Quel mois de juillet !

Quel mois de juillet ce fût mes amis ! Non seulement, j‘ai fait mon aveu sur une partie de ce que je suis, mais en plus je suis entré sur Tout le monde en blogue, je me suis mis à jaser avec blogueurs (et quelques gars aussi, mais ça ne vous intéresse pas 😉 ) par messagerie instantanée ou par courriel, j’ai surpassé mes  visites du site de façon impressionnante 😀 ,  j’ai découvert de nouveaux blogues, j’ai eu du stress de session, je me suis retrouvé face à face avec la nature sauvage, j’ai combattu la chaleur torride du début juillet et les orages et pluies incessants de la fin du mois et là, je suis allé voir un film après un dur travail d’école et un de mes amis s’est trouvé mal et a dû se rendre à l’hôpital après la projection… Bon, pour la dernière partie, par contre, c’est pas super… 😦 À l’heure actuelle, aucunes nouvelles et il m’a dit de ne pas m’inquiéter.

BEN OUI ! FACILE À DIRE !

Bref, oublions la dernière partie et merci à tous et à toutes pour ce mois de juillet rocambolesque sur le blogue. Maintenant, je sais qu’il y a des lecteurs « assidus » (si je puis employer le terme) et ça fait un baume à mon coeur qui est un blessé en ce moment. Merci à tous et je ne dirai qu’une chose: que le mois d’août commence !  Et vous me permettrez d’ajouter que je souhaite que mon ami se rétablisse… (soupir craintif)

Mise à jour: Finalement, 10 minutes après écriture de ce billet, mon ami se pointe sur ma messagerie instantanée et me dit que ça va bien, que l’urgentologue l’a vu et qu’il n’y avait rien du tout à signaler, que c’était la combinaison d’un paquet de facteurs anodins qui auraient provoqué ça. Mais bref, quand je dis que c’était un mois de juillet fou du début à la fin… Respiration profonde de calme… enfin, ça va faire du bien après quelques jours… 😛 Désolé pour ceux qui auraient eu un malaise en lisant les trucs plus haut. 😉

Les Anciens avaient un humour douteux

Bon, pour calmer la tempête de mon questionnement sur les artistes faisant des chansons en anglais, quoi de mieux que la plus vieille blague du monde pour vous détendre ?

Une chose qui n’est jamais arrivée depuis des temps immémoriaux: une jeune femme s’est retenue de péter sur les genoux de son mari.

Hilarant, hein ? Pas vraiment, mais bon, c’était de l’humour d’époque ! 😉 Si vous voulez quelques autres blagues archéologiques, allez ici !

Sensibiliser sans pleurer

Je parlais avec la charmante Noisette sociale sur une messagerie instantanée et on parlait de trucs divers dont son billet récent sur les « nunuches » (c’est le cas de le dire). On a fini par diverger, allez savoir, sur le VIH et la prévention du SIDA. Pour le plaisir, je me suis dit que peut-être YouTube avait quelques pubs là-dessus qui traînaient. Il y en avait et étonnamment, les meilleurs étaient les plus « drôles ». Car en effet, je me suis rendu compte qu’il y en avait quelques-unes qui étaient plutôt drôles ou bien créatives. Évidemment, ça parle de VIH/SIDA donc ça parle de sexe donc = NSFW (À ne pas écouter au travail si vous avez peur de vous faire prendre).

Tout d’abord, cette pub française:

Puis, d’excellents pubs de AIDES (groupe français de prévention du SIDA) sur le sujet. Tout d’abord, si vous connaissez un séropositif, soyez gentil avec lui, mais n’exagérez pas non plus…

Ici, le bonheur des uns peut faire le malheur des autres…

Et là, deux excellentes publicités, assez longues. Dans la première, la meilleure, on suit le parcours d’un jeune gai qui vit les aléas de l’amour jusqu’au bon gars. Plein de métaphores et certains clichés, mais très drôle et belle. Elle a d’ailleurs remporté un lion d’argent au festival de pub à Cannes. La seconde est dans la même veine sauf que cette fois, c’est une jeune fille qui devient femme et cherche l’amour auprès des hommes… Même si le premier gars a l’air d’une fille, je l’admets ! 😉

L’hypocrisie artistique

Montréal Express (source)

Montréal Express (source)

Définitivement, je suis dans une humeur musicale ces derniers temps ! 😉 Non, sérieusement, c’est que je suis tombé sur une reprise de « Bons baisers de France » ce matin (c’est en reprise le matin maintenant ?) et je suis tombé sur l’ex « fille le matin » Julie Bélanger qui faisait une performance d’un disque à venir… Performance et chanson en anglais, of course ! Bon, la blonde « animatrice/chanteuse » a dit qu’il y aurait des chansons en français et en anglais sur son album à venir.

Vous savez quoi ? Hé bien, c’est ce matin que j’ai compris ce qui me dérange dans cette vague de chanteurs québécois tournés vers la langue de Shakespeare (comme Pascale Picard qu’on voit ci-haut, par exemple). Ce n’est pas le fait qu’ils chantent en anglais qui « m’achale » tant que ça que l’hypocrisie du pourquoi de. On nous sort toujours le « Ah ! Je compose mieux en anglais ! » ou des trucs comme Josélito Michaud disait ce matin à l’émission de France Beaudoin « C’est bien cette vague d’artistes chantant en anglais, elle s’ouvre sur le monde ! ». Or, ce n’est pas la raison. La raison est très simple: en anglais = plus facile à exporter hors Québec = plus de disques et de spectacles = plus d’argent. Parce que la chanson québécoise francophone est, pour beaucoup, vétuste, territoriale, fermée ou dans un cul-de-sac. On n’a qu’a voir les commentaires méchants de Québécois sur nos artistes lors du spectacle de Paul McCartney pour comprendre cela: locaux, eux arriveraient pas à attirer autant de monde sur les Plaines, n’ont pas le génie musical, etc.

Ce n’est pas nécessairement un blâme envers les artistes. Non. J’aimerais seulement que les artistes soient plus candides, qu’ils l’admettent qu’ils le font pour des strictes raisons de popularité, d’argent, qu’ils le disent que le marché québécois est trop petit pour eux, qu’on en a vite fait le tour. Parce que, soyons honnêtes, Céline Dion n’aurait pas eu une si mauvaise carrière si elle n’était jamais sortie du Québec. Sauf qu’Angélil (et elle, je l’espère) voulait sortir des voyages banals entre Gaspé et Rouyn, Sherbrooke et Saguenay. Ils ne l’auront jamais dit clairement mais ils voulaient richesse et notoriété. Hé bien, ils l’ont eu. Bien sûr, je rêve en couleurs. Être candide et dans le show-business ne vont pas de paire, alors on continuera à nous dire que pour certains, c’est plus facile d’écrire et composer en anglais… Ce qui est peut-être vrai, mais avouez que la possibilité de faire le tour du monde et la possibilité de bien gagner sa vie avec son art est encore plus séduisante, non ? 😉

Ces chansons qui viennent nous chercher

Petit billet faisant écho à ce billet nostlagique de Regardez la musique. Vous savez, y a de ces chansons qui vous prennent aux tripes… Parfois, elles vous ramènent aux plus beaux moments de votre vie, d’autres fois aux plus tristes. Les couplets deviennent alors vos tirades, les refrains deviennent vos revendications. Vous fermez les yeux et à chaque fois, des images se forment dans votre tête. Vous laissez échapper un rire, parfois une larme et à chaque fois que les dernières notes se forment, une seule envie vous prend… rembobiner. Recommencer ce voyage presque spirituel en communion avec la voix, la musique et vous-même. Si pour MFL, il s’agissait d’une chanson des B.B., pour moi dans ce billet, c’est celle-ci. Pourquoi ? Peut-être un peu trop personnel pour ce blogue si vous voulez mon avis (vous pouvez toujours me questionner par courriel ou commentaires, mais je me réserve le droit de ne pas répondre à cette question 😉 ). Mais à chaque fois, elle me donne le frisson et j’en ai presque les larmes aux yeux.

Une des raisons pourquoi je suis célibataire

Institut Polaire (source)

Institut Polaire (source)

Bon, il y a une tonne de raisons pourquoi je suis célibataire… Bon, une tonne c’est exagéré. Disons une demi-tonne ! 😉 Non, mais sérieusement j’ai fait du gros travail sur moi depuis ma dernière relation et je dois dire que j’ai remarqué que un des gros points noirs chez moi, si ce n’est pas LE gros point noir : quand je suis nerveux/angoissé, je ne suis pas du monde. Je suis bête, affolé, irritable, anxieux. Je peux envoyer des gens que j’aime paître ou presque, leur crier par la tête qu’ils ne comprennent rien, je suis susceptible, je m’isole, je crie après les objets qui décident de me faire suer, etc. Bref, vaut mieux ne pas me parler dans ces moments-là. Mais bon, j’essaie de me calmer et de ne plus allumer la mèche dès que je suis stressé. La blogosphère sert entre autres d’exutoire. La musique aussi.

Bref, avec le fardeau de fin session, une prof qui ne répond pas, mes plans de semaine qui vont plus ou moins comme prévus, j’ai le goût d’arracher de la tapisserie avec mes dents. C’est drôle, alors que je niaisais avec ma mise en page d’un travail, je jasais avec le Détracteur Constructif et tous les deux on était comme surchargés, stressés, fatigués et bon, après nos « plaintes » respectives (totalement justifiées, je tiens à le dire 😛 ), on jasait de choses et d’autres et tout à coup le ton baissait et ça nous soulageait. Je pense que Passe-Partout avait raison à l’époque: des fois, c’est bien d’en parler avec nos « ti n’amis ». 😉 N’empêche que dans mon état actuel, un rien et je pogne les nerfs ou j’ai de la peine ou de l’angoisse. Bon, je m’encourage en me disant que je travaille là-dessus, je suis bien moins pire qu’il y a 2 ans… Il paraît que c’est la moitié du chemin quand on l’a admis et qu’on travaille dessus.

Mais forcément, je me dis que ça ne sera pas réglé de sitôt. Donc, il faudra que le prochain copain (s’il y en a un 😦 ) soit patient, comprenne que ça dure pas longtemps et qu’après ça, je redeviens raisonnable. Mais bon, en attendant, je vais aller faire des exercices de respiration: « Inspirez, expirez, inspirez, expirez, inspirez, expirez… » 😉

Ce billet contient également un clin d’oeil au Détracteur Constructif, saurez-vous dire lequel ? Un indice… « Grim » 😉

Je craque pour toi mon classique !

Billet pour un ami que je suis allé voir ce soir chanter avec l’OMFS (Orchestre de musique de film de Sherbrooke). Extraordinaire spectacle qui n’était qu’une démonstration des vraies grandes représentations qu’ils font à la salle Maurice O’Bready en décembre et en mai. 😀 Ainsi, je voulais le féliciter, féliciter l’orchestre qui était superbe et la chef d’orchestre qui était passionnée, drôle, intéressante… Le genre de personne qui me fait vibrer, en général. 🙂 De plus, ça me donne l’occasion de vous parler un peu de musique classique. J’adore la musique classique. Quand j’étais adolescent, je cachais mon goût pour cette musique. Mettons que ça ne fait pas cool à 14-15 ans de dire que oui tu aimes bien Led Zeppelin ou Metallica, mais que la Toccata et Fugue de Bach te fait frissonner dans tout ton être. D’ailleurs, je dois admettre que j’adore les « Fantasia » de Disney car ils combinent animation et musique orchestrale… Le bonheur ! 🙂

Mais bon, je sais: le classique, c’est une musique de petits bourgeois prétentieux qui se prennent pour l’élite, c’est une messe pour les morts ennuyante, toutes les pièces sont pareilles. Je sais que ces préjugés circulent beaucoup. Or, c’est dommage car il n’y a rien de plus faux. Toutes les pièces sont pareilles ? Hum… Écoutez du Beethoven et du Vivaldi: y a pas grands points communs à part que ce sont des musiques jouées par des orchestres. C’est une messe pour les morts ennuyante ? Bon, c’est vrai qu’il y a les requiems qui sont réellement de la musique pour les morts. Pour le reste, il y a des pièces plus lentes, mais habituellement, il y a des pièces qui vous mettent sur le bout de votre chaise, qui vous font plonger dans un sentiment incroyable. C’est une musique de bourgeois prétentieux ? C’est drôle, ce soir, nous étions tous de classe populaire à écouter un concert gratuit où on pouvait être habillé en shorts et chandails aux manches courtes. Bien sûr, il s’est fait un décorum en classique et certains chefs d’orchestre bougons encouragent celui-ci. C’est étrange car à l’époque, la musique classique était destinée au peuple non aux élites. Comme le raconte le pianiste Alain Lefèvre dans cette très intéressante entrevue, dans les concerts de Schubert, il faisait un mouvement et s’arrêtait, on mangeait de la choucroute, on buvait de la bière et on se contait des blagues salaces et il recommençait un autre mouvement. Bien sûr, certains chefs d’orchestre en ont fait des messes tellement religieuses que ça en est devenu plate. Or, c’est eux le problème: on devrait foutre ses chefs prétentieux à la porte ou les gens devraient les boycotter.

La musique classique a perdu beaucoup à cause de ce semblant d’élitisme que certains lui ont donné. Pourtant, justement, elle est présente dans les films et on l’apprécie. Les musiques de films sont souvent orchestrales. D’ailleurs, parlant du classique dans les films, ça m’amène à penser: pourquoi faut toujours qu’on entende de la musique classique (genre du Mozart ou du Haydn) dans l’antre d’un génie diabolique OU quand quelqu’un va mourir ? Est-ce que ça ne contribue pas à faire dire aux gens que la musique classique est une musique de déments ou de gens mourants ? Pourtant, il y a des tas de pièces classiques qui sont pleines de vie et tellement entraînantes ! Ça et le fait qu’on ne voit jamais de classique à la télévision… Quand est-ce que vous avez vu pour une dernière fois du classique ? Y a bien eu des concerts spéciaux de Kent Nagano cette année, mais à part ça ? En avez-vous vu à l’ADISQ ? Pourtant, c’est la fête de la musique, toutes les musiques. Où se trouve la musique classique ? Nulle part. Les prix pour le classique sont remis hors onde et même là, pas de classique. Bref, on ne veut pas les voir. On veut acheter ces pièces musicales pour des pubs ou quand Hitler contemple en souriant l’invasion de la Pologne pour un film, mais il faudrait surtout pas voir des musiciens en jouer ! Bon, OK, je l’avoue… regardez un concert à la télé, c’est peut-être pas la meilleure manière d’y assister. Il vaut mieux être sur place ou écouter un disque. 😉 Mais si on l’offrait aux gens, ils seraient peut-être plus tentés d’aller en voir des concerts. D’ailleurs, j’aime l’idée de l’OSM de jouer dans les parcs l’été.

Bref, j’aime le classique. C’est une des musiques qui m’aide le plus à imaginer et à composer. C’est fou, toutes les couches d’instruments (cuivres, cordes, percussions, choeurs, etc.) qui se mettent ensemble pour faire une pièce. C’est comme du bon rock, justement ! Je ne sais pas où j’avais entendu ça, mais j’avais entendu que beaucoup de musiciens de rock écoutaient du classique parce que justement la composition des pièces musicales était tellement intense et bien faite que ça les inspirait. En tout cas, ce soir, c’était bien plaisant d’écouter et de regarder ses musiciens jouer surtout pour un qui était carrément dans mon champ de vision et qui était franchement très beau et alléchant c’est le moins qu’on puisse dire…  EUH… Excusez ! Je voulais dire : surtout que ce sont des gens de la région qui ont un foutu de bon talent ! 😛 Chapeau encore ! 😀

Sur ce, je vous laisse avec une pièce de « musique classique » ou plutôt orchestrale. Ceux qui sont « geeks » comme moi reconnaîtront une musique inoubliable et tellement belle de Final Fantasy X. Pour les autres, voici cette pièce: