Le Bye Bye du Satellite: 6 décembre 2008

Catherine : Bonjour, ici Catherine Pourrie. Vous écoutez « On fait tous du show… mage », l’émission culturelle de Radio-Cacanada que personne n’écoute parce que ça joue le dimanche après-midi. Alors, cette semaine, je demande à mon panel d’artistes manqués quel produit culturel ils ont le goût de démolir ou quelle tendance du Plateau qu’on va tenter de faire rentrer de force au peuple québécois. On commence avec Vincent Boldem…
Vincent : OK. Ne finis pas ce jeu de mots hyper prévisible, s’il te plaît !
Catherine : Bon. Alors, tu veux nous parler de disques que tu as apprécié ?
Vincent : Oui, c’est mes coups de cœur québécois de l’année 2008. Alors, j’ai adoré les Couple by Two avec leur disque « We vomit but we’re ok with it », un album plein de finesse, plein de mélodies accrocheuses. Vraiment excellent.
René-Hautain : S’ils pouvaient juste arrêter de parler de ce qui sort de la bouche.
Catherine : René-Hautain Roy ! Attendez votre tour s’il vous plaît !
Vincent : Non, mais je suis pas d’accord René-Hautain. Oui, ils font 13 tounes sur le vomi, mais je ne sais pas. Je trouve que ça transcende l’idée simplement du fait qu’ils dégueulent dans une toilette. Je veux dire. Prends la chanson : « Thanks Crane for doing toilets so I won’t have to vomit on my girlfriend » Pour moi, c’est une dénonciation puissante de la société de surconsommation, du placement de produits.
René-Hautain : Une chance qu’il y a cette chanson-là d’ailleurs sinon le disque serait exécrable.
Vincent : Je ne suis pas d’accord !
Catherine : On se calme, on se croirait à la Zone mais avec des commentateurs qui ont un quotient intellectuel ! Bon, rapidement Vincent, avant d’aller à la pause, as-tu d’autres suggestions de disques québécois ?
Vincent : Absolument. Alors, il y a aussi le disque « Don’t puke on me » des Smashed Pineapples qui a d’excellents textes, y a le disque « Oh man ! I think I drank too much and I have to… BARF ! » de iPod Head. J’ai bien aimé les mélodies naïves du groupe Simple Dummies avec leur disque « Julie Couillard was my babysitter too ». Forcément cette année, on ne peut pas passer sous silence le Pascale Picard Band qui est un bijou de disque et la référence musicale au Québec en 2008.
Tous : Ah, c’est sûr !
Vincent : Et si tu me permets Catherine, je vais juste glisser une petite critique sociale. En 2008, on a appris que Montréal s’anglicisait de plus en plus et franchement, il va falloir un jour réagir et arrêter de se plier aux anglophones. Alors, la prochaine fois que vous achetez un disque des Simple Dummies au centre-ville, dites-leur : Hé, je suis québécois, je suis fier de ma langue et je l’encourage !
Catherine : Bravo Vincent ! Beau message. Alors, on va à une courte pause et on revient.

Julie : Ah, come on, hein ! Dis-moi le Max , hein! Pourquoi tu tiens tant que ça à ravoir cette enveloppe, hein ?
Maxime : Julie Couillard, je ne peux pas te dire ça au téléphone !
Julie : Ben voyons, hein ! On a été ensemble pendant un an, hein. Inquiète-toi pas, je vais te la redonner ton enveloppe, hein. Je veux juste savoir ce qui y a dedans, hein.
Maxime : OK… Y a personne qui écoute ?
Julie : Ben non, hein. Je ti-coute !
Maxime : Dedans, y a des documents top secret du ministère des Affaires étrangères. Pis bon, tu sais comment je suis un des pires ministres des affaires étrangères de l’histoire canadienne ?
Julie : Ça, c’é-ti-vident, hein !
Maxime : Alors, s’ils apprennent que j’ai oublié les documents chez vous, je suis dans la merde. Bon, ça va bien passer auprès de mes électeurs beaucerons, c’est une bande de crétins facile à manipuler, mais Harper va me tuer !
Julie : Ok, hein.
Maxime : Tu ne le diras pas à personne, hein ?
Julie : Ben non, hein. HÉ, le gars qui pose des micros dans ma chambre ! Appelle les journalistes et dis-leur que Maxime Bernier a oublié des documents top secrets chez nous !

L’enveloppe de Krach risque de donner à vos repas un goût amer. C’est un amalgame de 3 fromages pourris : du harper, du droitisme et du malade mental.
Krach : dévoilez votre secret… et perdez votre job !

Catherine : Bon, de retour à « On fait tous du show…mage » ! Alors, Rebecca Déconnait, tu avais le goût de lancer un sujet brièvement de discussion.
Rebecca : Oui, Catherine. Je suis inquiète pour notre cinéma québécois.
René-Hautain : Pfft !
Rebecca : René-Hautain, laisse-moi finir ! Je ne comprends que le cinéma québécois n’ait pas obtenu le succès escompté cette année. Me semble pourtant que juste la liste des titres est alléchante et j’en nomme quelques-uns :

Le déserteur du cinéma
Ce qu’il faut pour vivre après avoir vu un film québécois
La pellicule brisée
C’est pas moi qui a fait ce film-là, je le jure
Un été sans point ni box-office
Maman est n’importe où sauf dans un cinéma à écouter un film québécois

Je veux dire que si ce n’est pas le meilleur du cinéma québécois, je ne sais pas ce que c’est.
René-Hautain : C’est pas compliqué, on ne s’est pas intéressés aux cinéphiles et on leur a proposé des époques cent fois visités par des visionnaires comme Arcand, Forcier ou Carle.
Rebecca : Ah, ah, ah ! N’importe quoi !
René-Hautain : Pis je vais vous dire une chose, il est temps que les jeunes cinéastes apprennent ce qui importe pour le public québécois. Alors, il faudrait que leur prochain film concerne des jeunes hommes et femmes superficiels dans un jacuzzi à qui on promet une maison et de l’argent ou des politiciens qui se mettent des perruques sur la tête.
Catherine : Bon, bon, bon… Et vous, René-Hautain, c’est quoi votre coup de gueule 2008 ?
René-Hautain : Non, je viens vous parler d’un coup de cœur cette année.
Tous : Ben voyons donc !
René-Hautain : Je vous le dis ! Alors, c’est la chanson que j’écoute en boucle sur mon iPasdevie. La chanson de 2008 faite par un jeune artiste de 50 ans : John Charry. Ça s’appelle « J’ai baisé l’électorat » et c’est un régal. Le rythme reste dans la tête, les paroles sont pleines de vérité. On croirait que c’est un politicien néo-libéral de Sherbrooke qui a écrit ça.
Catherine : Bon ben comme c’est rare que René-Hautain a un coup de cœur, on se quitte sur la chanson de John Charry.

(sur l’air de I kissed a girl de Katy Perry)

C’était tout à fait dans mes plans
Je vous l’avoue
Car je veux qu’on me donne un gouvernement
Majoritaire, c’est tout
Oui, j’aime ça les élections
Car c’est rien que là-dedans
Qu’en tant qu’homme je suis bon
Pour le reste, j’suis ignorant

Refrain :
J’ai baisé l’électorat
Et j’en suis fier
Goûter à la victoire facile
J’ai baisé l’électorat
Grâce à mon caractère
Et parce que le peuple est docile
Je sais que c’est pas bien, que c’est immoral
Qu’on me dénonce dans le journal
Mais je m’en fous
Car je vais gagner
Je vais gagner

Oui, je m’en fous de vos priorités
Je focusse sur l’économie
Tant pis le système de santé
Et l’environnement aussi
Car pour moi gouverner
Ça veut juste dire des chiffres
Le peuple ça les fait chier
Mais moi je m’en fiche

Refrain

Nous les politiciens c’est poche
On a l’intelligence d’une roche
Le vide complet dans la caboche
Mais je vous avoue, ça nous fait rien
C ’est vous qui vous faites passer un sapin

Refrain

Publicités