Histoires d’humains

Ce billet provient d’une discussion que j’avais avec un ami hier soir. On jasait de trucs et d’autres (dont la fameuse religion catholique), une discussion qui a vite tourné en discussion historique sur la religion, entre autres. Finalement, après quasiment une heure, on en venait au constat suivant: l’Histoire avec  le grand « H » peut être vraiment plaisante, peut emmener à des découvertes et discussions fascinantes. Alors pourquoi elle a autant mauvaise presse ? Pourquoi, pour la plupart, quand on dit le mot « Histoire », ils deviennent verts et sur le point de dégobiller ?

Je me dis que probablement c’est l’obsession des dates. On associe l’histoire avec l’apprentissage pénible de dates. Bon, personnellement, je n’ai pas tant de problèmes avec les dates. Lorsque je veux bien les retenir, je suis en mesure de le faire. Mais je comprends que si pour le commun des mortels, l’histoire ne veut dire que « apprentissage de dates », ça lève le coeur. Pourtant, le nom le dit: l’histoire, c’est la trame narrative qui nous a emmenés jusqu’ici avec ses grands moments et ses moments pathétiques.

Anecdote personnelle: ma soeur était en révision pour son cours d’histoire du Québec. Elle voulait que je l’aide à réviser car elle avait de la difficulté à comprendre. Je me suis rendu compte pendant que je lui posais des questions qu’elle compartimentait le tout comme on classe nos chaussettes, nos livres, etc. Bref, elle était capable de comprendre les questions directement associées à la classification, mais elle ne comprenait pas les liens qui menait d’une période à une autre. Alors, je me suis mis à reprendre sa matière et lui dire en gros l’histoire de chaque période et les liens entre elles. Aussitôt, ça a fait comme: « Ah ! » Une grande lueur a éclairci son visage comme si elle venait de comprendre que l’histoire, c’est plus que d’apprendre c’est quoi l’Acte de Québec ou le rapport Durham. C’est aussi le POURQUOI et qu’est-ce qui explique que ce soit arrivé. Bon, malheureusement, comme on n’a fait qu’une révision ensemble et un peu trop collée sur son examen, elle a échoué et a été obligée de le reprendre mais je sens quand même qu’elle a, un tant soit peu, compris que l’histoire n’est pas juste une question de par coeur. Il y a une question de compréhension aussi.

Évidemment, l’histoire n’est pas parfaite. On sait beaucoup de choses des vainceurs, jamais des vaincus. On sait que certains textes anciens ont été traduits de façon arbitraire par certains moines de l’époque, etc. Il n’empêche qu’elle est fascinante, vaste, qu’elle est une source infinie d’inspiration. Juste de lire un site sur la Rome Antique comme celui-ci fait par un amateur (mais supra bien renseigné, passionné et avec un bon sens de l’humour) me transporte ailleurs, me fait découvrir un pan de l’humanité et me rassure sur le fait qu’il y a encore des gens qui aiment ça l’histoire. Parce que provenant d’un coin de Terre où la devise est « Je me souviens », il me semble important de se souvenir de son histoire et celle d’autres peuples.

Et vous, quelle est votre relation avec l’histoire ? L’aimez-vous ? Y a-t-il une période qui vous fascine plus que les autres ? Ah et tiens, je vais me permettre aussi une question de sondage (ça faisait longtemps):

Mais hé, pas parce qu’il y a un sondage que vous ne pouvez pas laisser de commentaires.

Le billet du jour: Bon ben il semble que sois pratiquement le seul à ne plus Twitter, même Renart s’y est mis ! Bon, sans blague, ça ne me cause pas vraiment de problème, c’est juste que… Pour moi, je n’y vois pas l’intérêt et qui ça intéresserait. M’enfin ! Puisque je suis un homme de Cro-Magnon… Houmpf, houmpf ! Moi, homme des cavernes ! Moi va chasser dinosaure pour dîner (ben quoi, selon les créationnistes, l’homme aurait vécu en même temps que les dinosaures… 😛 ).  Oh et Blogue l’Éponge fait une montée de lait fort intéressante sur les compagnies de cartes de crédit qui sont rendus à faire de la sollicitation dans les stations de métro

Publicités

Sondage de la semaine

Allez, le débat des chefs est fini ! Alors, je vous demande la question que tout le monde va poser, mais ce n’est pas grave:

Exprimez-vous ! Quant à moi, je rédigerai ma réponse prochainement…

Chéri(e), je te mens pour ton bien

Alors, à la question, « Peut-on honnêtement tout dire à l’élu(e) de son coeur ? », vous avez répondu:

  • Oui, absolument ! à 11%
  • En général, oui, mais il y a certaines choses que l’on peut/devrait garder secrètes avec 81%
  • Non, l’honnêteté cause plus de problèmes qu’autre chose à 7%

Alors, en grande majorité, vous vous entendez sur le postulat que c’est bien d’être majoritairement honnête, mais d’éviter de toujours dire à 100% la vérité. C’est drôle, avant, j’aurais été choqué par ce genre d’affirmations. Mais avec deux échecs amoureux (de vraies relations, je parle) sous la cravate, je peux dire qu’effectivement, peut-être que la trop grande honnêteté n’est pas toujours bonne. Parfois, elle peut causer des malaises qui restent dans le couple jusqu’à la fin de celui-ci. Cependant, mentir souvent ? J’ai bien de la difficulté avec cela parce qu’un moment donné, je considère qu’un couple doit se baser sur de la confiance… Or, la confiance passe – en tout cas, pour moi – par l’honnêteté entre autres.

Tout un contrat, quand on y réfléchit (ou comme moi, on a le temps d’y réfléchir), la vie de couple ! Mais bon, à voir le grand nombre de blogueurs épanouis en couple (ou en tout cas, qui disent l’être), je me dis qu’éventuellement, mon cynisme amoureux va descendre et que je vais finir par m’ouvrir à ça. Finalement, je regarde ça et je suis Martin Brodeur ! Ceux qui savent les hauts et les bas de Sophie Paquin savent de quoi je parle… 😉

Sondage de la semaine

J’aurais voulu trouver un sondage sur la campagne électorale actuelle, mais sérieusement… Que voulez-vous sonder ? Le mea culpa nul de Dumont ? Les promesses de science-fiction de Marois (ben oui, toi que d’ici 5 ans, on aurait tous un médecin de famille…) ? La coupe de cheveux et la mollesse de Charest ? Non.

En fait, c’est l’épisode d’aujourd’hui des « Hauts et des bas de Sophie Paquin » qui m’a inspiré. Pour ceux qui la suivent, disons que dans les couples de la série, ça se ment beaucoup ou ça s’est menti beaucoup. Alors, je pose la question à ceux qui sont en couple, mais également aux célibataires qui ont un point de vue sur la question; que vous soyez aux gars, aux filles ou aux deux, je vous demande:

L’économie, d’abord ? Non !

Voici un vidéo officiel des candidats péquistes en Estrie (ma région) qui font un texte en slam, un art oratoire de plus en plus populaire. Bon, c’est « cheap » comme moyens (et la musique est vraiment pas super), mais bon, c’est tout de même original et en plus, ce qui m’a marqué c’est que ça touche vraiment aux résultats du sondage de la semaine. En effet, dans le vidéo, on aborde énormément d’enjeux et pas nécessairement juste l’économie.

Car c’est ce qui sort du sondage. Tout d’abord, les résultats:

  1. C’est la position constitutionnelle québécoise qui remporte la palme d’or avec 29% des voix.
  2. Deuxièmement, la langue française avec 18%.
  3. Par la suite, 3 ex-aqueo: l’économie, l’éducation et l’immigration avec 12% des voix.
  4. 3 autres ex-aqueo: la santé, l’environnement et la culture avec 6% chaque.
  5. Et finalement, ceux qui n’ont reçu aucun vote: la justice et les transports.

