Sur le divan

Ces derniers temps, j’aimerais pouvoir retourner en psychothérapie juste pour qu’on m’aide à analyser des rêves que je fais. Car, oui – oh my god ! – votre humble serviteur est déjà allé voir une psychologue. 2 ans et demi environ. Pour se donner des outils et se comprendre. L’avantage, c’est que c’était dans un contexte communautaire et qui ne coûtait pas cher. Aujourd’hui, je fais les finitions du travail amorcé à l’époque sans aide. Ce n’était pas une psychanalyse contrairement à ce que parle la BD que j’ai trouvée ici. Non, c’était plus un mélange entre psychologie cognitive avec une pointe d’humanisme et de psychanalyse. Désolé, j’ai eu des cours de psycho, ça paraît, hein ? 😉

Bref, tout ça pour dire qu’autant ce n’est plus terriblement tabou d’en parler comme à l’époque où on disait « tous ceux qui vont en psychothérapie sont fous », autant certains peuvent ressentir de la gêne à se dire « merde, j’ai besoin d’aide avec moi-même ». Chez les filles, ça semble moins gênant que chez les gars. C’est « normal »: les gars ont la pression sociale d’être forts, impassibles et résistants à toutes les tempêtes. Or, on le voit, des hommes qui pètent les plombs et tuent leurs proches, ça arrive à chaque année à de multiples reprises ! Je ne dis pas que tout le monde en aurait besoin. Non. Parfois, de bonnes discussions avec des proches en qui on a entièrement confiance suffise. Sauf que quand on sent que c’est profond, il est peut-être préférable d’en discuter avec un professionnel. Et là, c’est comme une scie sauteuse, ça se magasine ! Noisette sociale, avec qui je discutais hier, faisait un article là-dessus au début du mois de juin. Moi, j’ai eu la chance de tomber sur une femme très gentille, assez jeune en plus (donc plus proche de ce que je vivais à l’époque) et pleine d’empathie, souriante. Bref, ce que j’avais de besoin. Mais forcément chaque personne a des besoins différents selon sa problématique, son tempérament, sa personnalité entière en fait. Si vous sentez qu’il serait peut-être bien de parler à un spécialiste de votre problème, ne vous gênez pas ! Or, faites attention ! Si les psychologues et psychiatres doivent être accrédités par leur ordre pour pratiquer, les psychothérapeutes, pas toujours. Il y a parfois des charlatans et des farfelus dans le métier (lire « Les thérapies dangereuses » diffusé le 18 novembre 2003 ou le 15 juin 2004)…

Et comment ça se passerait si je passais sur le divan aujourd’hui ? Hé bien, pour vous, je l’ai fait et je vous ai pris le meilleur de ma rencontre avec le docteur…
Docteur: Bon, alors, comment ça se passe aujourd’hui ?
SV : Ben ça va pas mal, mais… Je sais pas, ces temps-ci, j’ai comme des conflits.
Dr: Hum, hum…
SV: Des conflits avec mon blogue, en fait, je dirais.
Dr: Hum, hum…
SV: Je ne saurais trop décrire ça. Et là, si vous dites « Hum, hum… » encore, je vous balance par la fenêtre, c’est-tu clair ?
Dr: Agressif…
SV: Non, je ne suis pas agressif ! C’est juste que ça me donne LE GOÛT DE TUER QUAND ON NE M’ÉCOUTE PAS !
Dr: Je vous écoute. Alors, vous parliez de conflits avec votre blogue récemment. Pouvez-vous me dire quelle est la nature de ces tensions ?
SV: Ben je trouve que notre relation est plus aussi bonne qu’avant. Avant, le blogue aimait ça que j’écrive 4-5 fois par jour, mais là… Je suis fatigué et anyway, j’ai l’impression que je lui parle et ça ne l’intéresse même plus.
Dr: Pouvez-vous expliquer ?
SV: Ben, regardez, hier soir je voulais faire un billet politique… Ramener la magie dans notre union ! Et là, il m’a dit: « Ah pas ce soir, j’ai mal à la tête ! Vas-y avec un billet personnel à la place, ça va être plus simple ! » Alors, je regarde ça et je ne le comprends plus. Ça va faire 3 mois la semaine prochaine qu’on est ensemble et… je sais pas quoi faire pour l’exciter, pour ramener la magie des premiers billets. J’ai pensé lui acheter, vous savez, un beau bouquet de vidéos YouTube, mais… Il est désabusé, il dit que ça sert à rien et que ça fane au bout de deux jours. Bon ! Pourtant, s’il les mettait dans l’eau aussi… Ah pis s’il y avait rien que ça. Vous savez, il me force de temps en temps à faire des billets personnels, à m’exposer et bon ça fait plaisir à la visite, mais…
Dr: Vous ne vous sentez pas à l’aise là-dedans ?
SV: Ben oui et non et c’est surtout que malgré mes confidences, je lui en cache beaucoup et ça l’énerve. Il me passe souvent à l’interrogatoire. Récemment, il m’a fait une crise de jalousie terrible. Je parlais par MSN avec Noisette sociale et forcément, on s’est mis à jaser de trucs peut-être un peu plus personnels que ce qu’il y a sur les blogues… Il m’a pété une crise: « Pourquoi tu t’es pas confié à moi ? J’en aurais parlé à la visite ! Tu ne me fais pas confiance ! Bla bla bla… » Alors, là, je suis comme désemparé ! En plus, c’est vrai qu’il y a certaines choses que je pourrais partager mais je suis trop gêné de le faire pour le moment. (Quelques minutes et une centaine de « Hum, hum » plus tard…) J’avais une idée récemment… pour notre troisième mois ensemble… une idée un peu farfelue, une page sur le blogue spéciale, amusante, touchante… Bref, un peu original. Avec peut-être même une genre de mascotte, mais je le connais: il va me dire que la visite aimera pas ça, que ça va faire des rénovations pour rien, que je vais me retrouver à la supprimer… Mais j’ai le goût en même temps, est-ce que je peux faire ce qui me tente dans mon espace Web ? Au pire, oui, je la supprimerai, mais je me serai amusé à le faire ! En tout cas…
Dr: Écoutez, si j’étais vous, je diminuerais un peu la cadence des billets pour que votre partenaire puisse respirer mieux, apprécier davantage vos billets. Rien ne vous empêche, de temps en temps, d’en faire plusieurs, mais diminuer pour que votre couple se redécouvre. Pour votre projet, pourquoi vous n’y allez pas ? Vous êtes capable vous-même d’être lucide là-dedans et vous comprenez que c’est pour vous amuser. Quant aux confidences, je vous dirais de prendre votre temps. Gardez-vous un jardin secret aussi ! Allez-y au gré de la visite, si vous êtes à l’aise avec elle, elle sera à l’aise avec vos propos ! Moi, je dis qu’on travaille là-dessus jusqu’à la prochaine séance, ça vous va ?
SV: Oui. Au fait, docteur, j’ai un sujet qu’on pourrait aborder lors de la prochaine séance.
Dr: Quoi ?
SV: Mes analogies. Elles sont rendues de plus en plus douteuses. J’ai fait un billet avant de venir vous voir sur les psychologues et les psychothérapies et j’ai osé faire l’analogie suivante: « Et là, c’est comme une scie sauteuse, ça se magasine ! » Pensez-vous qu’on pourrait travailler là-dessus ?
Dr: …
SV: Docteur ?
Dr: Hum… C’est juste que je ne suis pas un faiseur de miracles, je suis juste psychologue vous savez…

Pardonnez le délire ici de votre humble serviteur. Je ne sais pas ce que j’ai, je suis comme en feu au niveau des délires en tout genre. Demandez à Molécule, il va vous parler de mes commentaires récents… 😉

Publicités

5 Réponses

  1. HA HA HA

    Ça c’est un excellent billet qui m’a bien fait rire!

    D’ailleurs, ça me rappelle une discussion qu’on a eu hier à propos du nombre de billets que t’écris. Tu as tourné ça drôlement, j’adore!

    À grande échelle, il est vrai que les femmes ont plus de facilité à parler d’elles, de leurs problèmes personnels et parfois même de leur désir de consulter ou du fait qu’elles consultent…

    Mais bizarrement, dans ma vie personnelle, j’ai entendu beaucoup plus souvent « moi, ma psy… » de la part de gars que de filles.

    Comme quoi y’a jamais rien de coulé dans le béton et qu’on peut jamais avoir le plaisir de généraliser 😛

  2. @Noisette> Merci. 😀 J’ai eu bien du plaisir à écrire celui-là, surtout la deuxième partie. Effectivement, on ne peut pas généraliser. Moi, tu vois, c’est davantage des filles qui me parlaient de leurs rencontres avec des psychologues, non des gars. N’empêche que c’est un sujet qui préoccupe de plus en plus les gens. Moi, je suis content de l’avoir fait à un aussi jeune âge (19 ans). Ça m’a permis de me donner plus d’outils pour ma vie à venir. Bon, il reste du travail à faire, BIEN SÛR, mais au moins, j’ai une plus solide base qu’à une certaine époque. 🙂

  3. Moi, je dis que t’as raison, parler, ça fait du bien, ne serait-ce que parce que notre inconscient est fait pour qu on n accede pas a lui, ce vicieux. et donc, qq un dont c est le metier, il a des clefs pour ouvrir les portes que toi, mmeeeeeeme si t as fait de la psycho, t as pas forcement, encore plus quand ca te concerne.
    mazette, je suis pas certaine certaine d etre claire, la…

  4. Hum, hum… 😉

  5. @omelette> Non, effectivement, tu as raison. Effectivement, ce n’est pas mes cours de psycho qui m’aident, mais ma thérapie antérieure à ces cours. Les cours de psycho… c’est plus par curiosité et pour analyser les autres. MOUHAHAHAHAHAHA ! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :