Quart de siècle

J’atteins mon quart de siècle aujourd’hui. Je ne sais pas trop quoi en penser.

Jovialiste, je dirais que c’est déjà extraordinaire quand on pense que certains n’atteignent même pas cet âge ici ou ailleurs (particulièrement ailleurs où la mortalité infantile est grande).

Réaliste, je dirais que ce fut réalisable grâce à un système de santé qui – bien qu’imparfait – permet aux gens de vivre plus longtemps et le fait que je ne suis pas un casse-cou ne m’a pas mis dans une situation dangereuse dans ma vie.

Surpris, je dirais que je suis bouche bée d’être déjà rendu à cet âge.

Pessimiste, je dirais qu’avec les tensions mondiales et les problèmes environnementaux/de santé qui nous guettent, je ne suis pas certain si je vivrai un autre quart de siècle.

Comique, je dirais que je suis devenue une vieille jeune peau. 😉

Incertain, je dirais que je ne sais pas si je suis satisfait de mon bilan de ces 25 dernières années.

Émotif, je dirais que j’ai l’impression que ce quart de siècle a été une montagne russe avec des grands hauts et des descentes vertigineuses à donner la nausée.

Apeuré, je dirais que je suis bien angoissé de savoir ce qui adviendra de moi dans le futur.

Triste, je dirais que c’est la fin d’une époque.

Positif, je dirais que c’est le début d’un temps nouveau.

Mais étant d’humeur créative, j’ai préféré écrire ce billet ressassant quelques-uns de mes sentiments qui m’habite alors que je viens de franchir cette barre psychologique du quart de siècle. 😉

Bonne fin de journée à tous ! 😀

Publicités

Après une révolution

Image concoctée gentiment par le Renart éveillé ;)

Image concoctée gentiment par le Renart éveillé 😉

Je me répète mais: Image ci-dessus de Renart

Nous sommes le 15 avril 2009. Il y a un an jour pour jour, quelqu’un, quelque part envoyait un satellite dans la blogosphère pour voir ce qui allait en résulter. Après une première révolution, nous reçûmes enfin un message. Voici en exclusivité le premier message officiel de cet appareil sophistiqué :

Il y a un an, ma vie était bousculée, plutôt noire et morne. Sans dire que j’avais atteint le fond du baril, je dirais que j’étais dans une stratosphère où j’avais l’impression d’être réduit au silence. J’avais besoin d’un lieu où écrire, cette passion que j’avais négligée depuis trop longtemps. Alors, en tant  que satellite, je me suis envolé en essayant de ne pas avoir trop le vertige. En un an, ce périple dans les méandres de la blogosphère m’a apporté de tout: des secousses, du bruit, des essais ratés mais surtout des rires, des révélations et des découvertes sans fin. Je vous en remercie infiniment. Je ne sais pas où mènera la route ni quand elle prendra fin. Je ne sais pas si la plume me laissera à jamais ici ou m’emmènera autre part. Mais une chose est sûre: en tant que Satellite, je croyais justement que j’étais loin de la population terrestre, isolé, un paria… Et pourtant, depuis le début de ce voyage, je n’ai jamais été aussi proche de vous.

Je ne sais qu’une chose: sans vous, le périple aurait été long et chaotique. Probablement que ma charpente de métal frêle n’aurait survécu aux aléas de l’espace Web sans votre soutien. Et pour cela, je vous en remercie. Profondément. De vous revoir ici, même en petit nombre, me réchauffe le coeur. Je vous apprécie énormément. Prenez soin de vous. Moi, j’amorce ma seconde révolution…

Merci à Renart pour l’image et le clin d’oeil aujourd’hui (en passant, oui, je crois qu’on est des dinosaures Renart pour ne pas être sur Twitter 😉 ). À tous ceux qui veulent laisser témoignages, images, etc. Ne vous gênez pas ! On fête aujourd’hui ! 😀

Quelques heures…

Bon, il reste quelques heures avant le bloganniversaire. Aucune idée de ce que je vais mettre ici bien franchement. C’est peut-être de la paresse… Mais je crois surtout que c’est du blocage « communicationnel » (néologisme, je sais). Franchement, je ne sais pas ce qui m’arrive, mais dernièrement, j’ai de la difficulté à m’exprimer même par écrit (ce qui est assez paniquant vu que habituellement, je m’exprime mieux par écrit que par l’oral).

Un exemple flagrant de ce manque de communication. Ça doit faire 2 semaines que je remets à demain l’écriture d’un courriel à quelqu’un. 2 semaines !!! Une chance que ce n’est pas important ! Mais à chaque fois, je bloque, je ne sais pas quoi écrire. C’est viscéral: comme si chaque mot que j’allais écrire pouvait déclencher une bombe. Bref, c’est un peu comme quand j’écris des commentaires sur un blogue : je pèse chaque mot avec soin en me demandant si ça sera interprété de la bonne manière. Ce qui peut être, je vous l’avoue, très long et très drainant (peut-être pour ça que je commente moins).

Bref, je suis à quelques heures du bloganniversaire et je fais les 100 pas comme quand on attend le médecin à l’urgence en attendant de me faire toucher par l’inspiration. 😉

Mon aversion pour les 6 avril…

Je n’aime pas les 6 avril… Habituellement, c’est une date tout ce qu’il y a de plus ordinaire pour le commun des mortels. Mais pour moi, elle prend une toute autre tournure.

Car c’est à cette date-là que, à différentes années:

  • On a appris que ma tante (décédée depuis) avait le cancer.
  • C’est la journée où mon ex m’a laissé (hé oui, il y a 3 ans, je redevenais un « loser » célibataire !)
  • C’est la journée où j’ai avoué mon béguin à quelqu’un… beaucoup trop tard et que ça a fini en « mais on va rester de super bons amis ».

Sans compter qu’accessoirement, c’est l’anniversaire de mon père avec qui j’ai, ma foi, une relation… inexistante.

Et alors qu’aujourd’hui, malgré la pluie incessante et ce tremblement de terre en Italie (qui me touche un peu, ayant un brin de sang italien dans les veines), je me disais que c’était pas si pire, je m’aperçois que quelqu’un laisse un commentaire du genre sur mon blogue (on m’a demandé de le modérer et c’est drôle vu que c’était juste en anglais, j’ai comme supprimé):

« you suck die in hell have a nice day » (hé mais c’est pas mal, il m’a souhaité bonne journée !)

Non, vous inquiétez pas, ça m’a pas vraiment affecté. Ça m’a juste rappelé que je m’obstine à être debout le 6 avril alors que tous les indices disent que je devrais rester couché… 😉

Le billet du jour: Tant qu’à rester dans le « positivisme », il y a ce billet de Bernard Anton publié sur le blogue de Jimmy St-Gelais sur la santé et l’environnement. En effet, parce qu’avec nos problèmes environnementaux viennent aussi les problèmes de santé… Bon, comme je le disais, c’est pas à se jeter sur les murs de bonheur, mais ça a le mérite de nous faire réfléchir en maudit.

Blogue, blogue, jase, jase

Je ne sais pas si vous vous rappelez de cet appel à tous que j’avais fait au début du mois de mars ? J’avais demandé à des blogueurs s’ils voulaient bien répondre à un appel à tous pour une chronique mensuelle que je fais dans le Sans-Papier, le journal électronique de la TÉLUQ. Hé bien ! J’ai eu pas mal de réponses positives et c’est aujourd’hui que l’article est en ligne ! C’est gratuit, alors on ne se gêne pas pour lire. Pour la peine, je fais une récapitulation des blogueurs qui ont participé à ces échanges:

De plus, je me suis permis de citer dans l’article les blogues suivants pour des raisons qu’on a parlé d’eux dans l’article ou simplement parce qu’ils m’ont donné une chance dans cette blogosphère : Renart, Radicarl, Leif (qui sous son pseudonyme Molécule a été un des premiers à commenter 😛 ), Pascal Colpron

Et j’en ai omis plein dans l’article… Je vous aurais tous mis,  mais il aurait été trop long malheureusement. Mais bon, hé, c’est à ça que sert la Communauté du Blogue !