Bon, évidemment, on est loin du sondage scientifique et l’échantillon est plutôt limité. N’empêche que je trouve que ça réflète bien que le slogan de Charest – « L’économie, d’abord. Oui ! » – ne passe pas auprès de la population. Oui, bien sûr, on est inquiet de la crise, mais on s’en fait bien plus avec d’autres sujets comme l’avenir du Québec avec le Canada, le système de santé qui – malgré toutes les promesses de Charest en 2003 et 2007 – ne s’est pas amélioré tant que ça, le système d’éducation qui est en train de brûler des bons profs qui lâchent le métier (et dans le contexte actuel, on ne peut pas les blâmer), etc. Sans compter qu’on voit beaucoup de reportages et de témoignages comme quoi l’île de Montréal s’anglicise de plus en plus.

Moi, ce qui m’énerve particulièrement en période électorale, c’est les millions et les milliards qui sortent de tous bords et tous côtés… C’est tellement drôle comment – quand un gouvernement est au pouvoir – il n’a JAMAIS d’argent pour rien (sauf évidemment, les petits amis du secteur privé). Or, en période électorale, il faut croire que malgré le froid automnal, il réussit à pousser des arbres à argent et particulièrement dans des régions non libérales (exemple: la ville de Québec) ou non péquiste ou non adéquiste. Bref, « it’s raining cash, alléluia ! » Sauf que nous ne sommes plus dupes. À l’époque de Duplessis, Lesage ou même Lévesque, c’était plus facile de promettre des investissements qui ne se feraient jamais car on ne suivait pas autant les politiciens. Or, aujourd’hui, à l’ère de l’information continue, on le sait clairement que les politiciens, une fois élus, ne font pas grand chose de leurs dix doigts et que soudainement, c’est l’amnésie totale en ce qui a trait aux sommes promises durant la campagne électorale. Tout d’un coup, les arbres à argent disparaissent sous la neige. Ce qui arrivera en décembre prochain, peu importe qui est au pouvoir.

Ah, bien sûr ! La logique – dans un tel contexte de cynisme – serait de changer cette vision généralisée de la population en agissant bien et en se rappelant des promesses pas juste à quelques semaines des élections. Or, j’imagine par paresse, nos partis politiques préfèrent opter de la vieille méthode de s’asseoir et attendre… en espérant que la population oublie leur inaction.

Sondage de la semaine

C’est l’heure du sondage Léger et Débile Léger ! 😉 Sans blagues, il semble bien qu’après 3 jours à être plus intéressé par le président désigné des Américains (car je vous rappelle qu’Obama ne sera assermenté président que le 20 janvier 2009… en attendant, c’est Georgie Boy qui va « régner »… avec de fortes pressions de l’entourage d’Obama), il va falloir s’intéresser à la campagne électorale québécoise. Vous savez celle faite par un frisé qui a des « trips » de pouvoir ?  Or, je ne sais pas si vous avez vu, mais à date ça ne vole pas haut et il semble que nos politiciens n’ont que le mot économie dans la bouche. C’est peut-être juste moi, mais il me semble que – même si une crise financière est là – diriger une province/pays (peu importe votre vision des choses) c’est plus que JUSTE l’économie…

Alors, je vous demande quel sujet vous voulez le plus entendre parler durant la campagne électorale ? Oui, je sais, je suis méchant, je ne vous laisse qu’un choix. Mais en fait, je veux savoir quel sujet va plus attirer votre attention sur la campagne électorale ? L’économie ou d’autres choix parmi les suivants ?

Il est possible que j’en aie oublié, mais je crois quand même avoir cibler les catégories importantes. Alors, on s’en reparle vendredi prochain ! Comme dirait l’autre: « Bonne semaine ! » 😉

Je regrette…

Sabrihakim.com (source)

Sabrihakim.com (source)

C’est l’heure du résultat du sondage de la semaine. Alors, je vous demandais « Y a-t-il une chose que vous regrettez sincèrement dans votre vie ? » et vous avez répondu :

  • Oui à 56 %
  • Non à 33%
  • Indécis à 11%

Finalement, on est plus de la moitié à regretter quelque chose sincèrement dans notre vie. Vous savez, je ne réponds (et ne répondrai jamais) aux sondages en votant. Je ne réponds que par ses billets de retour sur les résultats. Mais moi aussi je répondrais « oui ». En fait, ça fait partie des choses qu’il faut que je change chez moi, je dois cesser de regretter. Parce que j’ai l’impression d’avoir plus de regrets derrière moi qu’autre chose. En fait, je regrette…

  • d’avoir fait souffrir des gens à 15-16 ans (voir mon billet sur mon coming out en juillet dernier)
  • d’avoir piqué des colères inutiles
  • de ne pas avoir été le fils que mon père aurait voulu que je sois
  • que mon père n’ait pas été le père que j’aurais voulu qu’il soit
  • d’être celui qui est capable de s’exprimer clairement à l’écrit, mais pas en face-à-face
  • d’être incapable d’avoir l’impression de pouvoir être moi-même, peu importe où je suis
  • d’avoir été pour deux personnes, un « chum » pitoyable
  • de certains mensonges du passé faits uniquement par étourderie ou par besoin stupide d’attention (une chance que j’ai réglé ça il y a 5 ans)
  • de ne pas être capable de toujours dire ce que je pense, même à mes proches, ce qui cause de sérieux problèmes parfois
  • de ne pas être aussi vert que je le devrais, aussi tolérant que je le devrais, aussi intellectuel que je le devrais

Méchante liste, hein ? Évidemment, certains de ces regrets ne sont pas en tant que ça des regrets plus que des points de ma vie que j’aimerais corriger. Il n’empêche quand même qu’en les écrivant, il y a tout de même une sorte de regret qui sort de ces affirmations. Mais il ne faut pas s’en faire. Déjà, les écrire, ça fait du bien, ça les met à une place où je pourrai les relire.

Mais bon, je me dis que je ne suis pas le seul qui a des regrets. Juste dans l’actualité, il y a le PQ qui va regretter très sincèrement de ne pas avoir repris la candidature de Jean-Claude St-André… Sans parler du document très critique à l’égard de l’image de Pauline Marois qui est sorti dans les médias grâce à Denis Lessard (d’ailleurs, c’est quoi sa job à La Presse ? défaire le PQ ? parce que c’est lui aussi qui a sorti la nouvelle des problèmes financiers du parti cette semaine…)*. Oui, le PQ doit regretter que René Lévesque ne se soit pas encore réincarné… 😉

* Je viens de lire ce commentaire de Patrick Lagacé sur son blogue alors qu’il abordait la nouvelle du document et que quelqu’un a eu la même pensée que moi en se disant que peut-être M. Lessard voulait torpiller le PQ (même si le PQ est capable de se torpiller tout seul):

@ Maxlx : je vous soumets respectueusement que M. Lessard sort des scoops qui font damner pas mal tous les partis. C’est un gratteux, un plogué, un brillant. Il n’a pas comme objectif de nuire au PQ. Ce qui m’étonne, ce n’est pas que Denis l’ait sorti : une fois que tu l’as, tu le sors. C’est que ça ait PU sortir. Ce document n’est pas un document public. C’est un truc sensible, FOR PQ EYES ONLY, pour parler comme James Bond. Et pourtant, ça sort ! Il y a quelqu’un qui a été grossièrement négligent ou particulièrement indiscret. Et ce quelqu’un est au PQ.

Des scoops qui font suer tous les partis Patrick ? Me semble que je n’ai pas encore vu de nouvelles qui nuisent au PLQ à part la sortie du vérificateur général. Je dis ça de même…