L’économie, d’abord ? Non !

Voici un vidéo officiel des candidats péquistes en Estrie (ma région) qui font un texte en slam, un art oratoire de plus en plus populaire. Bon, c’est « cheap » comme moyens (et la musique est vraiment pas super), mais bon, c’est tout de même original et en plus, ce qui m’a marqué c’est que ça touche vraiment aux résultats du sondage de la semaine. En effet, dans le vidéo, on aborde énormément d’enjeux et pas nécessairement juste l’économie.

Car c’est ce qui sort du sondage. Tout d’abord, les résultats:

  1. C’est la position constitutionnelle québécoise qui remporte la palme d’or avec 29% des voix.
  2. Deuxièmement, la langue française avec 18%.
  3. Par la suite, 3 ex-aqueo: l’économie, l’éducation et l’immigration avec 12% des voix.
  4. 3 autres ex-aqueo: la santé, l’environnement et la culture avec 6% chaque.
  5. Et finalement, ceux qui n’ont reçu aucun vote: la justice et les transports.

Bon, évidemment, on est loin du sondage scientifique et l’échantillon est plutôt limité. N’empêche que je trouve que ça réflète bien que le slogan de Charest – « L’économie, d’abord. Oui ! » – ne passe pas auprès de la population. Oui, bien sûr, on est inquiet de la crise, mais on s’en fait bien plus avec d’autres sujets comme l’avenir du Québec avec le Canada, le système de santé qui – malgré toutes les promesses de Charest en 2003 et 2007 – ne s’est pas amélioré tant que ça, le système d’éducation qui est en train de brûler des bons profs qui lâchent le métier (et dans le contexte actuel, on ne peut pas les blâmer), etc. Sans compter qu’on voit beaucoup de reportages et de témoignages comme quoi l’île de Montréal s’anglicise de plus en plus.

Moi, ce qui m’énerve particulièrement en période électorale, c’est les millions et les milliards qui sortent de tous bords et tous côtés… C’est tellement drôle comment – quand un gouvernement est au pouvoir – il n’a JAMAIS d’argent pour rien (sauf évidemment, les petits amis du secteur privé). Or, en période électorale, il faut croire que malgré le froid automnal, il réussit à pousser des arbres à argent et particulièrement dans des régions non libérales (exemple: la ville de Québec) ou non péquiste ou non adéquiste. Bref, « it’s raining cash, alléluia ! » Sauf que nous ne sommes plus dupes. À l’époque de Duplessis, Lesage ou même Lévesque, c’était plus facile de promettre des investissements qui ne se feraient jamais car on ne suivait pas autant les politiciens. Or, aujourd’hui, à l’ère de l’information continue, on le sait clairement que les politiciens, une fois élus, ne font pas grand chose de leurs dix doigts et que soudainement, c’est l’amnésie totale en ce qui a trait aux sommes promises durant la campagne électorale. Tout d’un coup, les arbres à argent disparaissent sous la neige. Ce qui arrivera en décembre prochain, peu importe qui est au pouvoir.

Ah, bien sûr ! La logique – dans un tel contexte de cynisme – serait de changer cette vision généralisée de la population en agissant bien et en se rappelant des promesses pas juste à quelques semaines des élections. Or, j’imagine par paresse, nos partis politiques préfèrent opter de la vieille méthode de s’asseoir et attendre… en espérant que la population oublie leur inaction.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :