La culture de mort

Artiste: Casey Brown

Difficile de ne pas parler des propos de Monseigneur Ouellet qui viennent de rallumer le débat sur l’avortement. Déjà la question se pose: était-il vraiment éteint ? Il me semble que depuis que les Conservateurs sont au pouvoir avec Harper, on frôle le reniement de ce droit acquis depuis quelques décennies à peine.

Ce qui est amusant des fanatiques catholiques, c’est qu’ils ressortent toujours le même argument quand vient le temps de parler soit de l’avortement, des homosexuels, des féministes ou de la contraception:  « Ce sont tous des éléments qui participent à la culture de mort ambiante. »

La culture de mort ? Vraiment ? S’il est vrai que dans l’avortement, il y a une question de décès, pour le reste, j’ai du mal à comprendre cette fameuse « culture de mort » dont ils se servent si souvent comme argumentaire.

Et puis, bon, vous me direz que je ne suis qu’un pion, un participant de cette culture de la mort et donc mon opinion équivaut à une fiente de moineau, mais voici ce que je perçois.

Alors, on a une religion qui  :

  • A voulu exterminer une culture complète (musulman au temps des Croisades)
  • A assassiné des centaines de milliers « d’hérétiques » grâce à l’Inquisition (hérétiques en question = scientifiques, personnes d’autres croyances, libres penseurs, femmes célibataires)
  • A commis des meurtres en leur propre sein (amusez-vous à faire des recherches sur les papes assassinés)
  • Laisse mourir des millions de personnes du VIH en Afrique en leur conseillant de NE SURTOUT PAS PORTER DE CONDOM
  • Par leur position extrêmement violente contre l’avortement, obligent près de 68 000 femmes par année à avoir recours à des avortements clandestins qui vont les tuer et qui vont laisser des séquelles à des millions d’autres (d’ailleurs, Monseigneur Ouellet serait « content » d’apprendre que pour la plupart, elles avortent à cause d’un viol)
  • A plusieurs militants – particulièrement aux États-Unis et dans l’Ouest canadien – qui sont pour la peine de mort, le port d’armes à feu et pour les systèmes de santé privés qui laissent mourir ceux qui sont sans-le-sou
  • En brimant la sexualité de leurs prêtres, a fermé les yeux sur certains d’entre eux qui ont brisé la vie de centaine de milliers d’enfants

Mais non, ce sont les féministes, celles qui avortent et les homosexuels qui sont LA CAUSE de la culture de mort dans le monde. Ben ouais…

Ça me fait penser à un sketch de Kaamelott que j’adore. Ça se passe entre le Répurgateur (joué par Eli Semoun) et le roi Arthur (Alexandre Astier). Le Répurgateur, homme de Dieu dévoué s’il en est un, demande au roi de se confesser.  Évidemment, on parle d’un roi celte/breton élevé par les Romains alors les confessions catholiques, il ne s’y connaît pas trop. Donc, il demande un exemple de faute à confesser. Alors, le Répurgateur lui dit (je simplifie ici, ce n’est pas le texte mot à mot):

– Ben, par exemple, avez-vous déjà ôté la vie à quelqu’un ?

– Ben… ouais. Plusieurs, en fait.

(mal à l’aise) – Ah ouais, parce que ça, c’est super mal vu, c’est un péché suprême. Dans quel contexte, c’est arrivé ?

– Ben à la guerre !

(soulagé et en souriant) – Ah, mais ça, ça ne compte pas. C’est pas la même chose !

– Ah bon ?!

– Ah non, c’est correct. La guerre, là, on a droit le tuer. En plus, est-ce que c’était en lien avec la quête du Graal ?

– Ben oui, c’est toujours un peu lié…

– Alors là, c’est encore mieux ! Si c’est pour Dieu, vous pouvez buter, sans problèmes. Même que dans ces cas-là, vous pouvez les torturer autant que vous voulez. (Intéressé, presque sadique) D’ailleurs, dans ces hommes que vous avez butés, il y en avait qui suppliaient leur mère que vous leur rendiez grâce ?

– Je ne sais pas. Possible…

– Ah ouais, parce que j’aime bien quand ils couinent !

Ça représente tellement bien, même dans un contexte humoristique, ce qu’est l’Église: une entité hypocrite de part en part. D’un côté, elle joue la carte de la moralité, mais quand ça s’applique à ELLE – ah ben là ! – la moralité prend, tout d’un coup, un aspect d’une flexibilité étonnante.

Vive le deux poids, deux mesures j’imagine !

Publicités

Un jour qu’il faut continuer de souligner

C’est la journée internationale contre l’homophobie aujourd’hui. Je sais, je sais. On aime bien croire que ça ne sert à rien d’en parler, mais…

voici

quelques raisons

pourquoi cette journée

est si importante.

Je ne laisserai que les liens parler pour moi. Ils valent leur pesant d’or.