Amère America

Bon ben c’est le 4 juillet, c’est donc la fête des obèses des « trippeux » d’armes des gendarmes du monde des Américains. Bon, bien que le billet puisse paraître très anti-américain, il ne faut pas voir de ma part un anti-américanisme primaire et maladif. Sauf qu’évidemment, contrairement aux voisins du Sud, je n’arrive pas à m’extasier autant qu’eux devant le drapeau américain et la société américaine en général. Ah, il n’y a pas que du mal dans ce pays bien sûr, mais comment je peux croire que ce peuple est « bon » quand la Cour Suprême du pays permet à celui-ci de devenir un « Far West » énorme, en permettant à chaque citoyen de porter une arme ? Ils sont 300 millions aux États-Unis, dix fois plus qu’ici. Imaginez si juste la moitié de ceux-ci portent une arme… Sans compter que là-bas, le « Support our Troops » que dénonce fortement le Détracteur Constructif est presque obligatoire, engravé dans le cerveau des Américains qui voient en l’armée le seul moyen de maintenir la main mise sur le pétrole l’ordre mondial. Mais bon, peut-être qu’avec un changement de président, ça va déjà aller un peu mieux au niveau politique intérieure et extérieure ? D’ailleurs, il faut bien que les célébrations du 400ème de Québec tombent proche de la Fête d’Indépendance américaine pour qu’un historien américain parle de Samuel de Champlain (via Patrick Lagacé) ! Je suis tombé sur une image sur le site Bulles d’oxygène (d’où vient le drapeau aussi) qui m’a fait sourire:

Ça dit à peu près ceci, pour ceux qui auraient de la difficulté avec la langue de Shakespeare: L’esprit humain ne se mesure pas par la grandeur de ses actes, mais par la taille de son cœur. Ça se trouve à New York, proche du Ground Zero bien sûr. La phrase est très belle. Le seul problème qui m’embête c’est que le coeur des Américains pompe trop à l’argent et aux armes plutôt qu’aux sentiments…

Publicités

6 Réponses

  1. Je n’arrive jamais à regarder un poste de télé américain sans me sentir extrêmement mal à l’aise pendant les annonces publicitaires. J’ai toujours l’impression qu’elles dégagent un sentiment d’insécurité, de malaise, comme si tout était pour aller mal, comme si on remettait en doute notre confort de vivre…

    C’est ça, la société de consommation par la peur.

  2. @u Détracteur> Effectivement, on sent que le gouvernement veut garder dans la peur sa population. Pourquoi ? Très simple. Une population effrayée n’ose pas protester. Or, comme ils se proclament « pays de la liberté » et qu’ils ne peuvent donc pas éliminer le droit à la protestation/manifestation, ils font peur aux gens. Ainsi, pas de risques que le système économique et social soit mis en péril…

  3. Il va falloir m’expliquer la différence entre « un anti-américanisme primaire et maladif » (et ce que ça signifie) et votre dégoût pour les Américains. J’imagine que l’opinion que vous avez d’eux n’est pas comparable à celui qu’a le reste de la population ?

  4. @aaaaalex> Anti-américanisme primaire et maladif = haine sans vergogne des États-Unis et du peuple, chaque respiration de ce peuple dégoûte ceux-ci et chaque action gouvernementale finit en manifestation monstre dans les rues de n’importe quelle ville. Quand c’est rendu que des gens portent des t-shirt avec Ben Laden en héros et George Bush et la mention terroriste, c’est ça de l’anti-américanisme. Premièrement, où voyez-vous du dégoût dans ce billet: je critique l’apologie américaine des armes, de l’argent et du pétrole ! Si vous parlez de mon début de billets avec des synonymes rayés, c’est une manière de faire du sarcasme car ce sont les images qu’on a d’eux ici. Désolé pour eux, mais c’est malheureusement ça et ils ne semblent pas vouloir changer leur image publique pour l’instant. Deuxièmement, je considère effectivement que, parfois, l’interventionnisme américain a eu du bon sauf que dans les dernières années, ça n’a pas été glorieux, ça a même accentué les tensions Orient-Occident. Je ne considère pas mon opinion comme unique, mais je n’embarque pas dans le mouvement qui met tout ce qui est contre les États-Unis en dogme. C’est ce que je voulais dire. Troisièmement, je serais bien curieux de savoir votre position là-dessus…

  5. Premièrement, j’ai ressenti votre dégoût lorsque vous écrivez « Sans compter que là-bas, le “Support our Troops” (…) est presque obligatoire, engravé dans le cerveau des Américains qui voient en l’armée le seul moyen de maintenir la main mise sur le pétrole l’ordre mondial. » Pourtant, même s’il est aisé de s’imaginer que tous les Américains se font laver le cerveau par les médias appuyant les intérêts de l’administration en place ( http://youtube.com/watch?v=0japj2XWNwc ), la situation est légèrement différente. Les Américains ne sont plus aussi nombreux à appuyer la guerre ( http://pewresearch.org/pubs/770/iraq-war-five-year-anniversary ) et beaucoup se rendent compte qu’ils ont été bernés ( http://www.commondreams.org/headlines03/0713-01.htm ).

    Deuxièmement, pour ce qui est de mon opinion, je dois avouer que je ne réussis pas à appuyer les actes des Américains (ou devrais-je dire du gouvernement américain). Pour moi, une intervention armée ne pourra jamais remplacer la diplomatie et autres moyens plus pacifiques. Le refus de respecter le protocole de Kyoto est aussi détestable puisque que cela montre un désintérêt face aux problèmes environnementaux. Donc, je n’aime pas le gouvernement Bush, mais je n’ai pas encore d’opionion quant au peuple américain. Voilà.

  6. @aaaaalex> Tout d’abord, merci de préciser votre opinion. C’est rassurant, j’avais l’impression que c’était une attaque personnelle. 😉 Vous avez tout à fait raison quand vous dites qu’effectivement, il ne faut pas mettre tous les Américains dans le même bateau et que beaucoup se rendent compte que la guerre en Irak n’a rien réglé. Vos sites sont très intéressants soi-dit en passant. Sauf que, néanmoins, mon commentaire est sur l’atmosphère générale qui ressort quand on voit le peuple américain. Peut-être recevons-nous trop de nouvelles en provenant de Fox, qui sait ? Aussi, il est possible que ma formulation était un peu grosse, mais c’était davantage le coeur qui parlait que la raison.

    En fait, je crois que comme vous, les interventions armées me mettent très mal à l’aise et qu’on n’use pas assez de la diplomatie dans ce monde. Et les USA, qui sont la puissance mondiale, n’ont (le gouvernement) pas l’air de vouloir régler les choses diplomatiquement… C’est peut-être pour ça mon impression que le peuple a le « Support our troops » facile. J’aurais peut-être dû spécifier le gouvernement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :