Une liberté si fragile

Dimanche dernier, 3 mai, c’était la journée internationale de la liberté de presse. Parce qu’on a beau avoir l’impression que les médias sont des propagandistes, des taches à m…, des rapporteurs de scandale, des agents de la peur, il reste que sans plusieurs travails de journalisme, nous serions inconscients d’un tas de phénomènes et de réalités politiques, sociales, économiques, etc.

Ne pensons qu’à Daniel Leblanc – qui a d’ailleurs reçu le prix de la liberté de la presse en fin de semaine pour son obstination à garder sa source anonyme –  sans qui les belles cochonneries du programme des commandites (alias la stratégie voulant qu’une gang de drapeaux et d’annonces plates vont réussir à étouffer le mouvement souverainiste québécois) seraient passées sous silence…

Car on peut bien se plaindre de nos journalistes, mais on est bien gras dur d’avoir de l’information ici, d’être en mesure d’avoir accès à l’information. Même qu’ici, on peut se permettre d’avoir des blogueurs qui font du journalisme-citoyen, une réalité impensable dans bien des pays dans le monde. D’ailleurs, comment dire, on s’entend que ça ne doit pas être plaisant de bloguer en Iran où tu dois flatter dans le sens du poil la révolution pour éviter la prison ou en Chine où tes billets peuvent être censurés et retirés à la guise du bon gouvernement…

Bref, on se plaint bien de la presse (et on a le droit, je ne dis pas le contraire), mais on a la chance d’en avoir une qui sans être pétante de santé, arrive à tenir debout. C’est déjà ça. Et oh – cruelle ironie du destin ! – la journée même de la liberté de presse, une journaliste américaine se fait condamner en Iran à 8 ans de prison… Tout pour améliorer les relations Iran-USA déjà hyper tendues.

Le billet du jour: En fait, j’aurais le goût de dire la partie de billet qui m’a fait le plus rire depuis un sacré bail. C’est dans le blogue de Martin Petit, sur ce billet exactement et je me permets de citer ce paragraphe qui m’a fait hurler de rire:

Autre observation sur le temps.  Les enfants et les étapes.  Il marche à 10 mois ! elle parle à 11 mois ! il joue à des jeux pour 18 mois à 16 mois !  M’énarvent.  Vont tous finir dans le même parc, veg et amorphe à 15 ans!

J’ai beau ne pas avoir d’enfant (et être fort loin d’en avoir vu mon côté maniaco-dépressif parental), mon dieu que je trouve ça véridique et drôle.

Publicités

3 Réponses

  1. Est-ce que le photo-montage est de toi ?

  2. Non, absolument pas. Ça provient d’une campagne de pub de Reporters sans frontières je crois… Je peux me tromper, mais je crois que c’est ça.

  3. Non, absolument pas. Le montage vient d’une pub de Reporters sans frontières, je crois… Je peux me tromper mais il me semble que c’est cela.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :