Se tirer dans le pied, façon Gendron

La carcasse du chef adéquiste Mario Dumont étant bel et bien une carcasse qui ne risque pas de se relever en mort-vivant, les vautours commencent à rôder sur la place du siège. Un gars comme Stéphane Gendron qui a toujours voulu le pouvoir absolu au Québec y flaire une bonne affaire. Ça ne m’étonne pas vraiment. Gendron a toujours été un droitiste affirmé (mais ça m’a étonné, il n’a pas appuyé le Parti Conservateur de Harper) qui a PARFOIS (et je souligne le parfois car ça n’arrive pas souvent) des idées intéressantes mais dans la majorité du discours est noyé dans l’exagération et le populisme de bas étage (le populisme mauvais). Bref, un candidat idéal pour remplacer Mario Dumont à titre de clown chef adéquiste !

Sauf que… Sauf qu’aujourd’hui, le maire vient de se tirer dans le pied, pas à peu près. J’aimerais retrouver l’entrevue qu’il avait donné aujourd’hui et où il a dit une phrase malheureuse qui affirmait que « récemment, dans un caucus, les membres de l’ADQ auraient dit à Mario Dumont que l’ADQ avait un problème de leadership ». Et ça, c’est se mettre à dos des membres de l’ADQ, surtout ceux qui travaillent à ce parti depuis une décennie. Parce que premièrement, d’où tient-il une telle information ? D’une rumeur ? Big deal ! Les rumeurs pleuvent en ce qui concernent les politiciens et le taux de vérité parmi celles-ci est plutôt bas.

Et même si c’est vrai… De un, en quoi c’est un argument ? Je veux dire que tous les partis disent à leur chef de changer telle ou telle chose. Rappelons-nous le document critiquant Pauline Marois en début de campagne. De deux, il y a une règle non écrite en politique: ce qui se discute dans un caucus reste dans le caucus. Tu ne vas dire ça sur la place publique. Encore plus si tu comptes devenir chef ! Tu t’arranges pour être une candidature rassembleuse. Or, si quelques populistes qui « trippent » sur l’homme médiatique qu’est le maire (et qui votent pour l’ADQ pour les clips que faisaient Mario Dumont), y en a d’autres, comme Marie Grégoire du Club des Ex (une des fondatrices de l’ADQ), qui sont la gueule à terre face à cette candidature probable. D’ailleurs, ce midi, Mme Grégoire a répondu avec beaucoup d’aplomb que si Gendron devenait chef de l’ADQ, elle ne voterait plus pour ce parti. Ouch !

Dans son article, Renart souligne un extrait de Pratte qui est très révélateur (quand je vous disais que je ne suis pas toujours en désaccord avec… 😉 ):

En même temps, il me semble trop radical et trop impulsif pour diriger un parti politique, et surtout pour faire de ce parti une formation crédible.

Preuve de son impulsivité ? Il vient à peine de dire qu’il serait intéressé qu’il agit comme si il était déjà couronné. J’aime particulièrement cet extrait:

Dans 4 ans, il nous reviendra de créer ce rendez-vous avec l’Histoire – celui qui n’arrive qu’une fois par siècle.

Ayoye ! Obama Gendron avec ça ? Commencez donc par vous faire élire par l’ADQ en essayant de ne pas vous mettre trop de monde à dos avant de crier victoire. Parce que, excusez-moi, mais il y a juste Napoléon qui s’est couronné lui-même, je vous le rappelle. Et on sait à quel point le pouvoir est monté à la tête de celui-là… Là, je ne parle pas que de Napoléon. 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :