Ce Québec qui voudrait être coq

Ce soir, premier invité de Tout le monde en parle, il y avait Stéphane Rousseau qui parlait de sa réaction face aux critiques véhémentes et pleines de venin des médias français face au dernier Astérix, mais surtout du fait qu’elles ont vite voyagé au Québec. Il ne semblait pas surpris. D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que ça arrive, qu’on parte avec une idée négative d’un film avant même qu’il ne sorte ici. L’Âge des ténèbres de Denys Arcand, démoli par la presse française, était presque condamné avant sa sortie ici(d’ailleurs, pourquoi le sortir en France avant le Québec, je l’ai jamais compris celle-là). Pourtant, finalement, à sa sortie, le film n’a pas été aussi démoli par les critiques que prévu. Beaucoup l’ont aimé.

En fait, j’étais en train de me demander si on n’aimait pas le fait de voir un (ou des) Québécois se planter à l’étranger. Après tout, on le sait, les Québécois méprisent (ou envient) le succès. Finalement, je me suis dit que ce n’était pas la bonne question. Et si les Québécois, particulièrement les critiques québécois, ne désiraient pas un peu être des coqs français ? Car ici, les critiques ne peuvent pas être aussi empoisonnées qu’en France ici. Parce que le milieu artistique est petit et que si tu te mets trop de monde à dos, tu te retrouves dans une situation où tu es exclu du milieu. Or, comme le disait l’ancien critique de théâtre Robert Lévesque, un bon critique ne devrait jamais faire partie du milieu qu’il critique. Sinon, comment peut-on être objectif en ayant peur de faire de la peine aux « amis du milieu » ? Alors, maintenant tout le monde est fin avec tout le monde… Ce qui peut rendre les chroniqueurs culturels ou critiques très téteux. Cependant, en voyant des Français démolir un film québécois ou dans lequel joue un Québécois, c’est comme si on donnait le feu vert pour des critiques méchantes et fortes ici. Après tout, si le coq français se le permet, pourquoi pas nous ? Néanmoins, ça prouve que ce n’est pas sain ça, un milieu artistique allergique à la critique. Pourtant, la critique constructive, ça permet de faire progresser la culture.

Publicités

2 Réponses

  1. En parlant de film, j’ai eu la chance de voir « votre » film Bon Cop Bad Cop, et honnêtement, j’avais pas autant rigolé et pris mon pied devant un Buddy Movie, je ne comprend pas comment un film comme ça ne sorte pas sur les écrans français alors que des merdes « made in chez nous » comme Astérix 3 sortent sur trop d’écrans, car il faut le reconnaitre Astérix3 est vraiment mauvais…

    En tout cas, j’espère que le Quebec va faire encore plein de film comme ça…

    PS: j’avais aussi vu « nitro », mais finalement j’ai été très déçu…

  2. C’est vrai que Bond cop, bad cop… J’ai le film chez moi, je l’ai écouté au moins 3-4 fois et je ris autant à chaque visionnement. C’est bizarre qu’il ne soit pas sorti hors du Canada. Peut-être que les distributeurs ont trouvé que c’était trop canadien pour l’Europe et la France particulièrement. Après tout, il faut se rappeler qu’ils ont tellement eu peur que vous (français) ne compreniez pas C.R.A.Z.Y par exemple, qu’ils se sont sentis obligés de tout sous-titrer… Je comprends que nous avons un accent et des expressions bien à nous, mais quand je regarde un film français, personne ne me le sous-titre (pourtant, il y a des expressions – surtout dans l’argot parisien – qui peuvent être obscurs pour certains) !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :