Il ne faut pas vouloir la peau de l’ours

Tourisme Québec (source)

Bon, ça y est. Il y a un mois c’était un lion. Là, ce sont les ours qui prennent l’assaut de nos bulletins de nouvelles. En effet, après le décès d’une femme par un ours noir vendredi dernier en Abitibi, des gens s’inquiètent de la présence d’ours noirs près d’habitations au Saguenay. Moi, c’est drôle, quand je vois ça, je m’interroge pas sur l’intention des ours. Aucunement. Premièrement, on va lâcher les scénarios d’horreur tout de suite: ils ne sont pas là pour tuer des êtres humains. Déjà, on met ça au clair. Deuxièmement, ça  pose, au contraire, une question sur l’empiétement des territoires qu’on fait sans cesse en s’étalant urbainement. Parce que si ces ours (qui doivent être des mâles en quête de territoire) se trouvent là, c’est peut-être parce qu’on n’arrête pas de construire sur leurs territoires. Quant à la femme décédée, c’est tragique, mais je ne crois pas qu’on doive nécessairement blâmer l’ours. Ceux qui s’intéressent à la vie sauvage savent que les mois de mai et juin sont des mois importants pour les ours: c’est leur saison des amours. Alors, disons que les mâles sont plus « agressifs » dans cette période car ils sont en quête de femelles. Ou peut-être aussi qu’il a eu peur ou qu’il a cru que la pauvre dame voulait empiéter sur son territoire. Ou, même, si elle pêchait, il avait faim et a voulu lui voler sa nourriture car il n’y en avait plus sur son territoire restreint. Bref, quand je vois cette hystérie collective autour des ours dans une région qui est pourtant pleine de territoires sauvages importants, ça ne me rassure pas pour la conservation des espèces animales.

Mais bon, ça rappelle aussi qu’un ours noir, même s’ils sont vraiment plus peureux que les ours bruns (grizzly), ça peut être assez fort pour tuer s’il se trouve contraint de le faire. Je me rappelle qu’en visite il y a deux ans au zoo de St-Félicien de cette même région, dans la partie où on se retrouve en cage et on visite des animaux qui se promènent librement (ou presque), un gros ours noir marchait aux côtés de nous un moment où nous étions à l’arrêt. Quand je dis gros, c’était presque deux fois ma largeur d’épaule et tout rond. Franchement, pas sûr que je l’aurais achalé celui-là avec les pattes qu’il avait… Mais, dans ce contexte, j’étais tout heureux de le voir de proche. J’aime beaucoup les ours… et un paquet d’autres animaux en fait. 🙂

Publicités

5 Réponses

  1. chez nous aussi, y a eu un ramdam de dingue avec Cannelle et franchement, je trouve ca atroce qu on ne sache pas / plus respecter la vie sauvage… donc je te soutiens, ouais !
    ^^

  2. Ouais, vous c’est encore plus triste car vous tentez de réintégrer des ours à la vie sauvage… Pas évident. Pareil pour les loups si je me rappelle bien aussi.

  3. […] dont on empiète sur son territoire, et qui se retrouve, par la force des choses, sur le nôtre. Le Satellite Voyageur l’explique à merveille: Ça pose, au contraire, une question sur l’empiétement des […]

  4. Juste en vous lisant, ca me donne l’impression qu’a vos yeux la vie humaine est moin importante que la vie d’un animal.

    Vous semblez condamne cette pauvre dame et sa famille comme etant des idiots et en cherchant la mort de cette pauvre dame.

    L’Abitibi, comme le Saguenay ou Montreal, on tous ete un paradis de faune alors l’histoire d’empietement ne colle absolument pas.

    J’imagine que vous avez tous, une fois dans votre vie, passez du temps a un chalet? Rare sont les chalets en plein ville! Et bien c’est ce que cette dame faisait justement, pas tout seul en plein milieu du bois!! la, autour d’un lac, la ou il y a d’autre humains et chalets! tout comme vous l’aviez probablement tous fait!

    Je gagerais une fortune que si vous rencontiez un ours noir qui cours vers vous, que vous ne penseriez pas « Ah ben, je le merite.. bouffe-moi venerable animal »

    Le monde a l’envers c’est incroyable!

  5. @Christian> Vous avez raison: c’est incroyable comment si on défend les animaux ne serait-ce un peu, on passe pour un misanthrope fini qui souhaite que l’humanité crève la gueule ouverte par la nature. Le contraire est tout aussi vrai, remarquez.

    Alors, l’empiètement n’a RIEN à voir avec « les animaux se retrouvant près des résidences ». Je suis désolé, c’est que dans mes lectures sur la faune, 98% des experts disent que la principale raison de la disparition des espèces est l’étalement urbain, l’empiètement mal fait de l’homme dans la nature. Mais bon, qui sait ? Peut-être que je vis dans un monde parallèle au vôtre.

    Me suis-je une seule fois réjoui de la mort de cette dame ? ABSOLUMENT PAS. C’est un drame, certes. Est-ce que je souhaite que les ours envahissent les villes ? NON PLUS. Ai-je réclamé la fin des chalets dans le bois. NON. Sauf que ce que je dis, c’est que malheureusement, dans le contexte actuel, c’était inévitable et que si on continue de s’étaler de manière STUPIDE, sans prendre en considération (ne serait-ce qu’un peu) la faune locale, on se retrouve avec ces problématiques.

    Je ne suis pas un fanatique PETA de la conservation des animaux. Preuve: je ne suis même pas végétarien. Sauf que je suis conscient qu’il faut faire attention à la faune et la flore du mieux qu’on peut, une conscience qui définitivement n’a pas atteint votre secteur encore. Mais bon, hé ! Je vais dire comme vous à la place: « tuons toutes les espèces animales qu’on voit ! On va être débarrassé et on va pouvoir profiter de nos chalets tranquilles ! »

    Ça ne veut pas dire souhaiter la mort de notre espèce ni la mort des habitations. Mais un peu de conscience de notre part. C’est drôle, hein ? Si je voulais démolir une école et une église pour établir un centre commercial, je suis pas mal sûr que vous signeriez une pétition contre mon projet qui enlève un milieu d’éducation à des enfants et un lieu de prière à des croyants. Par contre, je dis que je construis ce même centre commercial sur un terrain humide, ce qui risque de démolir tout l’écosystème et mettre en péril des vies animales et des plantes en voies d’extinction… Là, personne ne lève le petit doigt. « Bah non, pas grave… Faut faire rouler l’économie. » Et après ça, on se dit « conscients de l’environnement au Québec ». C’est la plus grosse bullshit de notre histoire. Une bullshit qui se compare à me dire que je souhaite que les humains se fassent dévorer par les animaux… C’est aussi gros et sans aucun fondement dans les deux cas.

    Sans rancunes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :