L’art de la guerre selon Shu Fitzu Tremblay, le livreur de chinois

Après ce billet, ça sera le 300ème billet du blogue. Oui, je sais, c’est énorme (pour certains), mais faut pas oublier qu’il y en a de toutes les tailles (dont des petits) et, parfois, je fais des « blocs de blogue » où j’écris plusieurs articles et je les fais paraître au fil d’une journée où je serai occupé, pour que vous ayez l’impression que je suis toujours avec vous. 😉 Ainsi ça me donne une omnipotence sur mon petit « terrain » du Net, un peu comme Dieu ou Julie Couillard (quoi, elle n’est pas partout ces temps-ci ?). Sauf que, justement, ça fait 300 billets que je fais et bientôt 3 mois que je suis sur la blogosphère. Et là, je voudrais vous jaser de quelque chose. C’est que, voyez-vous, si je reçois beaucoup de commentaires flatteurs et que je me suis fait des « connaissances Internet », il n’en reste pas moins qu’il y a des visiteurs pour qui, bon, mes écrits les énervent ou ils n’aiment pas mon style et mes opinions. Et ils le manifestent. Jusque là, ça serait parfait (c’est le miracle de la démocratie !), si ce n’était que la plupart de ces critiques (pas toutes, mais plusieurs) sont plutôt des petites attaques envers moi. Je veux dire qu’au lieu de contre-argumenter sur mes points, on lance subtilement (ou non) que je serais hautain, que j’aurais la science infuse, on ironise mes propos sans expliquer pourquoi…

À la limite, je veux bien l’accepter, après tout je me refuse de ne pas diffuser un commentaire (sauf s’il contient des propos véritablement haineux genre homophobie, xénophobie, misogynie, féminisme extrémiste anti-homme – ce qui n’est jamais arrivé encore), sauf que je voulais faire une mise au point. Premièrement, où il est écrit que je possède la science infuse sur ce blogue ? Nulle part sur ce site et je ne crois pas avoir écrit des billets où je dise carrément: C’EST MOI QUI DÉTIENT LA VÉRITÉ ! Et je ne le ferai jamais parce que qui peut prétendre avoir la vérité infuse de nos jours ? Pour chaque information diffusée, une contre-information arrive. Même que si on prenait le temps, on pourrait lire mon sous-titre de blogue: Il sonde les médias et la société à la recherche d’un sens. Il n’est pas écrit: « Détenteur du savoir universel » Si je le fais un jour, là vous pourrez me critiquer ! 😉 Bien sûr, quand quelque chose (une cause, une opinion) nous tient à coeur, il peut parfois sembler qu’on affirme que nos dires sont à 100% parfaites et indiscutables. Or, on le sait que c’est faux ! On ne veut pas l’admettre, orgueil oblige, mais on le sait. De plus, j’utilise l’ironie et le sarcasme beaucoup. Parce que ça me fait rire (et ça en fait rire plusieurs) et ça permet de canaliser la colère ou la frustration pour éviter de sortir des phrases à la Gilles Proulx – excusez mon langage grossier dans la prochaine phrase: « LE MINISTRE EST JUSTE UN GROS TROU-DE-CUL SALE, UN MANGEUX DE BATTES QUI DILAPIDE NOS FONDS ET QUI DEVRAIT SE FAIRE PENDRE PAR LES COUILLES JUSQU’À CE QUE MORT S’EN SUIVE ! » Vous comprenez ? Évidemment, le sarcasme ça ne plaît pas à tous, ce n’est pas compris par tous et ça peut faire paraître quelqu’un comme étant au-dessus de son affaire !

Néanmoins, ça m’énerve ce genre d’attaques car ce sont les plus blessantes. Parce que un, tu ne comprends pas pourquoi l’attaque gratuite, deux, tu aimerais comprendre le point de vue de l’autre personne pour argumenter sainement avec elle et trois, tu aurais moins l’impression de te faire insulter si c’était les idées qui étaient attaquées. Car j’accepte qu’on critique mes idées: bien sûr, sur le coup, l’orgueil fait « Hé ! ». Mais en lisant une critique constructive et des arguments qui tiennent la route, malgré la légère et brève blessure d’orgueil, ça permet de voir un autre point de vue, de comprendre. Sauf que, que veux-tu répondre à quelqu’un qui te dit: « tu n’es qu’un pédant qui crache sur le Québec ! » ? Ça m’est arrivé mardi: quelqu’un m’envoie un commentaire (bourré de fautes) sur mon article de Y a-t-il un VRAI Québec ? du 28 mai 2008 en me disant que je ne suis qu’un français qui crache sur le Québec. Alors, j’ai répondu… Je n’ai pas été vraiment méchant… sauf un peu à la fin, parce que je trouvais que c’était gratuit comme attaque. Sauf que trois jours après, je me sens un peu nul. Surtout après avoir lu ce très lucide billet de Noisette sociale sur les commentaires. Tout d’un coup, je me suis dit: ai-je agi comme ces bébés qui sont incapables de prendre la critique ? Peut-être… Mais de l’autre côté, j’ai quand même l’impression d’être « correct »: je ne dis pas et n’ai jamais dit « ben si vous n’êtes pas content, allez ailleurs ! » D’ailleurs, ce n’est même pas le but de ce billet.

Il m’arrive moi aussi de consulter des blogues d’opinions et de ne pas être d’accord. Que ce soit le Détracteur, le Gros Bon Sens ou Richard Martineau (exemples comme ça car ça m’est arrivé dans plein de blogues de ne pas être d’accord avec tel ou tel autre billet), il m’arrive parfois de ne pas être d’accord avec eux. Sauf que je me donne toujours un code qui comprend deux options: 1) si je ne suis pas d’accord et que je n’ai pas d’argumentation solide, ou que je risque de tomber dans trop de démagogie, ou que je ne sens pas le besoin de répondre, je m’abstiens de commenter 2) si je sens que tel argumentation peut être intéressante, que je peux le démontrer sans accuser l’auteur(e) et que je sens que ça va emmener à une discussion intéressante et constructive, je le fais.

Autre chose qu’il faut rappeler, ce n’est pas un blogue affilié à un organisme de presse. C’est un blogue personnel. Donc, il peut arriver comme ce matin, que je parle par exemple de mes désillusions face aux États-Unis. Or, je n’ai pas toujours le temps de m’étaler en long et en large sur toutes les subtilités de mon rapport amour-haine envers ce pays, de tous ces points que j’aime et ceux que je n’aime pas. Et contrairement à un journaliste comme Patrick Lagacé qui doit justifier ses propos dans son blogue hébergé par un empire de communication car il peut recevoir des plaintes au Conseil de Presse, je n’ai pas à faire autant de justification sur chaque opinion que j’émets. Je veux dire qu’autant je peux faire un billet ultra documenté que je peux décider de juste expliquer un tant soit peu mes opinions sur un sujet. Bien sûr, une opinion « flottante » sur un sujet ne fait pas une argumentation solide: j’en suis conscient et qui a dit que c’était de la solide argumentation ? Si j’avais un blogue hébergé par un magnat de la presse écrite, bien sûr que je n’écrirais pas tout à fait de la même façon. Mes opinions flottantes, je les garderais pour moi ou mon entourage ou un blogue personnel (et encore !). Sauf que là, ce n’est pas le cas.

Bref, je voulais partager cette mise au point à la veille du 300ème billet. Car comme l’a écrit Shu Fitzu Tremblay*, le livreur de mets chinois, dans son oeuvre (à savoir le dos du menu), la première règle de son art de la guerre est: Livre à tes ennemis et tes amis le fond de ta pensée sur la guerre avant de te battre… et donne-moi mon pourboire ! 😛 Ainsi, vous pouvez continuer à être d’accord ou totalement en désaccord avec moi, mais faisons-le de manière civilisée ! Je sais, c’est un discours qui sonne creux à une époque où n’a qu’à écrire un gros « VA CHIER » dans un courriel et appuyer sur un bouton pour l’envoyer et se défouler, mais je tenais à le faire quand même. D’ailleurs, j’ouvre la discussion aussi aux blogueurs et aux commentateurs de blogue: vous êtes-vous déjà fait attaqués solidement dans un blogue ? Comment avez-vous réagi ? Que pensez-vous de la modération de blogue ? Comment devrait-elle se faire ?

Oh, par contre, avant de finir, laissez-moi un dernier conseil : on fait tous des fautes de temps en temps, particulièrement dans les commentaires où on ne peut pas modifier celui-ci après coup. Mais si vous voulez qu’on vous prenne au sérieux, essayez au minimum d’avoir une syntaxe et un orthographe qui se tient, sinon, ça fait beaucoup moins crédible ! Je dis ça comme ça…

*nom fictif, il n’existe pas

Publicités

6 Réponses

  1. J’ai déjà eu des problèmes dans ma vie personnelle par rapport à mon blogue. J’ai déjà vécu des géguerres inter-blogues et une fois, ça s’est rendu sur Cyberpresse! lol

    J’ai quelques commentateurs qui viennent parfois et qui me laissent toujours un peu « clueless ». Des fois, j’ai de la misère à savoir si c’est du sarcasme ou non.

    Y’a un blogueur qui a déjà fait quelques textes spécifiquement anti-moi. Ça fait partie de la game.

    J’ai arrêté de faire des billets à saveur politique parce que ça m’épuisait. Je trouve ça très important de répondre équitablement aux gens qui me commentent et souvent, y’en avait qui revenaient à la charge et qui laissaient de très longs commentaires avec des longues argumentations. Et ce n’est pas parce que j’ai peur d’argumenter mais par écrit, je trouve ça long et fastidieux à la longue. Comme un billet a une durée de vie d’environ deux jours, grosso modo, je trouvais que ça me prenait beaucoup trop d’énergie pour ce que ça rapportait. Alors j’ai slacké un peu. Cependant, ça ne veut pas dire que je n’y reviendrai pas.

    J’ai supprimé environ 2 commentaires depuis le début de mon blogue. Un qui était carrément trop vulgaire et un autre parce que quelqu’un était venu raconter des trucs sur une autre blogueuse et sur sa vie personnelle. Ça tenait de la diffamation alors j’ai retiré le commentaire.

    Ce n’est pas toujours évident de recevoir de la critique mais je crois que ça peut nous faire grandir. Parfois, ça ne changera absolument rien à notre point de vue (dans mon cas, quand ça vient de quelqu’un de trop à droite) mais ça nous permet de sortir de notre bulle, un peu. Des fois, on écrit sur des sujets où on trouve que notre opinion est tellement sensée qu’on s’étonnera parfois de voir que certains la trouvent carrément épaisse.

    En tout cas…

    Sinon, très bon billet 🙂

  2. @Noisette> Merci pour cet historique ma foi assez volumineux, mais intéressant 🙂 . Ça faisait longtemps que ça me démangeait de faire un billet de la sorte. Comme je dis, juste voir et expliquer mes positions là-dessus. Ce que je n’avais pas fait depuis le début. J’espère en tout cas que ma position était claire et pas trop radicale. Mais je ne crois pas… pour l’avoir relu 15 fois pour être sûr qu’il était correct (maudit que ça me stresse ce genre de billet). 😉

  3. Meuh non, meuh non, tu fais bien ça 😉

  4. @Noisette> 😛 Merci bien.

  5. Pour avoir commencé à « squatter » quelques blogs depuis un certain temps, je me suis déjà senti comme obligé de répondre à certains billets ou commentaires qui m’avait choqué, ou fortement déplu.
    Hélas, comme tu le dis, les choses ont souvent tendance à virer à la guerre de commentaires complètement stérile, du style « arrête de te donner un air important » ou autre…
    Moi qui, justement, réponds pour essayer d’engager un débat de fond, j’essaie de rediriger la discussion vers une direction plus constructive ; mais il faut avouer qu’avec certaines personnes, c’est parfois perdue ! 🙂

    Et oui, je suis d’accord avec Noisette, tu fais bien ça 😉

  6. @L’Amie Molette> Merci beaucoup ! 😀 Effectivement, il y a des gens que je vois sur certains blogues où c’est peine perdue: ils ont toujours raison et n’arrivent pas à discuter raisonnablement. Dans ce cas-là, j’imagine que le mieux, c’est laisser faire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :