Fuck, fuck, fuck ou la culture sous Harper

Aujourd’hui, il y a eu une manifestation d’artistes pour critiquer le gouvernement Harper qui a désiré hacher dans les programmes de subventions culturelles. D’ailleurs, il y a Martin Petit qui cherchait des slogans pour la manifestation. On a appris aussi, par Marc Cassivi, que le montant coupé servirait au relais de la flamme olympique pour 2010… Ou du moins, c’est bizarre comment les montants se ressemblent. Mais j’ai bien aimé l’article de François Parenteau sur le sujet, particulièrement ce passage:

Sauf que les conservateurs n’ont pas fait ces coupures-là par souci de rigueur financière ou pour insuffler une nouvelle dynamique dans le milieu culturel. Ils l’ont fait pour freiner la progression de formes artistiques qui ne correspondent pas à leurs valeurs. Tout le contraire d’un laisser-aller, il s’agit d’un geste de contrôle. Ce n’est pas là le geste d’un gouvernement conservateur mais bien du vieux fond du Reform Party qui est revenu à la surface. Chose certaine, en empêchant les manifestations culturelles les plus inventives, les plus libres et les plus porteuses de nous représenter à l’étranger, les conservateurs prouvent qu’ils ne font aucunement la job de nous représenter. Ils essayent de nous modeler.

Parce qu’effectivement, il y a toujours une gang de droitistes aux petits cerveaux – des gens qui croient que le Banquier est une oeuvre culturelle – qui sortent de leur placard pour dire: « Hé gang de BS subventionnés, soyez des honnêtes travailleurs et vous allez pouvoir vous permettre de faire des statues lettes et des shows de théâtre que plus personne ne va voir ! » S’il est vrai que ce n’est pas nécessairement fou de songer à d’autres moyens que les subventions pour financer le milieu culturel, couper de manière aussi drastique est stupide et comme il est dit: c’est pour qu’on dise ce que Harper veut entendre. Une politique incroyable quand on pense que même Bush n’a osé faire une telle politique et baillonner Hollywood qui, pourtant, se faisait un malin plaisir à le descendre ! Et après, on osera dire que Harper est un gars qui croit en la démocratie… HUM, HUM…

Mais bon, puisque des élections s’en viennent et qu’il semble qu’il y a une gang de tatas au Québec (et ils sont plusieurs à ce qu’il faut croire) qui vont voter pour lui si on se fie aux sondages de ce matin, je vais vous donner un aperçu de ce que sera la culture en 2011 si on se fie à Harper.

2011… Le dictateur Harper règne sur la république canadienne depuis maintenant 3 ans et il a décidé de mettre les artistes au pas… au pas militaire. Voici les changements qu’il a fait:

Littérature & Poésie : Tout a commencé lorsque Victor Lévy-Beaulieu a osé écrire – en se moquant de notre grand chef – « la bedaine de sa Majesté ». Aussitôt, tout le Bas-St-Laurent a été mis à feu et à sang et on a brûlé tous les livres sauf ceux qui montrent des images positives du Canada. Malheureusement, comme ça n’existe pas (des images positives du Canada), ils ont réellement tout brûlé. Les auteurs et poètes sont passibles de la peine de mort et les blogueurs sont censurés, abattus ou simplement relégués au Yukon, le territoire le plus ennuyant que la Terre n’ait jamais portée. L’utilisation du mot « fuck » est non seulement banni, mais on doit éliminer le village ou la ville où il a été écrit.

Arts visuels: Comme Harper ne comprend rien des sous-thèmes dans une toile ou une sculpture, il a aboli les subventions aux musées et brûlé les oeuvres qui semblaient pas assez canadiennes (alias, tout ce qui fait référence au Québec). À la place, les « artistes » doivent peindre des feuilles d’érables ou sculpter des castors dans du bois.

Danse: Évidemment, tout est aboli et les danseurs crèvent tous dans une pauvreté abject. Les danseurs mâles – considérés comme d’horribles homosexuels qui mettent en danger la culture canadienne de la famille – sont abattus dans le stade olympique de Montréal. C’est déjà une bonne nouvelle: on a trouvé quoi faire du stade !

Théâtre: On ne le savait pas, mais Harper est un dramaturge. Il a en fait écrit une pièce: « Let’s be canadian: say no to those gays, feminists, aborters, and non catholics who want to destroy our beautiful country » qui se traduirait par — Ah pardon, on m’apprend que je n’ai pas le droit de la traduire en français. Donc, c’est ça, c’est la seule pièce permise de jouer dans tous les théâtres canadiens.

Cinéma: On n’a plus le droit de voir des comportements amoraux dans les films canadiens subventionnés, donc plus de personnages qui boivent, baisent, fument et disent des gros mots. Ainsi, l’industrie cinématographique française a perdu beaucoup d’argent puisqu’elle ne peut plus diffuser ces films au Québec. De plus, l’industrie cinématographique canadienne se résume à des films dans le style des Télétubbies (sans le mauve à cause de la connotation gaie). D’ailleurs, tous les méchants dans les films sont soient gais, de couleurs ou de religions différentes. Parfois les trois en même temps.

Humour: L’industrie humoristique est morte ou presque. On raconte des blagues contre les peuples de gauche pour ne pas choquer sa majesté. Devant le théâtre St-Denis, ancien temple de plusieurs humoristes et de galas Juste pour rire, on y trouve un Martin Petit – celui qui a osé faire une blague contre l’empereur Harper – empalé et dévoré par les mouches pour rappeler au peuple le danger de rire du bedonnant être suprême. Quant à Laurent Paquin, autre humoriste s’étant essayé, il a fini en méchoui au dernier congrès du Parti Conservateur. Des milliers de fans des deux humoristes se cachent pour vivre leur deuil. Quant à Daniel Lemire et Guy Nantel, ceux-ci se sont réfugiés au Rwanda et espèrent un jour pouvoir revenir sans qu’on attente à leurs vies.

Et voilà mes amis ce qui risque d’arriver en 2011 si Harper devient majoritaire ! C’est plaisant, hein ? Mais bon, on est chanceux. Un an plus tard, la Terre va cramer… MOUHAHAHAHAHA ! Petit clin d’oeil à ce billet du Médiateur Farceur qui est d’une telle lucidité sur le propos que ça en est génial ! N’empêche que – puisque j’ai encore le droit d’utiliser le mot « fuck » – j’envoie un méga « fuck you » à Harper et aussi à tous ces crétins de Libéraux qui croient qu’ils vont gagner avec Stéphane Dion à leur tête… On vous as-tu déjà dit que vous manquiez de jugement ? (Ah, quoi de mieux que de finir son billet avec une phrase choc. Merci Jeff Fillion pour le cours de communication ! 😉 C’est une blague !)

Publicités

7 Réponses

  1. EXCELLENT!
    Tristement drôle et dramatiquement pas si loin de la vérité…

  2. Au fait je dois y aller, j’ai un castor à aller sculpter dans un « bloc » d’érable… 😉

    (le Bloc, c’est pour la résistance! 😉 …

  3. Voila un billet cynique a souhait, comme je les aimes (et que parfois je ponds moi-même…)

    Par contre, j’aimerais préciser que la danse n’attend pas 2012 pour crever. Cette discipline crève depuis toujours en amérique. Serait-ce parce que nous ne comprenons pas collectivement les sous-thèmes ou effectivement, comme votre Harper le perçois, nous sommes encore déconcentré par l’habillement (lorsqu’il y en a) des danseurs? Hum, Attendez, je vais aller vérifier mes dires avec l’émission « So you think you can dance »…

  4. @MFL> Merci, merci. Pour ton castor, bonne chance ! T’es chanceux, maintenant que Bell a « flushé » les siens, tu peux en faire sans risque de te faire poursuivre. 😛

    @Sir Seb> Merci. Mais bon pour ce qui est de la danse, y a toujours « Le Match des étoiles » ? MOUHAHAHAHAHAHAHA ! 😉 Non, sans farces c’est vrai que ça va très mal à ce niveau-là. Moi, personnellement, j’irais en voir de temps à autre, mais disons que l’offre à Sherbrooke est plus que limitée. Puis, j’admets honteusement qu’il y a certaines troupes que je trouve bizarre ou j’avoue que j’ai de la difficulté à comprendre. Mais bon, je me dis que suis bien que ben des gens qui sont indifférents à cet art: j’aimerais comprendre par moment toutes les subtilités.

  5. J’ai moi aussi retenu ce passage de Parenteau. Même en tant qu’anarchiste, je ne vois pas de victoire là-dedans même si je considère que l’art serait mieux servi sans État.

  6. Un peu catastrophiste comme billet mais je comprends l’idée.

  7. @Anarcho-pragmatiste> Ouais, ben effectivement, c’est un peu « exagéré » comme billet mais c’est que c’est ce qu’on sent avec le point de vue de Harper sur la culture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :