Noisette déménage ses pénates

En effet, la blogueuse Noisette sociale de ma Communauté du Blog déménage vers son propre .com. Regardez-la se pavaner avec son noisettesociale.com ! 😉 Sans farces, le site est très joli et semble remplir notre Noisette sociale de bonheur et d’allégresse ! 😀 Alors, on change nos liens d’agrégateurs et de favoris Internet… Quant à moi, je vais changer le lien dans la Communauté du Blog.

Publicités

Est-ce un oiseau ? Est-ce un avion ? Non, c’est le Chibougameux !

Hé voilà un Satellite tout heureux qui va retrouver l’espace d’une soirée son ami le Chibougameux qui passe dans la région ramasser quelques trucs et venir nous voir. Ce qui va nous permettre de voir aussi notre ami commun, alias l’homme qui commanda chez Virgin, qui se retrouve en appartement (pas terriblement loin de chez moi d’ailleurs 🙂 ). Ça va enfin me donner l’occasion de revoir mes amis proches qui, comment dire, étaient plutôt occupés par les temps qui courent avec tous ces déménagements et installations ? Alors, le calme va tranquillement revenir alors que les dernières boîtes se défont. 😉 Bref, tout ça pour dire que j’ai hâte et on devrait passer une bonne soirée ! 🙂

L’option « brun sous-sol de chalet »

Québec Hebdo (source)

Caricature de Métyvié pour le Québec Hebdo

Bonne fête du déménagement !! En espérant que vous ne vous blessiez pas pendant le transport de vos boîtes et meubles divers et que la pizza soit bonne ! Hein ? Quoi ? Il y a une autre fête aujourd’hui ? C’est quoi ? La Fête du Ca… quoi ? De la Confé… quoi ? Non, vraiment, je ne connais pas cette fête, je l’ai jamais fêtée !

Non, sérieusement, j’avais promis que je parlerais de la Fête du Canada un peu. Mon avis sur la question en quelque sorte. En fait, autant ne suis-je pas le plus grand et le plus acharné des souverainistes (à la grande déception de plusieurs) car je pose des questions et que je ne suis pas du genre « fonçons dans le projet, tête baissée, sans régler des points avant et se préparer à des éventualités » (désolé, je suis un pragmatique), autant je ne peux pas supporter les louanges du fédéralisme canadien comme le « meilleur système fédéral au monde ». Premièrement, meilleur système fédéral au monde ? MOUHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA Quand tu dis que même les États-Unis et la Russie ont un système fédéral plus adapté que le nôtre, c’est triste (surtout que leurs systèmes ne marchent pas bien non plus…). Je veux dire qu’un des gros problèmes du fédéralisme en général c’est qu’il est beaucoup trop centralisateur: la majorité des pouvoirs se retrouvent dans les mains d’un seul palier de gouvernement et les autres paliers se distribuent les petits pouvoirs sans importance qui reste. Déjà, ça donne une idée de comment les systèmes fédéraux sont « égalitaires »… Deuxièmement, il ne faut pas y voir de ma part une haine envers le ROC comme dise bien du monde (Rest of Canada). Non, c’est du bon monde pour la plupart, le pays est vaste et beau et si ce n’était de la montée du conservatisme ambiant, je dirais même que c’est un pays « hippie », ouvert et qui détonne avec la puissance mondiale qui est son voisin : le États-Unis. Donc, je n’embarque pas dans ces mouvements de « on haït le reste du Canada, leur culture, leur peuple, etc. » Non. Je hais les anglophones qui restent ici, veulent vivre en anglais, nous méprise et nous accuse de nazis alors qu’ils n’ont qu’à faire quelques heures de voiture avec leurs affaires et vivre en Ontario pour avoir la paix ! Eux, je rêverais que le ministère de la Faune et de la Chasse nous donne le droit de leur faire la chasse. Sauf que, malgré tout ça, quand j’entends des fous du fédéralisme (voir Denis Coderre, Stephen Harper, Stéphane Dion, etc.) venir nous dire que le Québec a tant de choses en communs avec le ROC, je capote un peu.

Qu’est-ce qui nous relie maintenant ? Avant, on pouvait dire au moins qu’on était unis face à l’Amérique de Bush, mais depuis, nous (car j’inclus le Québec) avons donné le pouvoir à un licheux de bottes à sa majesté George W. Pour le reste on a rien qui nous relie: ni culturellement, ni politiquement, ni socialement, RIEN ! Je veux dire, pas pour rien qu’on appelle ça les deux solitudes. D’ailleurs, je ne comprends pas l’obstination du ROC à nous garder au Canada: ça leur apporte quoi ? Et ils vont perdre quoi en nous laissant aller ? Pas grand chose… Puis, rien nous empêche, une fois séparés, d’être justement de bons voisins et faire la surveillance du pays d’en bas. On dirait, quand je regarde l’attitude canadienne envers le Québec, un mari qui déteste sa femme: il ne la supporte pas, il ne la touche pas, il ne lui fait plus l’amour, il s’amuse à l’injurier, lui crache même dessus de temps en temps… C’est la réciproque chez l’épouse aussi. Puis, la femme se tanne de cette situation et lui dit: « Regarde, on ne s’aime pas d’amour et on se fait du mal mutuellement. Il serait peut-être mieux qu’on se sépare ! » Et là, tout d’un coup, le mari se met à ses genoux, pleure et supplie la femme de rester parce qu’il l’aime dans le fond. Je veux dire c’est quoi l’intérêt de rester dans ce couple malsain ? Les deux se font du mal !!!

Récemment, Joseph Facal et André Pratte sortaient un livre où ils débattaient de la vision fédéraliste et souverainiste. Il paraît qu’il est très intéressant, d’ailleurs, le livre. Moi, j’adore : je trouve ça sain qu’on puisse avoir des discussions viriles et profondes – sans finir par juste se traiter de  » sale fédéralisse » et de « petit con de séparatisse » – sur un sujet aussi important. J’admire aussi Liza Frulla et Louise Beaudoin qui, bien qu’elles ont des vues totalement différentes sur l’avenir du Québec, arrivent à être amies. C’est remarquable que deux anciennes députés soient capables de le faire alors que la population en général n’y arrive pas ! J’avais écouté aussi à l’époque un bref extrait de l’entrevue de Tout le monde en parle avec Facal et Pratte à la sortie du livre des deux hommes. Sauf que, n’en déplaise à monsieur Pratte, il défend malheureusement une option « brun sous-sol de chalet »: je veux dire que c’est plate, c’est le statut quo, c’est à la limite du laid, ce n’est pas exaltant disons ! Entre ça et un discours genre à la Facal où il nous parle de la fierté, de notre identité, que la souveraineté ferait qu’on se prendrait enfin en mains… On s’entend alors que le discours de Pratte est alors plus « flat » que de l’eau du robinet qui aurait passé deux jours complets sur le bord d’une fenêtre au soleil tapant. Mais il a le droit de penser ça, comme j’ai le droit de penser que son option « brun sous-sol de chalet » n’est pas progressiste. En fait, même, elle n’est pas progressiste non seulement pour le Québec, mais pour les autres provinces non plus. Parfois, je me demande même si chaque province ne serait peut-être pas mieux si elle cessait de dépendre d’Ottawa… Mais ça, j’en rediscuterai peut-être une autre fois.

Entre temps, bonne fête du Canada (pour les rares au Québec qui la fêtent) et du déménagement pour la majorité ! Et je dirais une phrase que les Canadiens-anglais adorent: God bless the hypocrisy !