… et mon côté « pas fin »

Club des monstres.com

Club des monstres.com

Depuis cet après-midi, on m’a lancé quelques fleurs pour mon billet sur MFL et mon empathie face à cette situation. Premièrement, je suis quasiment offusqué que des gens aient douté du contraire… 😛 Non, sans farces, ça me fait plaisir et franchement, je trouve tellement que c’est pas grand chose. Disons que mon côté Mère Thérésa est peu satisfait malgré tout, mais il va devoir s’en contenter je suppose.

Mais là, en fin de soirée, c’est plus mon aspect « pas fin » qui ressort. En fait, non. C’est que je m’interroge justement sur le fait que autant je peux avoir de l’empathie pour une situation, autant certaines situations me laissent froid. Je pense, par exemple, à ce couple qui est décédé dans leur maison dans ma région… en essayant de transformer du cannabis, ça a sauté et ils ont été prisonniers des flammes. Bon, en théorie, je trouverais ça plate même si je trouve ça (mettre synonyme méchant de « idiot » ici) de transformer du cannabis dans sa maison. Sauf qu’en écoutant les divers reportages (j’ai vu les reportages locaux de TVA et Radio-Can), j’apprends que c’est la DEUXIÈME FOIS que le gars s’essaie et que ça explose. On dirait qu’à ce moment-là, ma sympathie prend le bord. Ah bien sûr, je ne dis pas que je me réjouis de cet événement et je sympathise avec la mère du jeune homme qui vit une peine effroyable. Mais on dirait que les étourderies, les décisions douteuses (le genre qu’on essaie d’éviter de prendre) qui mènent au trépas d’un individu me touchent moins.

Je pense, par exemple, à cet accident de bateau au début du mois d’octobre : le gars est fabricant de bateau, il en conduit depuis des années et malgré tout, il décide de rouler à 60 miles à l’heure dans des conditions moyennes… Je sais, 60 miles à l’heure, ça n’a pas l’air de beaucoup. Mais sur l’eau, les amis, c’est vite en t…… Je le sais d’expérience. Plus jeune et avant la règlementation, j’ai déjà conduit – sous la supervision paternelle – un bateau à moteur. Pour le fun, en tant qu’ado con « geek » qui se dit « tiens, je vais faire de quoi de cool », je décide de mettre la manette de gaz dans le fond… Sérieusement, après 30 secondes, je suis revenu assez rapidement (pas trop pour pas que ça freine sec) au rythme correct et sécuritaire. Hé ! L’impression de perdre le contrôle est pas nécessairement super. En plus, épais que je suis, j’avais fait ça alors que le soleil se couchait et qu’il y avait un vent continu (donc plein de petites vagues). Ça a été un 30 secondes brassage solide ! Bref – comment dire – quand j’ai vu cette nouvelle au téléjournal, on dirait que j’ai été moins touché étant donné que c’était une manoeuvre imprudente… Attention ! J’ai une grande sympathie pour sa fille et son gendre qui ont dû avoir la peur de leur vie. Mais pour l’homme – que je lui souhaite tout de même un bon repos éternel – je ne sais pas… J’arrive pas à être aussi ému que d’autres histoires.

Bref, je suis en train de me demander si j’ai un cœur. Au secours docteur, je suis un salaud qui manque d’empathie en regardant le journal télévisé !!! Et voilà, fallait bien que je « scrappe » carrément mon image de bon garçon en quelques minutes.

Maintenant, vous m’excuserez, faut que je suive le chemin de briques dorées pour demander au magicien au bout de me donner un cœur… 😉 (Pour ceux qui ne comprendraient pas l’allusion…)

Publicités

5 Réponses

  1. Bon, je retire mes paroles !!! Hahaha !! Ben non !!

    En fait je crois qu’on réagis tous comme tu le fais. On trouve le décès bien dommage, mais la niaiserie qui l’a causé fait en sorte que la sympathie est moins présente disons !! Ou bien je suis autant sans coeur que toi !! 😀

  2. Je comprends tellement ce que tu veux dire.

    Moi aussi, il y a des histoires aux nouvelles où j’ai tendance à me dire: « Ben là, il avait couru après… » Ça ne veut pas dire que je me réjouis de la mort de la personne mais un moment donné, faut pas chercher le trouble non plus.

    Je me rappellerai toujours d’une émission sensationnaliste où on voyait un gars hyper imprudent qui se promenait avec un bidon d’essence, la cigarette au bec en pleine station service. IL s’est renversé l’essence sur lui et y’a pas que lui qui a pris en feu, mettons… la station était en train d’y passer au complet!

    Quand j’ai vu le bon samaritain se précipiter sur le gars pour essayer de l’éteindre, je l’ai trouvé pas mal bon parce que moi, dans un contexte comme celui-là où TOUT menaçait de sauter, je suis pas sûre que je serais allée aider le gars, surtout que c’était de sa faute.

    Mais bon. Tout le monde était sauf finalement. Fiou!

  3. Ce que tu décris, c’est simplement une faculté de discernement. Y a des gens dont il faut se réjouir de leur mort et des vivants qui méritent d’être consolés.

    « je trouve tellement que c’est pas grand chose. »

    C’était beaucoup!

  4. @vegekat> Effectivement, on est soit normaux, soit des êtres sans-coeur… 😉

    @Noisette> Oui, c’est ça que je veux dire. Quant à ton histoire, effectivement, j’aurais peut-être pas eu le même réflexe que ton bon samaritain.

    @Anarcho-pragmatiste> Merci pour ta sagesse. Très bon choix de mot: discernement. 🙂

  5. Satellite, il y a des circonstances où l’empathie est de mise, et d’autres dignes des Darwin Awards. Les exemples que tu cites ci-haut font partie de la deuxième catégorie et l’empathie n’est point nécessaire. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :