Papa, je t’ai dessiné un beau subpénat !

Bon, je crois que « subpénat » n’est pas du bon français, mais c’est le seul terme qui corresponde vraiment à ce dont je parle, désolé ! C’est que, voyez-vous, à Radio-Canada, on reparlait de l’homme qui conteste un jugement de la Cour qui a renversé une punition qu’il a faite à sa fille de 12 ans. Pour expliquer l’histoire, une fille de 12 ans en garde partagée entre son père et sa mère depuis qu’elle a 2 ans. Puis, elle se chicane avec la nouvelle conjointe de Papa au mois de mai dernier, va vivre chez Maman en attendant. Il faut dire que Papa avait chicané la jeune car elle avait clavardé sans sa permission. Néanmoins, Papa a toujours la garde légale. Mademoiselle décide d’aller chez une amie pour poster sur le Net une photo d’elle dans une position disons inappropriée pour une enfant de son âge… Papa l’apprend, il est en colère et c’est lui qui est responsable d’autoriser ou non les sorties scolaires. Alors, forcément, il punit Mademoiselle pour son arrogance et l’interdit de sortie. L’histoire classique, bref ! Sauf que c’est là où ça prend une tournure originale. Théoriquement, dans une situation de la sorte, Maman qui n’était pas d’accord avec le jugement aurait discuté avec Papa quitte à se disputer avec lui sur la question. Or, Maman dans cette histoire semble être une plante verte. Car c’est Mademoiselle qui est allé chercher… une avocate pour aller contester la punition excessive de Papa. Et elle a gagné grâce à une Maman Plante Verte qui a hoché la tête comme quoi elle était d’accord pour que sa fille aille à la sortie et une juge qui a considéré que la punition était exagérée pour la grosseur de la faute… Je ne sais pas dans quel univers a vécu madame la juge Suzanne Tessier. J’imagine que c’était une famille à plat ventre devant ses enfants, parce que franchement, je ne trouve pas que la faute soit si innocente dans un contexte d’hypersexualisation des jeunes filles ! Je veux dire, papa avait le droit de punir et protéger sa fille de ses actes. Merde, c’est son devoir de père ! Donc, maintenant, si je comprends bien, les enfants pourront aller quand ils le veulent contester les punitions parentales. Ils pouvaient déjà le faire… mais dans des cas graves, pas une question aussi frivole qu’une sortie scolaire !

Alors, si les juges peuvent maintenant s’interposer à l’autorité parentale, je propose quelque chose aux parents: aller déposer vos enfants dans un tribunal proche de chez vous et dites aux juges que c’est à eux maintenant de s’en occuper. Puis, amusez-vous à photographier leur visage effaré juste pour le plaisir… 😉 Belle petite activité familiale ! Non, mais sérieusement, c’est moi ou la notion de responsabilité et de discipline a foutu le camp dans les 10 dernières années ? Et en passant, discipline n’est pas antonyme d’affection, c’est au contraire une forme de démonstration d’affection envers ses enfants. Bon, bien sûr, ça les fait suer, mais c’est pour leur apprendre la vie, les règles et pour les protéger aussi. Bien sûr, Fiston ne sera pas content que vous l’interdisiez de mettre les doigts dans la prise, mais c’est pour son bien et qu’il évite de finir comme une guimauve sur le feu… J’adore l’avis d’Yves Boisvert sur la question qui a dit que sa vie de famille n’était pas une démocratie, mais une dictature éclairée. 😛

Et bon, voilà que je donne mon avis sur la parentalité alors que je n’ai pas d’enfants…Je sens que ça va me revenir assez raide ça… 😉 Oh et tant qu’à parler de parentalité, je vais user de la psychologie inverse: n’allez surtout pas voir la nouvelle page que j’ai mise… Non, vraiment, N’ALLEZ SURTOUT PAS LA VOIR, Y A RIEN D’INTÉRESSANT LÀ, NON… Ah pis merde, vous êtes des adultes pour la plupart alors, allez donc voir cette page « agace » ! 😛

Publicités

2 Réponses

  1. Je pense pas que tu aies besoin d’avoir un enfant pour comprendre ce qui se passe là et donner ton avis sur cette absurdité juridique.

    Je n’ai pas eu les détails de la suite… mais j’espère, ahhhh que j’espère, que le papa poursuit la maman, la procureure et la juge si ça se peut, que le papa souffre aussi et qu’à la poursuite il ajoute un gros gros montant pour dommages moraux, et que le papa a transformé la chambre de fifille en salle multimédia, laquelle il pourra utiliser à sa guise pendant son long congé « burn-out lié à une problématique familiale ».

    Je dis ça sans crainte d’ajouter que si je me retrouvais dans un tel scénario d’horreur, je serais sans pitié pour Puce, son papa, et quiconque trouverais que c’est une bonne chose.

    La page… j’avais vu ce matin. Bien hâte de lire ce nouvel arrivant !

  2. @lafêlée> En tout cas, de ce que je sais, c’est qu’il conteste la décision. Mais effectivement, avoir été le père, je serais en *&?&*?&*! C’est juste incroyable à quel point la société en devient une d’enfant-roi… Pour la page, j’ai décidé de m’amuser encore plus sur le blogue et de me donner une petite section unique. À suivre… 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :