Littéralement trop

Un ami m’envoie ça hier en me disant: tu devrais rire pas mal. C’est pourtant une vidéo qui a été très regardée sur YouTube (près de 4 millions de visionnements) et j’imagine que le Patrouilleur du Web en a déjà parlé, mais fallait que je partage ça.

Par moment, les vidéoclips peuvent être des bijoux de créativité artistique: des concepts géniaux qui peuvent parfois devenir plus important que la chanson qu’elle met en vedette. Mais parfois, les concepts sont ridicules ou littéralement – excusez l’expression anglaise – « over the top ». Exagérés, un peu trop de direction artistique sans aucune cohérence. Forcément, c’est le genre de chose qui font rire certains qui s’amusent à parodier ces clips. Par contre, ils ne le font pas en filmant une « version parodiée » du clip. Non, on reprend les mêmes images et la même musique. Or, au lieu de chanter les paroles de la chanson en question, on chante ce qui se passe dans le vidéo.

Ces « literal music video » font fureur sur YouTube et si certains sont amateurs (et pas superbement bien chantés), d’autres sont fous de justesse et d’une drôlerie incroyable. Par exemple, la fameuse chanson « Total eclipse of the heart » (chanson phare des années 80 un peu kétaine, avouons-le) avait un vidéoclip, ma foi, vraiment « over the top »… Forcément, ça a donné ce « literal video » assez hilarant merci:

Franchement, je pense que c’est la passe des enfants de chœur à la « Village of the Damned » (image de la version de 1995, mais il y avait eu une version dans les années 60)… Un peu trop à mon avis. 😉

Publicités

Une ironie délicieuse

Image du Malleus Maleficarum - "Le Marteau des Sorcières"

Je suis allé à Québec hier. Dans quel but ? Aider un ami dans sa recherche d’appartement alors qu’il amorce un boulot en août. En plus, ça faisait des années que je n’y avais pas remis les pieds. Toujours aussi jolie au niveau du panorama et de l’architecture (du moins, dans le Vieux-Québec).

Non seulement j’ai vu bien des collants « supportons nos troupes » sur les voitures comme ici on a remarqué (non, j’exagère, j’en ai pas vu tant que ça, mais quand même…), mais j’ai remarqué une magnifique ironie. En me promenant dans le Vieux-Québec et la ville en général, j’ai remarqué que plusieurs églises subissaient des rénovations. Jusque-là, rien de particulier.

Sauf que lorsqu’on s’approche un peu d’une de ces bâtisses, on remarque une enseigne disant que cette rénovation du patrimoine religieux est subventionnée par le Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine

Hé oui, j’oubliais qu’après Simone de Beauvoir ou Lise Payette, l’Église était le plus âpre défenseur de la condition féminine !  Non, je sais bien que c’est parce que c’est la ministre Christine St-Pierre chapeaute ces 3 dossiers. N’empêche, avouez que l’ironie est délicieuse à souhait ! 😉

Huh ? What ?

Y a des jours comme ça où on a l’impression qu’il y a quelque chose dans l’air de bizarre. Par exemple, quand je regarde mon agrégateur et que je vois  – sur le blogue de Richard Hétu – Ted Olson, un Républicain très républicain (le genre qui a tout fait pour mettre Clinton dans l’eau chaude avec le scandale Lewinsky et qui adulait Bush) dire qu’il va se battre pour faire déclarer inconstitutionnelle (ayoye ! j’ai plogué ce mot dans un vrai contexte ! 😛 ) la décision de la Cour Suprême de Californie qui a validé la proposition 8 contre le mariage gay dans l’État.

Citation de Monsieur Olson prise du blogue de M. Hétu et traduite en français par votre humble serviteur:

Ce n’est pas une question d’être libéral ou conservateur, Démocrate ou Républicain. Nous sommes (NDT: lui et David Boies, un démocrate) là en partie pour symboliser cela. La question ici est celle de l’égalité des droits, garantie à tous les Américains par la constitution des États-Unis. Depuis trop longtemps, les gays et les lesbiennes qui recherchent une relation stable, des relations d’amour dans l’institution du mariage se sont fait refuser ce droit fondamental.

Mais que se passe-t-il dans le GOP (Grand Old Party) ? Quand ce n’est pas Ted Olson qui va se battre contre la décision de la Cour Suprême, c’est la fille de John McCain qui déclare qu’on devrait cesser d’ostraciser les homosexuels… Pourtant, d’autres forces républicaines s’associent également avec la droite religieuse anti-gay… Est-ce que le parti républicain vivrait un schisme ? Ça m’étonnerait, mais si un grand défenseur des républicains, qui sous Bush  étaient très homophobes, qui  se porte à la défense des droits des homosexuels, il y a clairement quelque chose qui se passe chez nos voisins du Sud… Ou, soyons cyniques, serait-ce parce que de plus en plus d’Américains ne voient plus d’inconvénients à ce type d’unions et que les Républicains veulent des votes pour en 2010 ?

En tout cas, aujourd’hui, je me sens comme si c’était le monde à l’envers…

Le billet du jour: Dominic Arpin affiche sur son blogue une très troublante campagne polonaise sur la perte de patience des parents qui peut mener à une plus grave perte de contrôle… La première image de cette petite fille sur la table me donne le frisson et celle du petit garçon rend le tout très triste. En tout cas, une fichue de belle trouvaille à voir et qui fait réfléchir.

La justice n’aime pas l’urine

Petit billet insolite pour « ensoleiller » votre week-end. En fait, je voulais vous emmener à lire cette nouvelle ma foi comique et insolite sur la justice américaine. Bon, vous savez, y a pas qu’ici qu’on critique les tickets de vitesse (PV pour les Français)… On n’aime pas plus cela aux États-Unis.

Alors, il y a un homme de l’État de Washington qui s’est fait prendre à 54 miles à l’heure dans une zone de construction où la limite est 35 miles àl’heure. Résultat: le gars doit payer une amende de 206 $. Jusque là, rien de bien singulier. Cependant, le gars n’a pas amassé l’argent à temps et ne s’est pas rendu à sa comparution. Résultat: 65 $ de plus ajouté à l’amende. Or, notre homme ne l’a pas pris ainsi. Dans un sac en plastique, il a amassé les 206 dollars en sous noirs et y a ajouté une touche personnelle… son urine dans le sac. Le tout dans une boîte hermétique envoyé par la poste. Ce qui est légal aux États-Unis, tant qu’il n’y a pas d’odeurs et que le liquide ne coule pas.

Ai-je besoin de dire que la justice n’a pas pris le paiement et a renvoyé le tout au plaisantin ? 😉 (Merci au Chibougameux pour m’avoir envoyé cette histoire incroyable !)

Le billet du jour: Parlant de trucs incroyables, je vous invite à lire cette réflexion provenant de l’Antre de la Vérité. On a parlé cette semaine d’apostasie avec les propos de Ti-Ben 16 et surtout cette Église ancrée au Moyen Âge. Justement, la réflexion de Dark Rémi: pourquoi balaie-t-on si facilement la possibilité du surnaturel dans nos vies alors qu’on est prêt à croire comme ça que Moïse a séparé la Mer Rouge en deux ? Les mythes religieux seraient plus crédibles que les histoires de surnaturel ? À lire, en tout cas… Vous ne regarderez plus Gaston Lepage de la même façon. 😉

Le fou rire de la fin de la semaine

Bon, il semble que la visite d’Obama au Canada s’est déroulée rondement. Le coquin a même fait une petite visite « délinquante » (ou prévue, mais pas dite aux journalistes) dans un centre d’achats pas loin de l’ambassade américaine où monsieur s’est payé une queue de castor (c’est un dessert, et non pas, la queue coupée d’un castor qu’on mange) en plus de quelques gâteries pour la petite famille j’imagine. Mais franchement, via Steve Proulx qui cite le blogue de Marie-Claude Lortie, j’ai vu la photo la plus drôle et – comme le dit le chroniqueur – qui résume tout de la visite  du président américain. Je me permets de la mettre ici, mais en vous signalant qu’il s’agit d’une photo d’Ivanoh Demers de La Presse:

Obama éclipsant Harper

Non, mais quand on dit que l’un est plus populaire que l’autre… En tout cas, je la ris encore. 😛

P.S.: Oui, je sais que ce n’est qu’une question de prise de vue, mais pareil… Avouez que ça illustre bien la visite du président. 😉

Pensée du week-end

Voici une pensée sur laquelle réfléchir ce week-end qui ne vient pas de moi mais d’un contact dans ma liste d’une messagerie instantanée ultra connue:

La franchise ne consiste pas à dire ce qu’on pense, mais à penser ce qu’on dit.

Ouh… Sur ce, bonne fin de semaine ! Lundi, je devrais avoir une nouvelle qui va en réjouir quelques-uns.

« Moé chu Mario, chu plombier pis je sauve la même princesse depuis 20 ans ! »

Pour le Temps des Fêtes, je me suis offert une petite gâterie. Ou plutôt j’ai offert une petite gâterie à ma Wii: je lui ai offert la première aventure (car il y en aura une deuxième sur la même console) de Mario sur la console blanche du géant Nintendo. Ça faisait longtemps que je n’avais pas fait un Mario au complet. En fait, même je n’ai jamais fait un Mario en 3D, le dernier réussi étant l’excellent Super Mario World sur Super Nintendo…

Ainsi, Mario 64 et Mario Sunshine n’ont jamais touché mes… doigts. 😉 Pour Mario 64, comme je n’ai jamais eu de Nintendo 64, c’est explicable. Quant à Mario Sunshine, il ne me semblait pas attirant. Par contre, Super Mario Galaxy me titillait. L’idée originale des planètes, l’aspect « féérique » d’une aventure dans l’espace avec le sympathique plombier italien replet me plaisait.  😛 Je me suis donc procuré une copie des dernières aventures de notre moustachu favori.

Il faut dire aussi que j’étais curieux. J’étais curieux car partout on lisait que le jeu contenait 3 pistes de langages au Canada : anglais, espagnol et… français. Le tout étant déterminé par le langage de la console. Et j’avais lu un billet sur le sujet du Détracteur Constructif (désolé, ce n’est pas le lien de son blogue car celui-ci a explosé, mais j’ai retrouvé son billet grâce à Google) comme quoi la traduction française canadienne du jeu était à saveur québécoise…

Après avoir fini le jeu, je peux confirmer: oui, il y a bien du joual dans le jeu. Pas tout le temps, mais on le rappelle régulièrement avec des expressions comme « awaye ! », « grouille ! », « on est bien adonnants », un postier Toad qui parle en « moé », « toé », « ben fine »…

D’un côté, ça peut être un peu énervant. On se dit pourquoi ne pas avoir gardé un français international, un français compris par tous ? Premièrement, c’est moins long sur la traduction et deuxièmement, ça évite des malaises. Le malaise de se dire que pour Nintendo Canada, le Québécois moyen parle pauvrement. D’un autre côté… peut-être qu’ils se sont dits: « on va leur faire plaisir, ils vont parler le dialecte québécois, on va respecter leur langue distincte ! ». Sauf que comme le dirait le Détracteur, c’est juste dommage qu’on dirait que c’est aux personnages idiots que la traduction « joualesque » s’est faite… ce qui est dommage.

Mais bon, le jeu est bon alors je pardonne ce genre de traduction. Néanmoins, j’ai un message pour Nintendo Canada:

Merci de vouloir offrir des produits vidéoludiques en français au Québec. C’est très apprécié et continuez de faire de même pour les consommateurs francophones qui méritent de jouer dans la langue qu’ils désirent. Cependant, vous n’êtez pas obligé d’ajouter du joual pour qu’on apprécie un jeu vidéo Nintendo en français. Une simple traduction en français international, sans argot parisien, nous suffirait amplement et éviterait de propager l’image de Québécois qui ne parlent qu’en joual… Ce qui est un peu cliché, avouez-le !

Alors, le prochain Mario qui risque de sortir en 2010-2011 ou le prochain Zelda sur Wii… français international, OK ? 😉 Merci.