Crime fictif interdit

Attention parce que – semble-t-il – je vais commettre un crime. Et ce crime sera de mettre une photo pour illustrer ce billet:

En effet, je montre un crime fictif commis (celui d’Annie Wilkes contre Paul Sheldon dans le film Misery de Rob Reiner, inspiré du roman de Stephen King) et si je me fie à ce que raconte Richard Martineau, ça serait quasiment un crime selon le Code criminel canadien. Il raconte l’histoire de Rémy Couture, un maquilleur professionnel pour films d’horreur qui a eu le malheur de diffuser sur Internet des exemples de son travail. Certes, c’est très gore (genre trop pour moi), mais rien qui ne se compare pas avec des séries de film comme Saw (Décadence) ou Hostel.

Résultat: Interpol capote et contacte la GRC. Et on arrête l’artiste sous le prétexte suivant.

Selon le code 163 du Code criminel canadien, « commet une infraction quiconque produit, imprime, publie, distribue, vend, ou a en sa possession aux fins de publier, distribuer ou mettre en circulation, une histoire illustrée de crime… »

Wow ! Quelle loi qui a été interprétée, dans ce cas-ci, avec zèle. Comme l’écrit l’Anarcho-pragmatique, on sort les 7 Jours du Talion des clubs vidéos et des librairies ? On devrait aussi arrêter Patrick Sénécal pour toute cette « incitation au crime ».

Et que faire de tous ces horribles films d’Hitchcock, de Coppola, de Spielberg, de Lucas, etc. ? Pensez à toutes les oeuvres que vous avez lues, entendues ou vues contenant un crime dedans. Et bien, si on interprète avec zèle cette loi, théoriquement plus de 90% des oeuvres artistiques devraient être saisies. Il n’y aurait plus de librairies, de clubs vidéos, de cinémas, de théâtre (oui, même Shakespeare est un terrible criminel avec tous ces meurtres dans ses drames), etc. Quoique pour les partisans du Parti Conservateur, un monde sans culture se porterait sûrement bien mieux.

Je ne dis pas que c’est extraordinaire de dépeindre des crimes gore, mais bordel où elle est cette fameuse liberté d’expression ? Je veux dire, comme disait M. Martineau, on voyait les crédits de ces films et il était indiqué qu’il s’agissait d’oeuvres de FICTION, pas de vrais crimes.

Où s’en va le monde culturel, je vous le demande ?

Publicités

2 Réponses

  1. Excellent billet! Et merci pour la plogue!

  2. Ouais, m’as dire comme tu dis, on capote pour des oeuvres de fictions. Méchant zélé celui qui a alerté la police. Est-ce que c’est quelqu’un d’équilibré ?

    Moi, je servais des avertissements sur mon blogue, quasiment à chaque billet, et on m’a reproché le contraire. Je voulais pas prendre le monde pour des caves, juste pas prendre de chances…

    Quand j’ai lu ton billet, je me suis dit que j’ai bien fait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :