The Beautés Désespérées

Bon, ça y est, c’est hier que finissait, en version originale, la quatrième saison des Beautés qui désespèrent. Un spécial de 2 heures qui regroupait 2 épisodes qui clôturaient une saison raccourcie par une grève chez tous les scénaristes américains de novembre à février dernier. Forcément, la finale a laissé un paquet de questions en suspens jusqu’à l’automne prochain. D’ailleurs, ça a créé un énorme débat sur Internet dans les minutes qui ont suivi la fin de l’épisode « Free » (dernier épisode de la saison). Mais bon, je n’entrerai pas là-dedans. Vous la verrez dans plusieurs semaines à Radio-Canada si vous suivez la série. Néanmoins, comme je l’avais dit, je voulais faire une brève critique des quatre saisons individuellement. Bon, AVERTISSEMENT… Bien que je ne dévoilerai pas trop de choses sur l’intrigue des saisons, il reste quand même qu’il peut y avoir des révélations (spoilers, en anglais) dans ma critique. Donc, si vous comptez les regarder un jour, veuillez éviter de lire le reste… Sinon, allons-y !

Première saison – La saison un débute assez fortement alors qu’une femme au foyer, dans un quartier qui semble bien paisible, se met une balle dans la tête dans les premières minutes du show. Ouh ! Déjà, ça sonne louche dans un si « charmant » patelin ! Bref, le suicide de Mary Alice emmène l’idée du show: celle-ci, qu’on ne verra que dans quelques flash-backs de temps à autre, sera la narratrice de l’émission. En effet, maintenant morte, elle sait tout, voit tout et en sait plus que le spectateur qui assistera au fil du temps au dévoilement de secrets qu’elle voyait venir depuis des lunes. On y rencontre ses 4 amies et voisines: Bree, une Républicaine maniaque des apparences et de son rôle de femme au foyer, Gabrielle, une ancienne mannequin délaissée par son mari et qui ne trouve que du bonheur en ayant une liaison avec son jardinier… adolescent, Lynette, une femme au foyer qui a 4 enfants et qui essaient difficilement d’être une bonne mère après avoir laissé sa carrière et Susan, une mère célibataire d’une adolescente et qui se remet lentement de son ancien mari qui l’a trompée en ayant de l’oeil sur un charmant plombier qui vient de s’installer en face… Sans parler de la plantureuse Edie qui ira semer le trouble, bien sûr, en tant que bombe blonde du quartier. La saison tournera donc beaucoup autour de la tromperie, du rôle de mère (que seule Gabrielle n’a pas), de la pression que ces femmes se donnent pour plaire et être parfaite et, surtout, de tout le mystère qui entoure le suicide inexpliqué de Mary Alice, la lettre de chantage qu’elle reçut et les secrets de Mike, le charmant plombier qui vient de s’installer à Wisteria Lane. Ce qui est intéressant dans cette première saison, c’est l’humour noir et à double sens qui persiste tout le long de la série. On oscille toujours le soap opéra et la comédie noire, ce qui fait qu’on rit beaucoup plus qu’on ne pleure (et que la série s’inscrit comme « Comédie » dans les galas). Les personnages qui semblent hyper stéréotypés au début prennent au fil des épisodes des couches de profondeur qu’on ne soupçonne pas. Sans parler du mystère de Mary Alice qui glace le sang quand on finit par savoir, à la fin de la saison, tous les rouages. Bref, la première saison fait grande impression et a laissé quelques scènes classiques dans son sillage. Verdict du Satellite: 9.4/10

Deuxième saison – Oh… Celle qui a failli me faire lâcher la série. Autant la première est marquante de par son juste équilibre entre comédie et drame, autant cette saison tourne davantage vers le drame et c’est par moment ennuyeux. On retrouve la bande de Wisteria Lane qui se remet à peine de toutes les révélations sur Mary Alice qu’une nouvelle famille emménage dans le quartier: une mère noire et son fils (Je spécifie le noir parce que le quartier est très « ice cream », c’est-à-dire blanc. Néanmoins, on ne parle pas de racisme dans la saison, d’ailleurs, personne ne fait vraiment remarquer qu’ils sont noirs.) Ceux-ci emmènent avec eux de terribles secrets qui bouleverseront le quartier… Ainsi, le mystère de la deuxième saison sera tourné autour de cette famille, mais aussi de la relation houleuse entre Susan et Mike, Bree qui doit vivre avec la mort de son mari Rex (première mort surprise dans la série) et son fils Andrew qu’on a envie de tuer vers la fin de la saison tellement il est méchant envers elle, Lynette qui reprend le boulot (et Tom, son mari, qui devient l’homme de la maison) et Gabrielle qui est enceinte de Carlos, son mari, en prison pour fraude. Le problème dans cette saison, c’est le manque de comédie noire. Il y en a, mais beaucoup moins et malgré le fait que nos quatre beautés continuent de faire tout pour avoir ce qu’elles veulent, on les sent fragiles… Peut-être trop quand on compare à la première saison. De plus, le mystère des Applewhite est, comment dire, moins intéressant dans la mesure où contrairement à Mary Alice qu’on a quand même vu et que nos héroïnes connaissent, il s’agit du mystère d’une inconnue et sa famille. Ça devient ici seulement un problème de voisinage. Alors, on pousse un soupir de soulagement lorsqu’arrive le dernier épisode de la saison et qu’on sent que la troisième saison reviendra sur un meilleur mystère et plus de comédie noire. Verdict du Satellite: 7.9/10

Troisième saison – Ah, là, on aime ! Probablement, avec la première, la meilleure saison de la série jusqu’à date. On se retrouve près de 6 mois après la finale de la deuxième saison. Mike est dans le coma et Susan, qui veille sur lui, s’amourache d’un charmant Anglais qui veille sur sa propre femme dans le coma elle aussi. Lynette doit apprendre à vivre avec la fille de Tom (qu’il a eu d’une « relation » avant son mariage avec Lynette) et la très excentrique mère de celle-ci (sans parler de l’idée de Tom d’ouvrir une pizzeria et cela emmène un tas de péripéties), l’insupportable Nora. Gabrielle doit gérer son divorce d’avec Carlos et apprendre à vivre seule. Bree, quant à elle, développe une relation avec Orson (qui a frappé Mike délibérément avec sa voiture et ça, seul les spectateurs le savent). D’ailleurs, c’est autour d’Orson que se développera le mystère de la troisième saison. Pourquoi a-t-il fait exprès de frapper Mike à la fin de la saison 2 ? Se connaissent-ils ? Et qui est cette mystérieuse française Monique ? Qui l’a tuée ? Orson ? Bref, dans cette troisième saison, le mystère est définitivement plus intéressant que celui des Applewhite puisqu’il implique le nouvel amoureux de Bree. De plus, l’histoire est relativement tordue, assez noire comme on les aime. Cependant, étrange, mais on finit par connaître la vraie histoire  non pas à la toute fin comme les deux saisons précédentes, mais bien avant (au 15ème épisode sur 23). Il faut dire que l’actrice jouant Bree était alors enceinte de jumeaux et il fallait que le personnage « quitte » la série… jusqu’à l’étonnante finale qui laisse sur le derrière tellement elle est choc. Définitivement, beaucoup d’intrigues se font dans cette étonnante saison qui nous laisse pleinement satisfaits. Surtout après un épisode aussi touchant et bien écrit que Bang (qui aurait dû remporter un Emmy pour son scénario touchant, mais qui réussit à faire rire aussi). Verdict du Satellite: 9.6/10

Quatrième saison – Là, on tombe dans la plus fraîche saison. Si vous avez écouté les premiers épisodes depuis quelques semaines, vous savez ce qui en est: Edie n’a jamais voulu se suicider (contrairement à ce que laissait présager la finale choc de la troisième saison), mais elle tentait de manipuler Carlos pour qu’il reste avec elle, Gabrielle ne veut que retrouver Carlos et laisser Victor, l’ambitieux (voire trop) maire de Wisteria Lane, Susan essaie de vivre sa relation sainement avec Mike qu’elle a épousé, Lynette doit lutter contre un cancer et Bree doit simuler une grossesse pour protéger sa fille et, d’ailleurs, élever le bébé comme le sien. De plus, arrive un personnage important (et franchement délicieux): Katherine Mayfair (que certains appellent un clone de Bree au niveau du caractère et du désir d’être la meilleure organisatrice) qui a vécu anciennement à Wisteria Lane (connue par Mary Alice et Susan) mais a quitté sans crier gare et mystérieusement la ville. Pourquoi, alors, reviens-t-elle ? Et pourquoi sa fille Dylan ne se souvient-elle pas de son ancier quartier, son amie Julie (la fille de Susan) et de son père ? Le mystère reste entier et nul besoin de vous dire que ce n’est seulement qu’hier qu’on a su la véritable histoire lors de la finale. D’ailleurs, le mystère est troublant et s’il n’est pas aussi tordu que celui d’Orson dans la troisième saison, il est très triste et noir. Mes sentiments sur la saison sont bons, mais forcément la grève des scénaristes (très justifiée soi-dit en passant, j’étais pour) a un peu raccourcie certaines intrigues et l’apparition de certains personnages dans les épisodes écrits après la grève qui a finie le 13 février. Néanmoins, on ne s’y ennuie pas (contrairement à la deuxième saison) et d’ailleurs, dans à peu près un mois, vous verrez un diptyque (deux épisodes dont l’intrigue se suit de près) qui a été le plus coûteux de l’histoire de la série. Très impressionnant (et ce sont d’ailleurs les derniers épisodes tournés (donc scénarios finis) avant la fin de la grève). La finale satisfait dans la mesure où on finit par apprendre le mystère de Katherine. Mais, elle surprend de par la dernière minute qui met la table pour une saison cinq surprenante… Comment dire sans trop en révéler ?… Disons qu’il ne se passera pas juste 6 mois entre la quatrième et la cinquième saison. Vous comprendrez en voyant la finale et vous voudrez en voir plus  soit cet automne en anglais ou l’été prochain en français. En tout cas, moi, j’ai hâte d’y voir plus clair. Verdict du Satellite: 9.3/10

Publicités

2 Réponses

  1. Salut à toi. Justement j’ai manqué les 5 dernières minutes de la 4ième saison. J’aimerais bien savoir ce qui c’est passé. J,ai vu qu’on nous présentais les filles 5 ans plus tard. Gabrielle, Bree et ça a coupé à Linette et son garçon qui a tenté de voler une auto. S.V.P. dîtes-moi en plus… et Susan…

  2. @Karine> Devrai-je le dire ? Ouais, bon, j’avoue que là, la saison est finie d’être diffusée ici alors… je le dis mais *spoilers* pour ceux qui ne voudraient rien savoir.

    Alors, pour Susan, on la voit entrer chez elle et elle appelle son « chéri ». Or, elle va dans les bras de Mike ? Hé non ! C’est les bras d’un autre qu’on ne connaît pas. Donc, qu’est-il arrivé de Mike. Réponse dans la saison cinq !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :