La petite brute quitte

Source: Le Devoir

Le défenseur du gouvernement, le bras droit de Jean Charest, le ô combien partisan Jacques Dupuis quitte le navire de la politique pour un monde plus honnête autre chose. On imagine un poste dans le privé quelque part où il fera un salaire dans les six chiffres (en plus de sa pension de ministre). Peu importe…

Reste que le Parti Libéral perd un gros morceau, son chien de garde qui défendait absolument tout – même des dossiers pratiquement indéfendables en termes d’éthique. Personnellement, je ne le regretterai pas. Comment dire, Jacques Dupuis, j’ai toujours trouvé que c’était la petite peste à l’Assemblée nationale. Si j’étais anglophone, j’utiliserais le terme plus exact de « bully ». Si vous avez moindrement assisté à certaines de ses interventions uniquement ce printemps, on pouvait voir le style de M. Dupuis qui se résumait à:

  • « Monsieur le Président, je veux que député(e) X retire ses paroles car ses propos sont anti-parlementaires! »
  • « J’inviterais député(e) X à dire ses propos hors de la chambre, qu’il (elle) assume les conséquences de ces accusations ! »
  • Tous propos visant à souligner la supposée grandiloquence de l’opération Marteau

Le tout sous un ton arrogant qui attire bien ce qu’on appelle une claque par chez nous. Liza Frulla me dirait, comme elle le disait si souvent au Club des Ex, que le ton de M. Dupuis était compréhensible: « Quand on est attaqué sur son intégrité… »

N’empêche que son ton belliqueux et sa manière virulente de défendre la supposée éthique du PLQ auront servir en quoi les intérêts du Québec ? Mise à part, de belles prises de becs dignes d’une maternelle, évidemment. Surtout qu’on a appris dernièrement qu’un certain Amir Khadir avait raison en ce qui a trait à l’usage de prête-noms par des firmes de génie-conseil (du moins, une est condamnée).

Son départ changera-t-il l’atmosphère à Québec ? Je reste sceptique. On parle quand même de Jean Charest ici. Le têtu en chef. Le « je ne veux rien voir » suprême. Néanmoins, avec un(e) second(e) moins enragé(e), on peut peut-être espérer que le niveau de la discussion passe de maternelle à deuxième année.

Par contre, on apprend que Jean-Marc Fournier va revenir. Il risque fortement de se faire réélire (Saint-Laurent étant un château fort libéral), ce qui n’est pas une bonne chose car Charest a promis que monsieur aurait des « responsabilités ». Or, je ne sais pas si vous vous rappelez mais monsieur Fournier, c’est celui qui a tergiversé pendant des mois afin de savoir si on allait revenir aux bulletins chiffrés… un grand signe de compétence.

Et pas que je veuille enculer des mouches, mais un détail m’a fait tiquer dans l’article de Radio-Canada. Il est écrit que:

M. Fournier était, depuis avril dernier, vice-président principal en planification stratégique de Socodec, une filiale de SNC-Lavalin.

Comprenons-nous bien: nous ne sommes pas pour interdire tout ceux qui ont travaillé ou travaillent pour des firmes de construction ou de génie-conseil au Québec. Mais dans le contexte actuel, vous ne trouvez pas que c’est déplacé ?

Alors, la petite peste part et du vieux stock vient pour le remplacer… C’est moi ou ça ne sonne pas très excitant pour un parti déjà moribond ?

Publicités

Ça peut être décevant, mais…

Bon, il est 23h00 et on peut confirmer que les résultats de l’élection confirme que les libéraux seront majoritaires.

Bon, je sais, c’est décevant… 4 autres années, voire 5 (je crois pas qu’il y aura d’élections avant 2013) de Libéraux et surtout de Charest. Mais bon, ceux qui ont voté auront alors d’excellentes occasions de chialer.

Et puis, malgré que moi aussi je suis très mal à l’aise avec l’aspect de discrimination positive envers les femmes comme Louis-Philippe l’a déjà dit, je trouve ça drôle que Québec Solidaire réussisse à élire un député… un homme. LOL 😛 Excusez, mais avouez que l’ironie est bonne pareille !

Autre sujet de réjouissance, la claque solide de l’ADQ qui a reçu de plein fouet la vague qui l’avait porté étrangement à l’opposition officielle en 2007… Néanmoins, je ne pensais pas que cette image que j’ai fait rapidement un soir serait prémonitoire
anti-dumont

Mais là, je suis un peu trisse… Sur quel crétin populiste je vais m’attaquer maintenant ? Mon beau-père m’a dit que c’est sa femme qui prendrait le flambeau, qu’elle gagnerait plein de votes auprès des mères de famille de la classe moyenne. J’en doute. Parce que même si elle a de la gueule, les idées de l’ADQ restent des idées de droite complètement déconnectées – même pas des BONNES idées de droite (car on pourrait – comme le propose Jean-François Lisée – prendre des idées de droite et les recycler à la sauce sociale-démocrate) ! Mais bon, je n’ai pas peur pour Dumont. Il pourra facilement se recycler dans le Conseil du Patronat ou comme animateur polémiste de lignes ouvertes. 😉

Et puis, bon, même si je continuerai toujours à mépriser le politicien, j’ai quand même été touché par l’homme brisé ce soir. Le gars qui a vu son parti réduit en lambeaux partout au Québec n’avait pratiquement pas le choix. Comment justifier sa place comme chef quand, alors que le parti goûtait presque au pouvoir, il est retombé aussi bas qu’à une époque pas si lointaine ?

Puis, finalement, le taux de participation serait de 56,5%… 56,5% ?!!! Calvaire ! Ça, ça veut dire qu’il y a à peu près 2 millions de lâches au Québec ? D’ailleurs, t’as Lagacé qui a dit: moi, j’ai pas voté car aucun m’attirait. Moi, non plus, Lagacé mais j’ai voté parce que je voulais avoir le droit de critiquer. Un droit qu’on devrait peut-être enlever au chroniqueur de la Presse. Ou disons qu’il n’a pas un mot à dire pour les prochaines années en termes de politique provinciale… Dire qu’une annulation de vote aurait été rapide à faire.  Mais bon, je vais arrêter, ça me met trop en tabar… Et puis, je sais que ça ne donne rien, il va continuer pareil.

Et puis bon, on pourra rejaser élections provinciales dans 4-5 ans, non ? 😉 Et ça va faire du bien au Québec, une petite période sans élections (même si j’aurais préféré que ça ne soit pas Charest au pouvoir pour cette période).

Finalement, Dominique part

C’est confirmé, Dominique Poirier quitte Radio-Canada. Bon, on le sentait venir avec le fait que son émission de RDI ne revenait pas en septembre. Sauf que, bon, on espérait que peut-être elle aurait un autre poste à RDI. Tant pis. Quand même, la femme a fait un bon travail particulièrement, je trouve, dans les travaux de la Commission Bouchard-Taylor à RDI où son émission était de bon goût.

Marc Labrèche peut ressusciter

Radio-Canada (source)

On savait qu’il était drôle, bon acteur et formidablement cabotin. Mais on ne savais pas qu’il avait les capacités de ressusciter. En effet, son show 3600 secondes d’extase qui est passé sous le radar cet hiver va revenir l’automne prochain. HEIN ?! Dis-je avec stupeur. Je veux dire, j’ai suivi toutes les émissions car ça m’intriguait et j’étais trouvé ça par moments très drôle. Mais une chance qu’on pouvait écouter l’émission au complet du samedi soir à jeudi minuit sur le site Internet. Parce qu’il y a bien des fois où je l’ai manqué: une émission qui passe à 19h le samedi soir… Euh, allô ? Le monde sort souvent ce soir-là ! Et là, ils veulent remettre l’émission à la même case horaire selon Hugo Dumas de la Presse. Euh… Est-ce que Mario Clément n’aurait pas compris que ça n’a pas été très « payant » de placer ça là ? (En fait, il n’a peut-être pas pris la décision puisqu’il vient de démissionner !)  En tout cas, en espérant qu’il y ait un changement de case horaire ou que les gens assistent plus à l’émission.

Extrait de la première émission