La culture de mort

Artiste: Casey Brown

Difficile de ne pas parler des propos de Monseigneur Ouellet qui viennent de rallumer le débat sur l’avortement. Déjà la question se pose: était-il vraiment éteint ? Il me semble que depuis que les Conservateurs sont au pouvoir avec Harper, on frôle le reniement de ce droit acquis depuis quelques décennies à peine.

Ce qui est amusant des fanatiques catholiques, c’est qu’ils ressortent toujours le même argument quand vient le temps de parler soit de l’avortement, des homosexuels, des féministes ou de la contraception:  « Ce sont tous des éléments qui participent à la culture de mort ambiante. »

La culture de mort ? Vraiment ? S’il est vrai que dans l’avortement, il y a une question de décès, pour le reste, j’ai du mal à comprendre cette fameuse « culture de mort » dont ils se servent si souvent comme argumentaire.

Et puis, bon, vous me direz que je ne suis qu’un pion, un participant de cette culture de la mort et donc mon opinion équivaut à une fiente de moineau, mais voici ce que je perçois.

Alors, on a une religion qui  :

  • A voulu exterminer une culture complète (musulman au temps des Croisades)
  • A assassiné des centaines de milliers « d’hérétiques » grâce à l’Inquisition (hérétiques en question = scientifiques, personnes d’autres croyances, libres penseurs, femmes célibataires)
  • A commis des meurtres en leur propre sein (amusez-vous à faire des recherches sur les papes assassinés)
  • Laisse mourir des millions de personnes du VIH en Afrique en leur conseillant de NE SURTOUT PAS PORTER DE CONDOM
  • Par leur position extrêmement violente contre l’avortement, obligent près de 68 000 femmes par année à avoir recours à des avortements clandestins qui vont les tuer et qui vont laisser des séquelles à des millions d’autres (d’ailleurs, Monseigneur Ouellet serait « content » d’apprendre que pour la plupart, elles avortent à cause d’un viol)
  • A plusieurs militants – particulièrement aux États-Unis et dans l’Ouest canadien – qui sont pour la peine de mort, le port d’armes à feu et pour les systèmes de santé privés qui laissent mourir ceux qui sont sans-le-sou
  • En brimant la sexualité de leurs prêtres, a fermé les yeux sur certains d’entre eux qui ont brisé la vie de centaine de milliers d’enfants

Mais non, ce sont les féministes, celles qui avortent et les homosexuels qui sont LA CAUSE de la culture de mort dans le monde. Ben ouais…

Ça me fait penser à un sketch de Kaamelott que j’adore. Ça se passe entre le Répurgateur (joué par Eli Semoun) et le roi Arthur (Alexandre Astier). Le Répurgateur, homme de Dieu dévoué s’il en est un, demande au roi de se confesser.  Évidemment, on parle d’un roi celte/breton élevé par les Romains alors les confessions catholiques, il ne s’y connaît pas trop. Donc, il demande un exemple de faute à confesser. Alors, le Répurgateur lui dit (je simplifie ici, ce n’est pas le texte mot à mot):

– Ben, par exemple, avez-vous déjà ôté la vie à quelqu’un ?

– Ben… ouais. Plusieurs, en fait.

(mal à l’aise) – Ah ouais, parce que ça, c’est super mal vu, c’est un péché suprême. Dans quel contexte, c’est arrivé ?

– Ben à la guerre !

(soulagé et en souriant) – Ah, mais ça, ça ne compte pas. C’est pas la même chose !

– Ah bon ?!

– Ah non, c’est correct. La guerre, là, on a droit le tuer. En plus, est-ce que c’était en lien avec la quête du Graal ?

– Ben oui, c’est toujours un peu lié…

– Alors là, c’est encore mieux ! Si c’est pour Dieu, vous pouvez buter, sans problèmes. Même que dans ces cas-là, vous pouvez les torturer autant que vous voulez. (Intéressé, presque sadique) D’ailleurs, dans ces hommes que vous avez butés, il y en avait qui suppliaient leur mère que vous leur rendiez grâce ?

– Je ne sais pas. Possible…

– Ah ouais, parce que j’aime bien quand ils couinent !

Ça représente tellement bien, même dans un contexte humoristique, ce qu’est l’Église: une entité hypocrite de part en part. D’un côté, elle joue la carte de la moralité, mais quand ça s’applique à ELLE – ah ben là ! – la moralité prend, tout d’un coup, un aspect d’une flexibilité étonnante.

Vive le deux poids, deux mesures j’imagine !

John and Mary go to controversy

Bon, j’étais absent quand s’est amorcée cette crise à propos de ses deux groupes invités au spectacle de l’Autre St-Jean, deux groupes anglophones. Néanmoins, j’ai le goût d’en parler un peu à une semaine – même pas – de la St-Jean-Baptiste.

Première réaction primaire en lisant la nouvelle: oh cal***** ! C’est rendu que pour rendre ça appréciable, on invite des groupes anglophones pour suivre la mode de ces petits chanteurs et petites chanteuses qui chantent dans la langue de Shakespeare.

Deuxième réaction plus posée: Mouin, en même temps, j’ai déjà entendu du monde chanter en espagnol ou même en italien pendant la St-Jean et pas un organisme se choquait de cette décision. Ni moi, d’ailleurs.

Troisième réaction, la plus rationnelle: dans le fond, ce qui me choque, c’est peut-être plus les réactions des anglos à cette première décision qu’autre chose.

Car effectivement, si on permet à des gens de chanter en arabe, en créole, en hindi pour la fête des Québécois, pourquoi pas de l’anglais ? Parce que c’est la « langue de l’oppresseur » ? Ça ne fait pas un peu « colonisé » ? Ça ne fait pas un peu « deux poids, deux mesures » ? Quelque part, même, ça ne serait pas un signe de grandeur d’esprit et d’ouverture ? Après tout, 40 minutes sur un spectacle de 6 heures… Même placé en milieu de spectacle, on oubliera rapidement leur performance. Évidemment, ça ne serait pas la même chose si c’était 1 heure, 2 heures ou 3 sur 6 heures… Ça serait un trop gros pourcentage du spectacle. Mais là, 40 minutes… c’est à peine 11%.

En fait, j’ai trouvé sur le blogue du Prof Solitaire (blogueur très souverainiste, en passant), une position qui ressemble à ce que je ressens face à cette affaire:

On veut une fête inclusive ou non? Ce n’est pas parce que quelques tounes seront chantées en anglais le 23 juin que le glas sonnera pour la civilisation française d’Amérique quand même! Moi, c’est en partie pour ça que je souhaite la souveraineté: pour que cesse la terreur de l’extinction et le complexe d’infériorité, pour qu’on acquière une confiance dans l’avenir et qu’on ne se sente plus menacés par nos concitoyens anglophones ou allophones. Seule la souveraineté peut accomplir cela.

Mais cela étant dit, les anglos qui se font aller la gueule depuis quelques jours pour nous donner de grandes leçons d’ouverture et d’inclusivité seraient mieux de se regarder sérieusement dans le miroir. Aucun de leurs maudits postes de radio anglo-montréalais ne diffuse de musique franco et ce, 365 jours par année! Les seuls mots français qui y sont prononcés sont les noms des rues et des ponts pendant les rapports sur la circulation!

Il n’a pas tort. Et c’est là-dessus que ça me choque. Car ce ne sont que des controverses du genre qui encouragent les médias anglos à nous traiter de xénophobes, de racistes, de peuple désirant faire un nettoyage racial au Québec…

Nettoyage racial… Mouhahahahahaha ! Faites-moi rire ! Dites-moi, journalistes anglos, vous devriez peut-être cesser de chercher des « bébittes » aux Quebecers et regarder dans l’histoire mondiale. Parce que si on voulait faire un vrai nettoyage racial, un digne de M. Net alias Slobodan Milošević, on ne serait pas en train de se crêper le chignon à savoir si on doit accepter deux groupes anglophones montréalais (dont, d’ailleurs, j’ai vu un reportage et un des groupes semblait parler français en plus… pourquoi ne pas les inviter aussi à chanter des chansons françaises en plus de leurs chansons ?). Non, on serait tous dehors à vous chasser à coup de fusil et de bombes. On kidnapperait vos rejetons et vos femmes pour les mettre dans des camps de concentration où on finirait par les tuer. C’est ça un VRAI nettoyage racial. Mais vous êtes chanceux: vous vivez avec des Québécois francophones paisibles et qui n’aiment pas la violence plus qu’il faut. Par contre, je me demande si on devrait pas s’organiser pour battre le prochain anglo qui osera prononcer les deux mots ethnic cleansing…

En fait, en termes d’ouverture, ce sont bien davantage les anglos qui ont du chemin à faire. À ce qu’on sache, sur leurs terriblement plates radios anglophones, avez-vous déjà entendu une chanson francophone ? À ce que je sache, dans ce beau Canada « supposément » bilingue, on ne peut toujours pas être servi en français coast-to-coast dans les édifices gouvernementaux… Il me semble bien avoir lu que mise à part à Montréal, ça fait dur sur le bilinguisme dans les aéroports canadians.

Alors, avant de nous donner des leçons de tolérance linguistique, some should do their homework and give us a good French service coast-to-coast. Ah, évidemment, là, ce n’est pas la même chose… Là, ça branle dans le manche et on ne voit pas l’utilité du français. Dans ce cas, la prochaine fois qu’ils crient au meurtre et à l’intolérance linguistique, la seule réponse qu’il conviendra de leur répondre sera: Shut the fuck  up !

Cohérence

Ah que c’est beau de voir un organisme aussi important que l’OMS dire une chose une journée, et dire le contraire le lendemain !

Vraiment, ce sont les producteurs de porc qui les remercie du fond du coeur.

Rien d’autre à ajouter là-dessus.

Le billet du jour: Richard Therrien m’a fait un énorme plaisir aujourd’hui en annonçant qu’André Arthur disparaîtrait de nos ondes télévisuelles à la fin août. Bon, vous allez me dire que Mario Dumont sera en ondes sur à TQS, mais entre les deux, je préfère 100x plus Dumont. Ce qui est amusant, c’est qu’Arthur blâme TVA pour l’échec de son émission. C’est drôle, hein ? C’est impossible que ce soit peut-être parce que c’était une émission de radio à la télé (comme la défunte M.Showbizz), parce qu’à part une certaine tranche de la population de la ville de Québec ailleurs ça ne fonctionnait pas… Et je me permets un autre commentaire sur le commentateur. Pour un gars qui se dit « indépendant des partis politiques », vous ne trouvez pas qu’il a beaucoup d’amis conservateurs et que la majorité de ses votes à la Chambre des Communes c’est pour lécher le derrière de ce même parti ? Au point que je me demande, comment se fait-il qu’il n’est pas chez les Conservateurs alors ? Ah, peut-être parce que jamais le parti n’aurait permis qu’un de ses députés aient trois jobs en même temps…

Pape pi po pue

Source de limage: Branchez-Vous !

Source de l'image: Branchez-Vous !

Définitivement, le pape aura réussi à faire jaser – et sacrer – un tas de monde sur la planète. Et malgré ses déclarations àl’emporte-pièce digne du Moyen Âge, il aura réussi à attirer des milliers de fidèles alors que son voyage africain prend fin aujourd’hui.

Alors qu’il appelait à la paix, ses propos sur le préservatif ont créé des élans de contestation à Notre-Dame de Paris et même ailleurs, parfois même venant de membres du clergé comme dans cette petite ville de Suisse où 1500 catholiques ont protesté contre les propos et la politique rétrograde du pape Benoît XVI. Et voilà le mot important à retenir: politique. Car plus ça va, plus on sent du Vatican qu’il devient politique, une politique qui se fout d’avoir le plus grand nombre de croyants dans ses rangs. Non, il faut les fidèles les plus conservateurs, les plus durs. Vous savez le genre de « freak » religieux prêt à tuer pour la Foi digne d’un roman de Stephen King ?

Alors, l’apostasie vous intéresse ? Ou pas ? Découragés par Benoît XVI ? En tout cas, il y en a qui le sont avec raison et il y en a qui se permettent d’en faire une caricature, tout simplement:

Source: Renart Léveillé / 20 mars 2009

Source: Renart L'éveillé / 20 mars 2009

Les billets du jour: Je retiens tout d’abord Carl qui nous raconte son expérience radiophonique sur le journalisme citoyene et la blogosphère en général (d’ailleurs, en passant, l’article sur la blogosphère devrait être très bon, merci aux participants encore).  Et puis, il y a le très rarissime François Parenteau qui emmène un point de vue « différent » sur la fameuse reconstitution – qui n’aura pas lieu – de la Bataille des Plaines.

Hey Paul, don’t make it bad

Bon, évidemment, avec l’approche du spectacle de Paul McCartney à Québec pour le 400ième, la grogne se lève comme ici ou ici. Bon, personnellement, ce n’est pas tant qu’un artiste « UK all the way » vienne chanter à Québec et pour son 400ème qui me dérange. Je ne vois pas en quoi vous êtes choqués ou surpris, je l’ai déjà dit: le comité organisateur ne sait pas ce qu’ils fêtent !!! Donc, ils invitent des « veudettes » de partout, même si ça n’a aucun lien, tout pour faire parler d’eux et éviter l’horrible fiasco de 1984. Ils ont même invité le pape, alors qu’il n’y a pas plus éloigné du Québec que le Vatican (au niveau idéologique). Oui, je sais, le Québec s’est fait sur le catholicisme… mais c’était il y a 400 ans, on avait pas vraiment le choix: mise à part certaines parties européennes luthériennes, c’était soit ça, soit le catholicisme. La grosse croix a gagné la course.

Non, ce qui me choque dans la venu de l’ex-Beatle va plus dans le sens du Gros Bon Sens: on va inviter un extrémiste de la cause « phoque » – le genre qui a eu une petite jouissance quand un bateau de chasseurs a coulé cet hiver – à venir chanter ici comme de si rien était pour que, l’hiver prochain, il nous fasse encore la morale sur « comment pouvez-vous tuer des phoques ? blablablabla ». Parce que l’ex-beatle ne sait RIEN de la cause et s’il s’informait auprès de l’UICN, il verrait que le phoque commun n’est même pas considéré comme une espèce en danger ! Leur population va bien depuis les quotas de chasse et ils ont du territoire mondial intéressant. La population en Atlantique ne cesse de grandir. Évidemment, il faut toujours faire attention de ne pas polluer leurs territoires, mais ça ça vaut pour tous les animaux ! Au contraire, on nuit aux bancs de poissons en laissant l’espèce se multiplier sans intervention. Oui, bon, la technique de chasse est un peu dure, mais y a pas une chasse qui n’a pas un côté difficile à voir: désolé, mais c’est pas plus beau un chevreuil qui se fait tirer dessus ! Pourtant, je ne vois pas McCartney et sa gang débarquer l’automne prochain dans les bois… Ah, c’est vrai ! Le chevreuil, c’est pas aussi cute qu’un phoque… J’aurais aimé qu’il y ait une manifestation lors de son show de chasseurs pour justement qu’il voit c’est quoi des cons qui viennent te huer sur ton lieu de travail (pour les mauvaises raisons). Mais non, il semble que ça ne se fera pas. 😦

Responsabilité… Qu’est-ce que c’est ?

Bon, c’est controversé donc je vais essayer d’être délicat. N’empêche que je ne pouvais pas ne pas réagir à cette nouvelle sur cette femme qui a caché le fait qu’elle était séropositive à son ex-copain… Quand on lit l’article, on se dit que le gars était pas mal un trou-de-cul (bonjour, violence conjugale) et que sa poursuite n’est qu’une grosse vengeance. N’empêche que la femme n’a dit qu’après la première relation sexuelle qu’elle était séropositive. Et j’accroche sur cette déclaration de la directrice de la Coalition des organismes communautaires québécois de lutte contre le sida:

Monsieur avait la responsabilité de se protéger. Tout ne doit pas reposer sur le dos de la personne séropositive. Avec la discrimination dont elles sont victimes, les personnes porteuses du VIH ne doivent pas automatiquement dire à leurs partenaires ce dont elles souffrent.

Pardon ?!!! Euh… C’est parce qu’on fait juste omettre de dire à nos familles qu’on a un début de grippe et on reçoit les remontrances de tout le monde comme quoi on est irresponsable ! Or, la grippe – mise à part dans certaines conditions et certaines souches – ce n’est même pas mortel ! Je veux dire que oui, je sais, les séropositifs vivent malheureusement trop de discrimination dans notre monde. Je compatis à 100% avec eux. Sauf que quand ils veulent se mettre en couple, il me semble que c’est la base de dire ce qu’ils sont AVANT. Oui, l’autre partenaire a la responsabilité de se protéger, peu importe avec qui il baise, mais ne pas prévenir avant, c’est manquer de responsabilité aussi. Oui, je comprends que pour certains, le moyen de « garder » quelqu’un dans leur vie, c’est leur dire après… Mais merde, moi je ne sais pas, je me ferais dire ça après l’acte, MÊME SUPER BIEN PROTÉGÉ, cette personne perdrait ma confiance à jamais. Elle me verrait encore plus courir dans l’autre direction que le contraire où, je sais pas, il y a moyen de discuter, de voir, de trouver des solutions si on l’aime, etc.

Qu’elle ne fasse pas de prison pour ça ? Je suis OK avec ça. Elle est malade et son état se détériore (comme quoi ceux qui croient que la trithérapie, c’est une panacée…) Mais qu’elle ait été tout de même reconnue coupable par la justice, j’en suis fort aise ! Elle a mis en danger la vie de quelqu’un en passant proche de lui transmettre une maladie mortelle. Et quand je vois que la Coalition protégeant les séropositifs et les pauvres malheureux atteints du SIDA encourage le silence de ceux-ci… je me dis qu’on est vraiment à l’ère où le mot « responsabilité » ne veut plus rien dire ! Parce que, je m’excuse, mais j’ai regardé dans le dictionnaire et dans des livres d’éthique et nulle part il est dit que les gens malades sont soustraits au principe de responsabilité… même si, malheureusement, il est difficile d’admettre qu’on est malade du VIH ! 😦

Les bandits de grands chemins électroniques

Je me suis rendu compte ce matin que parmi mes sorties de la journée, j’avais oublié un incontournable quand tu es moindrement « geek » comme moi: Grand Theft Auto IV. Hé oui, la série ultra controversée continue cette année et cette semaine avec un nouvel opus. Cette fois, l’action se passe à Liberty City (parodie de New York) où un immigrant d’Europe de l’Est tente de refaire sa vie hors du crime organisé. Mais – oh pauvre de lui ! – il se retrouve dans l’univers de Grand Theft Auto (mieux connu sous le sobriquet GTA) et, donc, il ne pourra s’en sortir sans avoir d’abord commis plusieurs méfaits. Cet opus propose donc encore un mode à un joueur libre et fun, mais également un multijoueur étoffé (comme maintenant, on se sent obligé de l’offrir maintenant que toutes les consoles peuvent se connecter à Internet).

Évidemment, tout le monde a un avis sur la série GTA (pas réellement sur celui-là en particulier). Pour certains, c’est la série du diable qui fait la promotion d’actes illégaux dont voler des voitures, tuer des gens, faire affaire avec des prostituées, etc. Pour d’autres, c’est un bon défouloir et surtout une énorme parodie d’une époque, d’une ville, de stations de radios et de pubs. Qui a tort et qui a raison ? Moi, je n’ai pas joué beaucoup aux récents (genre Vice City ou San Andreas), mais sérieusement, pour y avoir joué un peu, je ne peux pas dire que ça m’ait donné le goût de faire des actes criminels. En fait, j’ai plus le goût d’en faire quand je vois des injustices aux nouvelles, mais ça c’est une autre histoire. Certains diront: « Oui, mais le tireur de [placer une tragédie ici] jouait à GTA et il a tiré sur du monde. » Premièrement, est-on certain de ça ? Il faut le dire, la connaissance des médias pour les jeux vidéos est plus que limitée et c’est souvent le seul titre qu’ils connaissent dû à son caractère controversé. Deuxièmement, ce n’est pas aussi cause à effet. La série s’est vendu à des dizaines, voire des centaines de millions d’exemplaires. Sans compter tous ceux comme moi qui y ont joué un peu en allant chez des amis qui l’ont, par exemple. Donc, théoriquement, je ne devrais pas faire un blogue mais tirer sur la rue tout ce qui bouge. Sauf que ça m’emmène à mon troisième point. Ces gens (tireurs) ont deux affaires chez eux: des armes à feu et un jeu vidéo. Comme disait Laurent Paquin: lequel tu lui enlèves pour ne pas qu’il tire du monde ?

« Oui, mais je ne veux pas mon fils de 10 ans y joue. » Et vous avez raison, le jeu est classé Mature (17 ans et +). Sauf que je sais qu’un paquet de parents ne regardent pas la cote des jeux et achètent n’importe quoi à leurs « chéris ». Achèteriez-vous un film 16 ans et plus à un jeune de 8 ans ? Non, hein ? Alors, pourquoi ne pas regarder les cotes de jeux qui se trouvent à l’avant et à l’arrière du boîtier du jeu ? Ça vous donnera alors une idée de la cote et pourquoi ils sont cotés ainsi (ou allez voir ce site en anglais, mais simple et qui vous donne une explication des cotes). Un peu comme il y a des films de 13 ans et plus avec la mention Violence pour expliquer que la violence est plus que présente dans le film. C’est sûr qu’il y a cette affirmation qui revient à chaque fois: « Oui, mais mon fils peut l’essayer chez son ami où les parents sont plus cools« . C’est sûr, mais si on se met à penser aux possibilités que votre enfant peut faire en votre absence et hors de chez vous, il serait aussi bien de ne pas sortir de la maison. Or, ce n’est pas une vie pour un enfant. Il faut que vous soyez conscient de cette possibilité, c’est sûr, mais rien ne vous empêche de discuter avec celui-ci de pourquoi, chez vous et à son âge, vous refusez qu’il joue les bandits de grands chemins… électroniques.

Quant à ceux qui ont l’âge et/ou la permission parentale pour y jouer, hé bien, j’imagine que vous ferez rouler en masse vos XBox 360 ou vos PS3 dans les jours qui viennent. Moi, n’ayant ni l’un ni l’autre et n’étant pas grand fan de la série, je vous laisse le soin de vous amuser. D’autres attendront une éventuelle, on peut le souhaiter pour eux, version pour ordinateur PC…