il n’est pas chez les Conservateurs alors ? Ah, peut-être parce que jamais le parti n’aurait permis qu’un de ses députés aient trois jobs en même temps…

Rrrou rrrou, elle est partie !

Bon ben la prochaine saison de 3600 secondes d’extase devra se passer d’imitations de la roucoulante ministre des Finances… 😉 Mais bof, comment dire, on s’y attendait et franchement quand on voit toute la m… qui lui est tombée dessus (avec raison) dans les derniers mois, elle aurait peut-être dû quitter le PLQ avant les élections de décembre dernier.

Goodbye Bush

Bon, je sais, aujourd’hui c’est LA journée d’Obama. Pas besoin de nous le rappeler, c’est mur à mur dans nos médias. Néanmoins, un « grand » (grand = important, malgré ses conneries) nous quitte pour de jours meilleurs où les seuls qu’il pourra terroriser seront les créatures du désert au Texas. En fait, j’écoutais récemment Viva la Vida de Coldplay et les paroles s’appliquaient tellement à Georges Bush que ça en était terrifiant…

En fait, pour toi Georgie Boy et pour vous, je vous offre simplement cette chanson que – je suis désolé mais ça pourrait être Bush qui chante ça maintenant que son « règne » est fini. Je vous offre également les paroles avec une petite traduction française approximative pour ceux dont l’anglais se restreint à « yes », « no », « toaster »… 😉

I used to rule the world (J’ai déjà régné sur le monde)
Seas would rise when I gave the word (Les mers se gonflaient sous mes ordres)
Now in the morning I sleep alone (Maintenant le matin, je dors seul)
Sweep the streets I used to own (Balayant les rues que je possédais)

I used to roll the dice (Avant j’étais le gambler)
Feel the fear in my enemy’s eyes (Dans les yeux de mes ennemis régnait la terreur)
Listen as the crowd would sing (Écouter la foule scander)
« Now the old king is dead! Long live the king! » (« Le vieux roi est mort ! Vive le roi ! »)

One minute I held the key (Une minute je détenais la clé)
Next the walls were closed on me (L’autre d’après j’étais enfermé)
And I discovered that my castles stand (Et j’ai découvert que mes châteaux ne tenaient)
Upon pillars of salt and pillars of sand (Que sur des pilliers de sable et de sel)

Les pilliers de sable noir en question...

Les pilliers de sable noir en question...

I hear Jerusalem bells a ringing (J’entends les cloches de Jérusalem sonner)
Roman Cavalry choirs are singing (Les choeurs de cavalrie romaine chanter)
Be my mirror, my sword and shield (Soit mon miroir, mon glaive, mon bouclier)
My missionaries in a foreign field (Mes missionnaires sont en pays étranger)

Les missionnaires de Bush en Irak

Les "missionnaires" de Bush en Irak

For some reason I can’t explain (Pour des raisons que je n’explique pas)
Once you go there was never (Lorsque tu deviens roi, il n’y a jamais)
Never an honest word (Jamais un mot honnête)
And that was when I ruled the world (Et c’était quand je régnais sur le monde)

It was the wicked and wild wind (Ce fut le vent sauvage et cruel)
Blew down the doors to let me in (Qui défonça les portes pour me révéler)
Shattered windows and the sound of drums (Des fenêtres en morceaux et le son des tambours)
People couldn’t believe what I’d become (Le peuple ne pouvait croire ce que j’étais devenu)

Revolutionaries wait (Les révolutionnaires attendent)
For my head on a silver plate (Pour ma tête sur un plateau d’argent)
Just a puppet on a lonely string (Juste une marionnette qui tient par un fil)
Oh who would ever want to be king? (Oh qui voudrait devenir un roi ?)
I hear Jerusalem bells a ringing (J’entends les cloches de Jérusalem sonner)
Roman Cavalry choirs are singing (Les choeurs de cavalrie romaine chanter)
Be my mirror, my sword and shield (Soit mon miroir, mon glaive, mon bouclier)
My missionaries in a foreign field (Mes missionnaires sont en pays étranger)

For some reason I can’t explain (Pour une raison que je n’explique pas)
I know Saint Peter won’t call my name (Je sais que St-Pierre ne m’appellera pas)
Never an honest word (Jamais un mot honnête)
But that was when I ruled the world (Mais c’était quand je régnais sur le monde)

Bye Bush, on te rend le même respect que tu as eu envers le reste du monde...

Bye Bush, on te rend le même respect que tu as eu envers le reste du monde...

Mon côté « Mère Thérésa »

Y a un côté de moi que je hais dans le sens que je ne peux m’en empêcher… Hier soir, je reviens d’une soirée entre amis et je regarde dans mon agrégateur les nouveaux billets que ma Communauté a pondu. Puis, j’y vois un texte bouleversant de Marie-France alias MFL alias l’auteure de Regardez la musique qui annonce qu’elle met fin au blogue. Ou du moins pour une période de temps indéterminée, elle n’écrira plus… Mais ce n’est pas ça le plus marquant pour moi, c’est surtout la raison: une peine immense non expliquée (ce qui est tout à fait dans son droit le plus strict).

Sauf que j’ai un côté Mère Thérésa, j’hais sentir que je ne peux rien faire face à une situation émotive (ou un événement triste) chez quelqu’un. Ça me tue à chaque fois. Si je connaissais moindrement plus cette gentille blogueuse, je me précipiterais sur le téléphone et j’essaierais de savoir ce qui ne va pas. Non pas que j’aie bien des solutions aux problèmes (pas vraiment, en fait, mes amis peuvent témoigner), mais j’ai énormément d’écoute et d’empathie et je me dis qu’une oreille en temps de crise, c’est déjà ça de gagné. Moi, quand ça va mal, avoir une oreille extérieure qui m’écoute est un luxe qui me fait du bien…

Sauf que je ne connais pas assez la blogueuse, que c’est personnel et que c’est probablement le genre de peine qu’elle doit vivre avec elle-même… J’espère juste de tout coeur qu’elle s’en sortira, qu’elle ira mieux et que – on peut toujours espérer – elle revienne dans la blogosphère. Néanmoins, je ne retire pas son blogue de ma liste. Il y a de magnifiques textes fort poétiques sur son blogue et je veux qu’ils restent accessibles à tous.

À tous ceux qui ont mal aujourd’hui, une pensée pour vous de la part d’une Mère Thérésa masculine… 😛

J’ai le blues de vous

Passé une super soirée avec copains hier, l’appartement de mon ami était super agréable et on a eu beaucoup de plaisir. Ceci dit, je ne sais pas ce qui se passe chez moi, mais j’ai comme un coup de cafard qui vient de me prendre. Peut-être est-ce à cause du Chibougameux qui retourne demain chez lui continuer à s’installer et à vivre à 10 heures de route ou la slush Won Ton (slush à saveur de thé glacé en fait) d’une compagnie de dépanneurs qui m’est tombé sur le coeur (elle est pas super, pour ceux qui auraient envie de l’essayer) ? Bref, j’ai un peu les blues… au point même que je me suis amusé à parodier une chanson classique du répertoire québécois (la chanson mélancolique par excellence) dans mon commentaire quotidien sur la planche de Molécule ! Ça arrive… Je vais me changer les idées avec un peu en écoutant la radio.

Annonceur: Et on va écouter à l’instant, un classique de Joe Dassin, Si tu t’appelles mélancolie…

shit !

😉