Par contre, je me sers aussi de ce billet pour rectifier une impardonnable bévue. Un autre blogueur s’était intéressé à mon appel à tous. Le très gentil et amusant Dark Remi of Doom, gardien de l’Antre de la Vérité. Sauf que malheureusement, des problèmes de communication auront fait que nous n’avons pas pu nous parler à temps avant la remise de l’article. Par contre, comme il a pris le temps de m’écrire ses réponses, j’ai décidé de lui donner l’espace présent pour les mettre. Alors, les voici (avec une répétition des questions):

1. Comment as-tu commencé à bloguer ? Qu’est-ce qui t’a motivé ? Un autre blogue que tu lisais, tu as entendu parler du phénomène ?

Initialement, je voyais le blogue comme un outil d’une médiocrité peu commune avec lequel les adolescents déblatéraient sur leur vie en écrivant des textes « emo » vides tout en affichant régulièrement des photos d’amis en écrivant quelque chose du style « Change pas *surnom X* j’t’aime fow. » Ceci dit, j’ai éventuellement fait la connaissance du Détracteur Constructif qui m’a fait porter un regard nouveau sur ce phénomène. À force de lire différents blogues pertinents, j’ai révisé ma position et j’ai décidé de m’y mettre moi-même afin d’assouvir un besoin croissant d’écriture qui me tenaillait depuis belle lurette puisque je n’ai pas vraiment l’occasion d’écrire en français dans le cadre de mon travail ou de mes hobbys.

2. On sait qu’autant il y a des blogueurs qui font des billets très rares que des gens (genre Patrick Lagacé) qui en font 4-5 par jour, voire plus. D’après toi, quel est le bon rythme pour afficher des billets ? 1 par jour, 2 par jour ? Plus ?

Je serais bien mal placé pour juger d’un nombre décent de billets puisque je suis très irrégulier dans mon horaire. Je crois que ça dépend tout autant du type de blogue que de son écrivain. En ce qui me concerne, j’aimerais tenter d’écrire au moins un billet par semaine mais c’est parfois difficile alors je me rattrape parfois la semaine suivante. Le fait est que, pour moi, le but n’est pas tant d’établir un auditoire fixe que d’écrire aléatoirement ce qui me passe par la tête pour mon propre plaisir et en dépit de ce que les gens en pensent. Pour ceux qui ont des blogues avec une thématique d’actualité, de politique et/ou qui établissent un large auditoire et une routine fixe, il est évident que les messages ont intérêt à être plus réguliers. Je dirais donc que 2 à 3 billets par semaine seraient les bienvenues.

3. Certains parlent du renouveau du journalisme (journalisme citoyen) lorsqu’on parle de blogue. D’après toi, quel est l’impact d’un billet ? Y en a-t-il vraiment un ? Ne parle-t-on pas qu’à ceux qui nous ressemblent ?

Comme toute tribune, l’impact du message est extrêmement variable selon le message véhiculé, sa pertinence et les gens qui sont là pour en profiter. L’avantage majeur du blogue est qu’il offre une fenêtre sur le monde pour quiconque décide y regarder. De ce fait, les gens qui ont un message à offrir et qui sont en mesure de le partager avec d’autres internautes qui partagent leur champ d’intérêt rejoignent rapidement bon nombre de gens. Contrairement à un journal populaire qui fait partie de la routine du commun des mortels, le blogueur doit construire son auditoire par divers moyens, comme en étant actif un peu partout sur la blogosphère et en se faisant connaître. Beaucoup d’efforts sont donc requis pour atteindre un niveau acceptable de notoriété sur la blogosphère mais lorsque l’on est connu et qu’on traite de sujets chauds, il est de plus en plus facile d’atteindre l’effet « boule de neige » en rejoignant rapidement les habitués et en attirant d’autres gens par les moteurs de recherche. De ce fait, il est probablement plus facile d’avoir un impact quelconque en divaguant sur les déboires de Britney Spears qu’en élaborant exhaustivement sur des sujets mathématiques complexes. Il est donc très difficile de juger de l’impact réel d’un billet sinon que c’est possible d’affecter les gens par ce médium. Si on réussit à vendre son produit et à attirer des lecteurs, il va sans dire que, à petite ou grande échelle, on fait une différence dans la vie des gens qui prennent la peine de lire.

4. Tu as décidé, dans ton blogue, de faire des textes plutôt amusants sur des thèmes plus ou moins sérieux. Explique-moi ton choix éditorial.

Tel que mentionné précédemment, le but premier de mon blogue est de me divertir moi-même. Étant une personne plutôt humoristique et colorée, j’aime élaborer sur ce qui me passe par la tête sans nécessairement savoir ce que ça va donner. Il m’arrive souvent de commencer un billet sans savoir comment il va finir ou, au contraire, de cesser d’écrire après deux paragraphes parce qu’une idée qui semblait bonne à la base me semble momentanément moins bonne. Le fait est que j’ai plusieurs passe-temps, plusieurs goût très prononcés qui semblent parfois douteux pour les êtres humains dits « normaux » mais j’adore manifester explicitement mon intérêt pour des choses qui n’intéressent pas vraiment les gens ou qui ne suscite tout simplement pas de réflexion habituellement. C’est le genre de chose que je fais normalement sur une base orale au cours de festivités bien arrosées mais j’ai décidé de mettre le tout sous forme de texte pour le simple plaisir de l’écriture et du partage, caricaturant ma propre personnalité et espérant que les gens vont avoir autant de plaisir à me lire j’ai moi-même du plaisir à écrire. Bien que les gens qui ne me connaissent pas n’ont aucun moyen de le savoir, mon blogue est tout bonnement une fenêtre sur mon esprit que quiconque me côtoie régulièrement connaît déjà très bien. Je n’ai aucune limite, aucune restriction de sujet ni aucun but précis si ce n’est de divertir et inciter à la réflexion pour qui sait lire à travers mon humour empreint de sarcasme et d’ironie.

5. (Question avocat du diable) Le principe même du blogue veut qu’il offre une plateforme de discussion autant pour les blogueurs que pour ceux qui commentent. Or, n’importe qui peut commenter sur un blogue. N’ouvre-t-on pas la porte là à l’excès, au dérapage ?

Il est évident que le blogue est une porte grande ouverte pour les dérapages en tous genres, comme l’Internet en général d’ailleurs, mais il faut savoir modérer son blogue. Il existe probablement qui tirent partie de ce phénomène pour créer le chaos mais je crois que les outils mis en place par les différents fournisseurs de cette plate-forme sont suffisants pour faire taire les éléments perturbateurs. De plus, si les blogueurs ne voulaient pas de dérapage, ils évideraient sûrement de traiter de sujets qui risquent d’en créer. On récolte généralement ce que l’on sème.

6. (Autre question avocat du diable) Y a-t-il une blogosphère de droite importante ? Parce que quand je voyage personnellement sur la blogosphère, je vois beaucoup de blogues de gauche, mais la droite me semble silencieuse à part quelques exceptions (Richard Martineau, Martin Masse). Est-ce parce que dans la fond, la blogosphère est très divisée en clique et que la blogosphère de droite existe et je ne la vois pas en tant que blogueur de gauche ? Connais-tu la blogosphère de droite un peu ou tu l’évites ?

Malheureusement, je ne suis pas très politisé et j’ai tendance à me perdre dans les dédales infinis de la complexité gouvernementale. Bien que j’aie un intérêt marqué pour les différents enjeux de notre société, j’ai une approche plutôt philosophique de la chose et je me contente généralement d’élaborer sur les différents sujets de ce genre d’un point de vue personnel qu’en me rattachant à une idéologie pré-définie. Ne fréquentant pas vraiment ces blogues, il m’est donc difficile de répondre avec des faits mais je me permet quand même une réflexion sur le sujet. Je crois que le mouvement gauchiste est mieux représenté pour la simple et bonne raison que ses adeptes sont probablement plus jeunes, plus motivés, idéalistes et révolutionnaires tandis que ceux qui prônent la droite sont de la vieille école et prennent leur idéologie pour acquise. Pourquoi prendre le temps de défendre la logique pure contre une bande de hippies?

7. Dans ton cas, tu as décidé de bloguer sous un pseudo. Pourquoi ?

En ce qui me concerne, j’ai tout bonnement décidé d’opter pour le pseudonyme que j’utilise sur MSN Messenger depuis plusieurs années. Je trouve que ça donne bien et que ça cadre bien avec mon style d’écriture. Quoi qu’il en soit, la plupart de mes visiteurs me connaissent personnellement et je n’ai aucun intérêt à cacher mon identité. D’ailleurs, je fournis quelques liens vers des critiques musicales et personne ne m’a jamais demandé mon nom. Bref, aucune raison outre la sonorité et l’esthétisme.

Et voilà ! Merci encore Dark Rémi pour tes réponses très appréciées. 🙂 Par la même occasion, je voulais profiter de l’occasion de ce billet joyeux et plein de franche camaraderie blogesque pour dire ceci: bon, je le répète encore mais je tenais à le dire, le 15 avril prochain, ça sera le premier anniversaire de ce blogue. Pour ce faire, j’aimerais faire quelque chose de spécial, quelque chose que VOUS voudriez que je fasse, des idées farfelues ou moins farfelues. Évidemment, la décision finale resterait à ma discrétion (quoiqu’il n’est pas dit que je ne vous demanderais pas votre avis dans un sondage ou autres…) et il n’est pas impossible qu’il y ait un autre billet d’ici le 15 abordant ce sujet, mais vous pourriez déjà lancer des idées comme ça. Je trouverais ça intéressant, en tout cas.

De plus, et là, peut-être que j’en demande trop, mais comme on dit: un gars s’essaie. 😉  Je sais qu’il y a des lecteurs de ce blogue qui dessinent/gribouillent, qui font du montage, etc. Bref, qui ont 1000 fois plus de talent que moins avec le visuel (surtout le dessin). Là, je lance ça dans les airs, mais pensez-vous que ça serait possible qu’il y en ait parmi vous qui fasse un petit dessin spécial d’ici le 15. Je trouverais ça amusant une petite galerie « bloganniversaire » où je pourrais afficher vos oeuvres avec vos noms (surnoms) et tout… Mais bon, on s’entend que c’est juste une suggestion et c’est pas grave s’il y en a pas. Cependant, si ça vous branche et que vous avez du temps, faites-moi signe ! 😉

Bon, allez, il se fait tard: cessons ce billet interminable et on se reparle ! Merci encore aux blogueurs qui ont participé et même aux autres dans mon aggrégateur. 😉 Pas de billet du jour aujourd’hui, demain par contre…

Mise à jour (13h52): J’ai oublié d’ajouter qu’effectivement, cette initiative de ma part ressemble à ces très intéressantes entrevues de Il Blogue. Mais bon, les questions sont différentes et je n’ai pas pu en mettre autant que lui, ça aurait été cacophonique à plusieurs blogueurs en même temps. N’empêche que je trouve intéressant ce genre de travail, alors, je voulais le souligner. Donc, finalement, c’est mon billet du jour si on veut. 😉

Un nouveau début

Bon, je suis désolé si certains d’entre vous ont eu peur, mais vous saviez bien que je ne quitterais pas la blogosphère sans un plus long message. 😉 Quand même…

Alors, voilà, c’était la fin du Satellite Voyageur avec le thème Kubrick. Sans farces, j’en avais marre d’avoir le thème de base depuis presque un an. Mais bon, comme je suis poche là-dedans, je n’ai pas réussi à faire mon propre thème, mais bon… Et je me sens un peu mal d’avoir le même thème que mon très apprécié collègue Pascal « Le petit nombril », mais je voulais avoir plus que deux colonnes et ce thème s’utilisait bien. M’enfin… Bref, le Satellite Voyageur change de tête à un peu moins de deux semaines  jour pour jour de mon « bloganniversaire ».

Allez, maintenant que le début des festivités commence… 🙂

En manque ?

Routard.com (source)

Routard.com (source)

Billet personnel futile dans une campagne électorale, mais hé ho ! Je vous avoue que si je dis encore Stephen Harper sur le blogue, le coeur va me lever. Non, mais sérieusement, une brève petite pause. Vendredi dernier, c’était l’anniversaire de deux amis (dont le Chibougameux) que nous avons célébré dans la joie et l’allégresse. Sauf que et c’est là que mon « fun » s’est un peu gâché: j’étais un des seuls « losers » célibataires ce soir-là. Pas croyable, 85% du monde était en couple… Or, comment dire, c’est qu’avant vendredi, je vous avoue que dernièrement, mes questionnements de célibataire ont été rangés au placard. Je vous avoue que je n’y pensais plus: trop occupé avec mon nouveau petit boulot de surnuméraire (d’ailleurs, il faut que je change ma page d’à propos de l’auteur), avec mon rhume, changements divers dans ma vie et etc. Sauf que là, ça me l’a carrément remis sur le nez vendredi: t’es tout seul mon homme !

Et Dieu que les gens sont bons pour vous remettre sur le nez ! À croire qu’ils font exprès de se minoucher quand ils sentent qu’intérieurement vous vous dites: « Ouin, j’ai hâte de trouver le bon ! » Je pense même – et là, ce ne sont que des supputations sans aucun fondement – que ça leur fait un plaisir malsain de voir les célibataires souffrir. Parce qu’on a beau dire que le nombre de célibataires augmente en flèche, il n’en reste pas moins que dans les médias, on « plugge » l’idée de réussite par le couple mur à mur. Étonnant dans une société où 50% des couples mariés se séparent.

Bref, aujourd’hui, on remettait des meubles à l’Armée du Salut parce qu’ils étaient en trop, qu’on avait changé certains trucs. Au lieu d’encombrer un dépotoir avec des bons meubles, on s’est dit que des plus démunis aimeraient certainement se les procurer. 🙂 Tout ça pour dire que les gars qui sont venus chercher ça étaient… MENOUM ! 😛  Y en avait un, carrément de mon goût. Sauf qu’à chaque fois, je me trouve vraiment pathétique et savez-vous ce que je me dis ? « Ouin, Satellite, c’est juste le manque qui te fait penser de même ! Arrête donc ! » Donc, je crois être carrément en manque dans les derniers jours. Ce qui est assez poche puisque je ne l’étais pas il y a encore 96 heures. En tout cas, merci à ces couples qui se minouchent sans cesse devant nous de nous rappeler la vie misérable que nous avons célibataires de ce monde ! (blague 😉 )

Mais bon, pour le gars de l’Armée du Salut, il y aurait peut-être fallu que je porte cette cochonnerie cette patente à gosse cette magnifique bague pour signifier mon célibat ! MOUHAHAHAHAHAHA ! Merci Détracteur, tu m’as bien fait rire avec ce billet ! 😉

Pour du plus sérieux, allez lire mes divagations sur le Sans-Papier d’octobre 2008. Oui, je sais: « sérieux » et « divagation » se contredisent… C’est ça la blague !