Mon clown intérieur

Dernièrement, je ne sais pas pourquoi, j’ai remarqué qu’il y avait de plus en plus dans mes billets et dans des commentaires que je dissémine à gauche et à droite de l’humour. Pourquoi ? Je ne sais pas trop. Est-ce l’été qui me rend léger ? En fait, je crois que j’ai toujours eu un clown intérieur. Je pense que les gens qui me connaissent bien savent que j’aime bien – à moins que je n’aille vraiment pas bien (et là, je viens de dire bien trois fois de suite… je gagne un superbe dictionnaire des synonymes dont j’aurais eu besoin ici) – lancer une idée farfelue, un sarcasme, une petite remarque ou expression stupide. Attention, je ne dis pas que je suis un humoriste en herbe incroyable – je ne crois pas avoir la « drive » de scène nécessaire pour ça ni le matériel pour. Je ne suis même pas certains que j’aurais le talent d’écrire un numéro pour un humoriste (mais là, c’est peut-être juste un peu de manque de confiance ici). Bref, que les Rachid Badouri, Martin Petit (ah tiens ! il a un blogue ! 😉 ) et Laurent Paquin de ce monde dorment tranquille. Pas grand danger que je vienne leur rafler un Olivier sous le nez ! N’empêche que j’aime ça sortir mon clown intérieur. Faut dire que c’est petit là-dedans, alors il aime ça prendre une bouffée d’air frais, sortir une blague ou trait d’esprit et retourner dans mon petit corps en sacrant et me demandant pourquoi je n’ai pas mangé mes croûtes quand j’étais jeune (ce qui est faux, je les mangeais et j’adorais mes croûtes… parfois plus que la mie).

Attention ! Ça ne veux pas dire que je suis un gars léger qui fait des blagues sans arrêt, qui est le centre d’attention de tous et qui est « Yop la vie ! ». Non, j’ai mes indignations et je sacre de plus en plus en regardant la télé et en lisant les nouvelles avec le temps (est-ce le fait que je me radicalise ou que je deviens un vieux râleur ? mystère…). N’empêche que je suis capable autant de sarcasme méchant que de blagues idiotes et, même, vraiment pas drôles (ce qui peut faire rire à certains moments… genre avec un trip d’acide ou beaucoup de fatigue accumulée 😉 ). Il y a même eu un temps où des amis et moi nous amusions à être des émules de mister François Pérusse. Bon, nos textes n’étaient pas terriblement drôles, on n’avait pas de studio, pas de moyens, des bruitages ramassés par-ci par-là sur Internet, mais malgré tout, on riait pas mal et, parfois, le résultat était intéressant. J’en ai fait aussi tout seul, moyennement convaincant (du moins, pour moi). Malgré l’amateurisme de notre démarche, je les ai gardés sur mon ordinateur (même ceux que j’ai fait seul). Pourquoi ? Je ne sais pas, pour une humiliation future, j’imagine, dans un bien-cuit. Par nostalgie peut-être aussi.

Je ne sais pas si je suis vraiment drôle. Peut-être que mon entourage rit pour me faire plaisir, peut-être que mes contacts MSN ou les blogueurs qui répondent à certaines de mes niaiseries un « lol » le font par politesse. Je ne sais pas et c’est peut-être mieux ainsi. Ça me permet de garder l’illusion que je suis drôle et que j’ai un bon sens de l’humour. 😉 Je me suis toujours dit que le test ultime serait avec un humoriste si un jour j’en rencontre un ou une (exemple: Laurent Paquin que j’aime vraiment beaucoup 😀 ), je me suis donné un barème:

Alerte rougeil (elle) ne rit pas du tout et semble même embêté par mon humour: fuir en courant en me promettant de ne plus jamais faire de blagues de ma vie

Alerte orange genre un peu Home Depot mais avec une touche de crottes de fromageil (elle) ne rit pas du tout, tout simplement: laisser tomber immédiatement l’humour et me mettre à la poterie… quoique non, je suis pas très manuel…

Alerte jaune LES CHINOIS SONT PARTOUT il (elle) sourit à mon humour: Y aller avec parcimonie sur les blagues. Râper un peu mon humour et mettre le tout au four à 450 pendant 20 minutes. Le sortir et déguster.

Alerte verte « Bibi is coming to town« il (elle) rit poliment à mon humour: Sans pousser, continuer dans cette voie. On ne peut que s’améliorer en continuant. Car comme le dit le proverbe: C’est toujours les cordonniers en forgeant qui roulent et qui n’amassent pas le printemps… Oups !

Alerte bleue comme les festivals du Grand Rire un peu partout au Québecil (elle) rit fortement: Ça y est, j’ai l’étoffe d’un grand champion international de course… et aussi d’humour ! 😉

Bon, c’est pas tout le blogue, mais j’ai de la visite sur le feu et si je les laisse bouillir plus longtemps, ils ne seront plus bons… 😉 (Fallait bien que je finisse pas une blague pourrie !)

Publicités

2 Réponses

  1. je suis un clown de martinike en vacances chez mes parents en Normandie. bravo pour le beau maquillage de clown. Comment puis-je faire pour t’envoyer ma photo?
    Pépita le clown.

  2. @Pépita le clown> Sache que ce n’est pas ma photo ni un maquillage que j’ai fait. Photo trouvée sur Internet, désolé de te décevoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :