Pour tout le reste, il y a…

Se sauver de la faillite. Coût: une usine à Beauharnois et des centaines de chômeurs.

Recevoir 175 millions du gouvernement du Québec pour contrer la crise. Coût: Faire du chantage en masse.

Développer un complexe industriel au Cameroun. Coût: 6 milliards de dollars.

Faire chier un syndicat, siphonner l’argent d’un gouvernement mou en faisant semblant qu’on est dans la merde et développer un méga investissement qui va rapporter gros car c’est plus que facile d’exploiter des gens dans un pays du tiers-monde: ça n’a pas de prix.

Oui, ça, c’est Rio Tinto Alcan…

(Oui, je sais, ça développera des boulots au Cameroun et ça ne me causerait aucun problème de prime abord. Sauf qu’autant il y a 3 mois, ça suppliait de l’aide gouvernementale et des concessions des employés pour ne pas fermer à cause de la crise économique et là, tiens, 6 milliards apparaissent pour développer un complexe en Afrique… À ce que je sache, le prix de l’aluminium n’a pas remonté subitement de 40%. Sans compter que sans vouloir insulter les Camerounais, c’est quand même plus facile pour une grosse corporation comme Rio Tinto Alcan de s’installer là et trouver des employés moins éduqués qu’on n’est pas obligés de payer comme les employés québécois…)

Une ironie délicieuse

Image du Malleus Maleficarum - "Le Marteau des Sorcières"

Je suis allé à Québec hier. Dans quel but ? Aider un ami dans sa recherche d’appartement alors qu’il amorce un boulot en août. En plus, ça faisait des années que je n’y avais pas remis les pieds. Toujours aussi jolie au niveau du panorama et de l’architecture (du moins, dans le Vieux-Québec).

Non seulement j’ai vu bien des collants « supportons nos troupes » sur les voitures comme ici on a remarqué (non, j’exagère, j’en ai pas vu tant que ça, mais quand même…), mais j’ai remarqué une magnifique ironie. En me promenant dans le Vieux-Québec et la ville en général, j’ai remarqué que plusieurs églises subissaient des rénovations. Jusque-là, rien de particulier.

Sauf que lorsqu’on s’approche un peu d’une de ces bâtisses, on remarque une enseigne disant que cette rénovation du patrimoine religieux est subventionnée par le Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine

Hé oui, j’oubliais qu’après Simone de Beauvoir ou Lise Payette, l’Église était le plus âpre défenseur de la condition féminine !  Non, je sais bien que c’est parce que c’est la ministre Christine St-Pierre chapeaute ces 3 dossiers. N’empêche, avouez que l’ironie est délicieuse à souhait ! 😉

Je ne me souviens pas d’être ici, ça se peut ?

Tout d’abord, un petit mot sur mon article d’avant-hier… Je n’ai jamais dit catégoriquement que les Américains ne sont jamais allés sur la Lune. Ils y sont allés, je le crois à 97% (je me laisse un 3% au cas où… question de ne pas être déçu si jamais 😉 ). Seulement, voilà, je me demande pourquoi depuis 36 ans, on n’a pas réitéré l’exploit ? La preuve de ma position est dans le questionnement qui se trouve dans le titre qui demande « est-ce vraiment un mensonge ? » Je m’intéressais seulement à ce mouvement qui a grandi depuis la diffusion au réseau américain Fox en 2001 sur quoi les pas de Neil Armstrong « auraient été truqués » (remarquez les guillemets). C’est intéressant car ça a attiré autant des réactions fortes que si j’avais écrit: « les gens qui croient aux conspirations du 11 septembre 2001 sont tous des « fuckés » qui devraient se trouver une vie ». Et pourtant, je connais combien de gens qui ont cru à « Loose Change » ? D’ailleurs, c’est fascinant de voir qu’on croit au complot qui nous plaît quand ça fait notre affaire. Après tout, croire que la NASA aurait réussi à faire taire environ 400 000 personnes plus une nation ennemie (l’URSS) est tout aussi incroyable que l’idée que le gouvernement américain aurait réussi à faire taire des centaines de milliers de personnes sur le plus gros attentat perpétré aux États-Unis au 21ème siècle… Ouf… Là, je viens d’ouvrir une boîte de Pandore. Ça va sentir le commentaire passionné à plein nez avec ça.

Bon, changeons de sujet. Les conspirations, ça m’épuise. Petite nouvelle cocasse qui vient du Nouveau-Brunswick où on changera la devise sur les plaques d’immatriculation. En effet, on y retrouvera bientôt: « Être… ici on le peut ». Oui, le genre de phrase qui ne semble pas rejoindre la population. Il faut dire que ça ne pourrait être plus vague comme devise. C’est surtout les points de suspension qui causent déjà un sacré problème. On dirait que la devise est incomplète. Et elle laisse place à n’importe quoi, une belle manne pour des humoristes. Ces points de suspension laissent presque supposer une hésitation dans le sens de: « Être au Nouveau-Brunswick ?… Oui, on le peut, si tu traverses les lignes, tu es au Nouveau-Brunswick. » Disons qu’on est loin d’une formule rassembleuse.

De l’autre côté, notre devise « Je me souviens » est peut-être plus précise, mais s’applique de moins en moins. Parce que si on avait autant de mémoire que notre devise, on serait une société beaucoup plus saine. Parce qu’il suffit de voir les sondages d’intention de vote pour comprendre que définitivement, mise à part nos plaques d’immatriculation, plus personne n’a de mémoire.

C’est un petit éclat d’extraordinaire pour l’homme, un grand mensonge pour l’humanité ?

Aujourd’hui, il y a 40 ans Neil Armstrong aurait prononcé à partir de la Lune: « C’est un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’humanité. » En 1969, à l’époque où on était loin de l’existence de CNN, de LCN ou RDI, des milliers de gens étaient rivés à leur téléviseur ou écoutaient la radio pour entendre ce moment historique où des hommes auraient en théorie marché sur la Lune.

Je dis théoriquement car depuis, un doute subsiste. Du moins, pour certains. J’avoue que moi-même, j’ai plutôt hâte de voir ce que donnera l’exploration lunaire de 2010 prévue. En espérant qu’on y retrouve les fameux « artéfacts » des astronautes américains de juillet 1969… Et peut-on donner tort à ces gens ? Par exemple, comment on peut expliquer la qualité exceptionnelle de la photo ci-dessus ? Comment expliquer le drapeau qui semble bouger alors qu’il n’y a pas d’atmosphère donc pas de vent sur la Lune ?  Et comment se fait-il que depuis 36 ans, on n’y soit jamais retourné sur notre satellite naturel ?

Il faut comprendre que pour les Américains, c’était une guerre à finir avec les Russes (autre aspect de la guerre froide) à savoir qui atteindrait la Lune les premiers. Une aussi grosse mise en scène bien ficelée a alors permis de faire croire à tous que le pays de l’Oncle Sam avait réussi l’impossible: marcher sur la Lune. Sans compter que John F. Kennedy, ci-bas, avait promis à son peuple de marcher sur la lune avant la fin de l’année 1969.

La fin aurait-elle justifiée les moyens frauduleux ? On en sait rien. Et peut-être que ces arguments du complot sont aussi frauduleux ?

Pour l’instant donc, il est peut-être difficile de célébrer un événement dont on ne sait la totale véracité. Cependant, on peut dire une chose: le 20 juillet 1969 a marqué l’imaginaire humain à jamais. Il a montré que les êtres humains étaient capables de choses qui dépassaient l’entendement. Apollo 11 n’était que l’apogée d’un programme spatial qui faisait l’envie de tous…jusqu’à sa lente agonie de nos jours.

C’est peut-être ça qu’il faut retenir: l’image frappante extraordinaire et la communion d’êtres humains s’abreuvant du rêve d’un projet commun qui est de découvrir notre univers.

Pour le reste, ça reste du débat: y sont-ils allés ou pas ? Était-ce truqué ou pas ? Était-ce une stratégie de propagande américaine ou pas ?

Les amis de Freddy

Source: Radio-Canada

Source: Radio-Canada

Définitivement, plus on a d’infos sur l’affaire Villanueva et plus on se rend compte qu’il était entourés d’anges, de modèles pour la société, le genre qu’on cite dans les livres d’histoire comme de grands héros.

Du sarcasme ? Où ça ? Non, je n’irais quand même pas jusqu’à dire que tout ce méga drame sur l’enquête publique (réglé aujourd’hui en plus), l’affaire des avocats payés ou pas payés par le gouvernement était un moyen pour la famille de la victime de retarder le plus possible l’enquête pour que celle-ci ne mette surtout pas la lumière sur les fréquentations « éclairées » du jeune homme… Des fréquentations qui, comme on le voit, ont tendance à prendre de bonnes décisions emmenant notre société plus loin dans son avancement…

Parce que c’est ça le problème de l’enquête publique: oui, on s’intéressera au profilage racial chez les flics et tant mieux s’il peut y avoir des recommandations en ce sens. Mais la famille a intérêt à attacher sa tuque avec de la broche car les fréquentations du jeune homme abattu l’été dernier seront aussi scrutées à la loupe. Surtout celles de son si « charmant » frère Dany.

Parce que quand on voit les amis de Freddy, on se dit qu’il a peut-être mal choisi sa bande de potes…

Julie, déplace quelques planètes s’il te plaît !

Source: Astro-Canada

Source: Astro-Canada

Est-ce que ça vous est déjà arrivé d’avoir l’impression qu’une force cosmique ou que quelqu’un quelque part s’amusait à pelleter de la schnoutte dans votre vie, question de vous tester ? Voir si vous n’allez pas craquer sous la pression ? Pas obligé de croire en Dieu, en l’astrologie ou en quelconque phénomène supranaturel. Mais malgré tout, vous continuez à avoir cette impression que dès que vous vous croyez sorti des emmerdements, d’autres viennent vous enterrer ?

Disons que depuis début mai, c’est mon cas. À chaque fois que j’ai l’impression que ça y est, ça va aller, je vais être sur une lancée de quelques jours où tout tira bien… BANG ! De la merde me tombe dessus. Parfois, c’est minuscule, une niaiserie, une affaire plate qui disons te rend amer mais qui est oubliée le lendemain. Mais si ce n’était que ça… Parfois, ce sont de vraies mauvaises nouvelles désagréables. Le genre qui paralyse tellement elles font mal.

Forcément, dans un tel contexte, il y a des choses qu’on ne désire pas entendre ou du moins, pas quand on se sent fragile:

C’est la vie ça, mon cher ! HEIN ? Bravo champion ! T’as eu ton diplôme de philosophie où ? Dans une boîte de Cracker Jack ? Comme si on ne le savait pas ça que, oui, la vie est faite de hauts et de bas. Sauf qu’explique-moi une chose : comment ça se fait que pour certains, il y ait juste des hauts et pour d’autres, il y ait juste des bas ? Et pourquoi tous ces bas m’arrivent d’un coup, en quelques mois ?

C’est une question d’attitude: si tu mets le focus sur le négatif, seulement les choses négatives vont te rester. Facile à dire, mais l’humain n’est pas comme ça. Il cherche à améliorer son sort. Or, pour l’améliorer, il faut mettre le focus sur ce qui empêche celui-ci d’être mieux. Alors, oui, c’est vrai, je serais peut-être plus heureux en m’attardant aux choses positives. Sauf que malheureusement, je n’ai pas cette faculté incroyable qu’ont certaines gens d’oublier rapidement, de mettre rapidement les choses de côté. Quelqu’un m’a déjà dit: « Oui, mais c’est juste les idiots qui font ça. » Peut-être, mais regarde-les: les idiots sont heureux ! Qu’ils soient au supermarché, à la gare ou au gouvernement, la merde leur pleut dessus ? Bah ! Ils oublieront le tout dans les heures suivants ! Et là-dessus, je les admire. Vraiment.

