Un parfum de capitalisme

Je ne savais pas trop de quoi parler aujourd’hui. Devais-je parler du clou dans le cercueil de la F1à Montréal après avoir fait les pires bassesses au Monseigneur Ecclestone alors que la F1 s’en va chez le yâble (bonne affaire quant à moi !) autant à Shaghaï qu’en Belgique et qu’en France qui a aussi perdu son Grand Prix   ?

Devais-je parler du mea culpa douteux de Mario Dumont de ce week-end ? De la propagande de Charest avec son /%$&??&%# de Plan Nord ? Ou de Pauline Marois qui admet pratiquement qu’une grosse partie de sa plateforme est inspirée de celle des Libéraux (« ben oui, ça donne le goût de voter PQ ça ! » dis-je avec sarcasme) ?

Mais non, je vais parler de quelque chose dont je me suis rendu compte en fin de semaine. Vous savez, nous allons tous au temple dernièrement… Pas un temple religieux, mais le temple de la consommation. Ben oui, à presque un mois de Nowel, on commence à magasiner les cadeaux, faire rouler les vieilles roues grinçantes de l’économie pendant qu’elles subsistent encore. 😉 Or, je ne sais pas si vous êtes allés dans un centre d’achats dernièrement, mais il y a une odeur… de… de capitalisme, j’ose dire !

En effet, vous savez que les odeurs que vous sentez en magasin sont « programmées » pour stimuler l’achat. Hé oui ! C’est tout planifié mes chers amis: autant que l’étalage, l’affichage, les couleurs, etc. Ça a été étudié par des experts (et je le sais pour avoir eu un cours sur le marketing et la publicité). La preuve ? Allez dans un centre d’achats en n’ayant en tête que l’idée de vous promener, de faire une petite marche ou « visiter ». Vous allez voir que malgré tout, peu de temps après votre entrée, en marchant, vous allez avoir le goût de vous arrêter à telle ou telle autre place et ça sera difficile de vous retenir d’acheter (dépendant de votre volonté, de vos convictions). Ça a été conçu pour. Bref, hier, je trouvais que ça sentait en tabarouette… Disons que tout de suite, ça m’est venu en tête: ils ont déversé une tonne de parfum de capitalisme pour éviter les effets de la crise. 😛 Surtout qu’aux États-Unis, le commerce de détail vit ses heures les plus sombres, juste à prendre l’exemple du géant Best Buy qui anticipe à la baisse ses ventes de Noël.

Mais bon, comme ici, il semble que les consommateurs ne diminueront pas vraiment leurs achats… Sortez le « pouch-pouch » de consommation, il faut que les cartes de crédit sautent d’ici le 24 décembre ! 😉

Mise à jour: Faudrait peut-être que Mario Dumont se calme sur les excuses. Je veux dire, monsieur veut que tout le monde s’excuse de chaque fait et geste de leur part. Mario, sois honnêtes 30 secondes… Avoue que si tu dominais dans les sondages, tu n’aurais jamais fait aucun mea culpa public. Alors, ne viens pas me faire pleurer sur les excuses que les autres devraient faire (même si, effectivement, ça leur ferait pas de tort d’admettre leurs torts).

Publicités

Une Réponse

  1. Que pensez-vous du livre de Edward Berneys, Propaganda (LUX 2008), dans lequel il explique tous les mécanismes de manipulation de l’opinion des citoyens; et donc des consommateurs?

    Si cela vous intéresse, voici une entrevue qui vous plaira sans doute:
    http://www.publications-universitaires.qc.ca/?p=43

    Salutations,
    Guillaume Lamy, pour
    Les Publications universitaires, à
    CIBL 101,5 FM Radio-Montréal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :