Pointilleux, moi ?

OK, bon, ça va sentir la frustration cette semaine sur le blogue. Frustration car c’est la #!//%%&? de semaine sur l’AMOUR: la St-Hypocrisie qui réussit à faire survivre des milliers de fleuristes et de fabricants de chocolat à 5 cents. Mais bon, on aura tout le temps d’en reparler de cette fête qui me pue, me tanne, me lève le cœur (et pas juste parce que je suis célibataire, oh que non !)…

Mais bon, c’est une petite affaire qui me turlupine. Bon, je suis allé dans un restaurant sportif connu que je ne nommerai pas ici (disons juste que ça commence par « Cage » et ça finit par « Sports » 😛 ) et je ne pouvais m’empêcher de regarder les chandails des employés. Pas parce qu’ils étaient beaux, non, mais parce qu’à l’endos, c’était inscrit: STAFF.

Bon, OK. Je sais que le mot est permis par la langue française (à ma grande stupéfaction), je sais que le milieu du sport est TRÈS anglophone, j’ai même remarqué que le mot « employé » ne paraîtrait pas bien à l’endos… Mais « staff » ? Pourquoi utiliser le terme anglais et pas juste un logo de la compagnie pour spécifier qu’il s’agissait d’employés ? « Oh, Satellite, on s’en fout ! C’est un terme accepté par la langue française, alors décroche ! » N’empêche que je commence légèrement à en avoir assez de notre langue qui – semble-t-il – se plie devant l’anglais comme un petit chien soumis. Un moment donné, on s’entend-tu que « staff » c’est carrément anglophone ? Et puis, qu’est-ce qu’ils ont les vieux croûtons de l’Académie française à accepter maintenant n’importe quoi ? Si c’est ça, je ne vois pas pourquoi je me mettrais à bien écrire. Pk je n’écrierai pas de mème debord ?

Peut-être parce que j’aime ma langue et je tente – sans y arriver à tout coup – de la préserver du mieux que je peux. Le pire, c’est l’indifférence de la situation. Alors que je trouvais que l’utilisation du terme « staff » était franchement dérangeante, tout le monde s’en foutait. Et je ne peux même pas me plaindre à l’Office de la langue française puisque le terme est accepté dans le dictionnaire… Argh !

Mais bon, qui sait ? Je suis peut-être un vieux pointilleux amer. Alors, la prochaine fois que je verrai un article sur l’état du français dans les écoles, j’écrirai au journaliste ou à la journaliste en disant: « man, j’vois pa pk tu kpot avek le franssais anyway tlm sans fou du franssais de ns jour la lange c l’anglè pour tou et c mieu de mème »

Je sens que la semaine va être longue… (et une chance que je ne suis pas professeur dans une école, je pense que les élèves et les parents me trouveraient chiants sur l’usage du français)

Publicités

3 Réponses

  1. Ouais un peu comme quand on s’obstinait partout des noms d’entreprises… Je ne me souviens plus qui à la radio n’arrêtait pas de critiquer Lunetterie Newlook, jusqu’à ce qu’un auditeur lui apprenne que « Newlook » est dans le dictionnaire francophone, ça a été apporté là grâce au fabuleux domaine de la mode.

    Cependant, je suis prêt à parier que le propriétaire des franchises Lunetterie Newlook je le savait même pas lui même!

    « Staff », ça fait cool, ça fait jeune, et à la Cage, on parle le jeune!
    « Envouèye, shoote! Top corner! One timer! Criss de goaler sale! »

    C’est sur que si on refusait de manger dans tous ces endroits, on finirait par ne plus manger du tout, mais un simple filtre volontaire fait normalement le travail.

    Prière de noter que je n’ai pas lu l’avant dernier paragraphe, beaucoup trop agressant, et la proportion de lettre K par rapport au nombre de mot me dégoute 😉

  2. Ça me rappelle les animateurs de certains postes de radio FM. Ils ont cette manie de prendre une petite pause avant de dire un mot en anglais afin de bien le prononcer tout en l’enrobant d’une sauce mielleuse. Ils utilisent un français très moyen mais maîtrisent la prononciation et l’emphase particulière qu’il faut donner aux syllabes des mots anglais. On semble traiter la langue anglaise comme un privilège, une marque de distinction, un signe qu’on est « cool ».

  3. @u Détracteur> Ayoye ! Newlook dans le dictionnaire… Le français va chez le diable, c’est peur de le dire. Et tu as raison de ne pas avoir lu l’avant-dernier paragraphe, moi-même j’étais dégoûté de l’écrire. 😛

    @lutopium> Exact, c’est devenu cool de massacrer sa langue… sauf à la St-Jean-Baptise où là, tout d’un coup, certains sont touchés de nationalisme et de francophonie pendant 24 heures.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :