Était-ce une perte de temps ? (deuxième partie)

Bon, ça y est, il est tombé ce foutu rapport dont on parle depuis un an. Tant mieux, avec les dérapages médiatiques qu’il pouvait y avoir avec la vision très étriquée (et cherchant à accuser les Québécois de racisme) des fuites de The Gazette. 37 recommandations dans un long rapport de 300 pages. Je l’avoue, je n’ai lu que la version abrégée de 100 pages sur le site officiel. De toute façon, tout le monde dit que cette version est « meilleure » (plus intéressante) que celle étoffée. Bon, finalement, qu’est-ce que j’en pense, personnellement, en tant que jeune citoyen ? Tout d’abord, je dois mettre cartes sur table: je n’aimais pas l’idée de la Commission et de ces forums ouverts aux citoyens car je craignais qu’on sorte du débat sur les accomodements religieux. Et en regardant les forums, je me suis rendu compte que j’avais raison de craindre: on a dérapé pas à peu près ! On y a parlé de l’identité québécoise, le statut constitutionnel québécois, le racisme, la langue française et l’immigration (alors que les accommodements raisonnables religieux peuvent venir, par exemple, de Québécois de souche qui sont mormons ou témoins de Jéhovah ou Raëliens ou même catholiques !). Bref, c’est devenu un gros freak show de défoulement collectif, une méga réunion des QA: Québécois Anonymes. Au moins, comme le soulignait Charles Taylor, on a eu la décence de ne pas s’attaquer verbalement ou physiquement durant ces forums même s’il y avait des avis complètement contradictoires. Ce qui n’aurait peut-être pas été le cas si le même exercice s’était fait dans d’autres pays comme la France ou l’Angleterre, par exemple, où les avis sur la question sont encore plus radicaux.

Bref,  si on comprend bien le rapport on peut y discerner 2 messages. Le premier est qu’il faut définir un état laïc ouvert au Québec et le deuxième est qu’il faut promouvoir l’interculturalisme. On apprend aussi que les fameuses histoires de la cabane à sucre où tout le monde a été mis dehors pour des musulmans ou l’affaire du YMCA ont été montés en épingle par les médias alors que, selon leurs enquêtes, la réalité a différé énormément de ce qui a été dit. Bon, je ne résumerai pas tout le rapport. Quel est mon avis sur la question ? Au niveau de la question originelle, l’était doit être laïc et comme le dit le rapport, je suis d’accord avec le fait qu’il ne devrait plus y avoir de prières dans les conseils de ville et bye bye le crucifix de l’Assemblée nationale ! Un état laïc veut dire neutralité. Alors, quand je vois ce mou, ce pleutre, ce lâche, ce peureux, ce froussard de Jean Charest dire qu’il n’est pas question qu’on enlève le crucifix de l’Assemblée nationale car c’est un symbole patrimonial, je n’ai que deux mots pour ce connard: BULL-SHIT (je sais que c’est juste en un mot, mais je voulais faire l’emphase sur chaque syllable). Alors, c’est quoi ? Les millions de catholiques dans le monde qui se promènent avec une croix sur eux portent un symbole patrimonial québécois ? Non, ils portent LE symbole catholique par excellence. D’ailleurs, monsieur Charest, allez donc parler aux premières nations de leur vision sur ce « symbole patrimonial »… Les mots qu’ils sortiront ne seront pas « histoire » et « gentils petits prêtres et religieuses qui ont ouvert des écoles et des hôpitaux », mais des mots comme « sévices », « violence » et « assimilation ». Alors, non, on ne fera pas, comme vous dites, « l’histoire à l’envers », mais justement tournons-nous vers l’avant: un État qui se dissocie de TOUTES religions. D’ailleurs, je suis contre l’idée du rapport que les enseignants, par exemple, peuvent porter des symboles religieux. Les élèves, ça, je m’en fous. Or, l’école est laïque et les enseignants sont des fonctionnaires d’un État laïc en position d’autorité (contrairement à ce disent Bouchard et Taylor). Donc, il va falloir qu’on définisse laïc au Québec… Un méchant travail quand on sait qu’il faut éviter de tomber trop dans le radicalisme français (qui a provoqué des graves émeutes dans les banlieues parisiennes) !

Deuxièmement, sur l’immigration. Moi, je n’ai rien contre les immigrants. En fait, je suis convaincu que plus de 90% s’intègrent très bien, on sait que plus de la moitié arrive au Québec et parlent déjà français ou l’apprennent (il faudrait quand même améliorer la francisation des immigrants, ce que le rapport propose) et je suis de ceux qui, comme Bouchard et Taylor, disent qu’on devrait s’arranger pour que les immigrants puissent se trouver des emplois (en fait, tous les Québécois devraient être en mesure de trouver un emploi qui leur convient). Moi aussi je trouve ça chiant que les ordres de médecins ou d’ingénieurs du Québec rejettent presque automatiquement ceux qui viennent d’ailleurs, ont des certifications et peuvent prouver leurs compétences en la matière. Néanmoins, je sais aussi qu’il y a peut-être 5 à 7% qui ne s’intègrent pas. Par mauvaise volonté ou parce qu’ils ont mal choisi le pays. Et évidemment, il faut alors travailler avec ce pourcentage de la population immigrante car elle mine les relations entre « Québécois de souche » et eux. J’écoutais RDI une bonne partie de l’après-midi et j’ai aimé une des interventions: « L’immigration et l’interculturalisme ne vont être que bénéfiques au Québec comme ça l’a été pour Toronto. C’est pour ça que les jeunes générations ne voient pas la séparation entre Québécois d’origine canadienne-française et immigrants. Évidemment, pour une certaine partie de la population québécoise qui souhaite qu’on restera comme il y a 50 ans et qu’il n’y aura pas de modifications à la culture, tout ça peut faire peur. » Or, effectivement, je suis d’accord: des changements, c’est bénéfique ! Car changements ne veut pas dire qu’on perd de la culture, mais plutôt qu’elle se bonifie, qu’on lui ajoute des couleurs et de la texture. Bref, ce ne sont pas des pertes, mais uniquement une nouvelle façon de voir notre définition de Québécois. Mais pour une partie de la population conservatrice, ce genre de changement est une hantise.

Et c’est là où ma question du titre ressurgit. Est-ce que le rapport est une perte de temps et d’argent ? Au niveau de l’argent, pas tant que ça, ils ont été en dessous du budget prévu (3.7 millions pour un budget prévu de 5 millions). Mais au niveau du temps… Oui et non. Non, dans la mesure où effectivement, ça peut servir de pistes de réflexion pour de futures politiques et débats sur la question. Oui, dans la mesure où si le rapport rejoint beaucoup les Montréalais et les gens plus ouverts, ça ne rejoindra pas les régions où – je ne dis pas ça de manière péjorative, je suis d’une région – on va trouver le rapport flou, pas assez directif et pas assez dans le sens de ce qu’ils souhaitaient. Et, bien que je considère que les codes de vie de Hérouxville et compagnie étaient inutiles, je ne peux pas blâmer les gens plus conservateurs (sans être d’accord avec eux) d’être déçus à ce niveau.

Le rapport, comme l’idée de la Commission et des forums, est allé dans tous les sens et on se retrouve avec un document qui va dans toutes les directions sans trop arriver à boucler la boucle. Bref, ce qui devait « fermer » le débat ne fait que le réouvrir encore plus fort et avec la partisanerie politique qui embarque (les solutions des trois partis : statut quo pour le PLQ, autonomisme pour l’ADQ et souveraineté pour le PQ; bref, rien de neuf sous le soleil).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :