Pourquoi on vous dit de ne pas croire aux promesses…

De mes promesses, jen ai accompli zéro ! - Jean Charest

"De mes promesses, j'en ai accompli zéro !" - Jean Charest

En effet, quand on regarde, le bilan Charest, beaucoup de gens avec peu de mémoire diront que « bof ! ce n’est pas si pire ! ». Sauf que Denis Lessard de la Presse nous rappelle aujourd’hui que les promesses de Charest en 2003 pour « redéfinir le Québec »… Ben on n’en voit pas encore la trace. Extrait plutôt révélateur de l’article :

Pour lui (Jean Charest), il était intolérable que le niveau de vie des Québécois soit au 52e rang sur les 60 États ou provinces de l’Amérique du Nord.

«C’est le prix payé pour des gouvernements qui ont manqué à leur devoir, à leur devoir de réviser périodiquement leurs façons de faire», soutenait-il, solennel.

Le programme électoral du PLQ, publié à l’automne 2002, promettait déjà de «hisser le Québec dans la première moitié des 60 États et provinces du nord du continent où le niveau de vie est le plus élevé d’ici 10 ans». «Il n’est pas acceptable que le niveau de vie des Québécois les place au 52e rang», martelait le document qui promettait de «Réinventer le Québec».

Cinq ans plus tard, le Québec est… au 53e rang, selon une étude récente de l’Institut économique de Montréal. Une autre étude sur l’investissement, publiée le printemps dernier par le gouvernement du Québec, le reléguait même au 55e rang, selon les données de 2006 !

Content de voir que quelqu’un se rend compte que le PLQ sous Charest a autant pratiqué l’immobilisme que les gouvernements précédents. Aussi, content de voir M. Lessard arrêter de s’acharner sur le PQ, surtout après son article peu pertinent sur la « fatigue » de Madame Marois.

Par la même occasion, mon collègue Anarcho s’intéresse à Jean Charest qui bloguerait… Non, pardon, c’est plutôt Jean Charestt et disons que son « bilan » nous rappelle que ça lève pas fort au PLQ. 😛 (Bravo au Petit Émerillon pour cette trouvaille comme me le rappelle Anarcho.)

De plus, j’aimerais souligner quelque chose. Pourquoi tout le monde capote avec la fameuse ligne « Un enfant, une place en garderie » du PQ ?  Car après la juge (ancienne juge) Ruffo chez les crétins militants adéquistes, y a le docteur Chicoine – par le biais de Richard Martineau – qui s’insurge.  Premièrement, arrêtez de capoter: c’est une promesse électorale ! Les chances que ça se produise sont de 0,05%. Et là, je suis généreux. Deuxièmement, je comprends le point des deux intervenants : « Il ne faut pas que la garderie devienne le lieu où on élève les enfants, où on les « garroche » selon notre bon vouloir comme certains le font. » Vrai. Or, ce que « promet » l’équipe Marois, c’est que vous savez ces parents qui DOIVENT travailler le jour et qui sont pratiquement obligés de réserver leur place à une garderie cinq ans… avant la naissance de l’enfant. Hé bien, pour ces parents, un gouvernement péquiste s’arrangerait pour que ce soit plus facile pour eux d’avoir une place sans courir dans tous les CPE en espérant en obtenir une (comme ce qui se passe avec les médecins de famille).

Oui, je suis tout à fait d’accord: ce n’est pas aux garderies d’élever les enfants et ceux qui jettent leurs enfants inutilement dans les CPE pour leurs caprices d’adultes sont des irresponsables dont on devrait songer sérieusement à retirer les droits parentaux. Sauf que la majorité des utilisateurs de CPE sont des gens qui en ont besoin et pour qui trouver une place, c’est un cauchemar. Alors, c’est si grave que ça leur miroiter l’idée que « PEUT-ÊTRE », ils pourraient avoir une place en garderie plus facilement ?

Publicités

6 mois plus tard, toujours en orbite…

Techno-science.net (source)

À l’heure où sera publié le billet, ça fera exactement six mois que WordPress m’aura donné cet espace en me disant : allez, bonne chance le grand ! Je vous avoue que jamais je n’aurais cru perdurer 6 mois dans la blogosphère… et ça continue malgré tout; malgré les défauts, les travers, les joies, les peines, les niaiseries et les commentaires parfois intelligents de ma part. 😉 Je ne m’étendrai pas trop longtemps sur le sujet, je me permettrai néanmoins un petit texte poétique sur la chose.

Yoh ! Je sais que parfois je souffre d’impertinences et j’ai l’air d’être juste un peu frustré par la vie en général, mais c’est que je suis un électron libre qui se fout des performances des Maple Leif, qui s’intéresse bien plus à la vie et après celle-ci.  Je suis un célibataire frustré, avec un gros bon sens, qui ne déteste pas manger de temps à autre une omelette aux lardons en se regardant le petit nombril. Bon, parfois, je fais plein de fautes et je me retrouve comme un médiateur farceur à défendre le packaging de mon site, mais… Mais je me complais dans l’utopie – voire « l’utopium » – car malgré mon côté « radicarl » et détracteur, je suis en mesure d’être contemplatif: regarder la musique ou voir un écureuil voler une noisette sociale à un « renart » accompagné d’un chat végétarien (au nom anglophone de vegekat). Je ne suis pas le seul à observer la scène, il y en a 7 autres. Malgré le plaisir de ce blogue, je dois tout de même admettre que je me sens, par moment, anarcho-pragmatiste et que j’en ai ras-le-blogue de tout ce qui se passe dans le monde. Mais abandonnerai-je ? Non. Hors de question.

Bon, vous aurez remarqué que j’ai pluggé pratiquement tous les membres de ma Communauté du Blog dans ce petit texte bizarroïde… Un hommage à vous, voisins du Web ! Par la même occasion, ça faisait longtemps, mais j’entre deux nouvelles têtes d’affiche dans la Communauté : Blogue l’Éponge et Anarcho-pragmatisme qui sont dans mon agrégateur depuis un bout, mais pas sur ma communauté… Alors, j’ai remédié à la chose aujourd’hui ! Puis, bon, je me permets de souligner encore que le Satellite a 6 mois d’existence. 🙂

Dernier billet de campagne électorale

En fait, je viens de faire mon politicien: je reparlerai sûrement des résultats des élections mercredi, mais c’est mon dernier billet avant le jour du scrutin – demain le 14 octobre de 8h à 20h, je le rappelle. Mais bon, faire un billet demain sera trop tard puisque vous serez aux urnes de toute façon (sauf si vous me lisez d’ailleurs qu’au Canada). Je n’aurai peut-être pas fait une campagne blogesque aussi importante et bonne que lutopium (que je félicite par la même occasion), mais j’espère au moins que vous aurez compris mon message déjà pris par plusieurs: n’importe quoi sauf Harper majoritaire. Parce que, personnellement, je sens le gouvernement conservateur minoritaire, mais pas majoritaire. Je le souhaite en tout cas. Y aurait toujours l’option de coalition NPD-Libéral qui serait bien, mais je ne suis pas sûr que ça se fera.

Mais bon, pour ceux qui branleraient dans le manche et qui considèrent l’option Harper par dépit, une petite liste de trucs pour vous rappeler que ce n’est pas le choix le plus intelligent que vous pouvez faire:

1 ) Il y a deux ans, ce « grand leader » faisait un cabinet de ministres avec une ministre de l’environnement à la solde de l’industrie pétrolière et, surtout, une ministre de la Culture UNILINGUE ANGLAISE !

2 ) Il a changé Bev Oda pour Josée Verner… Sauf qu’une cruche ferait mieux que Josée Verner qui n’a JAMAIS expliqué par quoi elle changerait le 45 millions coupés, ce qui aurait évité aux artistes et blogueurs de critiquer le gouvernement.

3 ) Stephen Harper songe à augmenter le budget militaire… (dépenses fortement inutiles si vous voulez mon avis)

4 ) Stephen Harper dit ne pas flirter avec la droite morale, mais pourtant il a une candidate membre de l’Opus Dei, il a déjà eu un ministre créationniste, il s’est fait convaincre par un pasteur évangélique du projet de loi C-10 (pour censurer des oeuvres à la moralité douteuse… selon l’Église catholique qui a la notion du vice pas mal trop large), …

5 ) M. Harper n’a aucun respect pour les langues officielles, alors qu’il a pratiquement voulu enlever la commission aux langues officielles.

6 ) Il a adopté une série de mesures pour « barrer » le travail des journalistes sur la Colline parlementaire.

7 ) Mise à part lui, où étaient ses candidats sur la place publique ? Ah oui ! Muselés, sauf les têtes « populaires » comme Michael Fortier et Josée Verner.

8 ) Parlant de Michael Fortier, rappelons-nous que monsieur Harper a mis le gars ministre sans qu’il soit élu et pas pendant quelques mois comme le nouveau ministre de la Santé à Québec Yves Bolduc, mais pendant 2 ans alors qu’il y a eu des partielles pendant cette période de temps-là !

9 ) Monsieur Harper a proposé un super plan pour les gaz à effets de serre qui seront réduits… en 2050. C’est-à-dire quand il sera mort et que ça coûtera au Canada des milliards de dollars par année pour les catastrophes naturelles. D’ailleurs, savez-vous que ça coûte déjà plus d’un milliard de dollars les dégâts et problématiques causées par les problèmes de pollution, changements climatiques et etc. ? Mais évidemment, selon Harper, IL Y EN A PAS DE PROBLÈMES ! Ben non !

10 ) Il a confié un ministère aussi important que celui des relations internationales à un amateur comme Maxime « Jos Louis » Bernier qui a été – selon tous les analystes, même des pro-conservateurs – LE PIRE ministre des affaires extérieures du Canada.

11 ) M. Harper dit que les autres partis vont faire des dépenses stupides. Pourtant, il est prêt à payer pour des centres de prison pour les 20-30 jeune contrevenants d’en bas de 16 ans qui commettent des crimes graves… Logique !

12 ) M. Harper a une désinvolture presque malsaine face à la crise économique actuelle, allant jusqu’à encourager les gens à acheter des actions alors que le marché est clairement instable. Bravo ! Belle sensibilité cowboy !

13 ) Oui, M. Harper a déclaré qu’il y avait une nation québécoise… Sauf que le titre ne vaut rien et quand Jean Charest parle d’un type de souveraineté culturelle (dans le sens qu’on s’occupe nous-mêmes de la culture au Québec), là, M. Harper a oublié son « fédéralisme d’ouverture » assez sèchement merci.

Bon, je sais que mon billet n’aura aucun impact sur ceux qui sont déjà très conservateurs et là, je ne nommerai pas l’électeur conservateur type, ça serait méchant et ça ne voudrait rien dire. N’empêche que j’aimerais qu’on y pense à deux fois avant de mettre au pouvoir à nouveau un ancien gars du Reform Party, un parti fédéraliste tellement moraliste et avec des idées de contrôle que ça fait peur…

Mais bon, c’est votre choix ! Et voilà, le dernier paragraphe de la campagne électorale: il est essentiel que vous alliez voter demain. Peu importe votre choix – même en désaccord complet avec moi – il faut le faire. C’est que je dis ça alors qu’hier, à Tout le monde en parle, le très comique Pierre Légaré a dit quelque chose qui m’a fatigué. Il a dit qu’il ne votait plus et que c’est un geste qui ne valait pas la peine. Je comprends un peu le sens de son discours qui est un peu anti-étatique, un peu comme un certain blogueur très appréciable sur le Net (quoique les idées ne sont pas exactement pareilles entre les deux). Mais de dire que voter est inutile… pour lui, OK, et heureusement, il n’a pas dit de ne pas aller voter. Néanmoins, sur une tribune aussi forte que l’émission de Radio-Canada, dire que le vote ne sert à rien alimente le cynisme et le taux de participation faible alors que c’est notre seule chance d’avoir un léger pouvoir dans notre supposée démocratie. Alors, votez en grand nombre ! C’est important !