Un peu de lumière en 2010 ?

C’est du moins ce que je nous souhaite. Car je ne suis pas fâché de finir 2009 qui a été, disons-le, une année extrêmement moche. Et là, j’évite de vous parler de mon année personnelle, je ne parle qu’au niveau sociétal.

C’est l’année des occasions ratées et des rendez-vous manqués: Copenhague, la réforme de la santé aux États-Unis (acceptée, je l’admets, par le Sénat dans une version tellement diluée que finalement, ça ne changera pas TANT QUE ÇA le système américain), la « belle main tendue de Charest qui disait en décembre 2008 avoir compris que les gens n’en voulaient plus de son arrogance, mais chassez le naturel et il revient au galop », etc.

C’est l’année de décès importants qui ont occupé une place importante dans les médias, parfois avec goût et sobriété (Nelly Arcan, Pierre Falardeau, Gilles Carle)et parfois avec des dérapages à faire friser les cheveux sur la tête… genre un certain MJ.

C’est l’année qui a démontré les faiblesses de la démocratie (élections en Iran, faiblesse de la participation aux élections municipales), mais à la fois la puissance du journalisme lorsqu’il est bien fait (scandales de toutes sortes sortis dans les médias). Néanmoins, c’est l’année du renforcement du cynisme et qui démontre de plus en plus qu’au Québec, on aime bien se faire marcher sur la tête et en redemander sans protester.

Bref, je ne sais pas pour vous, mais 2009 me laisse un goût amer en bouche. Alors, je nous souhaite à tous, citoyens de la Terre, un peu d’espoir et de lumière en 2010. Je ne rêve pas, je connais l’homme et son fond plus noir que blanc mais… C’est l’espoir qui garde en vie. Bon, vous allez me dire que ça part mal: Harper proroge le parlement jusqu’en mars, après les Olympiques de Vancouver… Ah les Conservateurs et la démocratie ! Ça fait deux, c’est peu de le dire !

Sur ce, à tous, santé et meilleurs voeux pour 2010 !

Publicités

Un peu de cynisme dans le cas de Lacroix

Source: Blogue des conseillers

Pauuuuvvvre Vincent Lacroix ! Notre homme qui a déclaré coupable ce lundi aux 200 chefs d’accusation qui pesaient contre lui – évitant ainsi de devoir dévoiler où est allé l’argent des 9200 investisseurs – s’en veut. En effet, il aurait transmis une lettre de 2 pages à Alain Laforêt, journaliste à TVA qui a suivi toute l’affaire (surtout le procès pénal puisqu’il n’y aura pas de procès criminel, juste une condamnation).

Il est très amusant de lire les propos de l’homme et de les regarder avec cynisme:

Au procès pénal, j’ai voulu éviter un procès, mais je n’ai jamais accepté l’offre qui était une sentence au-dessus de cinq ans……

Ah donc, déjà, ça part mal. Le gars écrit une lettre aux investisseurs pour s’excuser, mais dit derechef que jamais il n’a voulu aller en prison plus que 5 ans en plaidant coupable… Hum, on sent vraiment TOUTE LA CULPABILITÉ QUI L’HABITE !

Je suis complètement terrassé des GRAVES MALHEURS et PRÉJUDICES FINANCIERS ET MORAUX que je vous ai causés.

Première nouvelle: depuis quand ? Parce que durant le procès pénal, vous aviez plus l’air baveux qu’autre chose, niant les faits systématiquement.

J’ai été mégalomane et complètement hypnotisé…

Par qui ? Les danseuses de Chez Paré ? C’est là que vous auriez dépensé vos 115 millions d’ailleurs ? Si oui, j’espère que ça valait la peine, qu’elles vous ont fait la totale. Parce que si c’est seulement en danse à 10$, ça serait de nous faire croire que vous avez eu 11 500 000 danses. Un chiffre légèrement incroyable.

Je me suis battu pour que les procédures soient en ordre, non pas pour ma non-culpabilité.

Ah j’imagine que c’est pour ça que vous avez tenté 2 FOIS de faire annuler votre procès criminel ? Pour ne pas éviter votre culpabilité ?

J’ai fait une faillite personnelle et corporative, ce qui signifie que je n’ai plus d’actifs. Tout est entre les mains des syndics … POURQUOI ON NE VOUS DISTRIBUE PAS L’ARGENT QUI SE TROUVE CHEZ LES SYNDICS?

C’est une foutue de bonne question Vincent (tu permets qu’on se tutoie et que je t’appelle Vincent ?), mais dis-moi pourquoi ne leur demandes-tu pas de le faire aux syndics ? Et il y aussi une autre question – cynique mais probablement réelle – est-ce possible que le syndic n’ait pas cet argent que tu as mis dans un compte « offshore » inaccessible ? Ou peut-être dans des résidences que ta famille refuse de vendre ?

En attendant le recours collectif, cela pourrait alléger vos souffrances. TOUT ÇA AU NOM D’UNE JURISPRUDENCE PLUS DURE.

Une jurisprudence que tu t’évites en plaidant coupable tout de suite, n’est-ce pas ?

MES ENFANTS NE VEULENT PAS ÊTRE VUS EN PUBLIC AVEC MOI.

J’espère bien, cibole ! Déjà que si tu avais, selon ce que tu as dit à ton procès, des tendances à boire beaucoup, travailler souvent et aller aux danseuses, tu devais déjà être un père médiocre. Alors, il ne faut pas croire qu’ils vont être fiers de voir que leur père a fraudé 9200 personnes pour 115 millions de dollars. Disons que ça ne doit pas être facile pour eux de porter le nom de Lacroix, surtout qu’il sont peut-être en contact avec des enfants et des petits-enfants des victimes de ta crosse.

Tout comme je l’ai mentionné à un homme qui voulait me faire payer le scandale Norbourg, tu peux me frapper mais tu ne peux pas me tuer, JE SUIS DÉJÀ MORT.

Ah, je suis d’accord avec ça. Tu devais effectivement être mort, même avant les événements. Parce que pour voler les économies de petits épargnants pour ton profit personnel et ce sans remords comme tu l’as fait, il faut être assez mort de l’intérieur. On appelle même ça de la psychopathie mon homme.

Ah, on me dira que Lacroix a des remords. Bien sûr, comme quand Guy Cloutier a plaidé coupable. Ça sonne toujours bien des excuses publiques avant une représentation sur sentence dans quelques jours. Ça permet à l’avocat de la défense de plaider le facteur atténuant des « remords ».

Sauf que des vrais remords, à mon avis, ça commence dans les moments après que le geste pas correct a été posé. Pas des années plus tard, à quelques jours et quelques semaines d’une sentence.

L’effet Cendrillon

Ah, Susan Boyle… Je ne voulais pas en parler parce que j’avais l’impression que tous les médias avaient fait le tour de la question. Mais il semble qu’encore aujourd’hui, cette femme « pas belle mais à la voix ravissante » (quoique, je tiens à dire qu’elle fausse dans sa chanson, hum hum…) fait jaser, ramenant à la mode le fameux proverbe anglais « you can’t judge a book by its cover » (on ne peut juger d’un livre qu’à sa couverture). Et ce n’est pas la première fois qu’à Britain’s Got Talent, une personne pas jolie impressionne. On se rappelle tous de Paul Potts, ce vendeur de cellulaire ventripotent et à la dentition imparfaite qui a chanté un air d’opéra et remporté le concours…

On aime tous l’effet Cendrillon: le petit canard qui devient finalement la star du bal et a droit au conte de fées et à la fin heureuse. Sauf que… Je veux pas péter la balloune de personne, mais… Vous trouvez pas ça bizarre que ça arrive deux années en ligne pratiquement dans le même concours ? Moi, c’est drôle, je trouve que ça sent le marketing à plein nez: on va répéter l’histoire du petit canard pour faire beaucoup de sous sur le dos du petit canard.

Et en plus, affaire comique: dans les deux cas, on a rappelé que ces histoires nous enseignaient qu’il ne fallait pas juger les gens par leur apparence physique uniquement. Or, théoriquement, après l’histoire Paul Potts, on aurait dû avoir les mêmes « a priori » avec cette dame… Et pourtant, le cycle a recommencé: dans l’assemblée, on se moquait d’elle avant sa prestation et les juges étaient prêts à la foutre à la porte cul par-dessus tête… Bref, on n’apprend jamais. Nous sommes humains et superficiels, particulièrement dans des concours de talent.

Et puis, comme le disait Marc Cassivi il y a quelques semaines, il est fort possible que si la dame gagne (forte possibilité vu le succès immense de M. Potts), on la change carrément physiquement pour être « au goût du jour ». Et personne ne s’en formalisera car un laideron dans la chanson, ça ne passe malheureusement pas. D’ailleurs, je me permettrai de vous dire que j’ai été surpris dimanche dernier de voir Paul Potts qui a seulement changé sa dentition et qu’on ne l’ai pas lipposucé ou obligé à suivre une diète/entraînement…

Le billet du jour: Beaucoup ont dit qu’avec Obama à la présidence, la perception envers les Noirs allait changer… Mouin… Mettons que si dans certains cas, ça marche, dans d’autres, c’est assez perturbant de voir que les perceptions ne changent pas. Par contre, je ne sais pas, je me dis qu’il faut prendre les bonnes nouvelles quand il y en a. Par exemple, un sondage récent (datant du 27 avril dernier) fait aux États-Unis qui démontre que les Américains sont de plus en plus en faveur d’une législation (ne serait-ce que d’une union civile) entre conjoints de même sexe. Comme je dis, faut prendre les bonnes nouvelles quand il y en a. 😉

Tasse-toi mononcle !

Vraiment, je l’ai dit récemment, je suis devenu mononcle je crois. Je n’ai même pas 25 ans et je suis devenu un véritable mononcle. Qu’est-ce qui me fait dire une telle affirmation ? Ma réaction face à cette nouvelle. 3 millions de DVD pour Twilight vendus en une journée ?!!!

Y a-t-il rien que moi qui ne comprend pas cette folie – car il faut le dire ainsi – de la saga Twilight ? Y a pas une journée sur les fils de presse artistiques où on ne parle pas de la préparation des films à venir… On s’entend-tu que c’est juste l’histoire d’une adolescente qui tombe en amour avec un vampire ? Bon, j’avoue, je n’ai pas vu le film, ni lu les livres. Mais j’ai eu des commentaires de gens autour de moi me disant que ouf… Pas fort. Franchement, pas des critiques qui me donnent le goût de m’intéresser au phénomène. Mais bon, il faut croire que nous ne sommes pas le public cible qui est plutôt les jeunes filles de 12-16 ans…

Et tout d’un coup, je comprends tous ceux qui ne sont jamais arrivés à accrocher au Seigneur des Anneaux ou à Harry Potter, qui ont passé pour des mononcles et matantes « pas cool ». Tout d’un coup, je les comprends et je me sens mal d’avoir entré dans cette « ligne de pensée ». Milles excuses à ces mononcles et matantes que j’ai rejoints, moi qui n’est définitivement pas touché par Twilight. Même si je continue de dire que j’ai adoré le Seigneur des Anneaux (livres et films), je vous comprends de ne pas embarquer. 😉

Une petite couche de cynisme

Autre sujet de la journée. Je ne sais pas si vous vous rappelez en décembre dernier de ce camionneur qui s’était fait arrêter aux États-Unis  pour possession de drogue, on avait retrouvé de la drogue dans son camion. Vous vous rappelez la saga à la télé: sa femme pleurant pour avoir de l’argent pour sa caution, clamant son innocence haut et fort. Un mouvement de solidarité sans nom s’était levé dans la région de Rivière-du-Loup pour ramasser les 300 000$ nécessaires. Et aujourd’hui, le monsieur plaide coupable

Sérieusement, c’est le genre d’histoire qui rend cynique, qui nous aide à nous conforter dans notre individualisme. Le genre qui nous faire dire: « Plus jamais on m’y reprendra à aider mon prochain. » Et ça, ça me tue. Ça me tue quand il y a des connards et des connasses qui profitent d’histoires tristes pour se faire un peu d’argent. Genre profiter de la disparition d’un enfant pour faire une « fausse collecte » pour sa recherche, etc. Tout pour briser la confiance et qu’on s’enferme dans sa bulle de plus en plus.

Le billet du jour: Bon, dernièrement, le moral est moyen pour toutes sortes de raison que vous ne connaîtrez jamais ici. 😉 Donc, tout ce qui peut me faire rire fait du bien. Alors, j’ai bien ri hier en voyant ce photomontage affiché par Daniel sur son blogue. Par contre, attention: pas à regarder au boulot (NSFW) ! Autre truc amusant à voir sur le blogue de Patrick Lagacé, cette hilarante vidéo (avec sous-titres français disponibles) sur Twitter. Dernièrement, je me rends compte sur le Net qu’il y a un débat sur Twitter vs Facebook.  Personnellement, je ne sais pas quoi en penser. Sauf que je trouve ça bizarre cette manie de vouloir dire au monde entier que présentement vous mangez du spaghetti, faites du vélo, téléphonez à une amie, etc.

Alors, je suis un mauvais garçon…

Très intéressant cette mort/résurrection brève de la blogosphère. Tout d’abord, je me suis rendu compte qu’il y en a beaucoup qui auraient été attristé de ma « mort virtuelle ». Je vous en remercie. Par contre, le cadavre n’était même pas froid que déjà on supposait de ma « soi-disant violation de termes avec WordPress ». Je ne vous en veux pas. Quand quelqu’un disparaît sans qu’on ait de raison, ça peut avoir l’air louche.

Non, en fait, c’est surtout un commentaire sur cette chronique « Blogosphère » de Renart qui m’a allumé. Un pauvre Renart qui a eu peur, je suis touché je l’avoue. Un Renart qui a pourtant des choses encore plus importante à se soucier que la disparition de mon blogue ou de celui de Jean-Luc Proulx (qui s’est probablement fait avoir par le même spammeur que moi, malheureusement 😦 ). M’enfin !

Bref, dans les commentaires de la chronique, quelqu’un a dit que mon sort n’était pas étonnant, que j’étais diffamatoire… Hé ben dis donc ! Donc, je suis « un bad boy », un Jeff Fillion de la blogosphère donc ? Incroyable ! Incroyable tout d’abord qu’avant aujourd’hui, je n’avais jamais reçu un commentaire de la sorte. Pourtant, il n’aurait pas été censuré et j’aurais pu lui parler et peut-être lui donner raison.

C’est vrai que des fois, je n’y vais pas avec le dos de la cuillère. Je suis « rough and tough ». Mais premièrement, contrairement à bien des blogueurs, je ne fais pas de vendettas personnelles envers d’autres blogues. Lorsque je dis des trucs « méchants », ça concerne toujours des personnalités publiques, qui s’exposent aux médias. Ou des groupes tellement vastes que ça ne change pas grand chose. Oui, OK, ils ont des coeurs eux aussi et elles ne méritent peut-être pas le traitement subi. Sauf que… Dans bien des cas:

1) C’est de l’humour donc faut prendre les « méchancetés » avec des pincettes

2) Y a du sarcasme qui, oui, peut démontrer un élan d’antipathie envers une personne ou un groupe de personne, mais c’est du sarcasme alors faut prendre ça au deuxième degré. Là, je dirais bien que plusieurs ne comprennent malheureusement pas au-delà du premier degré à l’ère du Web 2.0, mais j’imagine que je serais diffamatoire si j’osais dire cela…

3) Y a eu des fois où j’ai avoué être allé trop loin

4) Pour bien des cas, pour une petite taloche que je faisais, je pouvais en lire des dizaines et des centaines pas mal plus salées que moi. Est-ce que ça les justifie ? Non. Sauf qu’avant de m’accuser d’animateur de CHOI Radio X, y a une marge à ne pas franchir.

Alors, j’ai compris le message, il n’y aura plus de sketches de fin d’année du Satellite. Premièrement, ça énervait bien des gens  et deuxièmement, je m’éviterai de propager ma ligne de mauvais garçon.

SAUF QUE… Je n’ai pas l’intention de démordre quand un sujet ne fais pas mon affaire. J’adoucirai peut-être un peu le ton, j’en suis conscient, je me suis même relu et y a certains billets dont je ne suis pas fier. Sauf qu’adoucir le ton ne veut pas dire rester impassible comme certains souhaiteraient que je le sois. Oh que nenni ! Avec tout ce qui se passe dans le monde, ne rien dire serait donner raison à ceux qui veulent qu’on s’assoit sur notre steak.

Mais bon, qui sait ? Peut-être que le Temps des Fêtes 2008 va me rendre sage comme une image ?… À suivre…

Les 3 petits singes

C’est rare, mais je vais parler de ce que je pense du sondage avant de voir vos résultats. Alors, qui est pour moi le gagnant/la gagnante du débat des chefs d’hier ? Je suis peut-être cynique, peut-être encore affecté par ce mois de novembre (qui finit enfin dans quelques jours), je ne sais pas… Mais le débat ne m’a pas galvanisé. En fait, il m’a PLUS écœuré de ces trois partis vétustes qui n’apportent rien au Québec. 3 enfants d’école ou non, je vais résumer ça simplement, je n’ai pas le goût de m’étaler en long et en large sur le débat…

C’était l’histoire du petit singe qui ne voulait pas entendre, Jean Charest, qui répète sa cassette préparée par la pute John Parizella et qui n’arrive pas à défendre son bilan… parce que son bilan est désastreux.

C’était l’histoire du petit singe qui ne voulait pas voir, Pauline Marois, qui blâme le petit singe qui ne voulait pas entendre de la blâmer… mais qui blâme DÉJÀ le gouvernement pour un déficit qu’elle devra faire en début de mandat si elle est élue (ça et d’autres choses).

C’était l’histoire du petit singe qui ne voulait pas parler, Mario Dumont, qui est bien bon pour dire qu’il va améliorer nos écoles, couper dans la bureaucratie, mais ne propose rien de CONCRET (en termes de « comment on va faire ça ») et aurait peut-être dû se lancer en carrière comme animateur de lignes ouvertes plutôt que politicien…

Voilà, ma perception du débat. Pas jojo, hein ? Je pense finalement que j’aurais aimé voir le Parti Vert et Québec Solidaire, ça aurait au moins changé les cassettes à défaut d’autres choses. Mais bon, disons que je devrais nommer au moins un point positif et un point négatif…

POINTS POSITIFS
– Mario Dumont qui admet que certaines idées des autres partis sont bonnes… HEIN ?! IL EST CAPABLE DE FAIRE ÇA ?! Pour moi, il a reçu une roche sur la tête avant le débat…
– Pauline Marois qui m’a bien fait rire (de la bonne façon, j’ai pas ri d’elle mais avec elle) dans ses réactions face aux déclarations « cassettes » de Charest
– Pas de questions stupides du public comme dans le débat fédéral (genre: qu’aimez-vous des autres candidats ?)

POINTS NÉGATIFS
– Une cacophonie parfois insupportable. Je comprends que c’est un débat, mais on était-tu à 110% ou un débat des chefs ?
– Voir Pauline Marois et Mario Dumont autant de connivence ensemble, ça m’a pas fait plaisir personnellement. Je crois qu’ils avaient une cible commune, mais phoque ! Me semblait que les idées du PQ et de l’ADQ n’étaient pas TROP similaires ?…

Bon, allez, on va se prendre un bon verre de vin (ou de bière comme vous préférez) pour avaler cette insipide campagne électorale et cet insipide débat… Vivement le 9 décembre !

Chéri(e), je te mens pour ton bien

Alors, à la question, « Peut-on honnêtement tout dire à l’élu(e) de son coeur ? », vous avez répondu:

  • Oui, absolument ! à 11%
  • En général, oui, mais il y a certaines choses que l’on peut/devrait garder secrètes avec 81%
  • Non, l’honnêteté cause plus de problèmes qu’autre chose à 7%

Alors, en grande majorité, vous vous entendez sur le postulat que c’est bien d’être majoritairement honnête, mais d’éviter de toujours dire à 100% la vérité. C’est drôle, avant, j’aurais été choqué par ce genre d’affirmations. Mais avec deux échecs amoureux (de vraies relations, je parle) sous la cravate, je peux dire qu’effectivement, peut-être que la trop grande honnêteté n’est pas toujours bonne. Parfois, elle peut causer des malaises qui restent dans le couple jusqu’à la fin de celui-ci. Cependant, mentir souvent ? J’ai bien de la difficulté avec cela parce qu’un moment donné, je considère qu’un couple doit se baser sur de la confiance… Or, la confiance passe – en tout cas, pour moi – par l’honnêteté entre autres.

Tout un contrat, quand on y réfléchit (ou comme moi, on a le temps d’y réfléchir), la vie de couple ! Mais bon, à voir le grand nombre de blogueurs épanouis en couple (ou en tout cas, qui disent l’être), je me dis qu’éventuellement, mon cynisme amoureux va descendre et que je vais finir par m’ouvrir à ça. Finalement, je regarde ça et je suis Martin Brodeur ! Ceux qui savent les hauts et les bas de Sophie Paquin savent de quoi je parle… 😉