Tu sais ce qu’on dit : « Après la pluie, le beau temps. » Ouin, ben si je me fie à la température de juin/juillet, j’ai intérêt à en faire des danses du soleil pour qu’il revienne !

Non, je sais bien qu’on a pas de contrôle là-dessus, que ce sont les aléas de la vie. Juste hâte que les aléas soient un peu plus cléments à mon égard. Des fois, je me demande si c’est le karma qui fait ça. Si c’est le cas… qu’ai-je fait dans une autre vie, diantre ?!!!

En tout cas, on sait que Julie Payette est enfin partie dans l’espace. Julie, penses-tu qu’avec ton Canadarm, tu pourrais déplacer quelques planètes ? Parce que là, placées comme elles sont là, leurs énergies sont supra négatives… 😉

Money makes the world go round (vraiment !)

(Extrait du film Cabaret, adaptation de la comédie musicale du même nom)

Je lisais sur ce crosseur sans-coeur filou de Earl Jones qui aurait dérobé de 30 à 50 millions de dollars à des épargnants. Je dis « aurais » car, bon, pour l’instant il n’a pas eu de jugement de notre système de justice confirmant son crime. Car évidemment toute personne totalement innocente vide ses comptes et se pousse du pays, voyons ! C’est la logique même !

Serait-ce la sentence Maddoff qui lui aurait fait peur ? Pourtant, il est au Cacanada : les sentences pour ce genre de crimes sont dérisoires et il ne serait même pas obligé de rembourser l’argent volé, juste payer une amende infime pour ce type de fraudeur.

Il n’empêche que je m’amusais à lire les réactions et je suis entre autre tombé sur ce texte de la Plaine de Nicolas Racine (que vous trouverez également dans la Communauté du Blog à partir de maintenant). Le terme psychopathe représente bien le schéma de pensée de ses gars-là: pour eux, les gens ne sont rien d’autres que des pions dans leur jeu. Des pions qu’ils peuvent manipuler à leur guise pour s’enrichir. Et une fois qu’ils sentent le jeu trop dangereux, ils se cachent.

Par contre, notre blogueur emmène le point que les gens sont peut-être naïfs aussi dans tout ça et qu’ils ont une certaine part de responsabilité dans ce type de fraude. Je vous cite un extrait auquel je réagirai:

Pourtant, le succès de tels escrocs me laisse perplexe. S’ils ont pu détourner autant d’argent, c’est parce que leurs clients avaient une totale confiance en eux. Pourquoi ? L’appât du gain, bien sûr. Lorsqu’on vous propose des rendements sur investissement supérieur à 10%, il est difficile de résister. La cloche normalement bruyante de la méfiance reste muette devant la perspective d’un fort gain, qui permet de réaliser un rêve, de prendre une agréable retraite ou de réinvestir. Bien sûr, ce ne sont pas toutes les victimes qui sont dans cette situation. Certaines étaient de bonne foi, référées par des amis ou de la parenté ayant fait affaire avec le bandit. Mais le criminel en cravate ne les a pas forcées à placer leur argent entre ses mains.

Là-dessus, je suis totalement d’accord. Car même si j’exècre ces bandits en cravate, quelque part – le constat est triste – mais les gens ont pris un risque en mettant autant d’argent dans les mains d’un gars. Mais je voulais réagir à cette phrase que j’ai mise en gras. L’appât du gain attire la brebis imprudente dans le bois où le loup n’attend que pour la dévorer.

Et nous sommes particulièrement dans une époque où le gain d’argent est plus important que tout le reste. En fait, quelque part nous sommes tous des victimes potentielles et même ces psychopathes de la finance sont des victimes de cette maladie digne du 21ème siècle: le gain d’argent, toujours le gain d’argent, rien que le gain d’argent. Et vous croyez que ce n’est que la génération de baby-boomers qui « trippe » sur les billets verts, mauves, bruns, etc. ? Oh que nenni ! Ma génération est peut-être encore plus esclave de cette idéologie de l’argent, surtout quand on se fait dire à chaque semaine qu’on va devoir payer pour les excès de la génération précédente… On n’a qu’à écouter une conversation avec des gens de ma génération:

– Hé, je me suis pogné une « job » !

Là, on va quand même être poli, alors on demande :

– Ah oui ?! Cool ! C’est où ?

– C’est chez Compagnie Machinchouette !

Et là, la question va nous brûler les lèvres et on ne pourra plus la retenir:

– Ah ! Ça paye-tu bien ?

– (Mettre un chiffre.) de l’heure

– Pas mal. C’est mieux que ton autre emploi !

– Tu parles ! Là, je me faisais juste payer (mettre un chiffre) par semaine !

– Ah ben, ça va te permettre de faire quelques folies et de sortir plus avec ta blonde.

Remarquez qu’on a pas encore demandé c’était quoi le poste, si la compagnie était bien, si les relations de travail sont chaleureuses… Non. On va le demander, oui, mais… à la limite, on s’en fout ! Une fois que le salaire est dit, c’est réglé, on a jugé le boulot et c’est sans appel. Il y a aussi cette obsession de la valeur de nos choses: ma voiture vaut tant, j’ai un ordi de tant chez nous, ma maison vaut quand même (mettre un chiffre important pour que ça passe pour riche), j’ai 2-3 télés HD chez nous, etc.

Les symboles de richesse deviennent un « standing » et même tes meilleurs amis de gars ou tes meilleures amies de fille se mettent à descendre ou à monter dans ton estime selon leurs avoirs. Un des bons exemples de ça: faites  cet exercice pour vous amuser. Sortez avec un groupe d’amis. Forcément, quelqu’un du groupe proposera une activité payante quelconque. Et là, même si c’est faux, dites: « Euh… savez-vous, je préférerais qu’on fasse autre chose. Ces temps-ci, je n’ai pas trop les moyens de me permettre ça. » ou « Ouais, on peut aller dans ce (bar/resto/bistro/etc.), mais je ne prendrai rien, je suis serré de ce temps-là. » Amusez-vous à regarder le malaise profond de chaque individu du groupe. Peut-être serez-vous chanceux et une âme charitable vous offrira de partager les frais ou vous invitera, mais il n’empêche que tout le reste de la journée et/ou soirée, on vous regardera comme un parasite ou comme une rencontre du 3ème type.

L’argent fait tourner le monde. Plus vous en avez, plus on vous apprécie. Pas pour rien que des gens sont prêts à croire n’importe quoi et n’importe qui quand on leur dit: « Pensez-y ! Vous pourriez doubler, tripler, quintupler vos avoirs ! » Pas étonnant que ceux qui n’arrivent pas à garder la tête froide se lance alors dans des pièges énormes conçus par ces bandits en cravate. Parce que cette multiplication de richesse vient alors – dans leur tête – avec multiplication du respect, du statut social et de l’appréciation des pairs.

Même chose pour les Lacroix et Earl Jones de ce monde: eux aussi veulent être apprécié et avoir plein d’argent ! Cependant, devenir riche de manière honnête, c’est trop long et ça exige trop de sacrifices. Alors, ils se disent qu’en fraudant et en obtenant donc cet argent rapidement, ils arriveront plus vite à être aimé. Sauf qu’ils ne pensent pas qu’ils peuvent être pris forcément. Surtout quand ils voient que les organismes supposés surveiller les marchés se pognent le beigne à deux mains

Psychologie à 5¢ ? Possible. Mais sans farces, qui est capable de dire en toute honnêteté que l’argent ne lui importe pas ? Rassurez-vous, même votre humble serviteur est incapable de le dire alors… 😉