Pardon papa

Non, ce n'est pas moi ni mon père.

Pardon papa…

Pardon de ne pas avoir été le fils que tu avais voulu.

Pardon de ne pas avoir compris à l’époque qui tu étais et comment tu voyais les choses.

Pardon d’être le fils « perturbé », celui qui voit trop les choses avec le coeur plutôt qu’avec la tête.

Pardonne-moi de cette affliction dont je souffre et qui est incurable: celle d’aimer mes semblables et non pas celles qui sont différentes.

Pardon de ne pas avoir embarqué dans tes histoires, de ne pas avoir compris que le boulot était toute ta vie, de ne pas avoir su que ta froideur était pour me rendre plus fort.

Pardonne-moi d’avoir transgressé tes tabous, d’avoir fait l’opposé de ce que tu voulais que je fasse dans la vie.

Seras-tu capable un jour, papa, de m’accorder ta clémence sur le fait que je suis un angoissé rêveur sarcastique parfois impatient hypocondriaque trop gentil qui se laisse piler sur les pieds et qui aime des choses bizarroïdes ?

Tu n’auras jamais su me communiquer tes émotions comme certains l’ont fait et le font, tu n’auras jamais de véritables folies comme certains, tu n’auras seulement que réussi à acheter mon silence avec des jouets… J’aurais dû comprendre à l’époque tout ce que cela impliquait pour toi, que c’était tellement difficile de démontrer de l’affection que c’était déjà beaucoup que de faire cela.

C’est malheureux que ça ait pris presque 24 ans à te comprendre. C’est dommage que l’on ne se dise plus rien même si on n’avait jamais rien à se dire. C’est encore plus triste où tu ne liras même pas ces mots puisque tu ne sais rien de ce blogue ou de ma vie présente. Bien sûr, je pourrais décrocher un combiné et tout te dire de ce texte presque sarcastique et de ma vie. Mais tu t’es détourné de moi sans réelles explications et j’ai l’impression que je parlerais dans le beurre… pour une xième fois.

Tu m’as déjà écrit à mon anniversaire: « Il serait temps qu’on aie une vraie relation père-fils. » Ah si seulement tes voeux pieux n’étaient pas prononcés que les jours de fête, je pourrais y croire. Malheureusement, il semble que notre relation est destinée à être un rendez-vous manqué, une atmosphère glaciale où l’on se regarde en chiens de faïence…

Pardon papa de ne pas avoir été le fils que tu espérais. Tu sais, celui qu’on encourage et qui ne nous intéresse pas seulement à Noël…

(Pardonnez ce billet morose, mais la Fête des Pères me fait toujours cet effet. En tout cas, pour les autres, joyeuse Fête des Pères ! 🙂 )

Publicités

15 Réponses

  1. C’est beau quand tu es personnel.

    Tu sais. C’est pas de mes affaires. Juste que je n’ai plus 24 ans. J’en ai 50.

    Le courage de décrocher le combiné et dire à ton père : Papa écoute-moi. C’est ton fils Alex. Papa je t’aime… malgré tout.

    Juste ça et c’est en masse. Le reste, c’est pas important.

    • Ouais, c’est malheureusement pas évident. Puis, pour être bien honnête, je ne sais pas si j’aime encore mon père. Par moment, ça hésite dans ma tête pas mal… Un genre de bipolaire de la relation père-fils.

      Merci de ton commentaire, en tout cas.

  2. C’est vraiment touchant… à certains moments de ma lecture, je ne savais pas trop comment interpréter mais tes émotions sont venues me rejoindre…

    Pour le reste, tu sais ce que j’en pense.

    Bisous.

    • Merci beaucoup de ton commentaire. Ouais, par moment, vaut mieux ne pas interpréter trop mes dires dans ces moments-là. 😉

  3. C’est triste, mais tu as au moins cet espace pour te décharger un peu de ces émotions. J’espère que tu pourras un jour aller au fond des choses avec lui. Mais c’est partout pareil, on achète la paix le plus possible. J’en suis.

  4. Amon, mon alex… amen….

  5. Beaucoup de fils aimeraient pouvoi écrire un truc comme ça à leur papa. Puis je gage que plusieurs papa craqueraient en lisant tes mots. 🙂 Tu fais preuve de beaucoup de courage (encore) en mettant autant de sincérité dans ce billet.
    Chapeau!

    • Ah que tu es gentille ! Malheureusement, pas mon père. Il ne craquerait pas pour un texte du genre. Il serait plus insulté qu’autre chose, se défendrait agressivement (attention, je ne veux pas dire physiquement, mais dans ses mots) et nierait le tout plutôt que de comprendre le sous-texte. Dommage.

      Mais merci pour ton commentaire ! 🙂

  6. je souffre depuis toujours de la relation père-fils. j’ai le mal de vivre…il me manque un bout…je ne sais plus vivre. Je m’accroche à lui…j’ai beaucoup de colère que je n’arrive pas à la sortir. Déjà, je me sens moins seul. Merci d’être là.

    • Ça fait plaisir ! 🙂 Il faut que ça sorte car quand ça se remue intérieurement, ça peut juste créer une situation explosive.

  7. merci d avoir ecrit ce texte
    je l ai lu à voix haute pour que mon pere la ou il est aujourd hui puisse l entendre
    j aurais aimé lui dire à voix haute avant qu il parte il y a un an
    dis ce que tu penses à ton pere, dis lui combien tu l aime et combien tu es fier d etre son fils, le jour ou il partira sera trop tard.
    le courage m a manqué et je le regrette aujourd hui.
    merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :