Et si… Notre 4% ?

Le ROC rêverait peut-être de nous foutre dans un canon ?

Sérieusement, je me sens un peu comme dans un pays d’Amérique du Sud. C’est l’instabilité totale  à Ottawa et presque une crise civile dans le Rest of Canada… car au Québec, on semble 10 000x plus calme que dans le reste du pays. Normal. Tout d’un coup, la balance du pouvoir serait aux mains de séparatistes mais en même temps, ceux-ci auraient jurer de ne pas faire tomber ce gouvernement de coalition avant juin 2010… Bref, tout d’un coup, vous comprendrez que j’ai presque besoin de cachets, ça me donne un peu mal à la tête tout ça. Et depuis des jours, j’entends parler de constitution, le sujet que j’aime le moins de tous les sujets politiques.

Oui, je suis pour la coalition. Après tout, je suis désolé mais notre système électoral calqué sur la Grande-Bretagne veut qu’on élise un PARLEMENT et non un gouvernement. Question de sémantique, me direz-vous. Soit, mais c’est tout de même la réalité que ça plaise aux Canadiens ou non. En tout cas, la débandade est telle à Ottawa qu’Harper fera un discours à la nation ce soir. Je ne vois pas en quoi sa grosse face de crosseur à la télé va changer quelque chose. Mais bon, comme le dit Michel C. Auger, c’est maintenant une guerre d’opinion publique. Nul doute que Harper et la GG vont proroger (nouveau mot de vocabulaire qu’on a tous appris cette semaine 😉 ) le Parlement jusqu’en janvier. Sauf que – comment dire – c’est comme mettre un diachylon sur une plaie ouverte. La situation sera la même en janvier. Elle peut même s’envenimer dans les semaines avant le retour à la Chambre des Communes.

En tout cas, sur les réseaux anglophones, je n’ai jamais autant entendu le mot « separatist »… En fait, on dirait qu’Harper a ouvert la boîte de Pandore qu’il ne fallait surtout pas ouvrir et là, il est pris avec une guerre ROC/Québec (encore !!!) sauf que cette fois, les hostilités viennent du ROC. Et c’est là que mon esprit d’auteur de fiction s’amuse. (D’ailleurs pour les quelques-uns que ça intéresse, je devrais continuer mon récit sur l’Île de Circé au moins un chapitre ou deux dans la semaine avant Noël… mais pas avant, désolé) Et si… Et si ce n’était pas le Québec qui faisait son indépendance, mais plutôt le ROC qui nous donnait notre 4%, qui nous foutait dehors à grands coups de pied dans le c… ? Impossible ? Après avoir vu Duceppe-Dion-Layton assis côte à côte, peut-on dire que quelque chose est impossible en politique fédérale ? 😉 Non mais, avouez que l’idée serait drôle même si ça ne serait pas une manière très… glorieuse d’avoir notre indépendance.

En tout cas, cette situation a rendu « le plusse beau pays du monde et le plusse calme » sur le bord de la crise de nerf. Bien des Conservateurs (surtout ceux qui ne venaient pas du Reform Party) en veulent à Harper pour avoir tenté de mettre l’idéologie avant toute chose, des Libéraux et des « NPDistes » en veulent à leurs partis de s’associer à des séparatistes, des souverainistes disent que Duceppe a trahi le Québec en s’associant à Dion – le grand « maître » de la loi sur la clarté référendaire… Le pays est rendu tellement fou que cette crise ranime presque la flamme de séparatistes de l’Ouest canadien (car oui, oui, il y en a !!!). De plus, cela prouve que la campagne électorale provinciale est tellement plate qu’il suffit d’une grosse nouvelle pour l’occulter. 😛

Même François Parenteau -fort réaliste- s’amuse à la fin de son texte hebdomadaire à imaginer un scénario amusant… Je vous laisse lire ça. Moi, j’ai besoin d’aspirine.

Ajout, 18h36: J’écoutais un journaliste à Radio-Canada qui disait que dans l’Ouest du pays, on traitait cette coalition de fasciste, de terroriste, d’un complot séparatiste, que si le port d’armes était permis au Canada, il ne se passerait pas des trucs de même. J’aimerais ça que les ardents défenseurs du fédéralisme canadien au Québec se rappelle de cette semaine comme celle qui a montré le vrai visage des Canadiens: hargneux, belliqueux, xénophobes, pour qui les Québécois ne sont qu’un peuple de « frog » séparatistes qui ne sont que bons à remplir les caisses d’Ottawa. J’aimerais ça qu’on s’en rappelle le jour où ils reviendront faire un christie de « Love Fest » lors d’un éventuel référendum. Aller là-bas et leur rappeler que ce sont des hypocrites de la pire espèce (ils peuvent ben aimer Harper). Définitivement, en 2008, ma haine pour le ROC augmente un brin chaque mois.

Publicités

Le Bye Bye du Satellite: 3 décembre 2008

Le Satellite est fier de vous présenter une nouvelle entreprise qui stimule l’économie québécoise… Le Satellite a gardé le texte original sans corriger les fautes d’orthographe…

Jonathan Roy : Hé, salut !


Frédérick Roy : Ouin !
JR : On est les frères Roy et on veut vous parler de notre entreprise de « démonition ».
FR : Démolition.
JR : Hé, esti de fif, as-tu fini de parler comme la « Star Arcadémie française » ? Bon, comme je disais, on a une entreprise de démonition !
FR : Démolition !
JR : Tu veux péter la yeule à un mur, un char, un esti de voisin fif qui veut pas baisser sa musique ? Nous autres, on a la solution ! On a tout le kit pour péter des choses :

Des masses pour péter des buildings
Des haches pour briser des portes
Des bâtons de hockey pour facturer des mâchoires

Mais c’est pas toutte ! On a un service pour t’offrir des petites vacances. Une exemple ? T’as peur que ça te paraisse long pendant qu’on défait tes murs d’appartement pour de la réno ? Pas de problèmes ! On t’offre le coup de marteau sur le crâne GRATISSE ! Tu vas ‘oir que quand tu vas te réveiller du coma dans deux ans, tu t’en rappelleras plus que ça a été long pour qu’on démolisse ton appart. En fait, tu te rappelleras plus de rien !

Pas convaincu ? Hé, mon esti, veux-tu que je te pète la yeule en sang ? Mais bon, je te donne une chance et je te laisse écouter ce client agnonyme satisfait. Enwoye, toé ! Pars le film !
FR : Ok !

Un P.Roy anonyme : Avant, je trouvais que ma vie était trop bien rangée, trop tranquille. Mais depuis que j’ai engagé les frères Roy, ils travaillent tous les jours à démolir… ma réputation !

JR : Je vous l’avais dit calice qu’on parlait d’un client satisfait ? C’est garantie, mon frère et moi, on va tout démolir : autant ce que vous voulez que ce que vous voulez pas.
FR : Vous voulez un exemple de notre travail ? Checkez ce qu’on a fait au manège militaire le printemps passé !


JR : De quoi tu tètes avec ton manège toé ? C’était pas La Ronde estie, c’était un musée poche de la guerre de dix-neuf cent soixante quatorze avant Jésus-Christ !
FR : Nos bureaux se retrouvent à Québec…
JR : Et on sert pas les esties de fif de Montréalais. Premièrement, ça veut pas se battre et deuxièmement… euh… c’est des Montréalais fack y pusent !
FR : Ouin !
JR : L’entreprise de démonition…
FR : Démolition !
JR : Hé, calisse, veux-tu que je t’étampe dans la bande, toé ?
FR : Tu peux pas, t’es un gardien, trou-de-cul !
JR : Tu sauras que j’ai démontré cette année qu’un gardien, ça peut se prendre pour un goon, OK ?

Alors, si vous voulez péter des trucs, appelez les frères Roy ! Si vous le faites pas, ON VA ALLER VOUS CHERCHER, C’ES-TU CLAIR ?

Vous trouverez l’entreprise des frères Roy dans les Pages Jaunes, sous la rubrique « Maladies mentales ».