Garder « mongrain » de sel pour soi

Bon, c’est la vidéo virale de l’heure. On en a parlé chez la Clique, chez Dominic Arpin, chez Patrick Lagacé, etc. Mongrain qui pète sa coche à propos d’absurdités de la rentrée… On y voit un gros mouvement d’appui à l’animateur, mais il est rassurant – pour moi – de voir aussi des « ho là » à ce pétage de coche. Tout d’abord, un courriel d’une enseignante sur le blogue de Lagacé (plein de fautes, je le concède, mais sûrement écrit sur le coup de la colère) et puis, ce collègue blogueur qui fait aussi toute une critique sociale de pétage de coche en ondes. Parce que, je vous avoue, même si c’est drôle, les absurdités dites dans ce segment d’émission m’horripilent.

C’est vrai que 17 reliures, c’est beaucoup pour un élève. C’est vrai que l’organigramme du ministère de l’Éducation est engorgé (et tant qu’à y être celui de la DPJ aussi). C’est vrai que l’affaire des pantoufles est un peu loufoque à première vue. Mais est-ce qu’on a cherché à comprendre le pourquoi de ces règles absurdes ? Non. Non, parce que ça nécessiterait l’effort de montrer les deux côtés de la médaille, ça nécessiterait de montrer à quel point notre système public d’éducation tire le diable par la queue.

Les guerres

J’en ai marre d’entendre que les profs ont 2 mois de congés payés. So what ?! Ce n’est pas un argument. Premièrement, parce que ce n’est pas tout à fait vrai. Déjà en août, ils recommencent à se préparer pour la nouvelle année scolaire. Mais oui, ils ont un mois de juillet de vacances et un mois d’août plus relaxe avant. Deuxièmement, ils travaillent à l’année pour éduquer une classe qui déborde d’élèves où ils doivent faire affaire avec des problèmes cognitifs et émotifs, doivent s’assurer que tout le monde suit en même temps, doivent « dealer » avec des parents qui ne prennent que pour leur enfant lorsqu’il y a un problème, doivent se battre avec les directions d’école pour avoir un peu de sous pour une activité, etc. Et ça, c’est sans compter les nombreuses heures non payées où ils doivent corriger, concevoir le contenu des cours, régler des problèmes interpersonnels d’élèves, etc.

Je lisais un commentaire sur le blogue de Lagacé qui disait que les profs étaient gras dur: super bien payés et qui travaillent juste 6 heures par jour sans compter tous les congés. Super bien payés ? Si c’est le cas, comment se fait-il qu’il y a pénurie ? Après tout, on devrait se battre pour faire « autant d’argent ». 6 heures de travail par jour ? Il ne faut vraiment pas connaître un prof pour dire une telle idiotie. Il ne faut pas se fier uniquement à l’horaire des enfants pour deviner du temps de travail d’un prof : les profs travaillent avant et après cette période ! Mais ce genre de commentaire démontre très bien tout le mépris qu’a la population pour les enseignant(e)s en général. Même si je suis d’accord: il y a des profs cons, plates et méprisables, mais on peut dire la même chose des parents aussi.

Cette semaine, on parle beaucoup d’éducation car la ministre de l’éducation Michelle Courchesne a dévoilé son « super » plan pour lutter contre le décrochage scolaire. Le problème c’est que ce plan – qui risque d’échouer comme tous les autres avant (oui, c’est cynique, je l’admets mais soyons honnêtes… c’est un plan du PLQ, ça ne peut être autrement), c’est qu’on refuse de voir la réalité en face: il y a des guerres en ce moment. Des guerres entre professeurs et parents, directions et professeurs, ministère de l’Éducation et système d’éducation. Personne ne s’entend.

Voici leur vision propre de l’éducation à chacune et vous comprendrez pourquoi notre système chambranle:

Ministère de l’éducation: l’éducation est faite pour former de futurs travailleurs uniquement. Or, plus ça décroche, plus gros sont les risques de devoir donner des chèques d’assistance sociale alors il faut lutter contre le décrochage scolaire pour éviter que ça nous coûte plus cher.

Directions d’école: peu importe l’idéologie, il faut qu’on arrive à faire de l’argent un peu avec nos activités. Comme la majorité d’entre nous n’y arrivons pas au public, on se tourne vers le privé.

Professeurs: On ne s’entend pas sur quelle direction donner, on est bousculés par les réformes. Certains d’entre nous veulent former uniquement pour former des travailleurs, d’autres aimeraient former des citoyens. Certains d’entre nous sont conformistes, d’autres voudraient avoir plus de possibilités uniques d’enseigner. Certains d’entre nous sommes blasés, d’autres sont plein d’enthousiasme. Bref, on est tellement un « melting pot » qu’on donne mal à la tête aux parents et aux enfants qui peuvent passer d’un prof super à un prof plate en deux ans. Mais une chose nous rassemble : la CSQ (ce qui est pas nécessairement une bonne chose car elle perpétue l’image du syndicat braillard et fatigant).

Les parents: Jaloux des congés des profs (alors que si en tant que société, on voulait plus de congés obligatoires comme en Europe, il suffirait de se lever debout et de le demander aux gouvernements, mais on préfère s’assoir sur notre cul et chialer), on aimerait que l’école s’adapte à notre horaire: c’est-à-dire ouvert 365 jours par année pour qu’on puisse y laisser nos enfants comme on le fait avec eux  depuis qu’ils ont 8 mois en les laissant à la garderie. On veut que l’école soit une annexe de la maison, que les profs obéissent donc à nos moindres demandes et qu’ils s’occupent personnellement de nos enfants même s’il en a 40 dans sa classe. Trop occupé le professeur ? Pas grave, on le paie avec nos taxes alors qu’il courre et sue l’enfant de chienne ! Quant à la pédagogie, on s’en sacre: on veut juste que nos jeunes apprennent les matières de base pour pouvoir aller travailler plus tard. De toute façon, on ne sait même pas ce que ça veut dire pédagogie… (Ok, c’est chien, mais c’est en lien avec cette nouvelle très troublante qui est sortie cette semaine.)

Oui, ces visons sont un peu caricaturales, mais représente les dialogues de sourds qu’il y a dans le milieu de l’éducation. Alors, le plan de Mme Courchesne ne pourra fonctionner: on ne s’entend même pas sur ce que devrait être l’école. Un formateur de citoyens (tout en donnant des compétences pouvant servir sur le milieu du travail) ou un formateur de main d’oeuvre ?

Et au lieu de faire un débat de la sorte, un vrai débat utile et de fond, Jean-Luc Mongrain préfère péter sa coche sur des pantoufles et des crayons que l’on doit identifier. D’ailleurs, je ne sais pas quand sont allés ses enfants à l’école, mais moi qui vais avoir un quart de siècle dans 48 heures devait aussi identifier ses crayons de couleur et à mine à l’école. Pour éviter les guéguerres inutiles de crayons et de qu’est-ce qui est à qui, une situation que les professeurs aiment éviter. Alors, je ne vois pas c’est quoi le problème.

C’est bizarre ce que je vais dire, mais des fois, j’ai l’impression qu’il était plus posé à TQS qu’à LCN… M’enfin. Suggestion à M. Mongrain: allez donc faire un petit tour dehors en fin de semaine question de se calmer ou, mieux, allez donc dans une école quelques temps, question que vous voyiez comment c’est dur d’enseigner.

Publicités

2 Réponses

  1. Les gens aiment jalouser les autres. Même la professeure jalouse les livreurs de bière. Au lieu de se battre pour améliorer ses conditions, je parie qu’elle aimerait voir les livreurs de bières être moins payés. Certains disent que c’est la nature humaine; moi je dis que c’est un nivellement par le bas qui est la conséquence de l’impression de dépossession, qu’on ne maîtrise plus son destin.

  2. Salut mon Alex !

    J’ai pensé un p’tit gag comme tu les aimes sur mon blogue. Humour cru pour 18 ans et plus comme tu dis.

    http://abeille344.blogspot.com/2009/09/identifier-tous-ses-crayons-lecole-bush.html#links

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :