Le Bye Bye du Satellite: 2 décembre 2008

Les disques Has-Been présentent Marie Carmen

Oui, celle qui nous a saoulés avec son émotivité, ses relations en dent de scie avec le batteur des B.B. et son « christie » d’aigle noir tente de revenir dans le showbizz avec sa compilation de grands succès – car oui, oui ! il y en a ! – adaptés à l’actualité de 2008.

Retrouvez avec dégoût cette chanson qui a inspiré les mouvements massifs du MAPAQ contre la listériose qui auraient infectés les fromages québécois :

C’est par hasard
Que j’avais pris
Un Mamirolle et un cheddar

Mais qu’est-ce que j’ai de travers ?
Je vois des éléphants, des lutins verts
Que se passe-t-il ? Que m’arrive-t-il ?

Ça y est je panique (Wouhou)
Ça y est je panique (Wouhou)
Mais qu’est-ce qu’ils fabriquent
Avec les fromages qu’ils jettent ben vite
C’est la panique (Wouhou)
C’est la panique (Wouhou)
Le MAPAQ prouve
Qu’ils ne sont bons que pour nous mettre dans le rouge
Maudite panique !

Marie Carmen est sensible et braille aux 10 minutes, c’est pourquoi elle a voulu faire cet hommage à Stéphane Dion dans les heures suivants la défaite du 14 octobre dernier…


Ça sert à quoi, pas besoin de te mentir
Tu pars d’Ottawa pour ne plus revenir
On n’en mourra pas
On a l’habitude des libéraux
Qui ne gagnent pas
Ton plan vert, c’était pas fort
Faut le dire
On compte les heures qu’ils te restent
Avant que tu décampes

Ça sert à rien
Tu connais déjà le chemin
Entre Ottawa et Val-Alain
T’aurais peut-être eu besoin qu’on te tienne la main
Quand tu as eu à affronter Harper

Parce qu’Harper monte et toi tu tombes…

Ou quoi dire de cette complainte déchirante (pour les tympans) du maire Gérald Tremblay :

J’ai le blues de vous
Mon Grand Prix disparu
J’ai le blues tout court
Je cherche à remettre du pep dans la ville

Dans les bars, dans les rues
La joie de vivre est perdue
Même les infrastructures
Ont le goût de se jeter à terre
J’ai le blues tout court

Marie Carmen essaie de se rapprocher du peuple le plus possible et chante pour la seule affaire qui rassemble les Québécois de nos jours :

Tendresse, tendresse
Go Latendresse
Moi, je veux la Coupe
Toujours, toujours
Je veux un défilé cette année
Pour le centenaire, la Coupe Stanley
Sinon je vais chialer
À TQS…

Finalement, pour être sûr de faire le numéro un des ventes et donc vendre 500 CDs (pendant qu’il existe 150 000 versions piratés), Marie nous reprend cette chanson qu’on a trop entendu de l’aigle noir, sauce américaine :

Un beau jour
De novembre 2008
Près d’un Grand Lac, je suis resté ébahie
Car soudain, semblant provenir d’un rêve
Venant de nulle part
Surgit un président noir

Il était entouré de plexiglass
Il avait faut le dire beaucoup de classe
Dans la foule, ça pleurait à chaudes larmes
L’homme président couronné,
Veut sortir les États du drame

Président noir, tu risques de frapper un mur
Car les États sont parfois bouchés bien dur !

Oui, les grands classiques de Marie Carmen à la sauce 2008. Un disque qui vous méritera des claques au prochain party de bureau !

Publicités

3 Réponses

  1. Bon, tout d’abord, je vais le dire: je ne déteste pas Marie Carmen. Mais en la revoyant à Tout le monde en parle récemment, je me disais que ses grands classiques étaient faciles à parodier et plusieurs s’appliquaient à l’actualité 2008. Il est très difficile de faire des satires de paroles de chanson. Des fois, si on les chante, ça ne sonne pas bien et il faut essayer le plus possible que ça soit « chantable ». Parfois, ce n’est pas toujours réussi, mais on essaie le plus possible. Il m’est arrivé de sauter des bouts de chanson pour ne pas la parodier au complet (ça aurait été trop long).

    Impossible de passer à côté de la crise du fromage et surtout de l’intervention massive du MAPAQ (et des campagnes publicitaires hypocrites qui nous disaient par la suite qui nous disaient de consommer québécois… on aurait bien voulu mais vous avez quasiment tout jeté !!!). Stéphane Dion m’a causé un foutu problème alors que j’appris AUJOURD’HUI qu’il serait le chef de la coalition PLC-NPD… Il a donc fallu que je change le texte de présentation presque au complet. lol 😛 Pour le maire Tremblay, avouez qu’il a l’air d’avoir les blues ces derniers temps. Bon, je sais que Latendresse ne fait pas grand chose pour le CH ces temps-ci, mais pareil… Ça parodiait bien la chanson d’utiliser son nom. Finalement, l’aigle noir ne pouvait que s’appliquer à l’élection d’Obama, avouez ! 😉

    Pour ceux qui se demanderaient quelles sont les chansons parodiées (les vrais titres) en ordre:

    – Faut pas que je panique
    – Entre l’ombre et la lumière
    – J’ai le blues de vous
    – Je veux de la tendresse
    – L’aigle noir

  2. lol!!!
    Wow! C’est fort. Politiser Marie-Carmen, celle qui pleurniche en chantant. La relation entre les chansons originales et leurs parodies est vraiment bien trouvée. Bravo! 😀

  3. @Leif> Merci, merci. Mais il faut remercier Marie Carmen. Et quand je dis remercier, c’est pas dans le sens d’éloges… Hon, je suis donc ben pas fin ! C’était une joke Marie, si tu nous lis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :